Si vous vous demandez quel réglage adopter pour votre DR (DR100, DR200 ou DR400) sur votre x-t2, x-t20, x-pro2, x100f, x-t1, x-t10, xt2, xt20, xpro2 …

Vous êtes au bon endroit, réponse en vidéo !

 

TRANSCRIPT DE LA VIDEO :

Bonjour à tous !

C’est Damien ! Je vous retrouve aujourd’hui pour une nouvelle vidéo, sur hybridephoto.com où je vous parle de dynamic range. Un paramètre que vous voyez certainement sur vos FUJI, que vous voyez apparaître sur DR100, DR200 ou DR400. Allez voir ! On va en parler de tout aujourd’hui, ensemble.

C’est un paramètre que vous allez trouver dans votre menu. Dans le menu IQ, configuration de qualité d’image. Vous avez plage dynamique. Vous pouvez le mettre sur auto DR100 : 100 % – DR200 : 200 % – DR400 : 400 %. Vous allez le retrouver un peu partout. Vous pouvez même le mettre en touche raccourcie. Vous allez le retrouver aussi dans le menu Quick, le menu Q avec la touche Q sur le côté.

Voilà ! L’idée est de vous parler de ce paramètre-là. Comme vous le savez, votre capteur a une plage de dynamique qui est plus ou moins grande. Plus votre capteur est grand, plus la plage de dynamique que le capteur est capable de prendre est grande.

Si vous ne savez pas ce que c’est la plage de dynamique, je vous laisse faire une recherche, mais grosso modo, c’est la capacité de votre capteur à réunir sur une même photo des tons qui sont à la fois très clairs et des tons qui sont à la fois très sombres. Plus le capteur est grand, plus l’amplitude de se dégrader va être grand.

Ensuite en général, on prend des photos RAW. Si vous ne connaissez pas le RAW, je vous invite à regarder et à vous y mettre. Ensuite, quand on a fait une photo, on va la développer dans un logiciel, par exemple lightroom, mais il y en a beaucoup d’autres.

Et donc, on a effectivement tendance à l’intérieur du logiciel de post-traitement, à post-traiter notre photo, de façon à retrouver les hautes lumières, donc à baisser les hautes lumières dans le ciel de façon à retrouver notre ciel, et à monter les ombres de façon à ce que nos ombres soient plus complètement bouchées.

C’est un processus qui est assez classique. La plupart des gens le font. On peut faire cela avec le curseur. On peut faire cela avec les courbes de tonalité, etc. Il y a plein de moyens de le faire. En gros, c’est du HDR, mais avec une seule photo. C’est-à-dire qu’on essaye d’exposer toutes les zones de la meilleure des façons, alors qu’on a qu’une seule photo. C’est donc un développement classique qu’on fait tous dans des logiciels comme lightroom.

FUJIFILM a décidé de créer ce paramètre DR qui fait exactement la même chose, mais plus simplement. Qu’est-ce que fait DR ? Tout simplement, en gros, DR100 ne fait rien. C’est la photo classique. Le DR automatique va choisir en fonction de ce que le capteur voit de se mettre en DR100 ou en DR200. Le DR automatique n’ira jamais chercher le DR400. Le DR400 existe, mais il est uniquement sélectionnable en manuel donc, via le menu quick ou une touche de raccourci.

Qu’est-ce que cela fait exactement, ce DR ? Ce DR, tout simplement est comme la correction de l’exposition. DR200 est tout simplement moins un en correction d’exposition. DR400 est équivaut à moins deux en correction d’exposition.

Mais ce n’est quand même pas exactement la même chose puisque qu’est-ce qui se passe ? Quand vous vous mettez en moins un ou en moins deux donc, vous sous-exposez votre image de moins un ou de moins deux donc, d’un ou de deux stops. Cela vous permet de complètement maintenir l’ensemble des hautes lumières. Donc en général, c’est toujours presque le ciel, ou une source lumineuse, etc.

Donc, cela vous permet à ce que votre photo ne soit pas entièrement blanche sur cette zone-là et de garder l’information à l’intérieur de votre photo ou à l’intérieur de votre RAW, de toutes les textures que présentent les hautes lumières.

Pour autant, cela va avoir pour conséquences de boucher toutes les zones qui sont un peu sombre. Forcément, vous déplacez la dynamique de votre capteur. Donc là où votre capteur essaye de garder un peu de zones sombres et un peu de zones lumineuses, et tout le reste est perdu, vous déplacez la dynamique. En déplaçant la dynamique, vous allez préserver au maximum les hautes lumières et pour autant, comme vous avez déplacé votre dynamique, toute cette zone-là d’ombre va devenir de plus en plus bouchée.

Il faut savoir qu’il est beaucoup plus facile de retrouver des détails dans les zones sombres que dans les zones lumineuses. C’est pour cela qu’on essaye toujours d’exposer la photo en fonction du point le plus lumineux. Puisqu’on sait qu’on va arriver à retrouver des détails dans les parties sombres, mais on ne va pas du tout arriver à retrouver des détails dans les parties lumineuses.

FUJIFILM pour ce faire a créé DR100, DR200 et DR400, principalement 200 % et 400 % qui sous-exposent d’un stop ou de deux stops. Mais en contrepartie, quand vous prenez DR200, vous sous-exposez donc la photo d’un stop, de façon à préserver les hautes lumières et vous bouchez les ombres, je viens de vous le dire.

En général, en post-traitement, on va ensuite éclaircir les ombres, de façon à retrouve les détails qu’on avait perdus lors de la photo. Et bien FUJIFILM vous permet en fait de le faire dès la photo. Vous vous mettez en DR200 pour que cela sous-expose les hautes lumières pour garder les textures et cela surexpose d’un stop. Les ombres pourraient aussi garder les détails. Cela fait directement, ce que vous auriez fait de toute façon en postproduction. C’est un mini-HDR sur une seule photo tout simplement.

Je répète, si vous n’avez pas compris : DR200 revient à faire moins un sur vos hautes lumières et plus un sur les parties d’ombres. C’est tout simplement, une courbe de tonalité qui est modifiée de façon à ce que vous ayez une photo avec les parties lumineuses pas blanches, mais en gardant les textures, et les parties sombres pas noires, mais en gardant les textures.

Et le DR400 qui n’est disponible qu’en choix manuel et la même chose, mais sur deux stops donc, vous faites moins deux donc, deux stops de moins sur les hautes lumières et vous faites deux stops de plus sur les ombres.

Je ne l’ai pas utilisé plus que cela, j’ai fait quelques tests. Mais on est quand on fait moins deux moins, plus deux, on commence déjà à générer du bruit et cela crée des artéfacts et des choses comme cela.

Voilà mon conseil pour ce paramètre-là, c’est de le laisser en DR100. Surtout, si vous shootez en gros, cela vous permet tout simplement de voir ces choses-là, lorsque vous êtes sur le logiciel de post-traitement et pas du tout à la prise de vue. Puisqu’on a assez de choses à régler quand vous êtes en train de prendre une photo sur le terrain. Vous n’avez pas besoin en plus d’un paramètre supplémentaire que vous alliez devoir régler, peut-être pouvoir vous tromper, etc.

Vous prenez votre RAW, vous le laissez toujours à DR100. Vous oubliez que ce paramètre existe. Sauf si vous voulez faire des JPEG et que par exemple, pour les réseaux sociaux et compagnie, que vous n’avez pas le temps de faire du post-traitement, là, oui effectivement, c’est quelque chose qui peut être utile.

Mais si vous faites du RAW, c’est un paramètre, qui grosso modo n’est jamais à auto, c’est certain. Même si vous faites du JPEG, ne jamais être à auto puisque c’est quelque chose que vous devez vraiment, en votre âme et conscience connaître et choisir. Mais si vous faites du RAW, pour moi, c’est un paramètre que vous n’utilisez jamais. Vous l’utilisez uniquement si vous faites du JPEG.

J’espère que c’est beaucoup plus clair pour vous. Si vous avez aimé cette vidéo, lâchez-moi un pouce levé. N’hésitez pas à vous abonner à la chaîne si vous venez de débarquer. Ce sont des vidéos presque tous les jours. Je vais vous parler d’hybride. Je vais vous parler de photo en général.

Abonnez-vous, n’oubliez pas. Je vous dis à bientôt dans une nouvelle vidéo ! Tchao !