Configurer l’autofocus de son Fujifilm X-T2, X-T20, X-E3, X-Pro2 ou X-H1 est important pour obtenir les meilleures performances. Je vous explique les REGL. PERSONNALISÉS AF-C que vous trouvez dans le menu AF/MF. Ce menu permet d’indiquer à l’appareil photo quel comportement il doit adopter avec l’autofocus :

– Sensibilité du suivi
– Vitesse de sensibilité du suivi
– Changement de zone

On passe en revu les 5 modes pré-défini disponible dans tous les Fujifilm X qui permettent une configuration de la mise au point.

 

 

Allez, bonjour !

Encore une fois, je fais cette vidéo dans le cadre de la masterclass du X-H1, mais cela profite absolument tout le monde. Les masterclass, vous allez les retrouver sur class-fuji.com. Laissez-moi votre email et vous recevrez en retour de mail le lien vers les masterclass. Aujourd’hui, on va parler de la personnalisation de l’autofocus. C’est quelque chose sur lequel je n’ai jamais fait de vidéo pour l’instant et cela va être l’occasion de le faire.

Alors, cela va concerner évidemment les photos. Donc, je me mets sur un mode photo. Je vais mettre en mode S par exemple. Mettez-vous en AF-C devant, le petit C ici que je vais essayer de vous montrer comme je peux. J’espère que vous l’avez vu. Vous allez retrouver ce menu-là dans le menu. Vous allez ensuite arriver à ici, autofocus et vous allez avoir réglages personnalisés de l’AF-C. Donc, je rentre dedans et vous allez avoir un tout nouveau monde qui peut paraître vraiment obscur.

Sensibilité du suivi

Alors, vous allez pouvoir la personnaliser. La manière dont votre appareil photo va faire le suivi de l’autofocus en autofocus continu. Je m’explique. Vous allez avoir en fait trois paramètres qu’il faut comprendre si vous voulez pouvoir essayer de comprendre vraiment la logique de tout cela. Le premier, cela va être la sensibilité du suivi. La sensibilité du suivi, cela va être le temps pendant lequel l’autofocus attend lorsqu’il détecte un changement de sujet.

Concrètement, imaginez que vous êtes dans un stade, je ne sais pas moi, un stade de formule 1. Il y a une voiture qui arrive et vous avez deux poteaux d’éclairage qui sont à droite et à gauche et vous vous suivez votre formule 1. À un moment donné, vous allez faire passer l’appareil photo devant le poteau. C’est obligatoire. La question qui se pose c’est : est-ce qu’on demande à l’appareil photo d’être intelligent, de détecter que le sujet a changé au niveau du collimateur et donc d’attendre de voir si on ne récupère pas la voiture dès qu’elle sera sortie du poteau ?

Donc, vous allez avoir la possibilité de dire à l’autofocus : écoute, ne réagis pas trop vite quand tu détectes un changement de sujet, cela peut être un poteau ou cela peut être une erreur, et attend quelques secondes pour savoir si oui ou non, on récupère la voiture. Comme cela, vous n’allez pas avoir une mise au point intempestive à aucun moment sur le poteau et vous allez avoir quelque chose de très fluide. Vous allez récupérer tout de suite la voiture.

Donc cela, c’est ce qu’on appelle la sensibilité du suivi. Si vous la mettez sur 0, il fait la mise au point immédiatement sur ce qui est au niveau du collimateur. Si vous la mettez sur 4, vous allez le voir attendre, je ne sais pas une ou deux secondes, quand il va détecter un changement de sujet pour venir faire la mise au point sur le nouveau sujet, parce qu’en fait il se met en position d’attente de récupération du sujet. Donc cela, c’est la position 4.

De base, il est réglé à 2. C’est-à-dire qu’il attend modérément. Il va attendre un tout petit peu. Donc, il n’est pas dans le mode le plus réactif, mais il n’attend pas non plus très longtemps. Donc cela, c’est la sensibilité du suivi. C’est le premier des paramètres qu’il faut comprendre.

Vitesse de la sensibilité du suivi

Le deuxième des paramètres à comprendre, c’est la vitesse de la sensibilité du suivi. Et là encore une fois, c’est très mal expliqué par Fuji. En fait, il faut comprendre tout simplement que votre appareil photo est capable de faire de la prédiction du mouvement. C’est-à-dire qu’il va analyser le mouvement et il va prédire où est-ce que vous allez être dans les prochaines secondes. Cela va permettre à l’appareil photo d’anticiper votre position, d’anticiper la mise au point et donc d’être beaucoup plus réactif.

Le problème avec cela c’est que : c’est très bien si votre mouvement, il est stable dans le sens où il va prédire les positions. Donc, cela va l’aider à anticiper. Donc, il va être encore meilleur. Mais si votre mouvement, vous accélérez, vous décélérez, vous partez à gauche, vous partez à droite, cela ne sert à rien de faire de la prédiction, parce que vous allez être sans arrêt à un endroit où de toute façon ce que vous êtes en train de filmer n’est pas. Donc, arrêtez tout de suite, cela ne sert à rien.

C’est pour cela que vous avez trois réglages. Ici, stable, cela veut dire que votre sujet est parfaitement stable. Il est vraiment très régulier. 2, votre sujet, cela ne sert à rien de faire de la prédiction. On désactive en fait l’algorithme. Concrètement, cela veut dire qu’il va réagir en fonction de ce qu’ils voient et donc à aucun moment il ne prédit. Et 1, c’est un mode entre les deux où il va faire un tout petit peu de prédiction, mais cela va rester très léger. Donc cela, c’est le deuxième des paramètres.

Changement de zone

Le troisième des paramètres, c’est le changement de zone, règle la sensibilité du changement du cadre de mise au point dans la zone. Concrètement, quand il détecte un changement de sujet. En fait, la question que l’appareil photo se pose, c’est : est-ce qu’il doit faire la mise au point, toujours sur le sujet qui est au centre de votre photo ou est-ce qu’il doit faire la mise au point sur ce qui est le plus proche de vous ?

Typiquement, l’exemple que j’aime bien prendre, c’est l’arrivée du tour de France. Vous êtes en train de prendre la ligne d’arrivée. Vous faites des photos, donc au niveau de la ligne d’arrivée du tour de France. On ne sait pas qui va gagner. C’est le sprint final. Il n’y a aucun moyen de savoir sur celui qui va gagner, il est au centre ou il est en position avant. Donc vous, vous mettez votre autofocus un peu où vous pouvez et vous pouvez indiquer à l’appareil photo : donne la priorité à ceux qui est devant.

Votre appareil photo va essayer de détecter quel est le sujet le plus proche de vous, dans votre zone, dans votre capteur et donc, il va donner la priorité, il va faire la mise au point sur ce qui est le plus en avant, en fait. Donc, cela veut dire que potentiellement si le sprinter, il est sur la gauche de l’image, il va détecter que c’est le plus en avant et il va faire la mise au point dessus.

À l’inverse, si vous vous mettez en mode centre, si le sujet que vous êtes en train de prendre, il est au centre, cela marche très bien. S’il dévie et il va sur un côté, l’appareil photo, lui, il va continuer de faire la mise au point sur ce qui est au centre. Vous êtes en train de lui dire : la priorité de ma photo, ce qui m’intéresse le plus, c’est vraiment ce qui est au centre. Donc, ce n’est pas du tout la même philosophie. De base, il est en automatique. C’est-à-dire que c’est lui qui va déterminer ce qui vous intéresse, c’est au centre ou c’est ce qui est le plus proche de vous. Mais vous voyez, cela va faire quand même une grosse différence sur votre photo.

Mode 6 : Personnalisé sur X-T2, X-Pro2 et X-H1

Donc ensuite, donc là, c’est sûr le X-T2, le X-Pro2 et sur le X-H1, vous avez la possibilité de faire ce mode numéro 6 ou vous pouvez faire votre tambouille et configurer comme vous voulez ces modes-là. Sur les autres appareils photo, vous allez retrouver cinq modes. Je voulais expliquer, parce que tout simplement, cela vous permet de comprendre comment sont paramétrés ces modes-là.

Les modes pré-définis

Le mode multifonctions, il faut comprendre qu’il attend modérément lorsqu’il détecte un changement de sujet. Que la vitesse de sensibilités, elle est mise sur 0. Donc, il va faire de la prédiction au maximum. Il va considérer que le mouvement est plutôt stable et il est sur auto. Donc, il ne donne pas spécialement de priorité, ni au centre, ni sur ce qui est devant. Dans le mode numéro 2, on est dans ignorer les obstacles et continuer à suivre le sujet. Donc regardez, il attend un cran de plus. Donc, il est un peu plus patient. Donc, on a la notion d’ignorer les obstacles.

La vitesse de sensibilité du suivi, elle est sûre 0. Donc, il continue à faire de la prédiction du mouvement. Donc, c’est la notion : continuer à suivre les sujets même si on ne le voit plus finalement et au niveau du changement de zone, on estime que cela va être toujours au centre.

Dans le mode numéro trois, c’est pour l’accélération et la décélération du sujet. Donc ici, on attend modérément s’il y a un changement de sujet. On désactive complètement la prédiction. Donc, on le lui dit : tu réagis en fonction de ce que tu vois. Donc, c’est la notion d’accélération et de décélération et en changement de zone, on est en auto.

Au niveau du mode numéro 4, on est sur l’apparition soudaine d’un sujet. Dans ce mode-là, regardez, sensibilité du suivi 0. Cela veut dire qu’on n’attend pas une seconde pour faire la mise au point. On fait la mise au point tout de suite, immédiatement sans attendre une milliseconde. Vitesse de sensibilité du suivi, là c’est pareil, on fait peu de prédiction. Donc la prédiction, elle est au milieu. Elle n’est pas désactivée, mais elle est déjà moindre parce que c’est normal, on est sur l’apparition soudaine d’un sujet. Donc, il faut faire la mise au point tout de suite. Et changement de zone, on est sur l’avant. Ce qui est le plus proche de nous, on fera la mise au point dessus.

Enfin, mode numéro 5 pour le déplacement et accélérer/décélérer aléatoire du sujet. Regardez ce que cela fait, sensibilité du suivi, on attend cran numéro 3. Vitesse que sensibilité du suivi, on ne fait aucune prédiction. Elle est carrément désactivée. Donc, elle est à deux. Et on est en changement de zone auto. Donc dans ce mode-là effectivement, on gère un déplacement, accélération, décéléré, aléatoire. Donc, c’est ce petit curseur ici qu’il y a.

Conclusion

Donc, j’espère qu’avec cette vidéo, vous aurez compris un peu ce menu-là qui paraît un peu obscur en général quand on le découvre. Pourtant vous voyez, la manière dont votre autofocus va réagir n’est pas du tout la même. Si vous restez toujours sur le mode multifonction, vous avez un délai. Votre autofocus, il est en train de prendre un délai ici, avec ce curseur-là. Alors que si ce que vous voulez faire, c’est ce genre de choses, c’est-à-dire l’apparition soudaine du sujet, le délai il faut le supprimer. Donc, si vous ne venez pas ici choisir dans quel mode vous avez en fonction de vos besoins, clairement l’autofocus, il ne fonctionne pas de manière la plus performante.

Si cette vidéo vous a été utile, lâchez-moi les pouces levés vers le haut. Vous êtes libre de recevoir le guide de démarrage ici, du fujiste débutant en cliquant sur les douze conseils qui sont juste là. N’oubliez pas de vous abonner à la chaîne en cliquant sur mon visage. N’oubliez pas de cliquer sur la petite cloche qui est juste en bas de la vidéo. Dites-moi en commentaire si cette vidéo vous a été utile, si vous continuez à vous poser des questions sur ces modes autofocus et si c’est toujours obscur. Et n’oubliez pas la masterclass sur class-fuji.com pour suivre tout cet ensemble de vidéo complet.