J’ai repassé 2 semaines à utiliser un Reflex Nikon D850 (alors que j’avais un Nikon D750 pendant 2 ans avant) après une période à utiliser que des hybrides Fujifilm X-T2 et X-T20 surtout. Quelles sont les différences entre un appareil photo reflex et hybride ?

On parle de ce qui m’a marqué quand j’ai repris le reflex : viseur, autofocus, rafale, bruit, obturateur…

La vidéo « Retourner au Reflex après un Hybride ? Retour d’expérience »

→ Cliquez ci-dessous pour démarrer la lecture de la vidéo :

Le script de la vidéo « Reflex ou hybride ? »

→ Attention, je vous aide en vidéo et le texte ci-dessous n’a pas vocation a être lu car il a été généré automatiquement. Intéressez-vous plutôt à la vidéo ci-dessus donc 🙂

 

C’est Damien. Alors, comme vous le savez avant de passer à Fujifilm, j’étais chez Nikon et j’avais un Nikon D750 qui a été mon appareil principal pendant deux ans. Il y a quelque temps, j’ai repris un reflex.

L’idée de cette vidéo, c’était de vous faire un peu le retour de qu’est-ce que j’ai pensé de ce retour aux reflex et finalement qu’est-ce qui vraiment ne me manque pas et qu’est-ce que là où j’estime qu’encore les reflex ont un petit avantage ?

Alors, la première des choses qui m’a gêné avec le retour aux reflex, c’est le bruit. Sincèrement, quand on s’est habitué au silence d’un hybride, supporter le bruit d’un reflex est devenu très difficile. En effet, c’est vrai que sur les hybrides, l’obturateur mécanique est beaucoup plus silencieux, je trouve que sur les reflex. Ensuite on a évidemment cet obturateur électronique qui une fois qu’on a compris quelles étaient ses limitations est un pur bonheur.

Retour d’expérience Reflex Nikon vers hybride Fujifilm

Franchement, j’ai fait un mariage et un baptême avec ce reflex et j’ai eu vraiment l’impression d’avoir une mitraillette. C’est-à-dire que je me sens vraiment gêné. Moi, je suis quelqu’un de nature quand même plutôt timide plutôt réservée. Je n’aime pas du tout m’imposer, je n’aime pas du tout faire de bruit. Je préfère que les gens ne me voient pas. Je préfère faire mes photos dans mon coin.

Vous prenez un reflex, vous vous mettez dans une salle de mairie ou dans une église, mais la terre entière sait que vous êtes en train de prendre des photos. Tout le monde le sait. Cela fait clac, clac, clac, clac, clac, clac. C’est une horreur. Donc vraiment, moi c’est peut-être le … Je sais que ce n’est pas le cas forcément de tout le monde et les photographes professionnels qui utilisent des reflex au quotidien, ils ont l’habitude de cela. Cela ne les gêne pas plus que cela.

Mais pour moi qui suis de nature plutôt : j’ai envie de m’effacer, oubliez-moi, je trouve que même je me sens gêné. Il y a le maire qui est en train de parler et tu es là à tes clac, clac, clac, clac, clac, clac. C’est vraiment insupportable.

Du coup, quelque part, je fais moins de photos qu’avec mon hybride parce que je me limite. J’estime que bon, il y a de meilleurs moments pour prendre des photos. Allez hop, on fait une minute de photos et après on essaye de limiter un peu parce que franchement cela fait beaucoup de bruits.

Les avantages de l’hybride

Moi, je suis vraiment un fervent utilisateur de la rafale, ou alors il faut faire une photo de temps en temps pour que ce soit plus raisonnable. Mais quelque part, je me sens bridé par ce bruit. Donc, c’est vraiment la première des choses.

Après évidemment, il y a le poids et l’encombrement. Mais bon, ce n’est pas quelque chose qui a été déterminant sur ce genre de choses-là. Le poids et l’encombrement à part en vacances ou etc. où effectivement se trimballer la grosse mallette du reflex, ce n’est pas terrible. Le reste du temps au quotidien, cela ne me gêne pas plus que cela. Mais évidemment, cela compte.

Ce qui m’a beaucoup manqué avec le reflex, c’est le viseur. C’est vrai que le viseur de l’hybride, on le critique, etc. Il a des défauts, il a ce petit lag, etc. Mais le viseur du reflex, c’est vrai que le fait qu’il soit dépourvu d’informations, qu’on ne puisse pas prévisualiser l’exposition, qu’on ne puisse pas prévisualiser la balance des blancs, etc., une fois qu’on s’y est habitué, on a un peu l’impression de revenir à la préhistoire, je trouve.

C’est vrai qu’on se dit : « mais attends, pourquoi je vais revenir à un viseur qui n’est pas capable de me montrer quel va être ma photo. Une fois que je me suis habitué à cela, j’ai l’habitude d’avoir mon niveau électronique directement dans le viseur, etc., cela devient plus difficile à supporter. »

Les avantages du Reflex en autofocus

Autre chose au niveau de l’autofocus, quand on est sur un reflex, on est habitué à avoir peu de point autofocus. C’est comme cela. Finalement, on fait avec. Quand on n’a jamais connu le fait d’avoir beaucoup de points autofocus, on ne se pose pas la question de pourquoi j’en ai aussi peu. On en avait encore moins il y a dix ans.

Après tout, on a l’habitude de faire la technique de mise au point au recadrage, etc. Des fois ou même certains ne bougent carrément jamais le collimateur, le laissent toujours au centre et font juste de la mise au point au cadrage. C’est l’habitude des uns et des autres.

Mais quand on a pris l’habitude d’avoir un hybride sur lequel on peut faire la mise au point quasiment partout sur l’écran, quand on arrive sur un reflex, on se retrouve un peu à l’étroit où on a ce collimateur-là qu’on ne peut pas vraiment mettre où on veut et parfois c’est quand même assez pénible. Je trouve que ce que nous propose l’hybride est vraiment plus confortable à ce niveau-là.

Par contre, maintenant on va parler de quels avantages à mon sens gardent les reflex par rapport aux hybrides. À mon sens, les reflex continuent d’avoir un avantage au niveau de l’autofocus. Vraiment, cet autofocus à corrélation de phase, il faudrait comprendre comment il fonctionne, mais grosso modo sur de l’hybride, on ne peut pas avoir de… C’est vraiment très difficile d’avoir de la vraie corrélation de phase.

Viseur reflex ou hybride ?

C’est Damien. Alors, comme vous le savez avant de passer à Fujifilm, j’étais chez Nikon et j’avais un Nikon D750 qui a été mon appareil principal pendant deux ans. Il y a quelque temps, j’ai repris un reflex.

L’idée de cette vidéo, c’était de vous faire un peu le retour de qu’est-ce que j’ai pensé de ce retour aux reflex et finalement qu’est-ce qui vraiment ne me manque pas et qu’est-ce que là où j’estime qu’encore les reflex ont un petit avantage ?

Alors, la première des choses qui m’a gêné avec le retour aux reflex, c’est le bruit. Sincèrement, quand on s’est habitué au silence d’un hybride, supporter le bruit d’un reflex est devenu très difficile. En effet, c’est vrai que sur les hybrides, l’obturateur mécanique est beaucoup plus silencieux, je trouve que sur les reflex. Ensuite on a évidemment cet obturateur électronique qui une fois qu’on a compris quelles étaient ses limitations est un pur bonheur.

Franchement, j’ai fait un mariage et un baptême avec ce reflex et j’ai eu vraiment l’impression d’avoir une mitraillette. C’est-à-dire que je me sens vraiment gêné. Moi, je suis quelqu’un de nature quand même plutôt timide plutôt réservée. Je n’aime pas du tout m’imposer, je n’aime pas du tout faire de bruit. Je préfère que les gens ne me voient pas. Je préfère faire mes photos dans mon coin.

Les reflex ont des inconvénients

Vous prenez un reflex, vous vous mettez dans une salle de mairie ou dans une église, mais la terre entière sait que vous êtes en train de prendre des photos. Tout le monde le sait. Cela fait clac, clac, clac, clac, clac, clac. C’est une horreur. Donc vraiment, moi c’est peut-être le … Je sais que ce n’est pas le cas forcément de tout le monde et les photographes professionnels qui utilisent des reflex au quotidien, ils ont l’habitude de cela. Cela ne les gêne pas plus que cela.

Mais pour moi qui suis de nature plutôt : j’ai envie de m’effacer, oubliez-moi, je trouve que même je me sens gêné. Il y a le maire qui est en train de parler et tu es là à tes clac, clac, clac, clac, clac, clac. C’est vraiment insupportable.

Du coup, quelque part, je fais moins de photos qu’avec mon hybride parce que je me limite. J’estime que bon, il y a de meilleurs moments pour prendre des photos. Allez hop, on fait une minute de photos et après on essaye de limiter un peu parce que franchement cela fait beaucoup de bruits.

Moi, je suis vraiment un fervent utilisateur de la rafale, ou alors il faut faire une photo de temps en temps pour que ce soit plus raisonnable. Mais quelque part, je me sens bridé par ce bruit. Donc, c’est vraiment la première des choses.

Après évidemment, il y a le poids et l’encombrement. Mais bon, ce n’est pas quelque chose qui a été déterminant sur ce genre de choses-là. Le poids et l’encombrement à part en vacances ou etc. où effectivement se trimballer la grosse mallette du reflex, ce n’est pas terrible. Le reste du temps au quotidien, cela ne me gêne pas plus que cela. Mais évidemment, cela compte.

Les hybrides vous montrent votre photo

Ce qui m’a beaucoup manqué avec le reflex, c’est le viseur. C’est vrai que le viseur de l’hybride, on le critique, etc. Il a des défauts, il a ce petit lag, etc. Mais le viseur du reflex, c’est vrai que le fait qu’il soit dépourvu d’informations, qu’on ne puisse pas prévisualiser l’exposition, qu’on ne puisse pas prévisualiser la balance des blancs, etc., une fois qu’on s’y est habitué, on a un peu l’impression de revenir à la préhistoire, je trouve.

C’est vrai qu’on se dit : « mais attends, pourquoi je vais revenir à un viseur qui n’est pas capable de me montrer quel va être ma photo. Une fois que je me suis habitué à cela, j’ai l’habitude d’avoir mon niveau électronique directement dans le viseur, etc., cela devient plus difficile à supporter. »

Autre chose au niveau de l’autofocus, quand on est sur un reflex, on est habitué à avoir peu de point autofocus. C’est comme cela. Finalement, on fait avec. Quand on n’a jamais connu le fait d’avoir beaucoup de points autofocus, on ne se pose pas la question de pourquoi j’en ai aussi peu. On en avait encore moins il y a dix ans.

Après tout, on a l’habitude de faire la technique de mise au point au recadrage, etc. Des fois ou même certains ne bougent carrément jamais le collimateur, le laissent toujours au centre et font juste de la mise au point au cadrage. C’est l’habitude des uns et des autres.

Mais quand on a pris l’habitude d’avoir un hybride sur lequel on peut faire la mise au point quasiment partout sur l’écran, quand on arrive sur un reflex, on se retrouve un peu à l’étroit où on a ce collimateur-là qu’on ne peut pas vraiment mettre où on veut et parfois c’est quand même assez pénible. Je trouve que ce que nous propose l’hybride est vraiment plus confortable à ce niveau-là.

Par contre, maintenant on va parler de quels avantages à mon sens gardent les reflex par rapport aux hybrides. À mon sens, les reflex continuent d’avoir un avantage au niveau de l’autofocus. Vraiment, cet autofocus à corrélation de phase, il faudrait comprendre comment il fonctionne, mais grosso modo sur de l’hybride, on ne peut pas avoir de… C’est vraiment très difficile d’avoir de la vraie corrélation de phase.

Sur le reflex, le reflex peut vraiment le faire puisqu’on est dans un processus qui est 100 % optique et la corrélation de phase est justement l’étude en fait des faisceaux lumineux. Ce qui va permettre ou avec un peu de physiques de déterminer une distance. Bref, c’est un peu compliqué, mais c’est vrai que les reflex sont à mon sens meilleurs en autofocus. Toujours aujourd’hui, ce sont eux qui sont les plus précis et ce sont eux qui sont les plus rapides. Donc, c’est vrai qu’à ce niveau-là, je peux reconnaître que les hybrides restent encore un peu en deçà des reflex.

Ensuite, l’autre avantage, l’énorme avantage des reflex, c’est leur parc optique. En fait moi, j’ai vraiment l’impression que cela va se positionner comme cela. Je pense que l’avenir de la photo, ce sont les hybrides et je pense que le haut de gamme, le futur haut de gamme, ce sont les hybrides. Ce ne sont pas les reflex. Je ne crois pas moi. On voit aujourd’hui Sony qui propose des choses absolument folles dans cinq ou dix ans. Je pense que le haut de gamme, ce sera les hybrides. Ce sera la solution, la meilleure et ce sera la solution la plus chère aussi, je pense.

Le milieu de gamme, ce sera les reflex qui vont proposer des solutions qui seront moins chères, qui seront presque aussi performants, mais qui seront plus gros avec un peu moins de fonctions que forcément elles ne peuvent pas avoir les reflex par rapport aux hybrides.

Canon et Nikon vs Fujifilm

Mais bon, l’avantage qu’ont les reflex, c’est leur parc optique, leur prix. Pour moi, un reflex cela coûte moins cher aujourd’hui qu’un hybride. On est capable de trouver des reflex vraiment à bon prix maintenant, alors que sur des hybrides, c’est beaucoup plus compliqué. On a un marché d’occasion sur les reflex qui est incomparable, vraiment, on a des optiques.

Mais quand je vais sur leboncoin et que tu tapes Canon ou Nikon, il y a 200 optiques qui sont à vendre, qui sont prêtes, etc. Tapez Fujifilm, vous n’avez rien. Sur toute la France, vous avez cinq optiques qui se battent en duel et elles sont presque au prix du neuf. Donc, ce n’est pas vraiment très intéressant. Encore une fois, comme c’est l’offre et la demande, comme il y a beaucoup de demandes, mais qu’il n’y a pas beaucoup d’offres, forcément les prix ne baissent pas.

Un marché de l’occasion riche pour les reflex

Voilà quelques petites pensées entre les reflex et les hybrides et mon retour d’expérience d’un petit retour de deux, trois semaines sur un reflex.

Écoutez, si vous avez apprécié cette vidéo, lâchez-moi un pouce levé vers le haut. Si vous avez des questions ou des commentaires à propos de ce que je viens de dire, cela se passe juste en dessous de cette vidéo et je vous réponds. Si vous découvrez la chaîne avec cette vidéo, cliquez sur mon visage, vous avez le bouton s’abonner. Juste en bas de cette vidéo, vous avez la petite cloche pour être prévenu des prochaines vidéos sinon YouTube ne vous préviendra pas. Il ne me reste plus qu’à vous souhaiter une excellente journée et à bientôt.