Bienvenue sur Les Guides Fujifilm ! Comme ce n'est pas la 1ère fois que vous venez ici, vous voudrez sans doute regarder les 12 conseils 100% FUJI pour débuter sans stress 🙂 Cliquez ici (gratuit) !

Allez aussi voir du coté des Masterclass Fuji X : ICI


Je partage avec vous mes dernières photos 2018 ! Comme d’habitude, j’emporte mes Fujifilm X-T20 et X-T2 chaque fois que je sors et je tente d’immortaliser tout ce qui se présente à moi. Cette fois, ce sont donc des photos variées : workshop Cascade avec Olivier Rocq, photos de paysage, photos d’enfant et animalier.

 

Exemple photo avec hybride Fujifilm

Bonjour à tous !

Aujourd’hui, une vidéo un peu spéciale où je vais vous montrer mes photos. En effet, il y a quelque temps, j’ai fait un sondage où je vous demandais de me donner les modèles de votre appareil photo et juste en dessous, il y avait un champ pour me laisser passer un message. Vous avez été quelques-uns à me dire : Damien, où est-ce que je peux voir tes photos ? Où est-ce que je peux trouver ton matériel ? Où est-ce que bon bref ?

Effectivement, il n’y a pas d’endroit finalement où voir mes photos. C’est vrai que je ne les mets pas sur Facebook. Je ne les mets pas non plus sur Instagram. J’ai essayé pendant un moment de m’y tenir, mais finalement j’ai vite lâché l’affaire, tout simplement parce que j’ai du mal à mettre cela dans mon process.

Lightroom ne permet pas d’exporter et d’envoyer directement une photo sur Instagram. Les mots clés ne peuvent pas être générés facilement. Bref ou alors, je ne m’y connais rien à Instagram. Sincèrement, ce n’est pas un sujet qui m’intéresse énormément non plus. Du coup, c’est vrai que je n’ai pas mis beaucoup d’efforts sur continuer à appuyer des photos dans Instagram.

Photo Fujifilm X-T2

Je continue de prendre des photos. Je n’ai jamais arrêté. Je m’amuse toujours avec mes appareils photo et je n’ai pas de regret à utiliser un Fujifilm que les choses soient clair. Donc, je ne suis pas du tout passé chez Sony comme certains ont pu me le dire : « Damien, tu ne postes pas tes photos parce que finalement tu prends tes photos avec un Sony. »

Non, ce n’est pas du tout, mais alors pas du tout le cas. D’ailleurs, je n’ai pas une seule photo prise avec un Sony et même si j’en avais sincèrement, je ne vois pas pourquoi j’aurais honte d’avoir pris mes photos avec un Sony.

Bref, c’est encore une fois ce débat de matériel qui m’étonne toujours un peu. Ce n’est pas l’appareil photo ou ce n’est pas Iridient qui va faire que votre photo, elle n’est pas bonne ou elle est bonne. Franchement, cela n’a rien à avoir dans le débat. L’appareil photo, si vous ne savez pas quoi en faire, vous avez beau avoir un Fujifilm ou un Sony, votre photo ne sera pas meilleure. Toujours un peu étonné par ces remarques-là, bref.

En tout cas pour revenir à notre sujet, j’ai demandé à ma femme de faire comme au mois d’août où elle avait fait une sélection de photos. Donc, elle a sélectionné une cinquantaine de photos et on va balayer les 50 photos. Je n’ai pas de concept précis de vous commenter les photos, de vous dire pourquoi j’ai fait telle ou telle photo.

Si vous n’aimez pas le son que j’ai sur les vidéos au micro, je suis désolé. Le son n’a pas changé. Bon, je ne vois pas un énorme problème, mais je sais que certains d’entre vous qui doivent avoir l’oreille plus aiguisée que d’autres trouvent que le son est plutôt moyen. Donc, il faut que je me renseigne sur le son, je n’y connais absolument rien. Je préfère faire de l’image que de faire du son. Cela m’ennuie le son, je suis désolé.

On va commencer avec les photos, donc sélection de 50 photos prises récemment. La plus vieille doit être du mois de février. Quand je vous dis récemment, c’est vraiment récemment de chez récemment. Voilà, je vous les mets en plein écran. On regardera les Exifs s’il y a besoin.

Photo Fujifilm X-T20

Alors sur celle-là, c’est une photo faite par un workshop avec Olivier Roche, un photographe que j’adore et avec qui je fais différent voyage en ce moment. Donc, il y en a plusieurs de prévus aussi. C’est plutôt sympa.

Alors, sachez que ces photos-là, elles passent dans lightroom toutes. Par contre, il n’y en a aucune qui passent dans Photoshop et aucune qui passent dans Nik Collection et compagne. C’est vraiment du 100 % Lightroom. C’est quelque chose auquel je m’applique puisque ayant une formation moi-même à lightroom, j’essaye de faire un maximum de choses avec pour seul outil lightroom et de ne pas rentrer dans des processus de développement photo trop complexes.

Une photo voilà, pose longue probablement d’une seconde, je pense. Je n’en sais rien d’ailleurs. Je vais l’afficher : 1,6 seconde F8 ISO 200. Une composition en mettant la chute sur un point de force. L’eau qui part par les coins sur les côtés et cela fonctionne je trouve plutôt pas mal.

Suivante, alors ici c’est quasiment un workshop de composition. C’est marrant. C’était une scène vraiment intéressante et on a tourné autour de la scène. Encore, je n’ai pas mis toutes les photos puisqu’il y avait même des photos prises de derrière la cascade. Il y en avait certaines prises par des participants qui étaient vraiment très intéressants.

J’ai loupé la mienne malheureusement parce que je n’avais pas fait une belle séparation du plan, mais il avait quelque chose à faire aussi. Cela montre bien qu’il faut tourner autour d’un élément quand on veut pouvoir arriver à trouver la bonne composition.

Donc ici vu de gauche, je me suis servi finalement d’abord du bord de la rivière, enfin de la rivière, de l’espèce de petit lac-là, je ne sais pas trop ce que c’était pour amener finalement vers la chute là-bas.

Ici, j’ai sorti le Samyang. On a donc cet effet ultra grand-angle. J’ai pu rentrer beaucoup plus dans la roche et on a comme ce V qui se crée, qui vient de la droite vers la gauche, avec ici une vue très contrastée que j’ai essayée comme une représentation, un espèce de monstre qui vient cracher son eau là-bas. Cela m’avait bien intéressé cette vue-là.

Là, on est complètement de l’autre côté. Tout à l’heure, on regardait ce qui était en face. Les photos étaient prises complètement en face. On s’aperçoit que quand on vient de l’autre côté, la vue n’est plus du tout la même. On ne dirait pas du tout la même cascade. Alors ici, j’ai fait attention en réglant le trépied à ce que les éléments ne se chevauchent pas.

Vous pouvez remarquer que la pierre ici et les bouts de bois partout, il n’y en a aucun qui vient se superposer. Il n’y a rien qui est coupé. C’est grosso modo ce qui a vraiment guidé au maximum la composition.

Autre photo, cette fois-ci en zoomant beaucoup plus. Donc là encore, on s’aperçoit et je trouve que la photo est vraiment différente des autres. Elle ne véhicule pas du tout les mêmes choses. Enfin la photo vue d’en face donc là en centrant la composition, chute au milieu. J’ai essayé de mettre la fameuse ligne du V pareil au milieu. Je m’en suis servi finalement comme un espèce d’horizon. Ce qui m’a permis d’avoir cette photo-là que je trouve assez sereine finalement. J’aime bien ce qu’elle dégage.

Photo Fujifilm X-H1

Donc en pose longue comme cela, le filet d’eau d’ailleurs, il est un peu trop bleu à mon goût. Au posttraitement, j’aurais dû le rendre un peu plus blanc que cela. L’eau est trop bleue. Je ne m’en étais pas perçu.

La suite, c’est le château d’or. Je crois un truc comme cela sur la Côte d’Azur. Ce sont des photos prises pendant les vacances. Temps nuageux, un petit coucher de soleil, on a des tons chauds, des tons froids, toujours intéressants et des espèces de rayons de soleil un peu partout, j’ai bien aimé prendre cette photo. Je crois que c’est un bracketing de trois photos de mémoire.

Bon voilà Fréjus le cloître. Une église, comme d’habitude la composition classique où on prend en portrait. On se sert de lignes formées ici par les bancs pour amener vers l’autel au fond et on a quelque chose qui marche plutôt bien. On fait attention à ne pas cramer les vitraux pour ne pas perdre les informations ici, comme on peut voir en haut où elles sont toutes blanches.

Pareil ici, c’est vrai que la photo que la plupart des gens prennent, ils se mettent de l’autre côté du banc et ils font une photo en portrait avec juste cela. Là, j’ai essayé une composition un tout petit peu plus travaillée en se reculant un peu, en se servant du banc finalement pour amener des lignes directrices vers l’autel ici en or, de par sa saturation qui vient de toute façon se démarquer de la composition. On a la croix sur la droite qui marche plutôt bien à mon goût.

Voilà une photo de paysage, de nombreuses criques qu’on trouve tout au long de la corniche d’or. Bon voilà, j’ai essayé de mettre l’escalier sur la droite qui arrive juste au coin qu’il ne soit pas trop sombre. Je crois que c’est un bracketing aussi celle-là.

Une pause longue quand même, j’ai voulu garder du mouvement dans l’eau, mais je n’ai pas voulu garder tout le mouvement parce que c’était un peu trop désordonné et cela permet de retrouver toutes ces bordures blanches qui je trouve sont assez intéressantes. Bon, j’avais mis l’horizon sur le tiers en eau parce que sincèrement, le ciel n’était pas très intéressant sur cette composition-là.

Voilà une photo qui peut marcher dans le thème vacance si un jour il y a un concours thème vacance : une trottinette, un casque, devant la mer et les oiseaux, donc une séparation des plans. Je n’ai pas voulu que tout soit net parce que j’ai voulu que ce soit la trottinette qui serve de sujet principal, mais on arrive finalement quand même bien à distinguer les oiseaux derrières. C’était quand même finalement le but.

Bon des photos d’enfants, c’est normal. Je fais beaucoup de photos d’enfants prises sur le vif. On leur demande de courir dans tous les sens et on se débrouille pour essayer de choper de bonnes photos. Je crois que c’est une des photos qui sont prises au 90 mm cela. Si je zoome dedans, on s’aperçoit que c’est vraiment extrêmement net.

Bon voilà le fort de Brégançon. Pas extrêmement jolie ces branches, pas partisan moi de ces branches-là. J’avais trouvé cela marrant de voir le fort de Brégançon à gauche et à droite juste des éclairs. C’était vraiment sympa. Cela compte. Cela venait apporter un équilibre, je trouve, à la photo. C’était vraiment sympa. J’ai décidé de mettre l’horizon au centre sur cette photo-là.

Voilà sur le port de Saint-Tropez, un coucher de soleil. J’ai voulu me servir des bateaux comme ligne directrice un peu. Je ne sais pas trop si cela marche bien, mais il y a le premier bateau qui amène vers l’avant, l’autre bateau qui amène vers la droite. Cela débouche à peu près sur le soleil. Photo de paysage sur une vue d’en haut. Une autre cascade, toujours à peu près les mêmes compositions.

Cela, c’était à Monaco. Ce qui m’avait fait marrer, c’était la couleur de cette eau. Il ne faut pas croire que c’est du lightroom surtouché avec des saturations poussées. Sincèrement, elle était exactement comme cela. Ici, je crois que j’ai effacé un poteau sur cette photo qui venait gêner un peu le regard.

Par contre, j’ai attendu c’était une rafale. Il y avait le bateau ici qui était en train de bouger et en fait, je voulais le moment où encore une fois c’était séparé. C’est-à-dire qu’on avait bien une séparation ici entre le bateau et le bâtiment qui était là. Le deuxième bateau est ce bateau-là.

À noter que je n’ai pas supprimé ce bâtiment-là parce que j’ai vraiment voulu aimer utiliser ces petites lignes directrices qui je trouve permettent quand même de rentrer dans l’image. Pour le reste, le ciel me plaisait bien. Donc, j’ai donné deux tiers au ciel parce que j’aimais bien cette composition du ciel qui je trouvais donnait un petit côté dynamique à l’image.

Celle-là, j’ai fait un peu plus de développement, je pense, que les autres. Si on regarde le avant, on retrouve bien voilà. Le avant était un peu sous-exposé parce que je voulais vraiment garder le ciel. J’ai juste surexposé, mais la couleur de l’eau est exactement comme cela et j’ai fait disparaître le poteau qu’on peut voir ici qui n’apportait vraiment pas grand-chose ce poteau-là.

Donc un garde du palais de Monaco, une composition horizontale, le classique. Ici, on est plutôt sur un cas à leki, mais j’ai bien aimé le contraste parce que lui, il était dans une petite maisonnette qui était extrêmement sombre. Et derrière lui et autour de lui, c’était plutôt clair. J’ai bien aimé faire cette photo.

Voilà de l’animalier, d’ailleurs on va en voir pas mal dans cette série-là : un perroquet, un oiseau qui mange. Un oiseau qui mange toujours avec les pétales. Je crois qu’il y a un peu plus de posttraitement sur celle-là, si je me rappelle bien. Oui, on voit qu’elle manquait un peu de peps cette photo. On avait cette feuille ici qui était un peu trop saturé sur le devant. Donc, j’ai essayé de ramener le regard vraiment sur la fleur et sur le perroquet et d’enlever cette feuille-là qui était devant moi, qui était dans la zone floue qui me dérangeait un peu quand même.

D’autre perroquet, toujours le regard marrant de ces perroquets, les yeux. Un perroquet à maquereau, c’est une photo, je crois, prise à 12800 ISO parce que je voulais à tout prix… On était à l’intérieur, je crois. Très peu de lumière, c’était quand même assez sombre et je voulais à tout prix arriver à figer le mouvement. Je crois qu’on doit être à 1/8000e de seconde sur cette photo-là.

Par contre, on est à 12800 si je zoome dans l’image. On doit avoir énormément de bruit. Ce qui sincèrement ne me gêne pas plus que cela le bruit, je le redis et je le re-redis en permanence. Mais le bruit, ce n’est pas un problème. Si je venais à tirer cette photo-là sincèrement, on ne le verrait pas beaucoup. Mais là effectivement, on s’aperçoit qu’évidemment il y a du bruit. Mais au moins le mouvement est vraiment parfaitement figé. On voit bien les plumes. On voit bien les formes. Les formes des ailes, c’est vraiment sympa.

Autre photo de paysage, j’ai fait partir le bord de l’eau d’un coin de l’image. Donc, on va jusqu’à un tiers au niveau de l’horizon. J’ai fait attention de ne pas couper les vagues ici sur la droite. Et ici, j’ai gardé le mouvement des vagues. Je n’ai pas fait de pause longue. Je crois que par contre j’ai fait un gros nettoyage du sable si je me souviens bien de cette photo-là. Le sable qui est vraiment marqué de mémoire.

On va regarder le avant. Voilà ! Donc avant, cela manque toujours un peu de contraste, mais on a surtout ce cœur-là ici, avec quelque chose qu’il y avait marqué ici. Je ne sais pas exactement ce que c’est, un espèce de cœur, des traces de pas ici en V. J’ai nettoyé tout cela de façon à faire disparaître. Cela n’apportait absolument rien à la photo, je trouve. Donc, cela ne va pas nous manquer.

Je remets en plein écran. Alors cela, c’est la tempête. On a une grosse tempête en méditerranée. Cela a été l’occasion de faire des photos de tempête. C’est vraiment génial à faire dans des conditions un peu difficiles avec du vent de folie, des embruns de folie. Ce n’est pas un sentiment qui est facile à faire passer la tempête. Ici, je crois que c’est pris au téléobjectif. On voit donc la compression des plans qui rapproche les vagues. Mais cela m’a permis de j’espère, faire sortir ici qu’il y avait une digue.

Donc quand même, on voit un peu les pierres. On se rend bien compte à quel point tous les éléments sont déchaînés. Bon celle-là, je l’avais mis sur Facebook. Celle-là par contre, on n’a pas besoin de zoomer pour savoir que les éléments sont déchaînés. C’est le phare qui vient servir d’échelle.

Une photo qui est extrêmement posttraitée celle-là. Vraiment, il y a un posttraitement uniquement lightroom qui est vraiment important. Cela, c’est la photo d’origine. Elle est prise au 200 mm. C’était à peu près ce qu’on voyait en vrai. C’était dans des conditions vraiment extrêmement difficiles.

Bon voilà toujours la tempête. Ici, c’était la succession des plans et la succession des vagues que je souhaitais mettre en exergue. J’ai volontairement gardé ici cette absence de contraste sur le bas pour donner cette impression de profondeur de champ.

Des photos d’enfants. Voilà toujours pareil, j’aime bien utiliser les lignes directrices, m’amuser. Ici, c’était les traces d’un pneu. De la macro, c’est fait avec le XF80, le focus sur un seul pétale. Pareil ici, un abricotier en fleur. De la macro avec une araignée qui était posée, je crois, sur le thermomètre de piscine. Je crois de mémoire que c’est une tortue qui sert de thermomètre dans la piscine.

Donc celle-là, je crois qu’elle est prise avec un flash annulaire, si je ne dis pas de bêtises. Bon comme d’habitude avec de la macro, une profondeur de champ extrêmement réduite, mais elle est quand même très nette cette photo.

Cela s’est pris au lever du soleil. Donc, on a le lever du soleil qui est de l’autre côté en face qui vient permettre de surligner la crinière. J’aime bien l’aura que cela lui fait, avec le héron garde-bœuf qui est juste en face qui le regarde. J’ai bien aimé cette photo.

Alors là, c’est la réserve africaine, la réserve africaine de Sigean. Bon voilà un ours qui a l’air vraiment sympathique. Il a défoncé une voiture. Juste avant, il a agressé une bagnole. Bon bref ! Il lui a flingué le pneu, flingué l’espèce de clignotant qu’elle avait sur le côté de la bagnole. Il a bien rayé la voiture.

Un zèbre. Alors ici, c’est fait vraiment en leki aussi pour vraiment venir essayer de souligner les contrastes. Un flamant rose, on peut apprécier la netteté. Je crois que c’est pris au 100-400 cela. Si vous regardez la netteté notamment de tous les détails qu’il y  a dans le bec et dans l’œil, franchement c’est topissime. Je suis très content de ce 100-400.

Cela, c’est pris au X-H1. Franchement, j’ai passé une heure à photographier les pélicans ce jour-là. Sincèrement, le X-H1 est vraiment meilleur je trouve que le X-T2. Je pense que c’est dû à l’algorithme de phase qui marche maintenant avec une plus grande amplitude. Mais sincèrement, le suivi n’est vraiment pas mauvais.

Alors que sur le X-T2, j’avais plus de mal. Sur le X-H1, c’est vraiment sympa et j’ai des tonnes de photos de pélican comme cela qui fonctionne très bien. On regarde la rafale de 20 images, les 20 images sont nettes. Bon toujours pareil, une très bonne netteté, aucun problème.

Alors cela, j’aime bien aussi de temps en temps ce cadrage. Bon, c’est toujours le problème quand on va dans des réserves comme cela ou des zoos d’ailleurs. On a toujours la difficulté d’arriver à sortir une bonne image parce que bon voilà, faire une photo avec cet animal-là, on peut, enfin voilà.

J’aime bien ces images-là qui viennent couper en deux finalement le visage, qui viennent essayer de créer une espèce de symétrie. On n’a pas besoin de voir tout l’animal pour se rendre compte à peu près ce que c’est. Moi, j’aime bien faire ce genre de choses.

Voilà un croco, le grand classique. Encore une fois, on peut apprécier la netteté, il n’y a pas de problème. Un ours, assez difficile à photographier cela puisqu’avec son pelage noir, en fait on a tendance soit l’avoir bouché, soit cramé le fond. Ce sont des photos qui ne sont vraiment pas évidentes à faire. Et ici, on peut presque compter les poils. On n’a pas de problème de netteté. On voit bien son espèce d’œil rouge.

Voilà un leki, c’est en partie pris en noir et blanc avec cette espèce de bâtiment sur lequel il était appuyé. J’aimais bien. Cela faisait comme une ligne qui va vers lui et on avait eu du soleil qui vient vraiment faire le contour du museau. Bon voilà les œufs de Pâques et la dernière photo, je crois, de mon fils qui trouve ces œufs de Pâques.

J’espère que tout cela vous a plu. En tout cas, j’ai été content de partager ces photos avec vous, donc des photos un peu de tout. De toute façon, j’essaye juste… En fait finalement le principal, c’est que je sois content de mes photos, que j’ai eu l’impression de me faire plaisir et que je n’ai pas de frustration de dire : « là, il se passait quelque chose d’intéressant et je n’ai pas été capable de le photographier. »

Je pense que personnellement c’est vraiment le sentiment qui est le plus important. C’est-à-dire que si vous avez le sentiment que vous avez des trucs incroyables devant vous et que vous n’êtes pas capables de le photographier, je trouve que là oui c’est vraiment utile de vous poser la question : comment je pourrais être capable de faire les photos que je mérite, des choses où je vois des trucs incroyables et mes photos derrière, elles sont banales.

Donc si c’est votre cas, je pense qu’effectivement il est intéressant de s’interroger sur comment faire pour arriver à capturer ce genre de choses. Mais pour autant après voilà, personnellement, je n’ai pas de problème avec mes photos et ce n’est pas un Sony, ou un Panasonic, ou n’importe quel appareil photo qui va faire la différence.

De même est-ce que je fais des meilleures photos avec mon Fujifilm que j’en faisais avant avec mon D750 de chez Nikon. J’ai envie de répondre oui. En fait pourquoi oui, tout simplement parce que mon Fujifilm, je l’ai plus souvent avec moi que mon Nikon. Donc, je l’ai plus souvent avec moi parce que déjà il est plus silencieux.

Il y a plein d’occasions où avec le Nikon, bon voilà personnellement, je suis tout timide, je n’ai pas envie de faire de bruit qu’avec mon Fujifilm et mon obturateur électronique, je suis bien content de l’avoir. Ensuite, je l’ai plus souvent avec moi parce qu’il est tout simplement plus petit. Mon Nikon, il était tellement gros que voilà, il y avait beaucoup de fois où je ne l’avais pas. Je le dis souvent, la pire des photos c’est celle que vous n’avez pas.

Donc oui, je pense que mon Fujifilm me permet de prendre de meilleures photos que ce que me permettait avant mon Nikon. J’en suis toujours extrêmement content. Je n’ai aucune intention de passer chez Sony et même si je venais à passer chez Sony, je ne vois pas en quoi cela viendrait poser un problème. Est-ce que mes photos avec le Sony seraient meilleures avec mes photos avec Fujifilm ? Sincèrement, je n’y crois pas une seconde. Je ne vois pas, enfin voilà.

Ce sont les mails et les commentaires qui me font réagir comme cela, je suis désolé. Mais, je ne vois pas en quoi le matériel va venir influencer la photo. Le matériel, il est juste là finalement pour vous permettre de prendre des photos. Vous donnez à un bon photographe un Sony et un Fujifilm, il prendra exactement les mêmes photos.

Sauf dans des cas bien particuliers où effectivement si on demande un autofocus ultra précis, ultra rapide dans des situations un peu particulières, bon pourquoi pas. Il y a certaines photos que le Fujifilm n’arrivera pas à faire. Enfin de manière générale, il y a 95 % des photos qui ne vont pas être meilleures entre deux appareils photo. C’est juste des outils pour faire de la photo.

Au passage, je ne l’ai pas dit, mais pour ceux qui se demandent : pourquoi ce décor-là ? Tout simplement parce que je viens de terminer une session de 2 heures sur la photo au flash et que je voulais tourner rapidement cette vidéo pour être capable ensuite d’enchaîner. L’ordinateur est inutilisable puisqu’il est en train d’exporter le cours du flash. Donc du coup, j’avais du temps à tuer. Je me suis dit que je veux faire cette vidéo et j’ai eu la flemme de ranger.

Vous savez tout. Si vous trouvez la chaîne utile, lâchez-moi les pouces levés vers le haut. En complément de cette vidéo, vous êtes libre de recevoir les 12 conseils du fujiste débutant ici en cliquant sur les 12 conseils-là qui sont juste là. Cliquez dessus. Cliquez sur mon visage pour vous abonner à la chaîne. N’oubliez pas la cloche juste en bas de la vidéo pour être prévenu des prochaines vidéos sinon YouTube ne vous préviendra pas.

Et vous, dites-moi en commentaire : est-ce que vous faites des photos ? Est-ce que vous pensez être un photographe plutôt professionnel ou amateur et qu’est-ce qui distingue un professionnel d’un amateur ?

À bientôt sur la chaîne !