Bienvenue sur Les Guides Fujifilm ! Comme ce n'est pas la 1ère fois que vous venez ici, vous voudrez sans doute regarder les 12 conseils 100% FUJI pour débuter sans stress 🙂 Cliquez ici (gratuit) !

Allez aussi voir du coté des Masterclass Fuji X : ICI


Préparer et Exporter une photo dans Lightroom avant un tirage peut vite tourner au casse tête et il est courant d’être finalement déçu par le résultat… on fait le point ensemble sur toutes les étapes a suivre pour mettre toutes les chances de son coté.

– Calibrer votre écran avec une sonde
Réduire la luminosité de l’écran à 90 Cd/m2
– Se procurer le profil ICC de l’imprimeur
– Faire un épreuvage écran pour simuler le rendu du tirage
– Mode de rendu = Perception
– Ne pas cocher « simuler la teinte et le papier »
– Exporter en JPG sans incorporé le profil ICC de l’imprimeur, choisissez Adobe RVB
– Résolution = 300
– N’ajoutez pas de netteté

Imprimeur conseillé pour un bon rapport qualité/prix : PhotoWeb et Saal Digital

Icc Photoweb : https://www.photoweb.fr/espaces/magazine/introduction-telechargement-profil-icc/

Icc Saal Digital : https://www.saal-digital.fr/service/profil-icc/

 

La vidéo « Export photo pour tirage dans Lightroom »

→ Cliquez ci-dessous pour démarrer la lecture de la vidéo :

 

Le script de la vidéo « Comment exporter dans Lightroom avec les bons paramètre pour une impression »

→ Attention, je vous aide en vidéo et le texte ci-dessous n’a pas vocation a être lu car il a été généré automatiquement. Intéressez-vous plutôt à la vidéo ci-dessus donc 🙂

 

Avec le X-T3, je n’ai pas eu le temps de vous répondre avant, mais vous avez été nombreux depuis la fin de l’été là à m’interroger sur la bonne manière d’exporter vos photos depuis lightroom pour obtenir un JPG que vous pourrez donner à l’imprimeur et pour lequel surtout vous ne serez pas déçus des résultats. Donc l’idée ici, c’est de partager avec vous, moi comment je fais ? J’ai fait quelques tests pour essayer de vous montrer concrètement, cela ne passe pas très bien en vidéo d’après mes premiers tests, mais on va essayer quand même. Donc la première chose à savoir, c’est qu’il vous faut que votre écran soit calibré par une sonde. Alors si vous n’avez pas une, je vous engage à en acquérir une.

Il faut calibrer votre écran

Sincèrement, cela vaut vraiment le coup parce que même si vous avez un écran haut de gamme, vous n’êtes pas sûrs et certains que les couleurs qu’il vous affiche sont les bonnes couleurs et cela il y a vraiment une calibration par une sonde qui va pouvoir vous assurer que ce que vous voyez à l’écran c’est la vérité. Sinon potentiellement, vous n’avez pas les bons verts, vous n’avez pas les bons rouges, en fait tout simplement vous êtes en train de travailler sur une image qui n’est pas la bonne. Donc, calibrer votre écran, c’est le premier des conseils que j’ai envie de vous donner. On ne va pas revenir ici sur comment calibrer l’écran, mais c’est une étape qui est primordiale avant même de penser à faire un tirage photo.

Test tirage photo

Alors moi, ici j’ai fait des tirages dans deux imprimeurs que je vous conseille qui sont photoweb et saal digital. Grosso modo sincèrement, il n’y a pas de quoi les départager dans mes tirages, prenez l’un ou prenez l’autre, cela ne change pas grand-chose. Ce qui est certain par contre, c’est qu’en fonction des options que vous allez mettre dans lightroom, potentiellement vous pouvez vous tromper. Donc, on va voir cela ensemble.

Alors moi, ici comme je vous ai dit, j’ai fait des tirages chez photoweb par exemple. On peut s’apercevoir par exemple que la photo de gauche est un peu sombre et pourtant la photo de gauche est la photo originale telle que je l’ai développé, mais mon écran était trop lumineux. Donc, il faut penser, et on va en reparler dans deux secondes, à avoir une bonne luminosité aussi. Donc cela pour moi, c’est la bonne photo et ensuite j’ai fait quelques tests. Par exemple ici, on a beaucoup trop de contrastes sur ces photos-là. Donc, c’est une photo, je vais vous le montrer tout à l’heure, qui a été fait avec une mauvaise option. Et on a d’autres tirages ici qui sont très bien, qui sont de saal digital.

Diminuer la luminosité de l’écran

Bref, on va aller sur l’ordinateur. La première chose donc à faire, c’est de vérifier que vous avez la bonne luminosité. Donc la luminosité, c’est assez simple, soit vous avez une sonde et donc le logiciel de votre sonde probablement est capable de vous donner la luminosité de votre écran. Donc à partir de là, vous avez une mesure en temps réel de la luminosité grâce à la sonde. Vous avez juste à baisser ou à monter la luminosité pour atteindre la luminosité cible qui sera 90 candelas par mètre carré ou 90 nits c’est la même chose.

Moi, ici l’autre méthode si vous n’avez pas de sonde, c’est tout simplement d’aller retrouver les spécifications de votre écran comme je le fais ici moi, par exemple je vois que mon écran, il est à 350 nits de luminosité. Du coup, je vais me servir de cette mesure-là pour calculer un pourcentage de luminosité que je vais appliquer à mon écran. Alors, c’est très simple à faire, par exemple ici vous voyez je me contente de faire 90/350 nits. Donc, je sais que je dois être à peu près à 25 %. Donc, j’ai simplement ici à venir bouger l’écran, à bouger la luminosité et à me mettre à peu près à 25 %.

Alors, c’est une méthode qui n’est pas toujours fiable parce que cela demande à ce que la luminosité de votre écran soit réglée de manière linéaire. Si elle n’est pas réglée sur de manière linéaire comme cela peut être le cas par exemple sur un MacBook Pro, cela ne va pas bien marcher. Donc ici moi, je me mets à 25 %. Je sais que j’ai la luminosité à peu près qui va correspondre à ce qu’on pourra avoir sur un papier qui ne sera pas rétroéclairé. Donc cela, c’est la première étape. Et c’est ce qui fait la différence finalement entre ces deux photos, entre une photo ici qui est un peu sombre, qui est un peu grisonnante et une photo ici qui a des blancs et qui a des noirs. Alors, les photos ne sont pas exactement comme vous les voyez en vidéo, cela passe toujours assez mal un tirage en vidéo, mais on voit quand même ici qu’on est sur des tons grisonnants où on n’a pas vraiment de blanc ici. Alors qu’ici on retrouve des blancs et on retrouve des noirs.

Mon tirage est grisouille…

Donc cela, c’est la première différence. Vous voyez si vous ne pensez pas à régler la luminosité de votre écran, vous allez être déçu. Donc maintenant que je travaille sur un écran dont la luminosité a été abaissée, je vais pouvoir aller dans lightroom, retrouver mes photos. Mais avant cela, on va avoir besoin de ce qu’on appelle un profil ICC. Un profil ICC, c’est un fichier qui est fourni par votre imprimeur qui vous permet en fait de faire une simulation de ce que va donner votre tirage lorsqu’il sera vu par l’imprimeur. Donc, c’est un fichier qui est extrêmement important et qui ne peut être fournie que par votre imprimeur si vous voulez parce que c’est un fichier qui va pouvoir, qui va vous permettre de faire une conversion, une simulation de ce que l’imprimeur lui verra de votre photo et donc à quoi va ressembler votre tirage.

Le profil ICC

Donc le profil ICC, vous allez le retrouver directement chez votre imprimeur. Ici par exemple, je suis sur la page de photoweb qui fournit le profil ICC. Le profil ICC, il y en a plusieurs. Il va dépendre du tirage que vous voulez faire. Donc, prenez le bon profil ICC qui correspond aussi bien au type de tirage que vous voulez faire et à la taille du tirage. Il y a parfois deux profils ICC selon que vous allez jusqu’à certaines tailles ou jusqu’à des tailles plus grandes. Donc, faites attention d’utiliser le bon profil ICC.

Je ne vous montre pas ici comment l’installer, mais globalement un profil ICC, c’est simplement un fichier que vous allez devoir mettre au bon endroit sous Mac ou sur Windows. Donc, je vous mets en bas de cette vidéo deux liens. Un lien vers la page du profil ICC de photos web et un lien vers la page des profils ICC de saal digital. Les deux vous expliquent comment l’installer, c’est-à-dire comment copier le fichier et à quel endroit il faut le mettre dans votre système d’exploitation.

Les informations de PhotoWeb et Saal Digital

Une fois ceci fait, on va se rendre compte que sur photoweb on a très peu de précision quant à ce qu’il faut mettre comme paramètre dans lightroom. Alors que saal digitale précise très bien les choses et on se rend compte avec ce tableau-là qu’il y a quand même des paramètres à avoir en tête. Donc, saal digital va vous préciser le mode de rendu. On va le voir où c’est dans lightroom et il va nous indiquer si cela doit être relative aux perceptions. On va voir si vous êtes par exemple dans Photoshop, ce qu’il faut faire une compensation du point noir ou pas. Donc tout cela évidemment si c’est du chinois pour vous, en fait il faut tout simplement que vous sachiez où est cette case-là et est-ce que vous la cocher ou est-ce que vous ne la cocher pas.

Et saal digital va vous indiquer s’il faut simuler la teinte du papier. Donc, on va se rendre compte que la simulation de la teinte du papier, elle est jour quasiment à désactiver et que le mode le plus utilisé c’est en général le mode perception. En tout cas, c’est ce que je vais vous conseiller de manière générale. Si votre imprimeur ne vous ne dit pas quels sont les paramètres à appliquer. Le mode de perception est à mon sens le mode qui est le plus intéressant et il faut désactiver la simulation de la teinte et du papier sinon vous allez avoir des résultats un peu bizarres. J’en ai fait l’expérience moi-même sur les photos.

Donc ensuite, vous allez relancer lightroom une fois que vous avez mis le profil ICC au bon endroit, et dans lightroom tout simplement vous allez reprendre votre photo. Moi, ici ma photo forcément je l’ai développé avec un écran qui était plus lumineux que cela, donc ici elle me paraît un peu sombre. La première des choses, cela va être sous lightroom de simuler l’affichage, le rendu du tirage comme avec le profil ICC fourni par votre imprimeur.

Intégration de l’ICC dans Lightroom

Pour le faire, c’est assez simple. Vous allez dans le module développement et vous allez simplement cocher sur la case qui est en bas de la photo qui s’appelle épreuvage-écran qui va vous transformez le fond déjà. En fond blanc parce que cela correspond la plupart du temps au mur qui sont blanc et cela va vous permet d’avoir une meilleure vue des couleurs parce que notre vu marche en fonction des contrastes et s’adapte en fait. Donc, le blanc va vous permettre d’avoir une meilleure vision de votre photo. Ensuite vous allez devoir, vous avez une nouvelle partie qui s’est affichée en dessous de l’histogramme qui va vous permettre de choisir le profil dans lequel votre photo doit être vu.

Donc ici, vous devez choisir le profil, par exemple, que vous avez utilisé. Ici j’ai le profil photoweb v5. Le mode, donc je vous l’ai dit tout à l’heure, la plupart du temps vous restez en perception sauf si l’imprimeur vous dit de passer en relative. Donc ici moi, je me mets en perception et vous voyez j’ai une case pour simuler le papier et l’encre. Là aussi, je vous conseille de ne pas cocher cette case-là sauf si votre imprimeur vous dit de la crocher. Mais la plupart des cas et que c’est le cas pour photoweb, il ne faut pas la cocher.

Soft proof = Epreuvage écran

Ensuite ce que vous montre l’écran, c’est ce que telle sera votre tirage. Donc si cela ne vous convient pas, vous avez la possibilité de faire un petit développement ou un gros d’ailleurs de cette version d’épreuvage. Alors pour faire cela, je vous conseille de créer, en dessous de l’histogramme vous avez un bouton qui s’appelle créer une copie des preuves, donc je clique dessus et j’ai une copie virtuelle de ma photo qui a été créée sur laquelle je vais pouvoir changer le développement sans venir toucher le vrai développement de ma photo. Donc ici en l’occurrence, je vais avoir envie de rajouter un tout petit peu de luminosité.

Je vais rajouter 0,20 et 0,25. Faites attention quand vous rajouter de la luminosité à vos hautes lumières, ne pas cramer les hautes lumières parce que vous avez rajouté un peu d’expositions, donc des fois, il vaut mieux baisser les hautes lumières. Et ensuite c’est un développement classique, je vous laisse voir à la maison quelles sont les modifications que vous voulez faire, mais vous allez simplement regarder votre écran et à ajuster en fonction de ce que vous allez avoir envie d’avoir comme photo.

Une fois que vous avez terminé cette version du développement qui est pour le tirage, il va falloir exporter la photo en JPG. Cela se fait assez simplement. Vous allez retourner dans le menu de la bibliothèque. Ici, il rame un peu. Dans le menu de la bibliothèque, je vais simplement me contenter d’exporter, merci de ramener autant. Donc ici, vous l’exportez dans un dossier spécifique, peu importe, ce n’est pas le problème. Et les paramètres importants, ils vont se retrouver dans les paramètres de fichiers.

Comment exporter la photo ?

Donc moi, je vous conseille d’exporter plutôt un JPG. Ce qui va être important, c’est justement là. C’est l’espace colorimétrique que vous mettez dans votre fichier JPG. Une erreur courante, une erreur que je faisais et j’ai pu voir ici lors des tirages que ce n’était pas du tout quelque chose qui est à conseiller et j’en ai discuté justement avec le labo. Donc le labo m’a expliqué qu’en fait, il ne faut jamais mettre le profil ICC en incorporer avec le JPG. Alors si c’est du chinois pour vous là, vous allez exporter un JPG et vous allez incorporer un profil ICC avec votre JPG. Et donc ici, vous devez rester idéalement en adobe RGB ou en SRVB si vraiment votre imprimeur vous dit de faire cela.

Moi, je vous conseille plutôt l’adobe RVB qui va vous permettre d’avoir des dégradés plus riches même si votre imprimeur est compatible pourquoi pas du pro photo. En tout cas, ce qui est certain c’est que vous venez de vous assurer que le tirage est bon en faisant un épreuvage-écran avec le profil ICC de votre imprimeur et vous n’avez pas besoin d’incorporer le profil ICC de votre imprimeur.

Ne pas incorporer le profil ICC !

C’est même une erreur qui, potentiellement, va vous donner des moins bons résultats que si vous ne l’incorporez pas. C’est-à-dire qu’en fait que lorsque votre imprimeur va recevoir votre fichier, il va s’occuper de faire la conversion de votre fichier pour pouvoir être imprimée. La conversion de ce fichier-là dans le mode de rendu de votre imprimeur, il ne doit pas été fait par votre ordinateur. L’imprimeur est parfaitement capable de le faire et il fera mieux vous.

Ici, j’en ai eu la preuve, j’ai eu la même photo selon que je l’ai importé sans le profil ICC et avec le profil ICC et on se rend compte que celle qui a été mise avec le profil ICC incorporé est beaucoup moins bien et à certaines dérives que n’a pas l’autre. Parce que la conversion faite par lightroom était moins bonne que celle que va faire votre imprimeur. Bref, la seule chose à retenir de ce que je vous dis là, c’est n’incorporer pas le profil ICC ici. Vous restez en adobe RVB.

Pour le reste, vous pouvez si la taille passe ne pas redimensionner votre fichier, si votre fichier est trop volumineux et que vous ne pouvez pas le donner à votre imprimeur, je vous conseille de le redimensionner en vous basant sur le bord large. Donc vous, par exemple ici, moi je faisais des 40 x 30. Je mets 40 cm puisque c’est le bord le plus large et il va redimensionner le bord étroit par rapport au bord le plus large pour garder un bon ratio. Comme cela, vous n’avez pas de risque de vous planter.

Pour le reste, la résolution n’a d’importance que si vous redimensionnez votre image et que vous avez mis un redimensionnage en centimètre puisque la résolution va lui permettre de calculer le nombre de pixels qu’il doit mettre tous les 2,54 cm. C’est-à-dire tous les pouces. Alors, ce paramètre-là qui souvent fait l’objet de beaucoup de fantasmes, il est plutôt simple. Encore une fois, il calcule une résolution nécessaire par rapport à une qualité d’impression en centimètre ou en pouce.

Donc ici, je vous conseille plutôt de baisser dans les 300 sauf si vous faites un grand tirage où vous pouvez aller jusqu’à 360. Donc voilà, ici moi je redimensionne, je veux faire un 30 x 40, donc, je mets 40 et je mets résolution 300. Surtout, n’appliquez jamais de netteté à votre photo et pour le reste cela n’a aucune importance sur le tirage. Donc ici, je me contente simplement de faire exporter et lightroom va me donner un JPG que je n’aurai plus qu’à uploadervers mon imprimeur.

Un tirage fidèle a ce que l’écran vous montre

De cette façon-là, je n’ai plus aucun problème, je sais que je peux donner ma photo à mon imprimeur et que ma photo sera juste. Rappelez-vous les points importants c’est écran calibré, luminosité de l’écran à 90 candelas par mètre carré ou nits, donc cela veut dire une luminosité de l’écran qui a probablement été réduit par rapport à ce que vous avez l’habitude de regarder. Dans lightroom, vous utilisez le profil ICC de votre imprimeur. Profil ICC qui va correspondre au type de tirage et à la taille de tirage que vous voulez faire.

Dans lightroom, vous faites un épreuvage-écran en utilisant le profil ICC que vous venez de télécharger. Vous ne simulez pas la teinte et la lumière. Vous restez en mode de rendu perception. Ensuite lorsque vous exportez, vous n’incorporez pas le profil ICC dans votre JPG. Vous ne rajoutez pas de netteté et si vous redimensionnez, l’idéal étant de ne pas redimensionner si la taille vous le permet.

Si vous devez redimensionner, vous vous contentez de mettre bord large, vous mettez la taille du tirage que vous voulez et vous mettez une résolution de 300 et comme cela vous devriez avoir un tirage qui correspond vraiment à vos attentes. Voilà ce que j’avais à vous dire pour faire ce grand récapitulatif de tirages photo sous lightroom.