Bienvenue sur Les Guides Fujifilm ! Comme ce n'est pas la 1ère fois que vous venez ici, vous voudrez sans doute regarder les 12 conseils 100% FUJI pour débuter sans stress 🙂 Cliquez ici (gratuit) !

Allez aussi voir du coté des Masterclass Fuji X : ICI


Je vous montre comment accentuer la netteté de vos RAW ou RAF sortie de vos Fujifilm (x-t2, x-t20, x-pro2, x100f, x-t1, x-t10, xt2, xt20, xpro2) qui paraissent d’origine un peu flou dans LIGHTROOM.

Le logiciel IRIDIENT X TRANSFORMER est un petit utilitaire à 20€ qui dérawtise mieux que jamais vos fichiers RAW/RAF !

http://www.iridientdigital.com/produc…

Valable pour x-t2, x-t20, x-pro2, x100f, x-t1, x-t10, xt2, xt20, xpro2

 

Transcript

Bonjour à tous !

C’est Damien pour hybridephoto.com. Aujourd’hui, je vous retrouve pour une nouvelle vidéo où je vais vous parler d’un logiciel de dérawtisation qui s’appelle « Iridient Developer ».

Je ne sais pas si vous avez suivi les dernières vidéos. Dans une des dernières vidéos, je vous ai expliqué ce que c’était le système X-TRANS. J’ai ensuite fait une vidéo qui vous expliquait un peu les avantages et les inconvénients.

Aujourd’hui, c’est un peu la concrétisation. Je vais vous montrer que selon le logiciel que vous utilisez, le résultat de la dérawtisation ou aussi dématriçage des RAW de chez FUJIFILM n’est pas tout à fait le même. Et je vous présente un logiciel qu’on appelle Iridient Developer qui est utilitaire. Vous lui donnez vos RAW. Cet utilitaire-là va les transformer, va les convertir pour vous en DNG qui est un peu les RAW « universels » de chez Adobe.

Et vous verrez qu’à l’intérieur du Lightroom, selon qu’on laisse faire ce travail de  dérawtisation à Lightroom ou au logiciel Iridient Developer, le résultat n’est pas tout à fait le même. Je vous retrouve sur l’ordinateur tout de suite.

Comme vous le voyez, Iridient Developer est un tout petit logiciel qui se matérialise comme cela. On ne va pas passer deux heures sur les réglages. Cela fait juste que cela a cette forme-là ! Vous avez quelques réglages qui permettent de dire RAW process, de la façon dont on veut traiter le RAW.

Est-ce qu’on va au maximum de la récupération des détails quitte à exagérer certaines choses ou est-ce qu’on reste plus doux ? En général, je vous conseille plutôt le smoother bien qu’il n’y a pas une différence si énorme. Le smoother permet effectivement de limiter. On verra cela. J’ai un exemple toute à l’heure.

Tout le reste, je les laisse grosso modo en default. Mon conseil est de laisser tout en default et de mettre le RAW process en smoother. Pour le reste, le DNG option, c’est tout simplement des options pour le nommage, le file naming et où est-ce qu’il faut sauvegarder les RAW ?

Pour l’utiliser, vous avez le choix, soit vous cliquez sur select image to convert et vous choisissez vos RAF. En général, je vais directement sur la carte SD où je copie tous les RAW qui sont sur mon disque dur et je fais une commande A qui sélectionne absolument tous les fichiers RAW et je glisse, comme je le fais là, directement dans le logiciel Iridient Developer qui se charge de convertir le RAW de chez FUJIFILM qui est un fichier RAF en fichier DNG.

Vous venez de le voir apparaître ici, un fichier DNG qui lui est le RAW de chez Adobe. Et ensuite, ce RAW-là, au lieu de demander à Lightroom d’ouvrir le RAF, je lui demande tout simplement d’ouvrir mes DNG. On voit cela ensemble, tout de suite. On bascule dans Lightroom.

Je vais vous montrer des exemples de photos où j’ai fait des gros CROP, du CROP recadrage, tout simplement. Je vais vous montrer. Ce sont des recadrages. Par exemple, voilà, c’est une photo, j’en ai pris un tout petit bout, de façon à ce qu’on voie vraiment le détail de la photo et qu’on puisse comparer facilement. Parce que comparer quand c’est zoomé, en loin, ce n’est pas facile.

Voilà par exemple, une photo de ma fille et voilà la même photo en version Lightroom. Encore une fois, je suis parti de l’exact même fichier RAF de chez FUJIFILM. La seule différence, c’est qu’il y en a un que j’ai fait ouvrir directement à Lightroom et il y en a un à qui j’ai dit à Iridient XTransformer de me changer mon fichier. Et c’est ensuite, seulement que j’ai fait intervenir Lightroom.

Je ne sais pas si vous le voyez à la vidéo. Je l’ai mis côte à côte. Généralement, du moins ici, cela me saute aux yeux. On a l’impression que le fichier à droite qui est le RAW de chez Lightroom est flou alors que l’image de gauche paraît absolument nette. C’est le cas par exemple, je ne sais pas sur les lunettes.

Les lunettes-là, à droite ici, je trouve que c’est flou. C’est le cas aussi sur son pull, ici, on voit vraiment les textures du pull. C’est très clair. Ce ne sont donc pas des défauts optiques. Il n’y a rien. C’est juste que là d’un côté, c’est parfaitement net et de l’autre côté, c’est flou. C’est grosso modo ce que je reprochais à mes fichiers avant que je découvre tout cela. Cela fait vraiment une différence, je trouve qui est énorme. J’espère vraiment que cela passera en vidéo parce que la différence est vraiment flagrante.

J’ai fait cela sur quelques autres photos. Là par exemple, j’ai pris une texture. Sur une texture comme cela, en plus de mémoire, c’est une photo à ISO6400. C’est un peu moins évident, mais quand on regarde bien, on a vraiment l’impression que cette partie-là, ici-là que j’entoure est beaucoup plus floue que cette partie-là qui paraît nette.

Et on voit que cela ne rajoute pas spécialement de bruits. On n’est pas dans un traitement qui force les traits, etc. qui augmentent les caractéristiques et qui créent du bruit, comme on peut le faire en post-traitement. On est vraiment dans un meilleur dématriçage, une meilleure interprétation des données du capteur qui est faite par le logiciel.

Une deuxième photo avec le tronc de mon olivier. Décidément, vous allez me connaître par cœur. Et là aussi, on s’aperçoit bien qu’à gauche, cela paraît tout flou alors qu’à droite cela paraît vraiment très détaillé. On voit bien les formes. On voit sur la toile d’araignée, etc. C’est vraiment très précis.

Une autre texture, pareille, on voit que le motif ici est beaucoup plus net que le motif ici. Quand je la regarde comme cela, je ne sais pas lequel est lequel. Je ne sais pas lequel est L’Iridient et lequel est le Lightroom pourtant, cela me saute aux yeux. Je dis toujours la même chose, mais cela me paraît vraiment évident. Là, cela paraît tout flou, de même ici, et de l’autre côté, cela paraît vraiment absolument net.

Enfin, un dernier test avec votre serviteur. Là, cette fois-ci, j’ai fait trois photos. Pas trois photos. J’ai une photo ouverte par Lightroom, une photo en Iridient avec le paramètre à Smoother et une photo en Iridient avec le paramètre more details. C’était pour vous faire un peu un exemple.

Je ne sais pas lequel est lequel, mais vous allez voir qu’on va s’en rendre compte assez vite, je pense. Le Lightroom, c’est sûr, c’est celui du gauche. Je le vois tout de suite parce qu’il paraît tout simplement un peu flou. Ensuite pour voir la différence entre le smoother et le more details, on va le voir surtout sur la chemise. Voilà là, on s’en rend compte.

Comme vous allez le voir avec le more details, vous voyez que le visage ne change pas. Je ne sais pas si cela passe en vidéo encore une fois, mais voilà, mon visage ne change pas quand je passe d’une image à l’autre. Très précis. Vraiment, c’est infime.

Alors que sur la chemise, on voit que la chemise est claire. Parce que l’algorithme, je pense, va un peu trop loin et c’est la chemise du smoother qui paraît plus fidèle à la réalité. C’est la chemise telle qu’elle est vue par Lightroom.

On voit déjà qu’il y a un peu de différence puisque c’est beaucoup plus détaillé sur smoother mais il y a vraiment, un cran de trop, je trouve sur le Iridient, quand vous vous mettez en more details. Voilà la chemise telle qu’elle est vue par Lightroom, et la chemise telle qu’elle est vue par more details. On va vraiment trop loin dans le détail et cela ne rend pas service à la chemise.

La peau est conservée. Le détail de la peau, etc. est conservé lorsque vous vous mettez en smoother. On a une vraie différence sur la barbe. Regardez la barbe. Là, c’est complètement flou. Et là, c’est net. On voit bien les poils, mais sur la chemise, l’effet est à limiter. On est donc mieux sur smoother que l’on est sur more details.

Si vous voulez garder la possibilité de recadrer vos photos, etc., sans perdre la qualité de vos images, cela fait une différence qui est énorme. Moi, je ne passe pas une seule de mes RAW dans Lightroom, directement je vais toujours sur Iridient-X-Transformer, un petit logiciel qui est vendu 20 €. C’est quasiment rien, mais cela fait une différence énorme. On a l’impression que vos images ont gagnée largement en définition.

Voilà ! Vous savez ce qui vous reste à faire. Si cela vous intéresse d’avoir des images qui sont plus nettes et si vous vous demandez pourquoi vos images paraissent moins bien sur Lightroom que des fois dans les JPEG de chez FUJIFILM ou même en comparaison avec d’autres appareils photo, vous avez l’impression que vos images de vos FUJI sont moins bonnes, c’est tout simplement que le dématriçage du RAW est beaucoup moins bon.

Lightroom s’est déjà beaucoup amélioré, mais je pense qu’il reste du chemin à faire. Et cela va peut-être arriver, j’imagine puisque là, on a le même Lightroom depuis quatre ans, peut-être que Lightroom va bientôt évoluer. Je n’en sais rien. En attendant, je vous conseille d’investir ces 20 € qui permettent de retrouver tous les détails de votre image.

Cette vidéo est terminée. Si vous l’avez aimée, lâchez-moi un pouce levé vers le haut. Si vous découvrez la chaîne, abonnez-vous. Je vais vous parler des hybrides. Je vais vous parler de la technologie. Je vous aide à choisir vos boîtiers FUJIFILMS, à les utiliser et je vous parle photo tout simplement.

Je vous dis à bientôt dans une nouvelle vidéo. Salut !