Au fait, comment on change la taille d’un collimateur qu’il soit Point unique, zone ou Large/Suivi ? Peut-être ne le savez-vous tout simplement pas. Voici la …

 

 

Salut !

C’est Damien. Alors aujourd’hui au programme, je vais répondre à une question qui revient souvent : quelle est la meilleure taille de collimateur ? Alors moi, j’ai eu pour habitude et j’ai peut-être eu tort de vous dire que je préférais telle ou telle taille. Donc là, on va répondre dans cette vidéo un peu au cas général, comment on choisit la taille de son collimateur ?

Cela semble être une question vraiment qui vous turlupine. Sachez qu’il y a une règle. En fait, il n’y a pas de taille idéale pour un collimateur. Ce qu’il faut que vous compreniez, c’est qu’on choisit le collimateur dont on a besoin. Alors, voilà. Maintenant, je vais vous donner la règle, la théorie quand on prend la photo.

Moi, je dis aux élèves, la bonne phrase est : « votre collimateur doit être aussi large que possible et aussi petit que nécessaire. » Alors, qu’est-ce que cela veut dire cette phrase : « votre collimateur doit être aussi grand que possible. »

Tout simplement, il faut comprendre que l’autofocus a besoin d’informations. L’autofocus s’est fait dans votre collimateur. Plus le collimateur est grand, plus l’autofocus a de données et d’informations d’image sur lequel faire jouer ses algorithmes, sur lequel il peut trouver facilement un focus, et sur lequel il peut trouver facilement un focus. Du coup, plus vous le mettez petit, plus il aura du mal à trouver un focus et plus peut-être il sera lent.

À l’inverse, plus vous allez le mettre grand, plus l’autofocus va avoir de facilités à trouver un focus, plus il va être rapide. C’est donc pour cela qu’on dit qu’il doit être aussi large que possible.

À l’inverse, on dit qu’il doit être aussi petit que nécessaire. Aussi petit que nécessaire, tout simplement parce que si votre autofocus est trop large, trop grand et imaginons que vous souhaitiez photographier, je ne sais pas moi, une tête d’un enfant qui est au loin, vous mettez un autofocus qui est beaucoup trop grand, beaucoup plus grand que ma tête, il suffirait que sur le fond, derrière la tête, on ait un arrière-plan qui soit très contrasté, etc.

L’autofocus pourrait faire le point derrière la tête au lieu de le mettre sur la tête. Il faut autant que possible que votre autofocus ne dépasse pas la zone que vous souhaitez photographier. Si c’est donc une tête, la taille idéale, c’est tout simplement la taille de l’autofocus minimum qui ne dépasse pas la tête.

Si vous mettez un autofocus, trop grand, il va se tromper. C’est pour cela qu’il doit être aussi large que possible pour que l’autofocus et le nez, est possible. Tout simplement, il ne faut pas que cela dépasse de la zone. Et il doit être aussi petit que nécessaire. Donc voilà, il ne doit pas dépasser de la zone.

La meilleure taille d’autofocus, c’est la taille d’autofocus maximale qui englobe ce que vous voulez photographier, sans dépasser pour ne pas se tromper sur l’arrière-plan. Tous simplement, vous avez compris comment on choisit, j’espère la taille d’autofocus.

Il n’y a donc pas d’autofocus parfait, vous l’aurez compris. L’autofocus, il a tendance à bouger tout le temps la taille du collimateur. C’est pour cela que vous devez apprendre à changer la taille du collimateur. C’est très simple, vous appelez votre grille autofocus, avec la molette, vous Slide sur la gauche pour réduire la taille, vous roulez vers la droite pour augmenter la taille et votre autofocus est modifié tout simplement.

La même règle s’applique pour la zone avec une contrainte supplémentaire, qui est que si votre zoom déborde, si vous prenez un collimateur qui est à détection de contraste et d’autres collimateurs à phase, tous les collimateurs vont passer à la détection de contraste. Donc tous les collimateurs seront plus lents.

Sachez donc juste que garder votre zone en phase si vous voulez vraiment une phase. Si vous englobez ne serait-ce qu’un collimateur à détection de contraste absolument, toute la zone devient à détection de contraste, donc plus lente.

Voilà ! J’espère que vous avez compris comment on choisit la taille de son collimateur. Maintenant, vous avez vu la vidéo, normalement, vous devez vous rendre compte que finalement, c’est assez simple et assez logique et que cela ne sert à rien de chercher partout sur Internet quelle est la taille du collimateur la plus juste et celle qu’il faut utiliser, etc. Il n’y en a pas.

Si cette vidéo vous a été utile, lâchez-moi un pouce levé vers le haut. Si vous avez des questions ou des commentaires, cela se passe en dessous de la vidéo. Sachez que je vous réponds. Si vous débarquez sur la chaîne, abonnez-vous. Cliquez sur mon visage, cliquez sur la cloche juste en bas pour être prévenus tous les matins des nouvelles vidéos. Et je vous dis à demain dans la prochaine.

Salut !