Au fait, quelle différence entre les anciennes batteries N126 et les nouvelles avec un S, N126S ? Je vous explique, petit comparatif. Enfin, petit ajout à la première vidéo sur les conséquences de l’utilisation d’une batterie tierce.

La vidéo « Différence batterie Fuji NP-W126 / NP-W126S ? »

→ Cliquez ci-dessous pour démarrer la lecture de la vidéo :

Le script de la vidéo « Différence Fuji NP-W126 / NP-W126S ? »

→ Attention, je vous aide en vidéo et le texte ci-dessous n’a pas vocation a être lu car il a été généré automatiquement. Intéressez-vous plutôt à la vidéo ci-dessus donc 🙂

Dans la première partie, je vous expliquais que les batteries tierces, par moment, il fallait faire attention, que déjà souvent les capacités étaient mensongères, qu’il pouvait y avoir des problèmes de décharge, qu’il y avait des problèmes ensuite pour savoir où en étaient les batteries, qu’il y avait quand même pas mal de problèmes et qu’il fallait faire très attention.

Patona : L’alternative de qualité

Par contre, je vous disais qu’il y avait deux marques. Pour ne pas les citer, c’était Maximal Power et Patona, je crois, qui s’en tiraient pas trop mal. Et pour en gros, des batteries deux à trois fois moins cher, on avait 90 % de ce que fait une batterie Fujifilm. Cela, c’était le premier épisode.

Dans ce deuxième épisode, j’ai voulu revenir sur, vous savez, quand Fujifilm a sorti ses deuxièmes générations d’hybrides. Fujifilm a sorti une batterie NP-W126 avec un S à la fin. Donc, c’est vrai que Fujifilm n’a pas vraiment expliqué pourquoi il y avait ce S et est-ce que vraiment les deux batteries diffèrent.

Donc, j’ai voulu dans cette vidéo-là, déjà revenir sur la différence entre la première génération de batteries sans le S et celle avec le S, ensuite rajouter une précision concernant les batteries tierces. Allez, c’est parti !

NP-W126 ou NP-W126s ?

Quelle différence entre ce 126S et ce 126 (sans S) ? Déjà, sachez qu’elles sont parfaitement interchangeables. Elles ont la même capacité. Elles ont tout pareil, finalement. Elles ont les mêmes dimensions. Elles ont les mêmes contacteurs. Vous pouvez parfaitement mettre une S dans vos premières générations et vous pouvez parfaitement mettre une normale, donc celle que vous aviez achetée par exemple pour vos X-T1 et compagnie dans les X-T2 et compagnie, dans les deuxièmes générations. Cela ne pose aucun problème.

Alors, vous allez dire : bah oui, mais c’est quoi la différence ! C’est bien cela le nerf de la guerre, c’est bien cela que les gens ont eu du mal à comprendre puisqu’il n’y a pas de différence. Quelle est la différence ? En fait, la différence, elle n’est tout simplement que dans les deuxièmes générations. Les X-T2 et compagnie font de la 4k et font des choses comme cela. Ce sont des processus qui font énormément chauffer l’appareil photo.

Principalement une histoire de 4k

Quand on dit chauffer l’appareil photo, ce n’est pas tout à fait vrai en fait. C’est un processus quand vous faites de la 4k, quand vous faites, par exemple des photos avec de longues expositions. Imaginons que vous exposez votre capteur pendant 30 secondes. Donc, le capteur va être alimenté pendant 30 secondes. Ou par exemple que vous fassiez de grandes rafales, etc. Cela demande une énergie énorme à l’appareil photo.

L’appareil photo est obligé d’utiliser une grande quantité d’énergie depuis la batterie. En gros, on atteint la limite maximale de ce que l’appareil photo peut aspirer comme énergie. Cela entraîne une utilisation plus importante d’énergie de votre batterie. C’est là où le S est important puisque la conception de la batterie version S a été fait pour justement mieux gérer cet afflux d’énergie, ce cycle de décharge qui va solliciter très fortement la batterie et qui va la décharger.

Mais aussi de grip

C’est pour cela par exemple qu’il est très déconseillé de mettre que des batteries normales, si vous mettez le grip qui utilise trois batteries en l’occurrence. Elles ne sont pas faites pour subir une intensité telle de décharge. Si vous faites qu’une utilisation normale, cela ne pose pas de problème. Si vous partez sur de longs tournages où vous allez faire des vidéos, je ne sais pas de 10 – 15 minutes avec de la 4k, la batterie va trop chauffer et potentiellement, cela peut même être dangereux.

Voilà pour la différence entre le S et le non S, cela se joue vraiment au moment où vous sollicitez le plus votre appareil photo sur des choses bien particulières, comme la 4k, comme la longue exposition ou comme vraiment beaucoup de rafales pendant très longtemps.

Quelle marque choisir ?

Alors du coup, cela me permet d’ajouter un point sur les batteries tierces dont je n’ai pas parlé. C’est vrai que si vous utilisez vos batteries principalement en faisant de la 4k, principalement en faisant de longues expositions, etc., et que c’est vraiment le cœur de votre activité, les batteries tierces ne sont globalement pas très conseillées puisque les tests montrent que là où sur une batterie Fujifilm, vous allez avoir la chauffe de la batterie qui va être très uniforme.

On s’aperçoit que sur les batteries tierces, ils ont du mal à gérer la dissipation de chaleur et la dissipation d’énergie au sein de la batterie et qu’on va avoir des cœurs de batteries beaucoup plus réduits qui vont chauffer beaucoup plus, jusqu’à potentiellement endommager votre appareil photo, puisque la batterie va devenir tellement chaude qu’à un moment donné, on sait tous que cela peut créer des problèmes.

Comparatif

Alors évidemment, on est dans des cas extrêmes, mais pour autant, il faut quand même savoir en fonction de votre utilisation quelle batterie il faut prendre. Donc, si vous êtes vraiment dans ces utilisations-là où vous allez vraiment très fortement solliciter la batterie, je pense qu’il vaut mieux jouer la sécurité et prendre une batterie officielle pour votre Fujifilm.

D’ailleurs, là j’étais sur un test qui m’a permis de compléter cette vidéo, j’ai fait des recherches, etc. Les testeurs n’osent même pas faire le test directement dans leurs appareils photo parce qu’ils ont peur de l’endommager. Tous les tests qui sont faits montrent bien que la dissipation d’énergie des batteries, un peu low cost forcément, est beaucoup moins bonne que celle de Fujifilm qui est vraiment faite pour cela et pour les cas extrêmes.

Là par exemple, je ne sais pas si vous allez le voir, mais on voit deux batteries. Il y a la batterie normale ici qui est uniformément jaune. Et la batterie ici tierce, on voit avec une zone qui est intensément chaude, bien plus chaude. Vous voyez, c’est presque blanc, bien plus chaud que ce que cela a pu devenir à la batterie normale. Et à l’inverse, des zones un peu plus normales. On voit ici en orange foncé. Donc, la répartition de l’énergie n’est pas du tout la même.