Sur les Fujifilm, vous avez parfois une molette dédiée aux ISO, celle-ci comporte généralement une position H et L. H pour High (Haut) et L pour Low (Bas) : Ce sont les ISOs étendus. Savez-vous ce que c’est ? C’est ce que je vais vous expliquer dans cette vidéo.

 

La vidéo pour tout savoir sur l’ISO étendu

 

ISO natif vs Low (L) / High (H)

Bonjour et bienvenue dans cette nouvelle vidéo !

Aujourd’hui, on continue cette série sur les iso. Dans la première vidéo, on a vu pourquoi c’est mal finalement de lutter contre les iso et pourquoi vous tombez dans un piège qui dégrade la qualité de vos images. On a vu dans la deuxième : quelles sont les solutions, les bonnes solutions pour éviter de monter dans les iso. Dans la troisième, on a vu qu’est-ce que c’est d’avoir un capteur invariant et comment on en tire bénéfice. Dans cette dernière vidéo, j’ai envie de parler des iso étendus.

Les iso étendus, ils sont disponibles sur tous les appareils photo Fujifilm, Sony, partout. Les iso étendus, c’est tout simplement l’opposé des iso natifs. Les iso natifs, si vous voulez, c’est une plage iso dans laquelle l’appareil photo est optimisé pour, à l’intérieur de son mécanisme, faire une montée, une amplification du signal correct.

ISO étendu

En l’occurrence, si je prends ce Fujifilm X-H1 que j’ai dans la main, sur ce Fujifilm X-H1, on a une plage d’iso normale, de iso 200 à iso 12800. Par contre, on peut étendre cette plage iso dans les deux sens. On peut étendre dans des iso bas, le petit taille que vous allez trouver notamment chez Fujifilm, dans des iso bas et on peut étendre dans des iso hauts. Mais par contre, ce ne sont pas des iso natifs, ce sont des iso étendus.

Qu’est-ce que ça change ? En fait, ce que ça change, c’est que les iso étendus sont des iso logiciels. Ça veut dire que concrètement, si je décide de prendre une photo à un iso étendu haut de 25600 sur mon X-H 1 ou de 51200 qu’est-ce que va faire l’appareil photo ? L’appareil photo, il va prendre un fichier raw, il va prendre une photo à 12800. Ce qu’il va faire, c’est qu’il va de manière logicielle, exactement comme si vous le faisiez sur l’ordinateur, il va ajouter deux stops d’exposition supplémentaire.

C’est une opération qui sacrifie deux stops de dynamique. C’est-à-dire que vous n’allez rien gagner, vous n’avez absolument rien gagné. Ça ne sert à rien parce que c’est logiciel. Par contre dans une vidéo, il y a 3 ans, je disais que les iso étendus étaient simplement à proscrire, que c’était une perte de temps parce que tout simplement, on peut le faire sur l’ordinateur et en général les iso étendus, les constructeurs ne s’y trompent pas, ça vous montre à peu près à partir de quand l’image devient complètement inexploitable.

Quand vous sortez de ces iso étendus et notamment les iso étendus vers le haut, ce sont les plages iso dans lequel vous êtes sûr d’avoir des images qui sont inexploitables et même en post-traitement vous allez avoir du mal à les récupérer.

Pour de la pose longue

Ensuite, vous avez les iso étendus bas. Ces iso étendus bas, il y a deux écoles. Il y a une école et c’est ce que je vous disais dans une vidéo qui a quasiment 3 ans, on ne les utilise pas parce que ça ne sert à rien dans le sens où, encore une fois, si vous prenez une photo à iso étendu bas, par exemple à iso 100 sur le X-H1 alors que l’iso natif est à 200, rappelez-vous ce que va faire l’appareil photo, il prend une photo à iso 100, à iso 200, à iso natif de l’X-H1 et il va travailler ce fichier raw et il va faire -1 stop. Donc, il va l’assombrir si vous voulez de -1 stop. Ce qui va vous donner une photo à iso 100, mais c’est fictif. Ce ne sont pas des iso natifs.

Alors, je sais et j’ai rencontré quelques photographes dernièrement qui utilisent les iso étendus bas. Tout simplement parce que ça va leur permettre de faire des poses longues, plus longues, ça va leur permettre peut-être de ne pas mettre un filtre ND, des choses comme ça. Et ils se sont rendu compte en plus que de manière générale et j’ai vu un photographe, un grand photographe français qui utilise du Fujifilm et qui fait des tirages pour les expositions qui m’a expliqué qu’il utilisait l’iso étendu en l’occurrence iso 100 sur le X-H1 ou iso 80 maintenant sur le X-T3 pour avoir une meilleure qualité d’image.

En fait, on s’en rend bien compte, c’est-à-dire qu’il faut comprendre la manière dont sont distribuées les informations sur la plage dynamique et la manière dont c’est stocké dans un fichier raw. C’est-à-dire que là où vous allez stocker le plus de détails c’est sur la partie droite de votre histogramme.

Ou pour gagner en qualité

Quelque part, le fait de demander à l’appareil photo de prendre la photo en iso étendu, iso 80 ou iso 100 sur le X-H1, ça va vous permettre de quelque part demander à l’appareil photo de surexposer un peu votre image et de réexposer correctement. Quelque part de par cette opération-là vous regagnez un peu plus de détails et un peu plus de qualités.

Concrètement si on regarde sur l’appareil photo, j’ai la même photo qui est prise ici à iso 160 et ici à iso 80 sur un X-T3. On peut voir que le temps de pause à doubler entre les deux, exactement comme on s’y attendait. Si je compare la qualité de ma photo à iso 80 et à iso 160 et que par exemple que je zoome beaucoup, voilà par exemple ici, on va s’apercevoir, regardez, que la texture ici de la lumière de mon disque dur, non ici c’est un bordage 3M, elle est beaucoup plus propre ici sur mon iso 80 qu’elle ne l’est sur mon iso 160. J’ai quelque part une meilleure qualité d’image à iso 80, notamment dans le ciel, notamment là où il y a des aplats de couleurs, mais aussi par exemple là où il y a du détail, regardez la mine, elle est plus nette ici à iso 80 que ce qu’elle n’était à iso 160.

De manière générale, on s’aperçoit que si vous avez prévu de faire un tirage très grand format, c’est vrai qu’à iso 80 on a tendance de par le mécanisme qui joue avec les limites de la dynamique de votre capteur en surexposant votre photo puis en faisant moins un stop, quelque part, on gagne en qualité. Ça a toujours été le cas.

C’est un mécanisme qui n’est pas magique. Il suffit pour faire la même chose, vous prenez votre photo à iso 160 avec une correction d’exposition à +1. Ici, vous voyez, je suis à +1EV. Donc, j’ai une photo qui est surexposée d’un stop. Attention, je joue clairement avec les limites. Ça veut dire que je perds en dynamique parce que j’ai déjà grillé un stop de dynamique en surexposant d’un stop.

Mais attention à la dynamique

Ici maintenant, si je voulais ma photo à iso 80, ça veut dire que je sous-expose d’un stop. Donc, je fais -1 stop dans lightroom et j’ai exactement la même photo et je vais m’apercevoir que si je compare ma photo prise normalement à iso 160 et ma photo prise à iso 160, mais avec une surexposition d’un stop que j’ai sous-exposé ensuite, j’ai une meilleure qualité sur la photo que j’ai sous-exposée un peu. On peut voir que, regardez la photo de droite, on a ces aplats rouges qui sont de meilleure qualité. Il met idem sur la mine. On va avoir une photo plus nette ici sur la mine sur la photo que je viens de sous-exposer d’un stop que sur l’autre photo. On joue avec la dynamique.

Attention, c’est un procédé qu’un professionnel utilise certes, mais il sait exactement ce qu’il fait parce que la chose qu’on va pouvoir voir aussi, je vais récupérer maintenant sur ces photos-là les hautes lumières à 100 %, je fais une récupération des hautes lumières. Elles sont récupérées et maintenant je vais les comparer ces deux photos. Je compare la photo qui est prise à iso 160 et la photo qui est prise à iso 80 et on va zoomer sur une zone que j’ai fait en sorte qu’elle soit cramée et on va s’apercevoir que cette zone-là, regardez, j’ai des informations de couleurs ici sur la droite à iso 160 alors que je n’ai pas d’information de couleur sur iso 80 puisque j’ai perdu un stop de dynamite.

Ça veut dire que quand je fais ça, je dois être sûr et certain du résultat et je dois être sûr et certain que je ne suis pas en train de cramer des hautes lumières parce que je n’arriverai pas à les récupérer puisque je suis déjà sur une photo qui a été surexposée volontairement et qui va ensuite être sous-exposée pour gagner en qualité.

A connaitre

En conclusion, ici j’ai voulu être très détaillée. Mais en conclusion les iso étendus de manière générale, on peut oublier complètement leur existence. On n’en a pas besoin. Quelqu’un de normal n’en a pas besoin. Si vraiment vous aimez ça, vous pouvez jouer avec des iso bas, ça peut être utile pour gagner un peu en qualité d’image. Pour peu que vous n’ayez pas besoin de la dynamique parce que la dynamique va être amputée d’un stop, les iso hauts, on ne les utilise jamais, car ça ne sert à rien.

J’espère que cette vidéo vous a été utile. C’est une vidéo, c’est pareil, on est un peu dans des geekerie, ce n’est pas vraiment de la photo et tout ça. Mais tout ça pour vous dire que les iso étendus, ça existe. On peut les utiliser dans certains cas. Généralement, on les oublie parce que ça ne change absolument rien.

Merci d’avoir suivi cette vidéo. Vous pouvez laisser les pouces levés vers le haut. En commentaire, vous pouvez me dire : est-ce que vous avez pris l’habitude d’utiliser les iso étendus. Est-ce que cette vidéo vous a aidé à les comprendre ou est-ce que vous vous posez encore des questions ? Merci de m’avoir suivi