Je vous donne mon avis du Fujifilm XF 56 f1.2 qui est l’objectif le plus lumineux et idéal pour les portraits. Il accompagne les Fujifilm X-T2, X-T20, X-T1, X-T10, X-Pro2, X100, etc…

Le piqué est un peu mou sur les ouvertures 1.2 et 2 puis devient meilleur à partir de 2.8 jusqu’a franchement excellent à F4.

L’objectif de portrait

L’autoFocus laisse un peu à désirer et n’est pas très réactif. Il ne répond pas présent dans des situations d’actions mais il est précis sur des sujets qui ne bougent que très peu. Attention cependant, la distance minimale de mise au point est de 70cm (plutôt 80cm).

Le bokeh a 1.2 est ce qu’il se fait de mieux sur Fujifilm.

Un objectif extrêmement typé portrait à mon gout ! Pour cette utilisation précise, il n’existe pas mieux. Pour tout le reste, regardez le comparatif avec le XF50mm.

La vidéo « Test Fujinon XF 56 mm F1.2 »

→ Cliquez ci-dessous pour démarrer la lecture de la vidéo :

Le script de la vidéo « Test XF 56mm F1.2 »

→ Attention, je vous aide en vidéo et le texte ci-dessous n’a pas vocation a être lu car il a été généré automatiquement. Intéressez-vous plutôt à la vidéo ci-dessus donc 🙂

Aujourd’hui, je vais vous donner mon avis sur le XF 56mm que j’ai depuis une dizaine de jours et que j’ai vraiment beaucoup utilisé. C’est un objectif que je n’avais jamais eu. Donc, je possède le XF 50mm. Le XF 56mm, le voilà. C’est quand même un beau bébé. Il pèse quand même son poids. C’est un objectif qui est assez lourd. Je vous le mets, par exemple, par rapport au XF 50mm. On voit qu’en termes de diamètre, ce n’est pas du tout la même chose. Ce sont deux objectifs vraiment différents.

Une ouverture énorme

Le XF 56mm, vous allez le trouver au prix de 1000 €. C’est un objectif qui a quelques années déjà. C’est le seul objectif de la gamme qui ouvre à F1.2. C’est donc un objectif extrêmement lumineux. C’est, on dit la focale préférée des portraitistes, mais c’est vrai que comme maintenant, Fujifilm vient de sortir le XF 50mm qui est moitié moins cher, il y a tout de suite une comparaison qui se fait entre le XF 56mm et le XF 50mm.

Dans cette vidéo-là, je ne vais pas vous parler du XF 50mm, je vais vous parler uniquement du XF 56mm. Le XF 56mm, je ne vais pas vous en parler pendant des heures, il n’y a pas grand-chose à dire. Moi un objectif, quand je reçois l’objectif, qu’est-ce qui va m’intéresser. C’est le bokeh qui va m’intéresser, c’est le piqué, c’est savoir si les sujets à des défauts optiques ou pas et ensuite l’autofocus. Moi, j’apporte vraiment beaucoup d’importance à l’autofocus. On me l’a reproché effectivement sur certaines vidéos.

La meilleure focale pour les portraits

C’est vrai que cela dépend de votre pratique, c’est plus ou moins important l’autofocus. Moi dans ma pratique où je fais beaucoup de photos d’enfants, etc., cela bouge très vite. Il y a vraiment du mouvement, il y a de l’action. Si l’autofocus, il ne suit pas, c’est vrai que tout de suite mon objectif devient beaucoup moins intéressant.

Et, c’est vrai que si vous faites de la photo de portrait de modèle qui ne bouge pas trop, etc., vous avez vraiment le temps de viser l’œil et de laisser le temps à l’autofocus de faire son boulot de mise au point. C’est forcément un peu moins important. Vous pourrez presque le faire en manuel. Donc, c’est vrai que l’autofocus a un poids moindre par rapport à moi. Je peux le comprendre. Pour autant, je vous donne mon avis. C’est mon avis à moi. C’est à vous ensuite, à partir de mon avis, de vous faire le vôtre.

Un autofocus un peu lent … sauf sur X-T3

Ce XF 56mm, on va en parler tout de suite. L’autofocus, je l’ai trouvé vraiment pas terrible. La première chose qui m’a surpris, c’est la distance de mise au point. En fait, c’est un objectif, je ne le savais pas du tout, dont la distance de mise au point est dans les 72cm, si je ne dis pas de connerie. 72cm, c’est globalement assez important comme distance.

C’est-à-dire qu’à la base quand j’ai pris l’objectif, je m’attendais à pouvoir faire des portraits serrés parce qu’après tout, c’est la focale qui amène à redire, on fait des portraits. Finalement, je me suis retrouvé assez coincé par une distance de mise au point que je trouve assez élevé. D’autant plus qu’à 70cm, c’est quand même parfois un peu difficile. Pour avoir vraiment un autofocus qui est à l’aise, il faut plutôt être à 80.

Une distance de mise au point a connaitre

C’est vrai que j’ai été surpris, je ne le savais pas du tout. On parlera demain du XF 50mm, mais c’est un autre monde. Là 70, 80cm pour faire un portrait serré, on oubliera. Donc certes, on va ouvrir à F1.2, mais on est obligé de prendre pas mal de recul. Ce qui quand même impacte le bokeh, vous imaginez. Après, on peut recadrer, etc., mais n’empêche que si on avait pu faire une mise au point à 30cm, on aurait eu un bokeh encore plus prononcé.

Au niveau du piqué, écoutez le piqué, je ne vais pas vous mentir. Je ne l’ai pas trouvé exceptionnel. Il s’anime à peu près à partir de F2.8. Il n’est pas mauvais du tout à F1.2, mais c’est un peu mou quand même. Là par exemple, j’ai pris des photos, les fameuses photos de mon olivier que j’ai faites avec tous les objectifs. On voit que c’est piqué, mais c’est quand même assez mou.

Le piqué

On passe à F2.8, je reviens, regardez, F1.2 ; F2.8. Je ne sais pas si vous le voyez, on a beaucoup plus de détails. On voit que l’objectif s’anime et prend vie. Et à F2, donc c’était entre les deux, on voit qu’on a perdu en détail à F2. Et à F4, alors là, on a un piqué qui est vraiment joli. À F4, par exemple, on en parlera demain du XF 50mm, mais à F4, on a vraiment un joli piqué.

Pour autant, quand on prend une optique à 1000 € qu’on paye parce qu’elle ouvre à F1.2, c’est vrai que j’imagine qu’on va l’utiliser beaucoup à F1.2. Donc moi, je trouve qu’à F1.2 à F2, c’est vraiment assez mou, là on voit. Cela, c’est l’image à F1.2. On est sur la zone où on a fait le focus. Donc, c’est vraiment mou comparer à l’image que vous allez avoir à F2.8 par exemple ici. Cela, c’est F1.2. Cela, c’est F2.8. On voit qu’il y a plein de détails qui s’affichent à F2.8.

Un bokeh inégalé

Au niveau du bokeh, évidemment, là on voit qu’on a un bokeh qui est à peine distinguable. Ce qu’on voit derrière, il est vraiment crémeux, c’est magnifique. Donc cela, c’est sûr que sur le bokeh, on s’y retrouve quand même. Cela, c’est le bokeh à F2.8, le bokeh à F2 et le bokeh à F4 où à F4 on commence à distinguer les formes. Donc cela, c’est le bokeh à F1.2, le bokeh à F2, le bokeh à F2.8 et le bokeh à F4.

Donc voilà pour le piqué, voilà pour le bokeh. Qu’est-ce que je peux vous dire d’autre ? J’ai fait quelques photos de portraits, mais bon il y avait trop de soleil, je pense. Donc du coup, mon bokeh est vraiment trop lumineux. On ne voit pas grand-chose. Mais bon, ce qu’on distingue, c’est qu’on ne distingue rien. Donc, ce n’est pas cramé pour autant, pas du tout, mais c’est très flou effectivement. On voit qu’à F1.2, le bokeh est vraiment violent.

A allier à la détection du visage

Cela, c’est à F2. On peut se mettre sur l’œil ici. On voit que c’est mou. À F1.2, c’est vraiment mou. Déjà à F2, c’est bien mieux. À F2.8, alors là par contre, on commence vraiment à avoir un joli piqué à F2.8. Et à F4, elle est un peu floue, je ne l’avais même pas rendu compte. Forcément, on voit le bokeh derrière qui s’amenuise.

Après, pour ceux qui recherchent l’effet full frame où on arrive à avoir effectivement des profondeurs de champ tellement petit, on le voit sur cette photo, on fait le point sur un œil. On a l’oreille et l’autre œil qui est déjà très flou. Bon, c’est sûr que c’est un objectif qui va vous permettre de retrouver cette sensation brutale de bokeh qui est vraiment typique de ce qu’on trouve en plein format. Là, c’est sûr que cet objectif-là va vous la donner quand même. Après voilà, c’est à vous de voir à 1000 €, est-ce que vous y trouvez votre compte ou pas. Cela, c’est vous qui voyez.