Aujourd’hui, on fait le test d’un nouvel objectif, le VILTROX 85 1.8. Objectif pour monture X natif avec Autofocus ! Petite révolution pour les hybrides Fuji.

Ce Viltrox se positionne face au réputé Fujinon XF90mm F2. Que vaut- il ?

  • Quel est le niveau de piqué ?
  • Autofocus ?
  • Abbération chromatique ?
  • Flare ?
  • Est-ce un bon objectif pour les photos de concerts ?
  • Comparatif VILTROX 85mm 1.8 VS XF90mm F2

 

La vidéo « Test Viltrox 85mm f1.8 : Contrasté ! « 

→ Cliquez ci-dessous pour démarrer la lecture de la vidéo :

 

Le script de la vidéo « Comparatif XF 90mm F2 vs VILTROX 85 1.8 »

→ Attention, je vous aide en vidéo et le texte ci-dessous n’a pas vocation a être lu car il a été généré automatiquement. Intéressez-vous plutôt à la vidéo ci-dessus donc 🙂

 

Bienvenue dans cette vidéo du test du Viltrox 85 mm 1.8, monture Fuji. Eh oui, c’est une petite révolution quand même, même si cela ne porte pas son nom d’introduire cet objectif-là parce que c’est un des premiers objectifs construits par un constructeur tiers qui est nativement compatible avec Fuji. Quand je dis nativement, c’est qu’il dispose d’un autofocus. Donc oui, c’est vraiment quelque chose d’assez rare quand même dans l’écosystème Fuji qu’un constructeur ose faire cela et j’espère vraiment que cela va se poursuivre parce que cela permettrait à Fuji de prendre encore plus de place dans le marché.

Cet objectif-là, il arrive dans une superbe boîte en carton. Alors ici, je voulais montrer vite parce que j’avais envie de faire simple, mais cette boîte comprend évidemment l’objectif, un pare-soleil en plastique, vraiment tout ce qu’il y a de plus basique et un petit sac comme cela pour transporter l’objectif. Donc, c’est vraiment sympa. C’est vraiment une belle boîte en carton. Je ne vous la montre pas. On s’en fiche. Donc cet objectif, comme vous pouvez le voir, c’est un gros objectif. Il n’est pas spécialement petit, 85 mm. Il est très lumineux, 1.8.

Un objectif bien construit

Alors évidemment, il fait de la concurrence au 90 mm f2 de chez fujifilm qui est vendu pour 900 euros et qui est probablement le meilleur objectif de toute la gamme Fuji en termes de piqué. Donc, il va vraiment affronter du costaud quand même quand on va le comparer avec le 90 mm f2. Pour autant, on n’est pas du tout sur le même prix. Il est à 359 euros cet objectif. Donc 359 euros, c’est presque plus. Bref, je n’ai pas calculé, mais c’est plus de deux fois moins cher si ce n’est presque trois fois moins cher que le 90 mm f2. Donc cet objectif-là, il est construit tout en métal. Franchement, il est vraiment bien construit. Il respire la solidité. Il n’y a vraiment pas grand-chose à lui reprocher.

Comme vous pouvez voir, on a une seule bague sur cette focale fixe. On a une bague de mise au point. Donc ici, pas de bague pour régler l’ouverture, contrairement aux adjectifs Fuji. Donc l’ouverture, vous allez devoir la régler via la molette avant de votre Fuji. Vous voyez ici quand je bouge la molette avant, je change l’ouverture. Donc, c’est réglé de manière électronique et pas de manière physique par rapport à une bague. Il n’y a pas d’inscription spéciale devant l’objectif. Comme vous pouvoir, c’est un gros diamètre. Je ne sais pas si, je n’ai pas noté le diamètre avant de le faire. C’est du diamètre 72 et l’indication qui est affichée ici 0,8. C’est tout simplement la distance minimale de mise au point qui est de 0,8 mm. Ce qui est quelque chose de globalement assez fort, enfin assez fort.

viltrox 85 1.8

viltrox 85 1.8

Si on le compare avec le 90 mm f2, sa distance de mise au point est de 0,6. Donc ici, on a une distance de mise au point de 0,8. Cela veut dire qu’on va avoir un rapport de grossissement. On ne va pas pouvoir se rapprocher énormément des objets et que quelque part malgré le fait qu’on a un gros zoom, on va devoir se garder au moins 80 cm de distance des objets qu’on veut photographier et donc on n’arrivera pas les avoir en énorme. Mais, ce n’est pas un objectif macro, c’est principalement un objectif qui est fait pour faire du sport, du portrait, des photographies diverses et variées, en basse luminosité.

Piqué

En termes de piqué, qu’est-ce que cela donne ? En termes de piqué, globalement, on peut dire que c’est plutôt pas mal. Donc la première des choses, c’est le bokeh. Donc le bokeh, comme vous pouvez voir avec cette focale-là de 85 mm plus une grande ouverture de 1.8, on va réussir tout de suite à avoir de vraies séparations des plans et vraiment un joli bokeh auquel il ne va pas y avoir grand-chose finalement à reprocher.

Donc, je vous montre quelques photos que j’ai pu faire. Ici, elles sont toutes à pleine ouverture. On a vraiment un joli bokeh alors même qu’ils ne sont pas très loin les gens derrière. On a un piqué qui est vraiment appréciable. Regardez, il y a vraiment tout plein de détails. Donc, c’est plutôt pas mal je trouve. Allez, je vous montre quelques images. C’est plutôt pas mal.

Après là où cela se corse un peu, c’est lorsqu’on parle des défauts optiques. Vous savez qu’est-ce qui différencie un objectif haut de gamme, un objectif moyen de gamme et un objectif bas de gamme. Souvent certes, cela peut être le piqué, mais souvent c’est la gestion des aberrations chromatiques, la gestion des flairs, la gestion du contraste. Ce qui va aussi quand même faire la différence entre deux objectifs, c’est quel contraste et quelle représentation des couleurs va apporter un objectif plutôt qu’un autre. Et ici, on va être sur quelque chose qui va être plutôt moyen de gamme.

C’est-à-dire que je ne sais pas si vous l’avez noté, mais finalement les photos que je vous ai montrées jusqu’à maintenant, moi personnellement quand je les ai prises, la première chose qui m’a étonné, c’est que quelque part cela manque un peu de contraste. Alors le contrat, c’est quelque chose qui peut se travailler. Si vous allez dans lightroom, vous allez dans développement, vous avez un curseur contraste, vous pouvez tout de suite contraster un peu plus. C’est quelque chose qui peut se récupérer en post-traitement. Vraiment, il n’y a pas de problème.

Un contraste en retrait

Mais pour autant de manière générale, je trouve que cela manque un peu de contraste et la représentation des couleurs n’est pas forcément la plus belle que j’ai vue. Alors, je vais essayer de vous représenter cela. Je trouve que cela manque un peu de contraste et quelque part les aberrations chromatiques j’ai été très surpris, j’ai fait un espèce de mini spectacle avec cet objectif-là et j’avais des spots présents en face de moi. Mais c’est un cas que j’ai rencontré aussi dans un salon où j’avais des éclairages un peu partout puisqu’on était en intérieur dans le salon et quelque part, tous ces éclairages-là, ils viennent encore plus tuer le contraste et ils créent des aberrations chromatiques les plus grandes aberrations chromatiques que j’ai vues de ma vie. Donc, je vais vous montrer cela.

Mais ici alors sur cette photo-là, ce qu’on peut voir ce qu’il n’y a pas d’aberration. Mais vous sentez ce léger voile qu’on a quand même qui fait qu’on a perdu le contraste un peu de l’image. On n’a pas les noirs qui ne sont pas vraiment noir. On a les blancs qui ne sont pas vraiment blanc. On a comme un voile en fait sur notre image. Je ne sais pas si cela passe sur la chaîne, mais voilà c’est la première chose que je note.

Des défauts optiques

Ensuite, on va voir des aberrations. Regardez ici, il y en a une. Vous voyez ce demi-cercle-là. C’est l’aberration chromatique qui est issue du spot qui est juste en face et on va avoir des aberrations. Vous voyez ici, regardez la différence entre ces deux images. Ici, on a les spots qui ne sont pas allumés et on a un contraste qui quelque part, j’ai envie de le qualifier, d’à peu près normale. Et à la seconde où le spot s’allume, regardez à quel point on perd le contraste. On va revenir sur les aberrations chromatiques. Regardez ici, imaginons que vous vouliez avoir cette photo. Photo-là, elle est insolvable. Vous pouvez prendre tous les Photoshop que vous voulez, il n’y a vraiment rien à en faire quoi. On a vraiment beaucoup trop d’aberrations chromatiques.

Là, je vous montre quelques exemples parce que c’est quand même purement étonnant. Ici, elle est là. Donc voilà, tout cela pour dire que c’est un objectif en tout cas que c’est sûr et certain que je ne l’utiliserai pas dans des situations de concert. Et de manière générale en intérieur, cela dépend dans quel intérieur. Si c’est chez vous à la maison, pourquoi pas. Mais dans des événements sportifs, dans des événements comme cela, je pense qu’on est toujours plus ou moins soumis à avoir des néons ou avoir des lumières qui, quelque part, peuvent faire ce genre d’effet là. Attention quand même, là c’est des effets qui sont vraiment violents lorsqu’il est soumis à des conditions particulières.

Un bel objectif rapport qualité/prix

Pour le reste, c’est un objectif qui marche très bien. Il est à mon sens un peu mou à pleine ouverture. Alors, cela reste tolérable. Franchement, j’ai vu pire. J’ai vu largement pire. C’est déjà un bon niveau. Malgré tout, il ne faut pas s’attendre à l’excellence du 90 mm f2. Si je vous prends ici la différence par exemple entre le piqué à pleine ouverture et le piqué à 5.6 qui est la meilleure ouverture de cet objectif-là, déjà regardez la première chose que vous pouvez voir sur cette image-là, c’est la différence de contraste. On n’a quasiment pas de contraste sur l’image de gauche qui est prise à 1.8. Regardez là, la porte derrière, on a des noirs qui sont moins profonds. On a vraiment moins de contraste. C’est vraiment le contraste quelque part qui m’étonne.

Regardez ici, le fait de passer à 5.6, on a regagné ce contraste-là. On n’a pas ce léger voile. Et en termes de piqué, c’est certain, regardez la différence, il y a déjà un contraste, mais il y a aussi le piqué qui monte en niveau entre les deux. Alors encore une fois, je le redis, le piqué est plutôt bon à pleine ouverture. Mais, on a le moyen si on ferme un peu l’ouverture d’augmenter vraiment se piqué-là. Alors, je peux vous montrer le bokeh quand il est complètement des focus comme on peut voir. On a des billes qui sont absolument rondes. Je vous le disais au début, il n’y a pas grand-chose à reprocher à ce bokeh.

Comparatif XF90 F2

Alors évidemment dans les coins, on a ce qu’on appelle les yeux de chat évidemment, mais franchement, ce n’est pas choquant et c’est vraiment un joli, très joli bokeh. Alors, on va parler pour savoir un peu comment situer ce 85 mm 1.8. On peut le confronter avec le 90 mm f/2 de chez Fuji. Le 90 mm f2, c’est un objectif qui vaut quasiment trois fois plus cher que le Viltrox 85 mm 1.8. À un moment donné, c’est normal qu’il y ait des meilleurs résultats, mais à quel point.

Le premier avantage du 90 mm f2, c’est le fait qu’il ait une distance de mise au point de 60 mm au lieu de 90. Clairement quand vous faites des photos, vous allez vous rendre compte que cette distance-là, en gros voilà cela représente cela. Si vous essayez de vous rapprocher d’un sujet, sur l’un, j’arrive vraiment à me reprocher plus du sujet que sur l’autre. Ensuite en termes de piqué, si on regarde de nouveau l’arbre que j’ai fait, alors je vous le dis tout de suite, lorsque j’ai fait ce comparatif-là, l’appareil était mal réglé sur le 90 mm f2 et j’ai fait toutes les photos à iso 640.

comparatifXF90

comparatifXF90

Donc cela, quelque part cela fausse un peu le comparatif parce que le viltrox lui, il est pris à iso natif et je suis à iso 640 sur l’autre. Pourquoi, je ne l’ai pas refait parce que franchement quand on voit déjà la différence à 640, on se dit que c’est voilà, la différence elle est connue et cela ne servait à rien personnellement pour moi de tout refaire. Ici à pleine ouverture 1.8 vs f2, on se rend compte déjà que le bokeh est plus prononcé sur le 90 mm f2. Et ensuite, on se rend compte surtout que je vous parlais de la perte de contrastes lorsqu’on est à grande ouverture sur le viltrox, et là on s’en aperçoit bien, on voit bien que l’image de droite est moins contrastée. Regardez le noir de la porte ici, il est beaucoup plus profond dans l’image de gauche que ce qu’il est ici à droite.

Et cela va se ressentir aussi sur le piqué. Alors, je ne sais pas si cela va passer sur Youtube, mais j’imagine que oui quand même. On a vraiment un super piqué, un super contraste, une superbe représentation des couleurs sur le 90 mm f2. On a quelque chose de bon sur le viltrox, enfin on n’est quand même pas dans la même ligue entre les deux images. Et regardez ici à pleine ouverture, on a vraiment une grosse différence de piqué entre les deux. Différence qui s’estompe comme d’habitude, j’ai envie de dire lorsqu’on ferme l’objectif.

Excellent à F5.6

Et si on fait le même comparatif à 5.6, vous allez vous rendre compte que regardez, on a retrouvé le contraste. Donc, on a à peu près la même tonalité de gris sur les deux et on a retrouvé du contraste aussi sur le bois et on a retrouvé du piqué sur les deux. Et là, c’est plus difficile de dire vraiment lequel des deux a le meilleur piqué. De manière générale, cela montre que le viltrox est capable de muscler son jeu lorsqu’on ferme son ouverture et toujours d’obtenir un super piqué.

Voilà si l’on regarde d’autres images, on va globalement toujours en arriver à peu près sur les mêmes constatations. On va s’apercevoir que c’est toujours pareil. Vous voyez, on est en pleine ouverture, on a un piqué qui est bien meilleur sur l’image de gauche que ce qu’il est sur l’image de droite. C’est assez net quoi. Cela ne sert à rien de regarder, je pense, beaucoup plus d’images. Ici, j’ai voulu faire une image de paysage. Alors, elle n’a aucun intérêt artistiquement parlant, mais on avait le soleil qui était juste au-dessus et en fait, je voulais voir un peu quel était l’impact du soleil sur cela.

Et regardez, on a une image de gauche sur le 90 mm f2 qui est quand même bien contrasté, on peut voir que sur cette image-là, on a des verts ici qui sont intéressants, qui restent assez saturés quoi. On a ici du contraste sur l’arbre avec des verts clairs et des verts foncés. Et de l’autre côté, regardez sur le viltrox, encore une fois et notamment lorsqu’on lui met une source lumineuse, le soleil c’est une source lumineuse et vous l’avez quand même assez présent par moment, il n’est pas toujours dans le dos le soleil. Ici quelque part, on a vraiment cette perte de contraste aussi un peu là. On a des verts qui sont moins saturés sur l’image du viltrox et on a moins de nuances ici sur l’arbre avec des feuilles qui sont plutôt claires et des feuilles qui sont plutôt sombres, on a ce que j’appelle perdu le contraste.

Quel différence entre un haut de gamme et un bon objectif ?

Mais cela, c’est classique. C’est-à-dire que c’est vraiment ce qui différencie un objectif bas de gamme ou moyen de gamme avec un objectif haut de gamme. Il va être capable de mieux contraster son image. Il va être capable de mieux percevoir les couleurs. Et souvent c’est vrai que quand on débute un peu, on a parfois du mal à savoir, mais c’est quoi la différence entre les deux objectifs. La différence, ce n’est pas juste le piqué, ce n’est pas juste le bokeh.

En conclusion de ce test sur le viltrox 1.8, c’est un très bon objectif. Il vaut 359 euros. Franchement pour 359 euros, vous en avez largement, mais alors largement pour votre argent. Il fait des super-images en portrait. Il va vous permettre d’avoir un joli flou d’arrière-plan. Ce qui n’est pas toujours facile à obtenir sur un APS-C. Et ici, il va vous donner quelque chose d’extrêmement prononcé, donc vraiment cela va être intéressant. Alors, je ne vous dis pas que comme vous avez pu le voir, cela manque parfois, à mon goût en tout cas, d’un peu de contraste. Mais le contrat, cela se rajoute en post-traitement.

Des petits défauts qu’on peut compenser

Vous avez un curseur contraste si vous prenez des fichiers raw, vous allez rajouter le contraste assez facilement. Le contraste, cela peut aussi se travailler directement sur les paramètres de votre Fuji et vous pouvez rajouter un peu plus de noir, un peu plus de blanc pour essayer de contraste et votre image. Bref, cela peut se faire aussi. Vous pouvez en connaissant de ce petit défaut-là, vous pouvez parfaitement venir le réparer directement dans les paramètres du Fuji.

Donc pour moi, ce n’est pas un inconvénient majeur. L’inconvénient majeur, c’est sa capacité à faire face à des sources de lumière en face et ces aberrations, je ne sais même pas si c’est une aberration ou une flaire à ce niveau-là, mais voilà, ce sont des photos qui sont carrément bonnes à jeter. Il n’y a vraiment absolument rien à en tirer. Si vous avez prévu de faire du concert ou des photos de spectacles avec cet objectif-là, changez tout de suite votre fusil d’épaule parce que ce n’est pas le bon candidat.

Qualité de l’autofocus

Pour le reste, l’autofocus lui permet de faire les sujets qui bouge quand même relativement beaucoup, pas autant que le 90 mm. Je n’irais pas jusqu’à faire du sport de haute intensité avec ce 85 mm en 1.8. J’ai fait notamment une petite séance pour tester avec mon chien et c’est vrai que lorsque ma chienne venait à bouger très rapidement, parfois il peut être pris à dépourvu alors qu’il est moins pris à dépourvu avec le 90 mm f2. Mais là encore une fois, on parle vraiment de tests dans des cas extrêmes, vraiment sportifs. Je pense qu’à un moment donné, 359 euros les performances d’autofocus qu’ils délivrent, je peux vous assurer que c’est déjà des performances de premier plan. Et si on avait cet autofocus-là sur les objectifs 1.4 de la gamme Fuji, on serait parfaitement heureux.

Voilà ! Je pense que tout est dit. J’espère ne pas avoir été trop dur avec cet objectif-là. Je vous ai comparé avec le 90 mm f2 parce que c’est une question qu’on m’a beaucoup posée. Pour autant, pensez bien que le 90 mm f2, vous allez le payer 2.5 fois plus cher que le viltrox. Il faut voir si selon ce que vous avez prévu de faire avec, ce sont des objectifs principalement de portrait. Franchement pour un objectif de portrait, il va s’en sortir extrêmement bien et je pense que vous n’allez vraiment pas regretter votre achat. Si vous n’avez pas le budget pour le 90 mm f2, franchement foncez.

Conclusion

J’espère qu’il va y avoir d’autres objectifs comme cela parce que franchement, c’est un excellent méga rapport qualité-prix. Et comme dans tout rapport qualité-prix, il y a toujours des inconvénients, mais il faut les accepter.

Voilà ce que j’avais à vous dire sur ce test, comme d’habitude, vous pouvez me lâcher les poings levés vers le haut. Enfin même ce n’est pas les poings, c’est les pouces. Comme d’habitude, si vous débarquez chez Fuji, vous avez le guide de démarrage du fujiste débutant en cliquant sur les douze conseils qui sont juste ici. Dites-moi en commentaire, est-ce que vous l’avez reçu ce 85 mm 1.8 ? Qu’est-ce que vous en pensez ? Est-ce que vous avez fait les mêmes constatations que moi ? Est-ce qu’il vous intéresse ? Est-ce que voilà ? Quelle question vous vous posez encore sur 85 mm 1.8 ? Je serai ravi de vous répondre.

Allez à bientôt sur la chaîne ! Salut !