Lien vers le Fujifilm X-H1 : http://amzn.to/2oXnsk6

J’ai testé la stabilisation du Fujifilm X-H1, alors est-ce qu’IBIS stabilise correctement les objectifs sans stabilisation ? Quel gain avec les objectifs Fujifilm stabilisés ? On fait le début du test du Fujifilm X-H1 !

J’ai testé le Fujifilm X-H1 et je vous présente les résultats de mes tests …

– Quel gain attendre sur un objectif Fujifilm avec stabilisation ?
– Quel gain sur un objectif Fujinon non stabilisé ?
– Quel impact sur les vidéos ?
– Mode 1 ou Mode 2 pour la stabilisation ?

On répond ensemble à ces interrogations !

La vidéo « Fuji X-H1 : Test Stabilisation IBIS »

→ Cliquez ci-dessous pour démarrer la lecture de la vidéo :

Le script de la vidéo « Test de la stabilisation X-H1 »

→ Attention, je vous aide en vidéo et le texte ci-dessous n’a pas vocation a être lu car il a été généré automatiquement. Intéressez-vous plutôt à la vidéo ci-dessus donc 🙂

Aujourd’hui, on parle un peu du Fujifilm X-H1. J’ai commencé à le torturer dans tous les sens et la première des choses que j’ai testés en profondeur, c’est la stabilisation. Donc, je vais vous dire ici, qu’est-ce que j’en ai pensé et surtout qu’est-ce que j’ai trouvé comme résultat. Libre à vous ensuite de dire, si c’est bien ou ce n’est pas bien finalement. Alors la stabilisation, c’est le premier appareil FUJIFILM à avoir la stabilisation. Donc c’est la stabilisation IBIS : In Body d’Image Stabilisation. Cela veut dire capteur stabilisé.

Capteur stabilisé

Si vous ne savez pas à quoi sert la stabilisation à l’intérieur du boîtier, tout simplement c’est comme pour l’objectif, cela vient stabiliser vos propres mouvements. C’est-à-dire que quand vous faites des photos à main levée, vous n’êtes pas un robot, vous êtes forcément en train de plus ou moins de bouger. Donc, le capteur va être stabilisé par rapport à vos propres mouvements. Cela veut dire que si vous êtes en train de faire des photos de sport ou des photos d’oiseaux, cela ne va pas du tout vous aider.

La stabilisation, elle est juste là pour combler vos propres mouvements. Elle est juste là pour annuler vos propres mouvements à vous. Elle ne va pas vous aider à figer le mouvement de quelqu’un d’autre. Donc, si vous prenez des images de quelque chose qui ne bougent pas trop, cela va vous intéresser beaucoup. Si vous prenez des images de quelque chose qui bougent très vite, cela ne vous sert à rien du tout. Voilà, c’est dit. Quand j’ai commencé cette vidéo, je me suis posé la question de : à quelle question je souhaitais répondre ? Et j’ai identifié cinq questions.

La première, c’est essayer d’identifier quel est le gain sur des objectifs non stabilisés. La deuxième, c’est identifié le gain sur des objectifs stabilisé. La troisième, c’est essayer de déterminer si quand on est un ibis, est-ce que c’est comparable à ce qu’on avait avant sur le X-T2 et sur le X-T20. La troisième, c’est vous savez, il y a deux modes de stabilisation. Il y a le mode un et le mode deux. Comme on avait à l’époque le X-T2 et le X-T20 et qu’on avait des objectifs stabilisés, on conseillait vraiment d’utiliser le mode 2. Parce qu’on avait des meilleurs résultats au mode de la stabilisation.

Donc ici, j’ai voulu regarder si mode un et mode deux, cela faisait à peu près le même écart parce qu’on trouvait sur du X-T20 du X-T2. Enfin, la dernière des questions, c’est tout simplement en vidéo, pouvoir faire des tests de vidéo et regarder qu’est-ce qu’à apporter exactement cette stabilisation.

Stabilisation du Fujifilm XF16-55

Voilà les cinq questions. On va commencer tout de suite en regardant les résultats des tests que j’ai pu effectuer. Comme d’habitude j’ai fait des dizaines et là même c’est plutôt des centaines de photos pour tester tout cela. J’ai fait des tests avec quatre objectifs différents. J’ai pris le XF16-55 qui est quand même l’objectif avec lequel il est vendu en kit. J’ai fait des tests avec le XF18-55 que j’ai pris parce que c’est un objectif qui est déjà stabilisé et c’est un objectif où quand on regarde le tableau fourni par FUJIFILM sur le gain qu’on peut attendre, on se rend compte que c’est effectivement un objectif sur lequel FUJI n’annonce pas des miracles.

Stabilisation du Fujifilm XF90

Donc, j’ai voulu regarder cela. Ensuite, j’ai voulu faire un test avec le XF90 qui est probablement l’optique la plus piquée de la gamme FUJIFILM. Mais c’est une optique où un des gros défauts, c’est qu’elle n’est pas stabilisée. Là aussi, j’ai voulu vérifier sur le XF90, quel était le gain sur cette optique non stabilisée? J’ai voulu du coup tester enfin le XF80. Donc lui, souvent, on fait des comparatifs XF80, XF90 parce qu’ils sont quand même assez proches, mine de rien. Et on dit qu’il y a quand même le fait que le XF80 soit stabilisé.

Donc est-ce qu’il y a un gain pour le XF80, est-ce qu’il n’y a pas de gain ? J’ai voulu regarder cela et pouvoir mettre en concurrence tous ces objectifs-là. Donc XF16-55 contre les XF18-55 et le XF90 contre le XF80. Ce ne sont pas vraiment des duels en fait, pas du tout même.

Et à chaque fois, j’ai fait le test avec l’Ibis on sur le X-H1, ibis off sur le X-H1. Ensuite, j’ai fait le test avec le X-T20 parce que c’est ce que j’avais à ce moment-là facilement disponible. Mais les tests entre X-T2, X-T20, X-E3, X-Pro2 franchement, cela vous donne exactement les mêmes images, exactement les mêmes résultats. Donc, ce n’est pas parce que sur le X-T20 ici que les données ont été différentes avec un X-T2.

Allez, on peut regarder tout de suite les premiers résultats. Vous voyez sur le X16-55, donc j’ai fait des tests à 55 mm. C’est un objectif qui n’est pas stabilisé et c’est le seul zoom qui n’est pas stabilisé dans toute la gamme des zooms FUJIFILM. Donc, c’est un gros défaut de ce zoom-là et pourtant c’est un zoom qui est exceptionnel en termes de piqué.

Qu’est-ce qu’on s’aperçoit. Alors, vous voyez ici, j’ai fait des tests à 1/60e, 1/30e, 1/8e, ½, bref. Ce dont on s’aperçoit, ici j’ai quatre conclusions. Grosso modo, on ne va pas faire toutes les données une par une. Cela serait trop fastidieux. J’estime qu’il y a un gain à peu près de quatre stops entre le fait de mettre ibis on et ibis off sur le X-H1. Par contre, chose à laquelle je m’attendais en fait, il faut bien comprendre que là si vous regardez le capteur, bon là vous ne verrez pas évidemment, et que vous faites un peu cela, vous allez voir que le capteur, il flotte.

Attention aux effets de bord

Contrairement, faites la même chose avec un X-T2, le capteur, il est soudé au châssis. Donc évidemment, il ne bouge pas. Mais, comme il est et flottant, dès que vous désactivez la stabilisation du capteur, c’est encore pire que s’il était fixe. C’est-à-dire que non seulement il n’est pas fixe, vous avez désactivé le fait qu’il se stabilise et en plus il est flottant. Donc, vous avez une pénalité.

Et moi cette pénalité-là, je l’ai estimé à environ un stop. C’est-à-dire que finalement, quand vous désactivez la stabilisation sur le X-H1, vous êtes plus pénalisé encore que si vous aviez le capteur fixe qui était dans le X-T20. Par conséquent, j’estime qu’il y a à peu près une différence de 3 stops, un gain de 3 stops entre le XF16-55 que vous auriez mis sur le X-H1 et la version non stabilisée que vous auriez sur le X-T20.

J’espère que c’est clair. Grosso modo, cela permet de prendre des photos au 55 mm du XF16-55. Vous arrivez à prendre 50 % de photos réussir à 1/8e de seconde, et même à ½ seconde, vous arrivez quand même à sortir des images. Elle est estimée à peu près 10 %. Je vais vous montrer quand même quelques photos après, parce que vous pourriez ne pas me croire.

Mais clairement à 0,5 seconde, vous continuez à avoir des images qui sont parfaitement nettes. Donc cela, c’est vraiment une bonne performance, je trouve. Et on voit quand même qu’il y a un énorme gain à mettre ce genre d’objectif sur le X-H1 plutôt que sur les autres.

Sur le 18-55, c’est un peu une histoire qui est différente quand même parce qu’à 55 mm, le 18-55 est un objectif qui est déjà stabilisé. Donc l’idée, c’est de savoir si la stabilisation de l’objectif et la stabilisation du X-H1 vont s’additionner en fait. Et cela, est-ce que cela va faire une vraie différence ?

IBIS + OIS = OIS

Le résultat, c’est que cela n’en fait pas. Grosso modo, j’ai à peu près les mêmes résultats peu ou prou. Ce sont des résultats non plus qui ne sont pas très scientifiques en termes de pourcentages ou grosso modo, je fais une dizaine de photos et je fais un pourcentage à partir des 10 photos. Mais si je fais 10 fois 10 photos, j’aurais 10 fois des pourcentages à peu près différents. Mais la tendance, elle reste toujours la même. Donc ici, on se rend compte que sincèrement cela n’apporte absolument rien, par exemple sur le 18-55. Après, quand on regarde le tableau fourni par FUJIFILM pour la stabilisation des optiques, on se rend compte que sur le 18-55, ce n’est pas là où le X-H1 apporte le plus. Effectivement, je peux vous le confirmer, cela n’apporte rien.

Ensuite, j’ai fait le test sur le XF90 qui est un objectif non stabilisé. Sur le XF90 évidemment, il y a un gain à peu près de 3 stops entre le X-H1 et le X-T20. Ce n’est plutôt pas mal. Le X-T20 grosso modo, j’avais à peu près 30 % de photos réussies avec le XF90, sur le X-T20 à 1/60e et à 1/30e je tombais déjà à 5 %. C’est quasiment anecdotique. Mais avec le H1, on se rend compte qu’à 1/30e alors que le T20 déjà, il ne fait plus aucune photo. Là clairement, on est toujours à 90 % de réussite.

On arrive toujours à 1/8e à 50 % de réussite. Ce n’est pas mal, 1/8e, c’est très lent. Cela commence à permettre de faire des mini-pauses longues pour commencer à flouter le mouvement, des choses intéressantes, des photos qui seraient impossibles. Ou alors, si vous êtes dans une cathédrale ou dans un endroit un peu sombre fixe, cela va vous permettre de descendre vraiment beaucoup dans les ISO, tout en obtenant une image qui est parfaitement piquée. 50 %, cela permet vraiment de faire des belles images.

Question de probabilité

Et si vous vous acharnez avec une rafale, on atteint même 5 % de près à ¼. Donc, il n’est toujours pas à l’agonie. Il y arrive toujours. Alors certes, il faut faire des grosses rafales pour espérer avoir une photo. Mais enfin ce n’est pas très compliqué finalement de faire une rafale de vingt ou trente photos, en espérant en avoir une réussite si vous êtes en train de prendre un sujet qui est complètement fixe.

Donc ici, moi j’estime que le gain, il est à peu près de 3 stops entre le H1 et le T20. Ici, je n’ai pas mis 1/15e de seconde parce que ce n’était pas un palais très intéressant. Je trouvais qu’on était toujours à 75 % de réussite à peu près. Donc, j’ai sauté le stop ici. Donc, cela peut-être 3 stops de différence.

Sur le XF80 qui est le dernier objectif sorti par FUJI, qui est censé être l’objectif qui est le mieux stabilisé, etc. On en a parlé longuement du XF80. Écoutez, le gain, il est assez faible quand même. Il y a un gain. On ne va pas se cacher, il y a quand même un gain. Il permet grosso modo de prendre des photos à 1/8e de secondes, là où c’était un peu difficile sur le X-T20 de sortir une photo à 1/8e de secondes. Ici, on reste avec des performances honorables à 40 % de photos réussies.

Bon moi, j’estime que le gain, si vous mettez le X80 sur le X-H1, il est à peu près de 0,5 à 1 stop. Donc, ce n’est pas énorme 0,5, 1 stop. Bon voilà. En tout cas, c’est ce que j’ai trouvé. Grosso modo, si on peut tirer des conclusions de tout cela ; la conclusion que j’en tire, c’est que si l’objectif est déjà stabilisé, vous avez un gain qui va de nul à 0,5, 1 stop. Grosso modo, c’est à peu près le gain que vous pouvez attendre si vous mettez un objectif stabilisé sur le X-H1.

Si l’objectif n’est pas du tout stabilisé, vous pouvez atteindre un gain de 3, 3,5 stops, je pense. 3, 3,5 stops, ce n’est pas mal. Moi, j’estime qu’il y avait quand même une pénalité du fait d’avoir ibis. Si vous désactivez la stabilisation, clairement vous avez moins bien finalement que ce que vous aviez déjà avec le X-T2 et le X-T20. De là à conclure qu’il ne faut jamais enlever la stabilisation sauf si vraiment vous êtes sur trépieds, il n’y a vraiment qu’un pas.

Mode 1 ou Mode 2

Et au niveau du mode 1 et du mode 2, personnellement, je ne suis pas arrivé à avoir davantage entre le mode et le mode 2. J’ai quand même du mal à voir comment cela fonctionne au niveau d’ibis. Puisqu’au niveau d’ibis, le capteur est toujours stabilisé, finalement. Il n’y a pas vraiment de moment où il va se laisser aller donc, je ne sais pas.

Pour moi, le mode 1 et le mode 2, c’est quelque chose que je vais devoir creuser parce qu’est-ce que cela va concerner que les objectifs, est-ce que cela va concerner aussi ibis ? Je ne sais pas. Mais j’ai presque un peu l’impression que le mode 1 m’avait donné de meilleurs résultats que le mode 2. En tout cas, je vais vous montrer quelques photos quand même sur lightroom et ensuite on va parler un peu de la vidéo.

En l’occurrence, j’ai fait 835 images pour arriver à tous ces chiffres-là. Vous voyez, ce sont des tonnes et des tonnes de photos que j’ai examinées. Donc, ce sont des rafales sur lesquelles je vérifie que les résultats sont bons, qu’ils ne varient pas, etc.

Ce que je voulais vous montrer, c’est que sur le 16-55, on arrive à faire des choses qui sont quand même assez étonnantes. C’est vraiment pas mal. J’ai par exemple une photo ici, à une demi-seconde cette photo est prise. Donc ici, je suis zoomé à 100 %. Et à une demi-seconde, j’arrive à des choses qui sont vraiment pas mal au niveau du piqué. Clairement, on arrive à lire le texte de manière parfaite. Alors, c’est sûr qu’on n’est pas aussi piqué qu’avant, mais quand même, une demi-seconde, c’est énorme d’arriver à prendre des photos à cette vitesse-là sur un objectif qui à la base n’est pas du tout stabilisé. Donc vraiment, ce n’est pas mal.