Tous les Fujifilm sortie depuis 2 ans disposent d’un histogramme RGB, c’est une version plus détaillée de l’histogramme décliné en version RGB. Vous obtenez donc 4 histogrammes :

  • Histogramme de luminance (ou de luminosité)
  • Histogramme des rouges
  • Histogramme des verts
  • Histogramme des bleus

A quoi ça sert tout ça ?

La vidéo « Histogramme RVB : A quoi ça sert ? Exemple »

→ Cliquez ci-dessous pour démarrer la lecture de la vidéo :

Le script de la vidéo « Exposition à droite avec l’histo RGB »

→ Attention, je vous aide en vidéo et le texte ci-dessous n’a pas vocation a être lu car il a été généré automatiquement. Intéressez-vous plutôt à la vidéo ci-dessus donc 🙂

 

Lorsque j’ai fait le comparatif SONY contre FUJI, j’ai parlé notamment de l’histogramme RGB, et vous avez été nombreux finalement à venir me voir, à me dire c’est quoi cette histogramme RGB ? À quoi ça sert ?

Justement, j’avais tourné un petit truc pendant que j’avais fait ce comparatif-là et on va regarder la vidéo. Alors, ce n’est pas très bien tourné, j’ai fait ce que j’ai pu. Et il y avait énormément de vent. En plus, à la base je ne pensais pas forcément en faire une vidéo.

Lire l’histogramme

En fait, à l’origine quand je veux prendre la photo, ici la photo est floue, voici ce que je vois. On peut voir que l’histogramme occupe les deux tiers de la plage de la dynamique, et que le tiers droit n’est pas occupé. Et cela, c’est un problème. Parce que si vous vous intéressez à la photo de paysage, vous avez souvent entendu dire, qu’il faut exposer à droite, et en fait avoir un histogramme qui est plutôt sur la droite qu’au centre ou sur la gauche. Tout simplement, parce qu’on va garder plus de tonalité, on va capter plus de choses dans le fichier RAW si on arrive à avoir une exposition sur la droite. Alors, je n’en dis pas plus sur cette technique-là dans cette vidéo.

Exposition à droite

Mais pour exposer plus à droite, il faut être assez précis dans son exposition. Et là, c’est vrai qu’on peut être étonné par exemple que le FUJI s’arrête à cet endroit-là, et n’aille pas plus loin finalement dans l’histogramme. Donc là, je regarde, il n’y rien qui clignote ici ; donc il ne me dit pas s’il y a quelques choses de cramées, ou rien qui est spécial. Alors là j’ai une compensation d’exposition à zéro pour l’instant. Justement, là maintenant, je vais venir jouer avec ma compensation d’exposition. J’espère que vous m’entendez, je vais baisser le son du vent.

Ce que je vais faire, c’est que je vais tout simplement appeler l’histogramme RGB. Je fais une compensation d’exposition en plus deux. Et on peut voir que maintenant, j’ai un histogramme qui est vraiment décalé sur la droite et qui est vraiment sur la droite. Je suis dans ce qu’on appelle :  Une exposition à droite. On peut voir sur l’histogramme que je n’ai pas de montagne coupée sur la droite, donc sous-entendu, je n’ai rien surexposé, je ne perds pas une information.

A quoi sert l’histogramme RGB ?

Pour autant, c’est un piège en fait, parce que vous avez un histogramme de luminance quelque part qui fait une moyenne, et l’histogramme de luminance, ici, il est en train de vous tromper. Il vous indique, qu’il n’y a absolument rien de cramé sur votre photo. Et en fait, on va s’apercevoir que quand on regarde l’histogramme RGB, qui est un histogramme plus précis, canal par canal, pour les rouges, les verts, et les bleus. Je l’appelle avec un geste tactile. Et on peut voir maintenant que j’ai mon histogramme décomposé par couleur ; que l’histogramme « moyen » de luminance en haut, il est bon, il n’y a absolument rien de cramé, on voit même qu’il me reste un peu de place sur la droite.

Et quand on regarde le détail, on s’aperçoit que les rouges c’est ok, que les verts c’est ok. Par contre les bleus, on s’aperçoit que j’ai un histogramme qui touche complètement le bord, et que j’ai pleins de cramés dans les bleus en fait.

Trouver l’exposition parfaite

Et donc, là où mon histogramme de luminance, mon histogramme normal, il semblait bon et que je peux prendre ma photo sereinement. Je sais que quand je vais arriver sur mon ordinateur, normalement, je n’ai pas de problème. En fait, quand je vais arriver sur mon ordinateur, je vais m’apercevoir qu’il y a plein de trucs de cramés dans mon image et je m’en aperçois grâce à l’histogramme RGB qui, ici, me dit : attention dans les bleus, tu as plein d’informations qui sont cramés.

On voit d’ailleurs que ça clignote à l’écran. Et donc, c’est là que je réduis ma correction d’exposition jusqu’ici, pour que les bleus ne soient plus du tout cramé. Voyez, les bleus se sont décalés, je suis bien exposé à droite sur les bleus, mais je ne crame plus d’informations.

Histogramme RGB > Histogramme

Alors certes, quand on regarde l’histogramme de luminance comme ça, on a impression qu’on est vraiment sous-exposé. Mais en fait, en vrai, quand vous regardez l’histogramme RGB, on s’aperçoit que non ! L’exposition, elle est juste, et c’est comme cela qu’il faut prendre la photo.

Si je sous-expose encore un peu plus, il me reste encore un peu de marge ici sur les bleus. C’est pour cela qu’au final, je choisis de faire la photo avec un peu plus d’un stop. Et en tout cas voilà comment que j’ai placé mon exposition grâce à la précision d’un histogramme RGB.

Du coup, j’espère que ça répond à votre question sur quelle est l’utilisation de l’histogramme RGB ? À quoi ça sert ? Et comment je l’utilise pour faire mes photos ?

Là au moins, c’est un cas concret d’une photo que j’avais prise sur le comparatif SONY vs FUJI