Bienvenue sur Les Guides Fujifilm ! Comme ce n'est pas la 1ère fois que vous venez ici, vous voudrez sans doute regarder les 12 conseils 100% FUJI pour débuter sans stress 🙂 Cliquez ici (gratuit) !

Allez aussi voir du coté des Masterclass Fuji X : ICI


Après le premier épisode dans lequel on a comparé la qualité des photos produits par un Sony A7iii et un Fujifilm X-T3, nous allons dans ce second épisode faire un comparatif complet :

– Ergonomie du boitier
– Les menus
– Qualité des photos
– Qui est le meilleur en vidéo ?
– La dynamique
– AF Suivi des yeux
– Stabilisation du capteur VS Stabilisation de l’objectif
– Colorimétrie
– Encombrement / Poids
– Mesure de l’exposition
– Autonomie
– Beaucoup de différence concernant la gestion des feuillages ?

 

Cette vidéo fait partie de la série de vidéos « Comparatif Sony A7 iii et Fujifilm X-T3 » :

  1. APS-C vs Plein Format (full frame) : quelle différence de qualité d’image, bokeh, dynamique, ISO
  2. Comparatif Sony A7iii et Fuji X-T3
  3. Comparatif APS-C et Plein format : Ma conclusion

 

La vidéo « Comparatif Sony A7 iii vs Fujifilm X-T3 »

→ Cliquez ci-dessous pour démarrer la lecture de la vidéo :

 

Le script de la vidéo « Comparatif Sony A7iii et Fuji X-T3 »

→ Attention, je vous aide en vidéo et le texte ci-dessous n’a pas vocation a être lu car il a été généré automatiquement. Intéressez-vous plutôt à la vidéo ci-dessus donc 🙂

 

Aujourd’hui, on se retrouve dans la deuxième partie de ce comparatif entre le Fujifilm X-T3 et le Sony A7 III. Alors ici, on va discuter un peu. Je vais vous faire une restitution finalement de mes cinq jours de comparatifs sur le terrain et je vais vous dire qu’est-ce que j’en ai pensé. Je me suis fait un petit sommaire avec des notes et je vais vous dire cela de façon à ce que vous puissiez vous à la maison faire un choix en connaissance de cause.

Pour le reste, sachez qu’on est quand même sur un comparatif avec des choux et des carottes puisque le Sony A7 III est forcément meilleur que ce X-T3. Il a un capteur qui est 2.2 fois plus gros. Il coûte 800 € supplémentaires. La question que beaucoup de gens me posent finalement : est-ce que ces 800 € hors objectif valent le coup et est-ce que la différence pour 800 € est suffisamment profonde entre les deux boîtiers ?

Différence de qualité d’image

Cette réponse-là clairement, il y a que vous qui allez pouvoir l’apporter. C’est trop subjectif. Cela dépend vraiment d’où est-ce que vous voulez mettre la barre. Est-ce qu’il y a une différence significative ? C’est à vous de déterminer si cette différence, elle existe ou non. Moi, j’ai essayé dans cette première vidéo de vous donner des billes de façon à vous aider dans votre choix. Je vais vous en donner d’autres dans cette vidéo-là. Mais à la fin, c’est vous qui déterminez si cela vaut 800 € ou pas.

En tout cas, ce qui est certain et de manière générale, on n’arrivera pas sur un full frame à avoir des optiques aussi petites, aussi légères, aussi peu coûteuses. Donc sur un full frame forcément, les optiques vont être plus grandes, les optiques vont être plus lourdes. Ou alors si ce n’est pas le cas, c’est que forcément en général on a un compromis sur la qualité. Ce Tamron 28-75mm, regardez les tests, ils sont absolument incroyables partout. Pour autant ici comparer à un objectif de la gamme pro de chez Fujifilm, j’ai trouvé que ce Tamron, il n’était pas si exceptionnel que cela.

Configuration utilisée

C’est un objectif qui est en plastique là où l’objectif Fujifilm est en métal. Donc, le Tamron essaye d’être beaucoup plus léger. Mais enfin quand bien même en faisant tous les compromis que vous voulez, vous voyez ici l’optique, elle n’est pas aussi compacte qu’une optique APS-C qui pourtant a un meilleur piqué que mon optique full frame.

Clairement, Tamron a dû faire des compromis, je pense. Et le 24-70mm GM de chez Sony, qui est beaucoup plus cher, beaucoup plus encombrant et qui probablement arrive à avoir un meilleur piqué que le Fujifilm, va coûter beaucoup plus cher et il n’y a pas de miracle, en fait.

Si vous partez sur un système full frame, vous allez être probablement plus lourd, plus encombrant et plus cher que si vous partez sur un système APS-C sauf à viser quelques optiques de niche. Tous les 50mm f1.8 sont évidemment toujours des objectifs qui n’ont pas été très coûteux.

Évidemment, il en existe pour le Sony. Évidemment, vous allez avoir des 85mm probablement, mais si vous prenez toute la gamme en incluant les ultras grand-angle, en incluant les téléobjectifs, en incluant les téléobjectifs f2.8, en incluant les optiques pour les animaliers, en moyenne sur le full frame, on est toujours 1.5 à 2 fois plus cher que sur un APS-C. C’est comme cela et on est en général plus encombrant, plus lourd et plus cher.

Ergonomie et menu du Sony A7iii

Je vais maintenant vous dire tout ce qui m’a énervé finalement avec Sony A7 III parce que oui il a un capteur extraordinaire, il produit des photos qui sont très qualitatives même dans des situations extrêmes, ce que n’arrive pas à faire un APS-C, mais je ne résume pas un appareil photo à la qualité de son capteur. Personnellement, il y a plein de trucs autour de l’appareil photo qui font que je m’amuse à faire des photos ou je ne m’amuse pas.

La première des différences entre ces deux boîtiers, c’est l’ergonomie. Franchement, je ne suis pas un grand fan de l’ergonomie de ce A7 III. Déjà la première des choses, c’est que c’est un appareil photo compact. Donc cela, c’est la réalité. Mais je ne trouve pas et d’ailleurs je pense que Canon et Nikon l’ont compris.

Trop compact

Je ne crois pas que ce soit un argument si prédominant que cela et je trouve les boîtiers Sony trop compacts. Je trouve qu’on n’y gagne pas finalement à être si compact que cela. Je le redis à chaque fois. Mais moi ici, je me coince les doigts. Je n’ai même pas assez de place et pourtant je suis sur un petit objectif ici qui est extrêmement étroit. Je n’ai pas assez de place ici pour mes doigts. Donc cela, c’est un des trucs qui m’embête chez le Sony.

De manière générale, je ne trouve pas cette ergonomie si géniale que cela. Je n’aime pas du tout les molettes des Sony qui, je trouve, font vraiment un toc. Je trouve qu’elles sont assez mal placées de manière générale. Bref moi, je ne suis pas un grand fan de ce boîtier fait par Sony. L’ergonomie et les menus, c’est connu chez Sony, ils sont imbuvables et ce n’est pas un mythe.

Qualité de construction bof

Alors certes, on arrive à s’y faire avec le temps, mais enfin je prends moins de plaisir finalement à utiliser ce boîtier qu’à utiliser mon Fujifilm. Mais cela va être le cas finalement surtout le boîtier. C’est-à-dire qu’il n’y a quasiment rien d’autre que le capteur finalement de ce Sony A7 III que j’aime bien. Donc, ce n’est pas que ce soit fondamentalement mauvais, c’est que c’est moins bon en tout cas que le Fujifilm X-T3.

Viseur pas top qualité

Je n’aime pas du tout le viseur. Donc, je pense que j’aurai l’occasion de vous montrer une vidéo peut-être maintenant entre le viseur du Sony A7 III qui clignote, qui scintille. On sent qu’il y a plus de scintillement. Bref, je trouve que le viseur, en tout cas moi dans mon utilisation où je suis en AF-C en point unique, je trouve que le viseur, il n’est pas au niveau, là où le viseur du X-T3 me semble vraiment largement plus qualitatif.

Ecran LCD moyen

Mais cela va être le cas aussi de l’écran LCD derrière. Je trouve que l’écran LCD, on n’est pas du tout sur la même qualité ; vraiment pour moi, c’est le jour et la nuit. Une des différences par exemple qui m’a énervé le plus lorsque j’ai fait ce comparatif-là, c’est que sur mon Fujifilm, j’arrive à voir l’écran malgré des lunettes de soleil polarisant.

Sur l’écran du Sony, je pensais que l’écran était éteint. Je m’excitais sur l’écran alors que l’écran, elle était parfaitement allumée. C’est juste que je ne le voyais pas parce qu’il n’est pas suffisamment de bonne qualité pour être compatible avec des verres polarisants. Mais il est moins lumineux, il est moins défini. Franchement pour moi, il y a un monde entre les deux. Ce n’est pas le même niveau de qualité.

Mais heureusement, un capteur hors du commun

Certes, le capteur du Sony est éblouissant, dynamique en capacité de résolution, en montée en iso, etc. Il n’y a rien à lui reprocher. Mais enfin le boîtier en lui-même, je ne m’amuse pas tant que cela avec ce boîtier et il y a vraiment énormément de choses qui me gênent.

Des limites entrée de gamme

La première photo que j’ai essayé de faire ; manque de bol, je suis allé faire des photos de nuit et j’ai essayé de faire des poses longues. Je me suis aperçu par exemple que ce A7 III, il était limité à 30 secondes, comme mon X-T20 en fait. Contrairement à ici alors que le X-T3, il est limité à 15 minutes. Au-delà de 30 secondes sur l’A7 III, il faut passer en mode bulbe avec une télécommande, faire cela à la mano. Bref, c’est fastidieux. Pour un boîtier qui est à destination de professionnels, je trouve que cela la fout mal quand même ce genre de limitations.

Évidemment, on a le fait que l’écran ne soit pas inclinable en portrait. Donc sur ce X-T3, j’ai tendance par exemple lorsque je fais des Voies lactées, en général je le fais en portrait. Je le mets comme cela. Comme cela, je suis en général au-dessus et je vois bien l’écran. Donc cela, impossible de le faire. Cela m’a agacé aussi.

Le focus peaking pour faire la mise au point en manuel, de nuit quand l’autofocus ne marche quasiment plus, quand il fait vraiment nuit noire et qu’il n’y a plus du tout une once de lumière, là aussi il n’y a pas photo entre le focus peaking que propose le Fujifilm et le focus peaking que propose le Sony.

De même lorsque j’ai fait les photos de lever de soleil, j’ai voulu gérer mon exposition par rapport à l’histogramme. L’histogramme n’est pas assez précis pour gérer l’exposition. Donc, j’utilise chez le Fujifilm un histogramme RGB en direct, donc avant de faire la photo. Sur le Sony, il n’y a pas d’histogrammes RGB en direct. Bref, tout plein de petites options qui probablement sont peut-être des détails immenses pour vous.

En fait personnellement, que quand j’ai fait les photos avec l’un et avec l’autre, je n’avais pas l’impression d’avoir la même qualité de boîtiers. J’avais vraiment l’impression d’être dans le monde des professionnels avec le Fujifilm et j’avais vraiment l’impression d’être vraiment, un peu comme le X-T20.

Les menus

En termes d’ergonomie, pour moi, on retrouve un peu ce parallèle-là. Un écran qui n’est pas inclinable sur trois axes, un mode limité à 30 seconds maximums pour la prise de vue, pas d’histogrammes RGB. Moi, j’avais un peu l’impression de me retrouver sur un boîtier plutôt moyen de gamme. SONY l’appelle the basic model. Alors certes pour un modèle basique, il fait des photos incroyables grâce à son capteur. En termes d’expérience utilisateur, j’ai trouvé que le compte n’y était pas spécialement.

Montée en ISO comparative

Alors si la question que vous vous posez est est-ce que le Fujifilm fait aussi bien que le Sony ? Non. On l’a vu en photo lors de la partie I. En montée en iso, il y a un monde entre les deux. Lorsque vous arrivez à partir de iso 3200, iso 6400, iso 12800, peu à peu, il y a un fossé qui se crée sur ces iso-là qui est de plus en plus grands.

Alors, on n’est pas sur 3 stops comme je peux entendre des fois ou même 2 stops. Je pense qu’on est plutôt sur 1 stop, 1.5 stop de différence entre les deux boîtiers. Enfin si vous prenez beaucoup de photos à haut iso, je pense effectivement qu’il vaut peut-être mieux partir sur le Sony parce qu’il va vous donner les meilleures photos et c’est vraiment là où il est bon grâce à son grand capteur.

Si vous jurez uniquement sur le piqué, j’ai trouvé que lorsqu’on restait dans des iso irraisonnable jusqu’à 1600, on va dire, ce Fujifilm fait d’aussi bonnes photos, j’ai trouvé, que le Sony A7 III.

Alors encore une fois, je n’ai pas ici d’optique très haut de gamme Sony qui ont le tag GM. J’en avais lorsque j’ai fait le test avec le X-H1. Moi, je pense que franchement au niveau du piqué, si vous recherchez le piqué ultime, je pense qu’il n’y a pas une grande différence entre un Sony A7 III et un Fujifilm X-T3.

Différence de couleurs

Par contre, ce que j’ai préféré sur le Fujifilm, c’est la colorimétrie pour laquelle cela m’a laissé un goût, un espèce de goût amer sur le Sony avec ces scènes  ou cette herbe un peu fluo, ces tons jaunisses sur la peau, difficile à rattraper au posttraitement. Cela se fait en gérant la calibration en bas dans Lightroom, en gérant la balance des blancs, en utilisant le curseur de magenta vert, en utilisant le panneau de couleurs. Mais bon, cela demande quand même plus de travail au posttraitement que si je partais avec mes photos Fujifilm.

Différence en photo de paysage, feuillage

Pour le reste au niveau du feuillage, je voulais montrer, j’ai trouvé qu’il n’y avait pas une différence significative au niveau du feuillage sur ces deux boîtiers. Pour moi, c’est kif-kif, bourricot et ce n’est pas cela qui me ferait prendre un boîtier plutôt qu’un autre.

Au niveau de la dynamique, certes, le Sony est meilleur en dynamique, mais il a tendance, je trouve, à avoir une mesure de l’exposition moins bonne, à flirter avec les limites et à cramer des hautes lumières. Chose que ne fait jamais mon Fujifilm.

Donc évidemment avec la correction d’exposition sur le Sony, on peut en préventif faire cela. Mais ensuite, je me suis rendu compte que finalement, certes, c’est clair qu’il y avait un gain en dynamique grâce au Sony. Mais finalement ce gain en dynamique lorsque je suis confronté à des situations de forts contrastes, il n’est pas suffisant. C’est-à-dire que ce n’est pas ce petit gain de dynamique qui va me permettre par exemple de me passer de faire un bracketing.

Des solutions …

C’est-à-dire que si je suis confronté à cette dynamique-là, je fais un bracketing. Dans les deux cas que j’ai un Sony ou que j’ai un Fujifilm, je fais un bracketing. Donc, cela ne change rien pour moi entre les deux boîtiers. J’aurai un tout petit peu plus de latitude sur le Sony, enfin je trouvais que ce n’était pas finalement cela qui changeait vraiment la donne.

Autofocus

Au niveau de l’autofocus, vous l’avez compris, j’ai trouvé l’autofocus du X-T3 un poil supérieur à l’autofocus de ce Sony. Avec ce Tamron peut-être que si j’avais eu un autre boîtier, j’aurais trouvé que l’autofocus était aussi bon. Sur 4 jours de tests, l’autofocus du X-T3 ne m’a quasiment jamais planté. Donc, c’est vrai qu’à un moment donné, encore une fois, c’est difficile de laver plus blanc que blanc. On va arriver à un niveau où l’autofocus est tellement bon que cela va plus être un élément différenciant, je pense, entre les boîtiers.

L’élément différenciant, c’est évidemment le suivi des yeux. Le suivi des yeux sur ce Sony est un peu meilleur que sur le Fujifilm. Clairement, j’entends beaucoup : « c’est le jour et la nuit, etc. » Moi, j’ai eu le suivi des yeux activé sur les deux boîtiers pendant les quatre jours, donc je n’ai pas mis une seule fois le collimateur sur un œil. C’est lui, les appareils qui l’ont mis. Le Fujifilm ne m’a jamais lâché.

Alors certes, peut-être que cela ne bougeait pas suffisamment. J’ai vu beaucoup de démonstrations techniques toujours avec le Sony, comme mon fils a eu l’idée de le faire dans la vidéo où je vous le montre. Mais effectivement, si vous tournez comme cela en rond, si vous jetez des feuilles, si vous faites des choses un peu pas bizarre, mais un peu extrême, le Sony probablement répondra plus à cet usage-là.

Détection des yeux

Enfin si vous avez un usage classique sur des scènes qui bougent, mais qui ne bougent pas très vite, le Fujifilm fait exactement le même boulot et si je devais noter les deux appareils, je mettrais probablement 6/10 au Fujifilm et je mettrais probablement 7.5 – 8/10 au Sony. Donc, il y a une différence, mais tout cela pour vous dire que de toute façon qu’on soit chez Fujifilm ou qu’on soit chez Sony, à aucun moment, on n’arrivera à être sûr du 100 % pour l’instant.

Donc même le Sony, il y a plein de moments où il perd le visage, il perd l’œil, il ne détecte pas correctement. La seule différence, c’est que quand il accroche, il a tendance à le garder plus longtemps et notamment quand cela bouge plus rapidement que le Fujifilm.

Quand le Fujifilm, on commence à bouger vraiment beaucoup, il n’est peut-être pas assez suffisamment rapide, il n’est pas encore au niveau. Je pense qu’avec les mises à jour, à mon avis, cela va se finir par se niveler avec les mois qui passent. Au jour d’aujourd’hui, le Sony, si vraiment vous pariez tous sur l’œil, fera probablement un meilleur boulot.

Allez, comparative sur une même scène. Franchement, les deux détectent très rapidement le visage, les deux détectent les yeux. Franchement, cela marche plutôt bien. Même quand on arrive à proximité, aucun des deux ne perd sa cible. Donc là, je vous remets la même scène. On s’aperçoit quand même, on voit notamment sur le Sony que parfois, il hésite un peu aussi à détecter le visage.

Donc là maintenant, je vais vous montrer le test typique que n’est pas capable de faire le Fujifilm et que sait faire le Sony. C’est ce genre de choses. Là vous voyez, le Fujifilm ici par exemple, arrive à le faire, pas de problème. Mais là clairement, quand on tourne comme cela, le Sony le trouve très vite et le suit. Cela, un Fujifilm ne peut pas le faire. Donc, c’est sûr que si c’est votre but dans la vie de tourner comme cela et de faire des tests extrêmes, cela ne marchera pas chez Fujifilm.

Stabilisation du capteur VS stabilisation de l’objectif

En vidéo, vous m’aviez demandé de tester la stabilisation objectif vs stabilisation Sony. Donc, on va regarder cela en vidéo. Vous avez trois vidéos d’un V-log : un tourner avec OIS, donc l’optique stabilisée ; un tourner avec IBIS, donc le capteur stabilisé ; et un sans aucune stabilisation. On voit que l’image du bas qui n’a aucune stabilisation tremble énormément.

Ensuite entre IBIS et OIS, pour moi, c’est kif-kif, bourricot. Je ne vois pas une grande différence entre les deux. Alors peut-être que vous aurez un avis différent. Je ne suis même pas capable de dire lequel des deux est vraiment le plus qualitatif. En tout cas le bokeh, ne vous fiez pas à l’image et au bokeh. Je ne sais pas pourquoi j’étais en 5.6 sur le Fujifilm et j’étais en 2.8 sur le Sony. Donc forcément, l’image du Sony rend beaucoup mieux ici.

Chez Sony, les choix d’optique ne seront pas limités. Toutes les optiques seront stabilisées par le capteur. Chez Fujifilm, il en va autrement. C’est-à-dire que si vous voulez une optique stabilisée pour faire vos vidéos, vous serez obligés de faire votre choix parmi la gamme de zooms stabilisés que propose Fujifilm. Aucune optique, aucune focale fixe chez Fujifilm à part le XF 80mm ne dispose de stabilisation.

Il faut quand même préciser que ce soit chez Fujifilm ou chez Sony, personnellement, je vois quand même beaucoup de gens qui font de la vidéo, utilisaient des stabilisations externes type gimbal

En photo, j’ai fait des tests de stabilisation pour identifier quel gain de stabilisation permet le capteur stabilisé de ce Sony par rapport au capteur non stabilisé de ce Fujifilm. J’entends beaucoup me dire : « oui, le capteur du Sony permet de gagner 5 stops de stabilisation. » Dans les faits, je me rappelle que lorsque j’avais testé le X-H1, j’étais plutôt à 3.5 stops.

Ici sur ce Sony dont je dis régulièrement et on le lit partout sur internet que la stabilisation n’est pas aussi bonne que chez les autres constructeurs, on est plutôt aux alentours de 1.5 stop, 2 stops par rapport au Fujifilm. Donc, c’est déjà énorme. Enfin tout cela pour dire qu’on n’est pas sur 5 stops. Donc, vous pouvez shooter avec des vitesses quatre fois plus lentes sur le Sony que sur le Fujifilm.

Encore faut-il que la vitesse basse que vous pouvez utiliser avec la stabilisation, vous permette d’obtenir une photo nette puisqu’il y a beaucoup de sujets que vous voudrez photographier qui seront flous à cause d’un flou de mouvement et d’une vitesse d’obturation insuffisante pour figer votre mouvement. Moi, j’ai la stabilisation sur le X-H1 maintenant depuis 6 mois, et en photo sincèrement, j’ai dû m’en servir une dizaine de fois maximum en 6 mois.

C’est vraiment quelque chose qui ne me manque pas du tout finalement et on peut quand même se dire qu’aujourd’hui aucun réflex n’a la stabilisation et que cela ne doit quand même pas être un frein si important que cela en vidéo. Je peux comprendre. En photo, j’ai plus de mal.

Mesure de l’exposition

Pour le reste, la photométrie, je l’ai trouvé meilleur sur le Fujifilm qui a tendance à moins cramer les hautes lumières. Je trouve qu’il place mieux son exposition le Fujifilm que le Sony. En termes d’autonomie, c’est une victoire absolument écrasante, mais alors incroyable, franchement, absolument hallucinant du Sony.

Pour moi la batterie du Sony d’après mes tests, j’ai utilisé deux batteries et demie sur le Fujifilm. Je ne vous mens pas, je ne l’ai pas rechargé, je suis à 48 % sur le Sony. Donc tout cela pour dire qu’en termes de batterie, franchement, il y a un monde entre les deux boitiers.

Autonomie de la batterie

Je vous dis deux batteries et demie, et là, je suis à 50 %. Cela veut dire qu’il me faudrait quatre batteries Fujifilm pour faire une seule batterie Sony. Alors que franchement, la différence n’est pas si énorme que cela en taille quand vous regardez les deux batteries. Je vais vous les montrer. Vous voyez, on a la batterie du Fujifilm vs la batterie du Sony. Alors, il y a une différence entre les deux, mais enfin on n’est pas si gros que cela.

Moi pour avoir quatre fois de plus d’autonomie, je suis prêt tout de suite à adopter une batterie un tout petit peu plus lourde et un tout petit peu plus grand. Donc cela, c’est clair et net. En termes de batterie, j’ai préféré largement la batterie du Sony.

Mode vidéo

En vidéo, j’ai l’impression que le Fujifilm est plus complet. En effet, il va vous proposer de la 4K 60 fps, il va proposer aussi le format DCI et il va proposer un bit rate qui peut monter jusqu’à 400 Mbps là où le Sony est limité à 100 Mbps.

Le Fujifilm propose le H265 avec du 10 bit là où le Sony est limité en 8 bit. Les deux sont capables de faire des ralentis 120 images par seconde. Le Fujifilm propose évidemment les simulations de films, et notamment Eterna. Les deux proposent le format log. Le Fujifilm vous proposera bientôt l’hybride gamma log. Le Fujifilm est capable de faire la détection des visages et des yeux ; chose que n’est pas capable de faire le Sony en vidéo.

Donc, cela montre bien la puissance aussi du processeur Fujifilm et je pense que c’est vraiment un signe qu’ils peuvent améliorer leur système pour le faire avancer plus vite. Les deux disposent notamment des zébras. Ils ont aussi les timecode. Bref, ce sont deux appareils très complets en vidéo avec plus d’options sur le Fujifilm.

Conclusion

On arrive à la fin de cette vidéo. J’espère que cela vous a intéressé. Au moment de conclure cette vidéo, comment ne pas préciser que quand même au final, ce sont deux super appareils photo, et a priori qu’on prenne l’un ou qu’on prenne l’autre, il y a peu de chances d’être déçus.

Malgré tout, il y a évidemment des éléments qui les différencient, il y a des éléments qui sont assez similaires sur les deux boîtiers. C’est à vous de savoir quel est votre niveau d’exigence, quel type de photos vous allez faire et quel outil sera le meilleur pour vous.

Moi, j’ai choisi Fujifilm, on va en parler dans une troisième vidéo où je vais faire une petite conclusion à tout ce que je vous ai dit jusqu’à maintenant. C’est vrai que je suis un Apple fanboy. J’ai toujours été quelqu’un qui aime beaucoup le design, qui aime beaucoup l’esthétique. J’adore l’esthétique de mes Fujifilm. J’aime beaucoup l’ergonomie avec des molettes. J’aime beaucoup l’ergonomie.

Moi, c’est vrai que je trouve que le Fujifilm en métal, il est extrêmement bien construit. C’est extrêmement soigneux. Sentiment qui m’a permis de pouvoir probablement créer une connexion avec la marque Fujifilm, comme j’ai créé une connexion avec la marque Apple, et j’ai beaucoup de mal à créer cette connexion-là avec Sony, qui me paraît être quelque chose beaucoup plus geek, beaucoup plus finalement technologique.

Donc, les images sont incroyables, la technologie avec les yeux est incroyable, mais je n’arrive pas à créer une connexion avec ce boîtier qui est tout plastique. Même là les ports, on n’en a pas parlé tout à l’heure, mais quand vous ouvrez ici, vous avez des bouts de plastique qui pendent de votre appareil photo.

Je ne sais pas si cela passe en vidéo là, mais cela fait vraiment cheap. En fait tout le boîtier, bon vous l’avez compris, je pense, si vous avez regardé le truc. Mais tout le boîtier ne me permet pas finalement de créer cette connexion que j’adore avoir avec mon matériel photo.