Bienvenue sur Les Guides Fujifilm ! Comme ce n'est pas la 1ère fois que vous venez ici, vous voudrez sans doute regarder les 12 conseils 100% FUJI pour débuter sans stress 🙂 Cliquez ici (gratuit) !

Allez aussi voir du coté des Masterclass Fuji X : ICI


Que vaut le Fujifilm X-A5 ? Apres avoir passé quelques jours avec ce Fuji X-A5, c’est l’heure du test complet ! Vendu « seulement » 599€ avec son objectif, que vaut-il ? Ecran LCD inclinable pour être retourner lorsqu’on fait un selfie. Un peu de 4k mais tres limité … pas sur que ça aide. Malgré tout, cet hybride qui n’est pas X-Trans mais CMOS est-il dénué de qualité ? C’est tout l’inverse…

– Capteur CMOS 24 mpx : Quelle différence avec le X-Trans ?
– Autofocus ?
– Quels points faibles ?
– Quelles performances en basse lumière ?
– Quels sont ses points forts ?

Je vous donne mon avis !

TEST Fujifilm X-A5

Bonjour à tous !

Aujourd’hui, je vous retrouve pour faire le test du X-A5. Le X-A5, c’est un modèle un peu à part, c’est de l’entrée de gamme. Donc évidemment, on en entend beaucoup moins parler que le X-H1 par exemple. Et ce X-A5, il a la particularité d’être un des seuls FUJIFILM à ne pas disposer de la technologie phare qui est le capteur X-Trans.

Hybride à capteur CMOS

Donc ici, on est sur un capteur CMOS. Pour autant, on est sur un capteur CMOS qui a exactement le même nombre de mégapixels que les autres FUJI. Donc, on est toujours sur du 24,2 millions de pixels.  Donc, c’est plutôt pas mal. Quand je l’ai reçus ce X-A5, clairement je ne savais pas du tout quoi en penser et à quoi m’attendre. Donc, on va voir ensemble qu’est-ce que j’en ai pensé finalement. Quels sont les résultats qu’il peut voir ?

Ici, je vous l’ai mi à côté d’un X-T20, tout simplement parce que je trouve que ces deux appareils photo là, ils se ressemblent un peu. Alors au niveau compacité, on voit que le X-A5 est encore à un cran inférieur en termes de compacité par rapport aux X-T20. Mais on voit très bien que la philosophie, elle est quand même un peu la même sur les deux boîtiers. Quand vous regardez les caractéristiques techniques des deux boîtiers, il faut quand même aller dans les détails pour comprendre qu’est-ce qui fait que le X-T20 est mieux que le X-A5 parce que de bases ce n’est pas si évident que cela.

Ce X-A5, il est extrêmement compact. Ici, je vous l’ai mi avec un f2. Et même avec un f2, vous pouvez vous rendre compte qu’on a l’impression que le f2 le déséquilibre un tout petit peu. Parce qu’effectivement, il est tellement compact que oui, la compacité aussi, cela n’a pas toujours que les avantages. On en a parlé avec le X-H1 et c’est le cas ici. Un défaut à avoir un gros appareil, cela permet de faire plus de choses qu’à un petit appareil.

Monture X compatible avec tous les objectifs Fujifilm

Au niveau du capteur, on est toujours sur un capteur APS-C. Donc, on n’est pas sur un sou capteur d’un pouce ou du micro 4/3, ou je ne serai pas quoi. Donc, on a toujours la taille classique qu’ont tous les reflex. C’est et la même monture que tous les appareils photo FUJIFILM. Donc, vous pouvez y mettre n’importe quel objectif de la gamme FUJIFILM ici sur ce capteur-là. Cela fonctionnera très bien.

La question qui est posée, c’est qu’est-ce que cela vaut. Écoutez, on ne va même pas attendre la conclusion. Je vais vous le dire tout de suite. C’est excellent. Je l’ai trouvé vraiment ce petit appareil photo-là vraiment excellent. Sincèrement, ce n’est pas du tout un sous-appareil photo ou quelque chose de bas de gamme jeté et mal fait. C’est vraiment quelque chose de qualité sincèrement. Alors, il n’est pas au niveau du X-T20 parce que ses spécifications ne le mettent pas du tout au niveau du X-T20. C’est une autre offre faite par FUJI, mais qui est intéressante.

Présentation

Alors, on va faire le tour du propriétaire. Déjà physiquement, sur la face avant, vous avez comme d’habitude le bouton pour la baïonnette. Vous avez ici un mini-flash. On remarque l’absence qu’on avait ici sur le X-T20 du sélecteur de mode autofocus. Ici évidemment, il n’y est pas. Pas de bouton non plus à l’avant, pas de molette à l’avant. Donc clairement, ce sont les premières différences.

L’obturateur et les molettes, on peut remarquer qu’ils ont à peu près la même paternité. On a le bouton FN. Ici la molette de la compensation d’exposition n’est pas graduée, mais c’est une pinaillerie de la part de FUJI, je pense, pour faire genre c’est plus de cheap, mais c’est exactement la même molette, si ce n’est qu’il n’y a pas la peinture dessus. Bon, c’est comme cela.

On a un flash ici que vous pouvez faire sortir grâce au bouton qui est là, voilà. Donc, un flash qui viendra déboucher les ombres. Ici, on a une prise micro ; micro ou télécommande, comme sur le X-T20 finalement. On a ici une prise HDMI qui est un peu comme sur le X-T1 qui est valable uniquement pour faire de la lecture des photos sur un appareil photo. Cela ne vous permet pas de faire une sortie vidéo sur l’HDMI. Et vous pouvez charger ici votre appareil photo ou déverser les photos via la connexion USB qui est ici. C’est de l’usb2.

La carte SD va se trouver comme sur le X-T20 dans le logement batterie. Donc, vous pouvez mettre des cartes mémoires qui sont compatibles UHS1. Donc exactement, encore une fois comme sur le X-T20. À l’arrière, c’est un peu différent par contre, l’arrière que les autres FUJI, cela donne une impression et une ergonomie un peu plus bas de gamme. Clairement, on a des boutons en plastique qui sont renfoncés. Ce n’est pas extraordinaire sincèrement.

Le bouton lecture, un bouton pour enregistrer une vidéo. Vous avez ensuite le bouton menu OK qu’on connaît bien, un bouton pour la balance des blancs, un bouton pour l’autofocus, un bouton pour le retardateur et un bouton de sélection des modes, le bouton diesbach pour venir changer l’affichage de l’écran et le menu Q. Donc, on trouve quand même les éléments qu’on avait sur les autres FUJI.

Ici je l’ai dit, molette de compensation d’exposition, il manque juste la peinture pour que cela fasse un peu plus de cheap, je pense. Et ici, on a un sélecteur de mode. Donc, on va retrouver nos modes PASM classiques et on va retrouver parce qu’on reconnaît le mode panoramique. Ensuite un sélecteur de mode automatique pour lui indiquer le type de scène que vous êtes en train de regarder, les filtres avancés et le mode automatique complet SR+.

Vous avez une molette ici un peu bizarre qui est tout simplement la molette arrière, en fait. C’est-à-dire que cet appareil photo-là n’a pas de molette avant et la molette arrière, elle a cette forme-là ici qui n’est pas génial. C’est-à-dire que quand vous êtes ici clairement moi, j’ai envie de faire cela et avoir la molette comme cela, ce n’est quand même pas génial. Alors est-ce que FUJI qui le vend comme un appareil à selfie voulait qu’on puisse par exemple faire ce genre de chose, comme cela en étant inversée. C’est possible, je ne sais pas.

En tout cas, c’est comme cela. Sachez que cet appareil photo-là est très peu personnalisable. C’est-à-dire que le seul bouton que vous pouvez personnaliser, c’est tout simplement le bouton FN qui est ici sur lequel vous pouvez mettre une fonction. D’origine quand il est vendu, vous avez la fonction ISO qui est sur le bouton FN qui est là, mais par exemple impossible de mettre la photométrie sur un autre bouton.

Clairement la balance des blancs, je ne m’en sers jamais et j’aurais voulu mettre la photométrie ici sur le bouton WB, si ce n’est quelque chose qui n’est pas possible. Seul le bouton FN est personnalisable. C’est comme cela que FUJI, je pense, distingue un peu les différentes gammes.

L’écran, vous avez un écran un peu particulier puisque oui cet écran-là, les autres FUJI, ils font comme cela. Donc, ils peuvent se tirer comme cela voilà. Voilà ce qu’ils font les autres FUJI. Cet écran-là, regardez, il va pouvoir se tirer, vous voyez ici, comme je tire. Il se tire et il va se retourner complètement de façon à pouvoir voir ce qu’on filme et voir si on fait un selfie. Donc clairement, c’est plutôt pas mal cela.

On va l’allumer. Je vais vous montrer un tout petit peu à quoi cela ressemble les menus. On est sur les menus du X-T1 avec les ajouts des dernières fonctions. Clairement, on va avoir toute la partie bluetooth et toute la partie wifi qui est présente avec la même application que les autres FUJI. Le geotagging et tout cela, cela marche bien. On a même le bluetooth. Tout est là. Vraiment absolument, tout est là.

Pour le reste, on est sur quelque chose qu’on connaît plutôt bien. Je vais lui mettre un objectif pour qu’il ne soit pas perdu. On est sur quelque chose de plutôt bien. L’interface, si vous la reconnaissez, c’est exactement la même que celle des autres appareils photo. C’est tactile en plus. On peut ici venir sélectionner les films de manière plutôt sympa, en ayant une prévisualisation de ce que le film va donner. Chose qui n’existe pas forcément sur les autres. J’essaye de vous montrer.

Ici, si je veux essayer de sélectionner mon film, tout de suite j’ai une prévisualisation des autres films. Je peux venir dans une interface tactile qui est plutôt fluide et qui n’existe pas à ma connaissance sur les autres appareils. Venir faire ce genre de choses, c’est plutôt pas mal. On a la possibilité ici d’avoir les différents modes tactiles qu’on connaît aussi, voilà. Ensuite, si je vais dans les menus, on est sur les menus types X-T1 avec les pages numérotées.

Alors, ce n’est pas le menu le mieux organisé du monde. Clairement, je préfère la deuxième génération, mais ce sont des menus dans lesquelles on se retrouve quand même et on va retrouver nos petits assez facilement. C’est-à-dire qu’on va avoir vraiment tous les menus qu’on connaît déjà.

Ici… Pourquoi cela ne marche pas ? Voilà, j’étais en mode automatique, donc-là cela marchera mieux. Donc ici, vous pouvez venir configurer votre autofocus. Donc, vous avez la même chose que sur les autres. Vous avez le point unique. Vous avez la même grille. Vous avez les zones. Vous avez absolument tout. Les zones, le large AF-C, AF-S, les différents points, les différentes priorités, vous avez même l’AF/MF. Vous avez aussi la détection des visages et la détection des yeux, le PREF-AF et le témoin, donc vraiment quelque chose de complet.

Qualité d’image et bruit ISO

En terme d’ISO, vous avez les mêmes ISO, on va jusqu’à ISO 12800 sans problème, voilà. Donc, c’est pareil en termes d’SIO. On a des bonnes performances. On verra cela sur l’ordinateur. Les tailles d’image exactement comme sur les autres, on a le format RAW dans cet appareil photo-là. On a les plages dynamiques. Les simulations de films, elles sont toutes là, y compris ACROS. On est capable de faire des bracketing de tout type donc simulation de films, expositions. On est capable de vraiment faire tous les types de bracketing possible, le retardateur.

On a aussi le mode time lapse qui est encore là, la possibilité de venir faire des vidéos en accéléré, la balance des blancs dans le détail, de venir faire du post traitement de JPG aussi, la réduction du bruit, des longues expositions. On a le focus peaking aussi qui est là. On n’a pas le diviser par exemple, mais on a le focus peaking qui est quand même le plus important. La photométrie, donc elle vient se nicher ici dans le menu. On perd la centrale pondérée, mais on a le spot et la multi. Donc, on a à peu près tout ce qu’il nous faut.

On peut verrouiller le spot avec la zone de mise au point, ce qui est quand même une fonction géniale. La configuration de la vidéo, ici on est dans la pingrerie puisque cet appareil photo-là est tagué comme pouvant faire du 4k. Mais faites attention parce que c’est du 4k à seulement 15 images/seconde. Donc, c’est du 4k inutilisable. C’est-à-dire que pour faire une vidéo fluide, il faut au moins 24 à 25 images/seconde.

Si vous faites du 15 images-seconde, vous aurez l’impression d’être dans un espèce de ralentis ou dans un truc saccadé. Donc, la 4k sur cet appareil photo-là, sincèrement il faut l’oublier. Par contre, vous avez du 1080p à 60 images/secondes, ce qui est déjà excellent. Donc si vous faites de la 4k, vous oubliez, mais sinon vous avez quand même du 1080p à 60 images/seconde.

Une possibilité de configurer assez finement la vidéo, y compris en zone, vous n’êtes pas obligés de rester en multi et cela marche plutôt pas mal. Pour l’avoir testée, cela fonctionne bien. Vous avez la possibilité d’utiliser un enregistreur externe pour l’HDMI. Donc, cela marche vraiment très complet.

Voilà la possibilité de venir stabiliser les images en vidéo via l’utilisation d’un crop. Ensuite le wifi, vous avez évidemment à la fois un obturateur mécanique et un obturateur électronique sur cet appareil photo. Et la possibilité d’utiliser les zooms électroniques, donc cela parle en fait de l’objectif qui est sorti avec le X-A5 dont je parlerai dans la deuxième partie de cette vidéo.

Donc oui, si vous avez un X-T20 ou un autre appareil FUJI entre les mains, vous avez pu le remarquer, cet appareil photo-là, il est quand même très complet. On n’est pas du tout dans un sous-appareil photo. On a toutes les fonctions principales qu’on attend d’un appareil photo. Elles y sont dans cet appareil photo-là et elles fonctionnent bien sincèrement. Pour le reste, c’est de la configuration, on ne va pas rentrer dedans. Ce ne serait pas très intéressant.

Je voulais juste vous montrer le menu Q. On retrouve le même menu Q que sur les autres appareils photo. On a aussi la possibilité de venir le configurer en laissant appuyer sur le menu Q comme les autres appareils photo. Vous aurez noté qu’on n’a pas la possibilité d’avoir des réglages personnalisés, contrairement au X-T20. Donc, pas possibilité de faire des jeux avec des films, des lumières, des ombres pour pouvoir personnaliser le développement automatique des JPG. Donc, c’est une fonction forcément qu’on n’aura pas.

Pour le reste, écoutez, il m’a beaucoup plu cet appareil photo. Je l’ai trouvé vraiment très agréable à utiliser. Je vous l’ai dit, on a la possibilité de personnaliser FN. Ici encore, on va laisser appuyer sur la touche diesbach comme sur les autres FUJI et on va remarquer qu’on arrive toujours sur le réglage de la fonction FN. Donc, on voit qu’il y a qu’un seul bouton qui est personnalisable dans cet appareil photo.

En termes de performances, cet appareil photo-là, il est plutôt bon. Sincèrement, je l’ai trouvé vraiment très bien. Après, il faut être conscient de ses forces et de ses faiblesses. Ses forces, c’est clairement que si vous voulez faire un selfie, vous allez venir retourner l’écran comme cela. Vous allez pouvoir le tirer pour le dégager et vous voyez, on va pouvoir faire un selfie facilement. Quand vous faites le selfie comme cela, il active automatiquement la détection des yeux, la détection des visages. Donc, il va reconnaître votre visage. Tout va se faire automatiquement. Vous allez avoir un résultat qui va être sincèrement parfait.

Vous avez la possibilité d’avoir des fonctions qui n’existent pas sur les autres FUJI et c’est plutôt pas mal. Regardez, on a par exemple la fonction HDR qui n’existe pas sur les autres FUJI. Regardez, je peux mettre en HDR 3 stops. En tout cas, je peux vous dire que pour l’avoir testé, le HDR, il marchait, bien même si ici effectivement, je pense qu’avec la lumière qui éclaire la vidéo, cela fait vraiment trop de différences d’éclairages.

Ensuite, on a une deuxième fonction, plutôt sympa qu’on n’a pas non plus sur les autres, c’est ici, le mode de mise au point multiple en fait. Donc en fait, c’est un mode tout simplement de focus stacking. Donc, il n’existe pas là non plus sur les autres appareils. Regardez ici, je vais venir, je fais le focus sur cela, donc sur l’avant en l’occurrence, j’appuie. Ensuite, donc vous voyez, automatiquement, il fait la photo en faisant varier un tout petit peu le focus à chaque fois de 1 mm ou 2. Ensuite, ils empilent les images pour créer une image qui était impossible jusqu’à l’obtenir.

Donc, vous allez avoir quelque chose qui va être énorme, auto. Ensuite, il peut venir vous créer à partir de toutes les images qu’il a prises, automatiquement, ils les assemblent pour trouver quels sont les endroits qui sont contrastés. Et automatiquement, il est capable de les fusionner pour obtenir l’image de focus stacking qui était jusque-là impossible à obtenir.

Alors, c’est un mode qui j’espère va venir très rapidement sur les autres appareils FUJI parce que franchement cela vient à manquer notamment maintenant que je suis complètement dans une digression là, mais qu’on a des optiques Macro chez FUJI. Je pense que ce mode-là maintenant, il va falloir que FUJI se bouge et nous permettre de l’avoir même sur du Raw.

Donc voilà, ces fonctions-là marchent très bien. Après, vous avez des fonctions un peu plus gadget qui pourrait permettre de prendre des photos en 4k qu’on appelle. Donc, ce sont des photos qui vont être à faible résolution, mais sur laquelle l’appareil photo va être capable d’assurer des cadences très rapides et sur laquelle vous allez ensuite pouvoir choisir quel est l’instant exact de la photo qui vous intéresse ?

Alors clairement, j’ai fait des tests. Vous prenez un verre d’eau, vous faites tomber une fraise quelque chose dans le verre d’eau pendant que vous êtes en train de prendre des photos à haute cadence. Vous allez pouvoir sélectionner l’endroit, le moment où la photo la plus intéressante du moment où la fraise fait vraiment exploser l’eau. Avec les gouttes qui sont figées en suspension, c’est plutôt pas mal sauf qu’il faut quand même penser qu’on est à des photos qui sont de 4k là où l’appareil photo est fait pour faire des photos à 24 millions de pixels. Donc ici vous n’avez que 4, mais c’est toujours sympa, on sait que cela existe.

Pour le reste, cet appareil photo-là, sachez que les ISO automatiques sont limitées à 6400 maximum. Donc cela, aussi c’est quelque chose qu’il faut savoir. C’est-à-dire sur les autres appareils, vous êtes capable de mettre iso auto 12800. Ici, on ne sait pas pourquoi, c’est 6400. Attention à la rafale de cet appareil, bon là, il travaille je pense que c’est comme j’ai fait beaucoup de photos, il est en train de les assembler et cela prend du temps. Je ne me suis pas rendu compte que je l’ai laissé appuyer sur l’obturateur. Donc lui, il a continué à faire la rafale alors que c’était fini en fait.

C’est-à-dire que dans ce mode-là où on fait du focus stacking en fait, on voit à peu près où est-ce que la mise au point se décale grâce au focus peaking, donc c’est surligné en rouge. En fait, quand on voit que l’objet a été terminé, a été couvert, il faut s’arrêter. Sauf que là je ne me suis pas arrêté, donc j’ai fait beaucoup trop de photos. Donc, il est en train d’assembler beaucoup trop de photos. Il perd son temps.

Au niveau de la rafale, il faut faire attention. C’est un appareil photo qui présente plutôt bien sur le papier, mais dans la réalité, c’est un peu moins bien. C’est-à-dire qu’il présente une rafale de 6 images/seconde cet appareil photo-là, mais attention : limiter à 10 images. Quand vous faites 6 images/seconde limitées à 10 images, il ne faut pas de sortir de Saint-Cyr pour s’apercevoir que cela veut dire que vous êtes capable de faire une rafale à peu près d’une seconde, 1,3 seconde et cela passe très vite.

Rafale / Vidéo sur le X-A5

Là où par exemple sur un X-T2, vous êtes capable de faire une rafale, qui fait 10 secondes. Ici, vous êtes à une seconde. Donc en fait, pas de rafale quoi. Donc, la vraie rafale, c’est la rafale à 3 images/seconde. C’est comme la 4k. La 4k c’est du marketing et je pense que la rafale à 6 images/seconde, c’est du marketing. Là c’est 3 images/seconde, la vraie rafale de cet appareil photo-là. Et là c’est sûr que c’est un élément vraiment différenciant des autres appareils photo puisque 3 images/secondes, cela ne fait vraiment pas beaucoup.

Donc, si vous ne faites pas des rafales, ce n’est pas très gênant. Voilà, simplement pour vous montrer le résultat. Vous voyez ici sur une photo qui n’existait pas, il a empilé les photos et maintenant on a une photo qui est nette de part en part. Et même regardez, on va jusqu’aux meubles qui est derrière alors que ce n’était pas du tout possible. J’étais à f4 sur du 50, donc l’équivalent 80 mm. Donc, ce n’était pas possible d’avoir cette image-là. Voilà !

Pour la rafale, donc du coup maintenant, je peux vous le montrer. Je vais venir me mettre ici en 6 images/seconde et je vous fais une petite rafale. Voilà, c’est fini. Donc, une seconde, une seconde et demie, cela va extrêmement rapidement. Pour vous rendre compte du 3 images/seconde ; qu’est-ce que cela donne ? Écouter le bruit, autant dire que c’est quand même très long.

Donc voilà, peu personnalisable comme défaut pour les boutons et peu de rafales. Attention à la rafale, c’est un appareil photo qui n’est pas du tout fait pour faire des rafales, d’autant plus qu’il écrit très lentement je trouve sur la carte mémoire. Là aussi, la vitesse d’écriture sur la carte mémoire ne doit pas être énorme. Clairement, ce n’est pas un appareil photo d’action, on va dire. C’est un appareil photo qui est bon pour les Vlog. C’est bon pour faire des petites vidéos de famille. Cela va être l’appareil photo, je pense, familial.

Le 4k je l’ai dit, c’est un défaut aussi. Pour le reste, on va passer maintenant sur l’ordinateur. On va regarder la qualité des photos qui sont produites par ce capteur CMOS. On va regarder la dynamique de ce capteur et on va regarder la montée en ISO. Allez, on y va. Bon allez, on ne va pas tergiverser. On va aller droit au but. On ne va pas regarder 50 photos parce que je pense que cela ne sert à rien. Moi, je me le suis tapé et le résultat ne change pas.

En termes de qualité d’image, sincèrement on est ex aequo avec le X-T20. Je vais vous le dire franchement, cela m’a étonné. J’ai fait 10 images, 15 images, 30 images. J’ai comparé plein de trucs. D’autant plus que sincèrement lightroom est bien meilleur pour lire des images d’un capteur CMOS que d’un capteur BAYA.

Alors quand je compare les JPG, les JPG sont pareils. Dans lightroom, il y a toujours une pénalité pour le capteur X-Trans. Et c’est vraiment encore plus visible quand on compare les deux ici. En termes de qualité d’image, quand vous comparez les JPG, ils sont identiques. Sincèrement, il n’y en a pas un qui est meilleur que l’autre. Ou alors, j’ai les yeux pleins de merde parce que moi, cela m’a étonné et j’ai vraiment fouillé et ce n’est pas le cas quoi.

Là, on est zoomé deux fois pour vous donner une idée à quel point c’est du pixel peeping. L’image du X-A5 qui est presque meilleur que celle du X-T20. Donc, cela fait un peu mal au cœur de le dire, mais c’est le cas sur quasiment tous les tests que j’ai pu faire. Tous les tests, c’est à peu près comme cela, c’est ex aequo.

Maintenant quand on compare sur de la végétation aussi, c’est intéressant. Alors là, cela n’a rien à voir, c’est parce qu’on se rend bien compte sur de la végétation que oui sincèrement, un capteur CMOS sur de la végétation, il est meilleur qu’un capteur X-Trans. Et là, c’est vraiment visible.

Vous pouvez vous rendre compte à quel point sur de la végétation qu’il n’y a pas photo quoi. Le X-A5 par exemple, avec son capteur CMOS, il met un peu la misère au X-T20. Même en JPG sincèrement, on le voit quand même. Après, ici l’exposition n’est pas là même. Donc, c’est difficile de se rendre compte.

Mais en tout cas, si la question c’est : est-ce que ce X-A5 produit des bonnes images de qualité ? La réponse, elle est oui. Il produit vraiment des bonnes images et vraiment des images de qualité qui n’ont pas à rougir de la comparaison avec les autres FUJI. Ensuite, j’ai comparé la dynamique. Donc, j’ai pris une image à iso 200 qui était extrêmement sombre et donc je l’ai augmenté de 5 stops des deux côtés sur le X-T20 et 5 stops sur le X-A5 pour me rendre comptent un peu d’où est-ce qu’on en est.

Effectivement, quand on monte de 5 stops, on se rend compte que le X-T20 a une meilleure dynamique. On voit ici que le fichier est plus sympa, je pense, à l’intérieur du X-T20 qu’au niveau du X-A5. Voilà, on est dans une opération un peu avancé, on va chercher quand même midi à 14 heures. Mais effectivement à ce niveau-là, je trouve que le X-T20 fait du meilleur boulot. On a beaucoup plus de détails. Ici, c’est quasiment flou sur le X-A5. Je ne suis pas sûr que beaucoup d’utilisateurs du X-A5 fassent ce genre d’opération, mais bon sachez-le.

En termes de montée de bruit, donc là j’ai pris cette fois-ci une photo à 12800 ISO et là, c’est assez surprenant aussi. C’est-à-dire que sincèrement ce X-A5, il n’est pas moins bon en termes de montée de bruit que le X-T20. Il est à peu près ex aequo. Donc ici, je suis bien sur du Raw. Je ne suis pas sur du JPG. Je n’ai pas de réduction du bruit dans aucun des deux. Si on fait un zoom sur le bruit, je ne sais pas ce que vous en pensez, mais je trouve que le X-A5, il s’en tire plutôt pas mal, même à 12800 ISO.

Moi, je trouve qu’il fait du bon boulot. Alors oui, on voit qu’il y a des zones, notamment l’orange ici, il est moins pixélisé que l’orange qui est là. Peut-être qu’il y a un peu plus de bruit sur le X-A5 ici dans cette zone-là que dans cette zone-là. Encore une fois, je suis zoomé en 200 fois. Donc là, j’ai zoomé en 400 fois, eh oui on a l’impression que le bruit est un peu plus fin sur le X-T20. Mais vous voyez, il faut vraiment zoomer. Si je me mets en une fois, j’ai quand même du mal à voir la différence entre le X-T20 et le X-A5.

Il existe une petite différence, mais elle n’est pas énorme. Donc en tout cas, les performances de ce X-A5 en termes de montée en ISO sont très bonnes. La dynamique est très bonne et la qualité des images est très bonne. C’est grosso modo la conclusion qu’il faut tirer de l’analyse des images.

On voyait plutôt quelque chose de pas mal quand même. Alors évidemment ce X-A5, on est obligé de constater qu’il n’a pas de viseur par rapport au X-T20. Il y a plein de choses qu’il ne sait pas faire par rapport au X-T20. Mais quand même, c’est une bonne proposition, je trouve. Il n’a pas cette ergonomie, en fait, vraiment sérieuse qu’a le X-T20 avec le bouton AFL, toutes les configurations, les personnalisations.

C’est un appareil qui est beaucoup plus familial, qui est destiné à une catégorie je pense qui est moins exigeante peut-être sur les réglages, qui est moins dans le : je veux affiner mes paramètres, je veux les choisir entièrement tout seul même s’il y a un mode manuel. Voilà c’est pour une gamme un peu moins experte, je pense. Ou alors pour un second boîtier compact où on a un autre appareil photo plus sérieux pour les moments plus sérieux et on veut pouvoir partir léger avec certains objectifs de chez FUJI. Vous lui mettez un 27 mm, vous avez un pack. C’est un petit bijou, je pense ce X-A5.

Donc, vous n’avez pas du tout de rafale. Donc attention, ici vous n’avez pas forcément la capacité sur ce X-A5 de faire de la photo de sport. On n’a pas parlé de la mise au point. La mise au point est de qualité. Ce n’est pas au niveau de la mise au point des T2, des T20 et compagnie. C’est mieux que le T1 sincèrement. C’est entre les deux. Au niveau de la mise au point de performance. C’est entre les performances du T1 qui n’était pas génial en mise au point et les performances du T2 qui sont vraiment excellentes.

Ici, on est au milieu. C’est-à-dire que pour ce qu’il doit faire, sincèrement la mise au point elle est top. C’est-à-dire que comme il ne sait pas faire de rafales très rapides, on n’a pas non plus besoin d’un autofocus qui soit une foudre de guerre. Donc franchement pour ce qu’il fait, cela suffit largement. L’autofocus n’est pas un problème. Tant que vous ne voulez pas faire de l’action avec cet appareil photo-là, vous allez être bien.

En vidéo, c’est pareil. Si vous changez de plan, il va lui falloir quelques secondes probablement pour adapter la mise au point. On se rend compte quand vous faites une rafale, même à 3 images/seconde et que vous passez d’un objectif à un autre, qui n’est pas sur le même plan, il va lui falloir beaucoup plus de temps que le temps que met un X-T20 pour changer par exemple de plans.

Encore une fois, si vous n’êtes pas pressé et que vous n’êtes pas plus exigeants que cela sur la réactivité, ce ne sera vraiment pas un problème. Pour le reste, ce que fait cet appareil photo-là, il le fait très bien. J’ai été étonné par le niveau de performance qu’offre cet appareil photo en termes de qualité d’image, en termes de montée en ISO, en termes de dynamique, en termes des outils aussi qu’il met à disposition.

Je ne m’attendais pas à voir par exemple du focus peaking dans cet appareil photo-là. Je ne m’attendais pas spécialement à avoir du 12800. Je ne m’attendais pas à voir du 1080p 60 images/seconde. Je ne m’attendais pas à avoir des fonctions de bracketing dans cet appareil photo-là. Je ne m’attendais pas à voir toutes les simulations de films, du focus stacking, du HDR, de la détection des visages.

Sincèrement, c’est un appareil photo qui m’a étonné. Je pense que FUJI aurait pu le vendre presque avec la moitié de ses fonctions en moins pour vraiment le distinguer encore plus. Même si vous l’avez entendu, je l’ai quand même distingué par rapport au X-T20. En tout cas, je trouve que c’est une bonne copie.

On parlera dans la deuxième partie de cette vidéo qui sortira j’imagine, deux jours plus tard que celle-là de l’objectif qui va avec le X-A5. Donc lui aussi, ce sera encore un tout autre sujet puisque cet appareil photo le X-A5 est vendu avec cet objectif, le 15-45 qui est un tout nouvel objectif.

Voilà, si vous avez trouvé cette vidéo utile, lâchez-moi les pouces levés vers le haut. En complément de cette vidéo, vous êtes libre de recevoir le guide de démarrage du fujiste débutant en cliquant sur les douze conseils qui sont juste là. N’oubliez pas de vous abonner à la chaîne pour suivre les nouvelles vidéos en cliquant sur mon visage. Dites-moi en commentaire qu’est-ce que vous en pensez de ce X-A5. Est-ce que vous l’avez eu entre les mains ? Est-ce que vous l’avez testé ? Est-ce que vous le possédez ? Est-ce que vous avez envie de l’acheter ? Dites-moi tout cela en commentaire.

À bientôt !