Aujourd’hui on teste le XF23 1.4, peut-être ma focale fixe préféré. Je l’utilise particulièrement en intérieur quand la lumière manque et que le recul est limité. Ce XF23 est ma focale polyvalente. Il permet de facilement inclure l’environnement pour donner un contexte. C’est donc une optique particulièrement adaptée pour faire de la photo de rue ou de reportage. On peut même faire du portrait avec. Sa grande ouverture à 1.4 permet d’offrir un bokeh plus qu’appréciable et de grande qualité.

Je vous montre des photos et vous donne mon avis sur cette optique.

  • Que vaut son autofocus ?
  • Quel piqué il offre ?
  • Distortion ?
  • Abérration chromatique ?

C’est parti !

La vidéo « Test XF 23mm F1.4 R »

→ Cliquez ci-dessous pour démarrer la lecture de la vidéo :

 

Le script de la vidéo « XF23 1.4 : Mon avis »

→ Attention, je vous aide en vidéo et le texte ci-dessous n’a pas vocation a être lu car il a été généré automatiquement. Intéressez-vous plutôt à la vidéo ci-dessus donc 🙂

 

Bienvenue dans le test du 23 mm 1.4. Le 23 mm 1.4, comme vous pouvez le voir c’est un objectif de taille relativement compact, mais à très grande ouverture. En termes de taille, il va se situer à peu près au niveau du 18-55. Donc si vous connaissez le 18-55, sachez que le 23 mm, il est un peu moins haut, mais un tout petit peu plus large et qui font sensiblement le même poids. En termes de construction, il est extrêmement bien construit comme tous les objectifs Fujifilm, pas de surprise à ce niveau-là. On a d’abord une bague ici qui va permettre de régler l’ouverture, donc qui s’étale de 1.4 à f16 et on a une position A, pas de bouton sur cet objectif.

Présentation

On a une bague ici à tirer qui permet lorsque vous la tirez de faire une mise au point manuelle, donc c’est une bague qui est relativement souple, qui est agréable et qui va être assez précise à l’utilisation. On a une échelle essayée de distance et d’ouverture qui vont permettre de faire une mise au point manuelle, même dans le noir, même sans être alimenté. Vous savez mettre au point mécaniquement cet objectif.

Son doux petit nom, c’est SUPER EBC XF 23 mm 1.4 R, diamètre 62. Alors cet objectif-là, je vous le montre ici sur un X-T20, mais il s’associe à peu près à toutes les gammes d’objectifs. Il forme des ensembles qui sont relativement compacts. Vous voyez, ici même présenté sur le petit X-T20, on se rend compte que cela reste un ensemble qui est parfaitement acceptable et qui n’est pas disproportionné. Évidemment, il va très bien sur le X-T3 ou sur le X-H1 qui permet de le stabiliser parce que cet objectif-là n’est pas stabilisé.

Un mot sur la focale 23 mm, c’est un équivalent 35 mm en plein format. Donc, vous êtes sur une focale qui est assise entre un 16 mm qui est une focale de paysages ou vraiment de reportages et un 35 mm équivalent 50 mm qui lui est une optique qui est plutôt à destination en général de portrait. Donc ce 23 mm, c’est une focale extrêmement polyvalente que j’adore parce que vous êtes capable à la fois, on peut faire du paysage quand même à 23 mm. J’en fais régulièrement et on peut faire aussi du portrait à 23 mm.

Alors, il faut faire attention de ne pas se rapprocher trop de votre sujet, il ne faut pas faire des gros plans. Enfin, on peut faire du portrait à 23 mm et on peut faire beaucoup. Donc du coup, vous pouvez faire un peu tout. C’est évidemment la focale de prédilection souvent des photographes de rue et des photographes de reportage.

Une optique polyvalente

Ce 23 mm c’est un des derniers objectifs que je teste et pourtant c’est probablement l’un des objectifs que j’ai achetés en premier, c’est un des objectifs que j’utilise le plus sur mes Fuji. Je l’ai vraiment depuis de nombreuses années et j’en ai toujours été extrêmement satisfait. C’est-à-dire que lorsque je me retrouve généralement dans des scènes à l’intérieur, dont il va y avoir très peu de luminosité, c’est en général le 23 mm 1.4 que je mets sur mon appareil photo parce que je trouve qu’il a quelque chose, enfin moi j’aime bien, j’aime bien cette focale-là. C’est particulièrement cette focale-là que j’apprécie et j’apprécie beaucoup les résultats qu’il donne.

Alors, je vous montre quelques photos que j’ai faites avec ce 23 mm. C’est des photos que personnellement j’apprécie pas mal. On me reproche souvent de ne pas montrer de photos. Donc, je vous en montre. Alors ici, je vais vous montrer le bokeh. Surtout, regardez la séparation des plans, alors ici je suis à 1.4 de mémoire, mais malgré tout je suis à des iso un peu élevé, iso 3200 sur un X-T2.

XF23 1.4

XF23 1.4

Regardez la séparation des plans qui à 1.4, on arrive quand même à obtenir. Donc même si vous êtes relativement à une courte focale, on arrive quand même à obtenir une séparation des plans. Regardez ici sur un gros plan fait sur une pièce montée, vous voyez, le fond est extrêmement flou ; le bokeh est extrêmement créneau et extrêmement doux. On a un bokeh qui est vraiment d’une grande qualité. Si par exemple vous le compariez avec le 23 mm f2, qui a la même ouverture va donner à peu près la même quantité de bokeh, vous allez vous rendre compte que le bokeh du 1.4 est toujours un cran plus doux que le bokeh du f2.

Bokeh

En termes de piqué, on va se rendre compte que dès la grande ouverture, on a un piqué qui est très bon au centre. Il est un peu moins bon sur les côtés. Mais enfin ce n’est pas très gênant. J’estime personnellement que c’est une optique où on va surtout se concentrer sur la zone centrée. On va très peu regarder l’extrémité ou les bords. Enfin même à 1.4, les bords restent relativement bons.

Ce qui est vraiment intéressant et je vous le montrerai via un graphique qui est plus parlant que ce que je dis, donc ici c’est Optical limits, vous allez vous apercevoir que dès la grande ouverture, on est déjà à un niveau de piqué très élevé. Donc certes, le piqué va augmenter jusqu’à f1.4, f5.6, mais très peu finalement. On était déjà à un excellent niveau dès 1.4. Ce qui va vraiment augmenter au fur et à mesure que vous allez fermer votre objectif, c’est la qualité des bords qui va passer d’un niveau bon à un niveau très bon, mais qui fait vraiment une photo où on a vraiment intérêt à avoir des bords extrêmement piqués à 1.4. Je pense que cela ne court pas non plus les rues. Donc cet objectif-là, il est capable de tout faire.

Piqué

Si vous le fermez un peu, vous avez une photo qui est vraiment extrêmement piquée partout et à 1.4, vous allez garder une certaine douceur. Alors cet objectif-là, un de ses défauts, cela va être un peu de vignettage. Certes à 1.4, on va retrouver presque deux stops de vignetage sur les photos. Alors cela, c’est en non corrigé puisque Fujifilm le corrige automatiquement. Donc, vous ne voyez pas le vignetage.

Par contre, ce vignetage-là va effectivement venir un peu diminuer le piqué sur les bords. Chose dont on a parlé juste avant. Donc voilà, le vignetage pour moi n’est pas du tout un sujet, ce n’est pas du tout un problème. Mais bon si vraiment vous voulez être précis, sachez qu’il a à peu près deux stops de vignettage, si vous ne le corrigez pas. Mais une fois corriger, cela ne pose aucun problème.

Voilà quelques photos ici d’ambiance. Ici, je voulais prendre la lune sur un marché de Noël. On va regarder le piqué ici. Je suis à 1.4. On a une qualité de piqué qui est relativement bonne ici. Franchement, c’est vraiment excellent. Regardez ici, franchement c’est difficile de faire mieux en termes de piqué.

XF 23mm Pique

XF 23mm Pique

Autofocus

Alors ici pour les feux de la Saint-Jean, pareil, une photo que j’avais prise. Vous voyez, à chaque fois que j’ai des événements un peu particuliers. On a vu au début le baptême de ma fille. Ici, c’était les feux de la Saint-Jean pour un journal local. Sur un manège dans une foire. À chaque fois que la lumière vient à manquer, c’est vraiment l’optique en général que je monte sur mon objectif parce que je sais que je vais être polyvalent. Je sais que je vais être capable de prendre.

Ici par exemple, si j’avais pris un 35 mm, j’avais de la foule derrière moi, j’étais incapable de me reculer, une situation vraiment figée. Je n’aurais pas pu avoir toutes ces poussières ici qui s’envolaient et qui s’embrasaient. Un 35 mm, c’était trop serré. Un 16 mm, c’était probablement trop lâche.

Donc c’est pour cela que vraiment ce 35 mm, il est souvent la focale exact que j’ai besoin dans des situations compliquées, que ce soit des situations de famille avec des repas de famille, que ce soit des situations dans des églises, etc. C’est vraiment à lui souvent que je fais confiance et vraiment il m’a rarement lâché et il me procure toujours un très bon piqué.

Sachez que ce 23 mm 1.4, il a très peu de distorsion. Pareil très peu d’aberrations chromatiques, ce n’est pas vraiment un problème à signaler sur cet objectif-là. Donc voilà, je pense qu’on a fait à peu près le tour du 23 mm 1.4. Vous l’avez compris, c’est un objectif que j’adore, que je ne peux que vous conseiller.

Conclusion

Un mot sur son autofocus, l’autofocus, il est d’ancienne génération. Ce n’est pas une optique avec laquelle vous allez faire du vélo ou vous allez prendre, je ne sais pas. Vous n’allez pas être capable forcément de faire des photos de sport avec cet objectif-là, bien qu’il faut savoir quand même que depuis que le X-T3 est sorti. Donc, j’imagine que cela va concerner le X-T3 et tous ses successeurs. On a un autofocus qui n’est vraiment pas mauvais et il est presque au niveau des meilleurs autofocus.

Moi, je me suis autorisé dernièrement à faire des photos de sport, de mon fils sur une trottinette. Chose qui était absolument impossible avant sur un X-T2 ou un X-H1 parce que l’autofocus est tout simplement pas assez rapide et qui est devenue possible avec le X-T3. Donc l’autofocus, il va parfaitement dépendre de quel appareil photo vous mettez derrière l’objectif.

Voilà, vous l’avez compris. Un objectif que j’adore pour sa focale. Sa version en f2 ne démérite pas non plus et c’est un excellent compromis, qualité/prix. Mais cet objectif-là, il va juste un cran plus loin, mais vous le payez deux fois plus cher. Donc le choix entre les deux, il n’est pas toujours évident. Le meilleur rapport qualité/prix, c’est toujours la version f2, mais celle qui donne vraiment la meilleure des qualités et le haut de gamme, c’est probablement la version 1.4.

Allez comme d’habitude, vous pouvez me lâcher les poings levés vers le haut si vous aimez la chaîne. En complément de cette vidéo, vous avez le guide de démarrage du fujiste débutant ici en cliquant sur les douze conseils. Dites-moi en commentaire : est-ce que vous avez le 23 mm 1.4, est-ce que vous avez le 23 mm f2, est-ce que vous avez pu les comparer et qu’est-ce que vous en avez pensé ? Cela va forcément intéresser toute la communauté.

Allez à bientôt sur la chaîne, salut !