Et si on comparait le XF 50 et le XF 56 ? Les deux accompagnent nos X-T2, X-T1, X-T20, X-T10, X-Pro2, X100, etc.

Vous allez voir la différence de focale que produit 6mm entre 50mm et 56mm.

Le bokeh forcement plus prononcé à 1.2 qu’avec une ouverture à F2.

Le piqué largement meilleur avec le XF50 qu’avec le XF56 au plus grande ouverture (F2 notamment).

L’autofocus très performant du XF50 lamine carrément celui du XF56 qui est un peu au fraise dès que ça bouge ! de même, la distance minimale de mise au point n’est que de 39cm pour le XF50 contre 70-80cm pour le XF56 !

L’encombrement du XF50 est évidemment un atout aussi !

Sans parler de son prix, deux fois plus onéreux que son grand frère très lumineux qui coute quasiment 1 000€.

http://www.dlp-bonus.com

 

Allez, bonjour à tous ! Aujourd’hui, je vous compare le XF 56 mm, avec son copain le XF 50 mm. Donc 50 mm VS 56 mm. On voit bien que la focale est quand même assez proche. Le premier va ouvrir à 1.2. On le voit, il est énorme. Le second va ouvrir à 2. Il est tout petit. Celui-là, il vaut 950 – 1 000 €. Celui-là, il vaut 450 – 500 €. C’est presque du quitte ou double au niveau du prix aussi. C’est du quitte ou double presque au niveau du poids, en termes d’encombrement. Il n’y a que celui-là, il ouvre un tout petit plus gros.

Donc aujourd’hui, je vous propose de les comparer un peu et de vous dire ce que j’en pense. Déjà la première des choses, c’est leur focale. La focale, j’ai mis sur un trépied l’appareil photo et je n’ai changé que les objectifs entre les photos. C’est vraiment comme cela. Cela nous assure de pouvoir comparer la focale.

Cela, c’est la vue que j’avais avec le 56 mm. Cela, c’est la vue que j’ai avec le 50 mm. Vous pouvez donc apprécier tout de suite, le changement de focale. Cela ne joue pas sur grand-chose quand même, mais cela existe. On perd, je ne sais pas sur la photo-là, là on est à peu près, je pense, à 2 – 3 cm de photo perdue à droite, à gauche, en haut, en bas. La focale n’est pas la même. 6 mm, vous voyez, cela modifie la photo. C’est dit sur la focale.

Ensuite, on va parler du bokeh. Le bokeh, c’est à peu près la même chose. Je vais vous prendre une photo du 56 mm à 1.2. Et on va la comparer avec une photo où j’ai essayé de cadrer à peu près de la même façon, même si je n’y suis pas arrivé à 2. Ici, on va les comparer. Vous avez le 56 mm à gauche, et le 50 mm à droite. L’un étant à 1.2 et l’autre étant à 2.

Comme vous le voyez, on a le bokeh le plus impressionnant à 1.2. Il n’y a pas de mystères. Cela, de toute façon, on ne peut pas le lui enlever. Au niveau du bokeh, le 1.2 à un meilleur bokeh. Pas de problèmes. C’est très net sur cette photo-là. D’autant plus qu’encore une fois, là, je n’étais pas sur le trépied. Le 50 mm, je l’avais avancé de façon à essayer de cadrer à peu près de la même façon que le 56 mm. Donc, il n’y a pas de question de distances, etc. On voit que c’est beaucoup plus flou sur le 1.2. Voilà pour le bokeh. C’est évacué. Je reviens là.

Au niveau du piqué, donc, j’avais parlé hier, du piqué du 56 mm qui est un peu mou, au début, et qui commence à s’allumer à partir de 2.8. Le piqué du 50 mm, on a déjà parlé, c’est un piqué fabuleux. C’est probablement le meilleur piqué qui existe sur les objectifs FUJIFILM. Il est piqué dès la première ouverture. Et la comparaison, c’est sûr, c’est le 50 mm qui démonte le 56 mm. Cela, il n’y a même pas, la question ne se pose même pas. Si on essaye de les comparer, on va comparer ce qui est comparable, ou pas d’ailleurs. Allez, on va comparer les meilleures ouvertures donc, le 1.2 pour le 56 mm avec le 2 sur le 50 mm.

Allez, comparons. Voilà ! Donc, déjà, vous avez vu le bokeh, je zoome. Je pense qu’il n’y a pas photos. Vous vous en rendez compte. Le piqué du 50 mm est largement, mais alors, large, large, large, très large, meilleur que celui du 56 mm. Il n’y a pas photos. Il y en a un où c’est vraiment, c’est croustillant, comme on dit. Et il y a l’autre où c’est un peu mou. Mais cela, on ne peut pas tout avoir.

Donc, au niveau du piqué, le 50 mm emporte le match au très haut. Il n’y a qu’à partir de 4 où le niveau va s’équilibrer. À 4, si je prends une image ici à 4 ; et une image ici 4. Oui à 4, même presque le 56 mm, elle est à un poil, mieux peut-être à 4. Mais non, c’est léger. À 4, ces deux objectifs sont quand même assez nets. Il n’y a pas de problèmes.

L’image est bonne, vraiment il n’y a aucun souci. Donc, le 56 mm a aussi un bon piqué. C’est juste qu’aux plus grandes ouvertures, le piqué est un peu mou. Là où FUJIFILM a réussi avec le XF 50 mm, de faire du très piqué même à F2. À F2, le 56 mm, il n’est pas piqué. Il est un peu mou aussi.

Je peux vous faire la comparaison, je vais prendre l’un à 2. Ici, l’un à 2, et l’autre ici, à 2. On les compare. Donc, voilà deux photos à F2. Bon, au niveau, j’ai essayé de faire un portrait, mais je me suis planté. J’ai fait l’autofocus sur le mauvais œil, là. Donc, du coup, pour vous les comparer, c’est un peu compliqué. Mais grosso modo, le bokeh est à peu près le même.

Ce qui m’a étonné sur le portrait en fait, au moment où j’ai voulu faire le portrait, j’ai bloqué. Parce qu’en fait, je me suis aperçu que le XF 56 mm a une distance de focus minimum de 70 cm, et encore, on n’est plus dans les 80 pour avoir un bon focus. Et donc, 80 mm, là où le XF 50 mm a une distance de focus, je la vérifie, mais je crois de 35 cm.

Je la vérifie, 39 cm. Donc, 70 cm, 39 cm. C’est là que les rapports s’inversent un peu. Puisque comme vous savez, le bokeh va dépendre de la distance entre vous et l’objectif. Du coup, comme je vais me rapprocher beaucoup plus avec le 50 mm, je vais augmenter mon bokeh, et je vais pouvoir faire des cadrages serrés.

Là où cet objectif qui certes a 6 mm de plus en focale puisque je suis à 56, mais je ne peux pas m’approcher, en gros c’est 80 cm. Donc du coup, déjà, je ne peux pas faire de portraits serrés, c’est impossible. Je voulais vraiment faire à la base, un portrait comme cela que j’ai fait avec le 50 mm. Et impossible avec celui-là puisque je suis obligé de me mettre à 80 cm.

Donc, je n’ai pas pu. L’autofocus ne marchait pas. Donc le mieux que j’ai pu faire, c’était cela. Je voulais faire cela, comme j’ai dû m’éloigner, j’ai dû faire cela. Donc, forcément, le bokeh, moi, j’ai trouvé que sur du portrait, ce n’était pas loin d’être ex aequo.

Pas tout à fait, le bokeh est plus impressionnant sur le 56 mm. Mais comme je peux me rapprocher plus avec le 50 mm, à F2, on arrive presque à la même chose. Là, je vais vous les montrer ! C’est dommage parce que le bokeh, comme il est presque surexposé, du coup, je suis coincé, on ne voit pas grand-chose. Je vais essayer de virer les hautes lumières, peut-être que je vais récupérer des choses. Non, je ne récupère pas grand-chose.

Pourtant, je ne suis pas cramé, mais c’était vraiment très lumineux. Et l’autre aussi, je vais baisser les hautes lumières. Voilà ! Je les recompare. Vous voyez, au niveau du bokeh, le 50 mm, en ayant pu me rapprocher beaucoup plus près le 56 mm, je pense que le bokeh n’est pas loin d’être le même. On a vraiment un bokeh qui est très proche.

Ce qui m’amène donc à dire que le 50 mm est vraiment un excellent objectif. Vous avez un piqué qui est largement meilleur. Vous avez une distance de focus qui est moindre. Vous avez une ouverture à F2 qui ne vous produit pas du tout des images molles. Et il ne vaut que 450 €. Il vaut moitié moins que ce 56 mm qui fait rêver tant de gens parce qu’il ouvre à 1.2.

Voilà ! Écoutez, moi, je vous donne des éléments de comparaison, vous en faites ce que vous voulez. Mais moi, c’est vrai que je suis vraiment séduit. Je suis sous le charme de ce 50 mm que j’adore qui ne vaut vraiment pas cher, qui a un autofocus incroyable puisque là, on va parler de l’image des autofocus, mais c’est assez simple en fait.

J’ai voulu faire un baptême avec ce 56 mm. Et j’ai dû carrément le virer au milieu du baptême parce que je n’en pouvais plus. Je n’en pouvais vraiment plus, en fait. Je vais me faire pourrir, mais c’est une bouse. Je vais vous le dire entre vous et moi, c’est une bouse. C’est-à-dire que l’autofocus, moi, j’étais en train de me dire : « je vais le mettre à 1.2 dans l’église, cela va me faire de belles photos, etc. » Et ben non, en fait, en basse lumière, l’autofocus, c’est une catastrophe. J’ai galéré à mort.

Pour peu votre sujet, il bouge, mais ce n’est même pas la peine d’y penser quoi. C’est une catastrophe, le truc. Donc, certes, si vous voulez faire un portrait de quelque chose qui ne bouge pas trop, etc., l’autofocus, ce n’est pas un problème. Il va marcher comme il faut. On arrive à faire la mise au point, ce n’est pas du tout de la merde. Mais si votre sujet est en train de bouger, qu’il y a de l’action, etc., mais laisser tomber. Le 50 mm va vous faire un travail, dix fois meilleur. Mais il n’y a même pas possibilité de pouvoir comparer tant la différence, elle est énorme entre les deux objectifs.

Donc voilà, je l’ai bien prouvé sur l’autofocus, je vais me faire détruire par ceux qui ont un 56 mm et qui l’adorent. Mais vraiment, j’ai été super-frustré de son autofocus. J’ai trouvé que dès que cela a bougé, j’ai eu trois, quatre photos sur cinq qui sont floues quoi. Et là, j’étais en train de développer mes photos de baptême et je suis dégoûté, quoi ! Je suis vraiment dégoûté parce que je trouve qu’il n’a pas fait vraiment du bon boulot et pourtant, je m’étais mis en zone. Donc, je n’étais pas du tout resté en point. Et même en zone, j’avais des échelles de focus non-stop, quoi.

Et en point unique, je n’en parle même pas. Je n’en parle même pas, c’était une catastrophe. En dimensions, vous avez vu, à trimballer, je préfère largement, trimballer le 50 mm. Bref, on ne va pas aller beaucoup plus loin, vous avez compris que je préfère largement, mon 50 mm, deux fois moins cher, beaucoup plus piqué, meilleur autofocus.

La seule raison que je vois de prendre le 1.2, c’est si vraiment vous faites beaucoup de portraits et que c’est vraiment la focale qu’il vous faut, pour faire le portrait en 1.2 où effectivement, vous avez un bokeh qui va être beaucoup plus brutal. On l’a vu par exemple ici, avec l’Olivier. Donc, Olivier, j’étais à peu près 1,50 m de l’Olivier. Effectivement, on le voit tout de suite. Je vais vous le remettre. Le bokeh est meilleur à 1.2. Donc, c’est sûr que si votre objectif, c’est le bokeh, le bokeh avant tout, le 56 mm vous donnera un meilleur bokeh, un bokeh qui est souvent, on n’a qu’avec du full frame.

Donc, cela, on ne peut pas lui enlever. Si votre sujet ne bouge pas trop, etc., et que l’autofocus n’est pas un problème pour vous, que vous n’êtes pas à la recherche non plus, d’images qui soient ultra-croustillantes, etc., mais bon, ce n’est… on parle de super objectif. Quand je parle, souvent, des fois, je suis un peu extrême, mais on parle de très bons objectifs. Là après, on compare le net et le plus ultra.

Donc, forcément à un moment donné, il faut bien mettre des mots sur les choses. Mais vous avez quand même une image qui n’est pas une image très compacte. Vous zoomez, vous le voyez là, le piqué entre l’image de gauche et l’image de droite n’est pas les mêmes. À 1.2 l’image est quand même relativement bonne.

Voilà ce que j’avais à vous dire sur ce test. J’espère que cela vous a intéressé. Si c’est le cas, lâchez-moi un pouce levé pour dire que vous êtes contents, que je vous ai appris un truc. Abonnez-vous, vous avez un bouton juste en bas de la vidéo pour vous abonner et pas ne manquer pas les prochaines vidéos. Moi, je vous souhaite d’excellentes vacances. Faites de super photos et je vous retrouve bientôt !

Allez ! Salut !