J’ai reçu un deuxième exemplaire du Fujinon XF56 F1.2 !

Je vous confirme quasiment tout ce que j’avais dit dans la première vidéo :

L’autofocus patine jusqu’à 80cm. Il devient excellent après 1m et est même capable le suivre d’une rafale rapide. Le problème se pose à courte distance qui est selon moi le principal défaut de cet objectif. La distance minimale de mise au point est trop grande et limite le bokeh qui devrait être maximal grace à son ouverture de 1.2.

La qualité d’image est un peu decevant à 1.2 et 2 puis s’améliorer franchement à F4 pour devenir excellent a 5.6.

Ca reste franchement un excellent objectif, il faut juste mettre en perspective l’ouverture à 1.2 !

 

La vidéo « Fujifilm XF 56mm f1.2 : (re) Test »

→ Cliquez ci-dessous pour démarrer la lecture de la vidéo :

Le script de la vidéo « Fujifilm XF 56mm f1.2 : (re) Test »

→ Attention, je vous aide en vidéo et le texte ci-dessous n’a pas vocation a être lu car il a été généré automatiquement. Intéressez-vous plutôt à la vidéo ci-dessus donc 🙂

 

Salut à tous ! Aujourd’hui, je vais revenir avec vous sur le test du XF56 1.2. Alors, c’est un des objectifs qui est le plus emblématique de la gamme FUJI. C’est le seul qui ouvre à 1.2. Ça fait rêver d’un bokeh incroyable. C’est un objectif qui est cher. Alors, j’ai fait le test. J’ai fait une comparaison aussi, avec le XF50 F2 qui fait deux fois moins cher que le XF56.Donc, ça a eu beaucoup, beaucoup de réactions. Et c’est vrai que mon avis parfois n’est peut-être pas assez mesuré. Je le reconnais, j’ai un avis tranché. Et cet avis là, forcément, vous a fait régir.

Changement d’objectif

Donc, suite à ça, j’ai renvoyé mon objectif à Amazon pour qu’il me le change. Et donc, j’en ai reçu un nouveau. Lors de mon test, je disais notamment que je trouvais l’autofocus déplorable. Et que j’étais étonné même de galérer pour arriver à faire l’autofocus. Donc, j’ai pu vérifier ce que je disais avec le deuxième et à affiner mes tests. Donc, pour rappel, une des choses qui m’a étonné le plus et qui quelque part, c’est peut-être l’élément le plus important qui vraiment me retient à recommander le XF56. C’est élément important, c’est la distance minimale de mise au point qui sur le XF56 mm 1.2 est de 80 cm.

Donc, officiellement, elle est à 70. Moi, d’après mes tests, à 70, c’est vraiment chaud de faire la mise au point. Ça commence à être acceptable à partir de 80 cm. Sur le XF50 F2, donc avec lequel je faisais la comparaison, la distance de mise au point est de 39 cm. Voilà ! Donc, ça, c’est un des éléments les plus importants. Moi, j’estime qu’effectivement, je me suis rendu compte que j’essaie en fait, qui serait que quand je fais des portraits, pour moi, c’est une optique de portrait le 56 mm.Donc, j’ai essayé de faire des portraits, en général, de près.

Exemple de bokeh

Puisque c’est la façon dont j’ai l’habitude de faire des portraits. Je fais des portraits ici à l’épaule. Des choses comme ça et effectivement donc, j’ai l’habitude d’être de près ou alors même : que le plan tête, un plan serré. Comme un peu, fait Sebastien Rognon, des choses comme ça. Je trouve ça joli, j’aime bien. Et c’est vrai que sur ce 56 mm, cette distance de mise au point, elle vous empêche de vous rapprocher de votre sujet et elle vous prive d’un bokeh exceptionnel. Tout simplement parce qu’avec le 1.2, vous allez rêver.

Avec la distance minimale de 80 cm, vous rêvez moins, parce que comme vous le savez, le bokeh va dépendre de votre distance avec votre sujet. Plus vous allez vous rapprocher, plus le bokeh va être intense. Donc, du coup, quelque part, c’est ce que je disais avec mon comparatif, le XF50 mm qui lui permet de se rapprocher à 39 cm de votre sujet, et bien il vous permet d’avoir un bokeh qui est quasiment le même que le 1.2. Alors, pas tout à fait, j’avais regardé le comparatif, mais on n’est quand même pas très loin pour justifier 500 euros d’écart entre les deux objectifs.

Autofocus qui patine

Je trouve que c’est un peu juste. Donc, au niveau de l’autofocus du XF 56. Ce que je voulais ajouter, c’est que jusqu’à 80 cm, pour moi, c’est vraiment compliqué de faire la mise au point. À partir d’un mètre ! Entre 80 cm et un mètre : galère un peu, mais ça reste acceptable. À partir d’un mètre, il est très bien. À partir d’un mètre, vous pouvez même vous mettre en mode rafale rapide. Donc, le fameux mode CH et il va shooter. Je ne le trouve pas aussi précis que le 50 mm, on va regarder quelques photos. Par moment, il galère un peu et vous allez avoir du « back » ou du « front-focus ».

Le focus ne sera pas exactement à l’endroit où il aurait dû être, mais il s’en sort quand même assez bien. Et il vous permet de prendre vos photos. Après, bon, pour 1 000 euros, moi j’estime qu’on aurait pu atteindre mieux. Et moi, personnellement, je conseillerais plutôt le 50 mm F2, sauf à des gens qui vraiment, font du portrait et qui privilégient à 200 % le bokeh. Mais ces gens-là pourraient peut-être même regarder la version APD du 56 mm qui vraiment, est une version qui est justement là pour le bokeh. Voilà ce que j’avais à vous dire.

Mes photos

Je vais vous montrer quelques photos quand même. Oui, il est parfaitement possible de faire de jolies photos avec cet objectif-là. Donc, ça, ce sont les photos que j’ai faites avec mon deuxième exemplaire que j’ai reçu fi août. Donc, du coup, voilà, j’ai sélectionné 9 photos, c’est au pif. Donc, voilà, c’est une photo à 1.2. Hop ! Attendez, je vais mettre la barre, sinon je ne vais pas savoir. Si vous, justement-là… Donc, c’est une photo qui a été prise sur le vif lors d’une rafale. Je ne sais pas si vous le remarquez, moi, mon collimateur est toujours de toute façon, sur l’œil.

Donc, c’est la bouche ici qui a été mise en focus. Et comme la profondeur de champ est extrêmement fine, du coup, j’ai mes yeux qui sont légèrement flous. Et j’ai surtout la bouche ici, cette zone-là, qui elle par contre, est nette. Allez ! Mon fils ! Voilà ! On voit ici que par contre, quand il est fait vraiment au bon endroit, le piqué n’est vraiment pas dégueulasse et on a une photo parfaitement nette. Voilà, pareil, une rafale rapide de ma fille. Donc, je faisais des tests vraiment de l’autofocus.

Piqué moyen a grande ouverture

Donc, sur le toboggan, je la suivais comme un filet dans le toboggan. On voit que ça reste quand même « grosso modo », je le dis. Mais le piqué est un peu mou, on est à 1.2. Je ne sais pas si vous le voyez bien sur la photo, mais au niveau du piqué, on voit que ça manque un peu de finesse, ça manque un peu de détail. C’est ce que je disais dans mon test. Je confirme, moi, ce que je disais dans mon test. Pareil sur cette photo-là. 1.2, on a une photo qui a un piqué un peu bon.

Pour autant, la dernière photo, moi, je l’adore cette photo. Elle est vraiment très belle. Bon, là, il y a du grain, mais c’est parce que j’avais maximalisé la vitesse de façon à avoir une photo nette. Voilà, je vous fais défiler quelques photos pour que vous voyiez. Mais c’est un objectif qui clairement, peut vous faire toutes les photos que vous avez envie. Ce n’est pas un problème. Le problème, la question que j’essayais vraiment de traiter, c’est de mettre en perspective l’achat d’un objectif à 1 000 euros avec un objectif à 500 euros.

Prix

Et pour moi, les 500 euros d’écart, elles se justifient vraiment que si vous êtes à fond, à 200 % et qu’il vous faut à tout prix le meilleur bokeh possible et imaginable, et que vous être prêt à mettre 500 euros pour avoir ce bokeh-là. Dans ce cas-là, regardez la version APD. Parce que la version APD, vous allez avoir un bokeh encore plus fondu et vous allez vous rapprocher vraiment de ce que vous auriez eu sur le full-frame. Voilà ce que j’avais à vous dire pour ce retest du 56 mm.

Donc, je confirme un autofocus qui est un peu délicat jusqu’à 80 cm. De 80 à 100, c’est bon sans être génial. À partir d’un mètre, vous pouvez même vous mettre en vitesse rapide de rafale, ça fonctionne bien. Le piqué est très bon. À 1.2, les images s’envolent, c’est-à-dire : « ne pas rester comme ça », c’est mou. À 2, c’est acceptable, mais c’est beaucoup moins bien que le XF 50 mm F2. Mais pour autant, c’est un objectif qui est très bon.