Avoir un capteur stabilisé dans un si petit boîtier c’est bien, mais est-ce possible sans compromis ? Il y a peu de chance. Lorsque les constructeurs veulent miniaturiser un capteur stabilisé, ils doivent relever plein de défis, dont la gestion du wobbling. Jusqu’à présent, les appareils Fujifilm n’étaient pas sujets à ce phénomène. Malheureusement, le nouveau X-S10 y est sensible. Quelles sont les différences par rapport à la stabilisation du X-T4 ? L’image est-elle plus stable qu’avec le X-T3 ? On fait le point ! 

Test de la stabilisation du Fujifilm X-S10 : les exemples en vidéo

 

Stabilisation du X-S10 face au X-T4 

Avec un objectif stabilisé 

Commençons par une petite explication du phénomène du wobbling (la traduction de vacillement en anglais). Ce vacillement n’impacte pas le sujet de l’avant-plan, mais uniquement celui de l’arrière-plan. On voit alors apparaître deux effets : 

  • Une déformation de l’arrière-plan ; 
  • Une impression que la profondeur de champ change, que le bokeh s’auto-ajuste en permanence. 

Par exemple, regardez la vidéo à partir de 2:35. Vous allez voir que l’arrière-plan du X-S10 bouge, alors que celui du X-T4 reste stable. Malgré tout, la stabilisation marche très bien sur les deux boîtiers. 

Avec un objectif non stabilisé 

Lorsqu’il y a uniquement la stabilisation du capteur qui fonctionne sans être aidée par l’objectif, on voit peu de différences. J’ai juste eu l’impression que la stabilisation du X-S10 avait tendance à sauter de temps en temps. 


X-S10 vs X-T3 : est-ce qu’on voit une différence de stabilisation ?

Avec un objectif stabilisé 

Si votre objectif est déjà stabilisé, la stabilisation du capteur n’apporte pas grand-chose en plus. En filmant à main levée, les plans du X-T3 et du X-S10 sont similaires. 

 

À cause du wobbling, j’ai simplement pu observer un léger changement de profondeur de champ. L’intensité du bokeh n’est pas la même et la taille des billes de bokeh change au fil de la vidéo. Je précise que l’autofocus n’y est pour rien, ça vient uniquement de la stabilisation. 

Sans objectif stabilisé 

Avec un X-T3 sans objectif stabilisé, la différence est flagrante. Le plan du X-S10 est presque utilisable sans faire de stabilisation en post-traitement, alors que celui du X-T3 bouge beaucoup trop. Que ce soit sur des plans fixes ou des plans en mouvement, c’est clairement le X-S10 qui garde l’avantage. 

Ce que vous devez retenir sur la stabilisation du X-S10 

En bref, la stabilisation du X-S10 fait quasiment 80 % du boulot de la stabilisation du X-T4. Sur certains plans vidéo, le X-T4 est moins sensible aux à-coups ou au phénomène de wobbling. Mais ça n’empêche pas au X-S10 d’apporter tout ce qu’on attend d’une stabilisation : des plans bien stables, des prises de vue à main levée, la possibilité de diminuer la vitesse d’obturation en photo… 

Gardez simplement en tête que la stabilisation du X-S10 n’est pas aussi bonne que celle du X-T4. Si vous ne voulez faire aucun compromis, il faudra plutôt se tourner vers ce modèle. Un dernier mot par rapport au micro interne : il n’y a aucune différence entre le X-T4 et le X-S10 sur ce point. 

Mais rassurez-vous, le phénomène de wobbling est assez courant dans l’univers des capteurs stabilisé. Le Panasonic G9 est touché par ce problème, le Canon R5 et le Canon R6 aussi en fonction de la focale, donc ce n’est pas du tout rédhibitoire ! 

Alors, est-ce que vous aviez déjà entendu parler de wobbling ? Est-ce un frein pour vous ?