Il est temps de conclure ce test du Fujifilm X-T4 ! Au travers de 6 articles précédents, nous avons déjà mis à l’épreuve le X-T4 :

Que faut-il en retenir ? Que vaut ce X-T4 ? Voici un résumé des forces et des faiblesses de ce nouvel hybride. 

 

Le test du Fujifilm X-T4 en vidéo

Présentation et caractéristiques du X-T4 

Seulement 18 mois après l’introduction du X-T3, voici le nouveau modèle proposé par Fujifilm : le X-T4. Il intègre une gamme qui a déjà eu beaucoup de succès au fil des années, sera-t-il à la hauteur ? 

À son arrivée, le X-T3 avait connu une nette amélioration de son système autofocus, et il a permis à Fujifilm de conquérir une crédibilité dans le domaine de la vidéo. Ultra polyvalent en photo et en vidéo, ce X-T3 avait tout de même deux défauts : un capteur toujours pas stabilisé et une autonomie insuffisante. 

Ces deux points ont certainement été déterminants, puisque Fujifilm a anticipé la sortie d’un nouveau modèle qui vient corriger ces défauts. Le X-T4 s’affiche donc comme un X-T3 avec un capteur stabilisé, une nouvelle batterie, et un écran sur rotule. S’agit-il uniquement d’une amélioration du X-T3, ou plutôt une révolution ? 

Un boîtier compact et léger 

Pendant longtemps, les adeptes de Fujifilm ont craint que la marque reprenne un boîtier aussi gros que celui du X-H1. Et pourtant, ce n’est pas le cas, même avec la stabilisation du capteur et l’écran sur rotule. Il a seulement pris 68 grammes par rapport au X-T3. À l’usage, je n’ai pas réussi à sentir la différence quand je passais du X-T3 au X-T4. De même, le changement de grip est lui aussi très léger. Ce n’est vraiment pas ce point qui va vous aider à choisir entre ces deux boîtiers. 

L’ergonomie phare de chez Fujifilm 

L’une des particularités de la marque, c’est de proposer un bouton ou une molette pour chaque fonction. C’est ce qui rend les boîtiers Fujifilm si fun à utiliser ! On peut régler la vitesse, la correction d’exposition, les ISO et bien d’autres paramètres encore, sans avoir besoin de fouiller dans les menus. Ce n’est pas pour rien si l’ergonomie Fujifilm est reconnue unanimement comme l’une des plus sympas sur le marché. 

Si vous êtes habitué à travailler sur un réflex, sachez que vous avez la possibilité de ne pas utiliser ce système de molettes propre à Fujifilm. Vous pouvez tout à fait utiliser les molettes avant ou arrière pour changer l’ouverture, la vitesse ou les ISO. 

De plus, l’ensemble du X-T4 affiche une belle maturité, avec des molettes verrouillables et une connectique revue. Désormais, le X-T4 comprend un double port USB-II, une prise USB-C, un micro et une télécommande. Fini la prise casque, elle passe maintenant par un adaptateur USB-C fourni (on aurait tout de même aimé une prise casque dédiée). 

Un écran sur rotule : la grande nouveauté du X-T4 

L’écran sur rotule du X-T4 est l’une des nouveautés les plus visibles. Malgré tout, seule la rotule est nouvelle ! L’écran reste le même que sur le X-T3, avec un tactile qui fait parfois pâle figure par rapport au smartphone. J’aurais préféré un nouvel écran, mais il ne faut pas oublier qu’on est plutôt sur un X-T3 stabilisé plutôt qu’un vrai X-T4 qui introduirait de nouveaux composants en interne. 

Au premier abord, je craignais un peu cet écran sur rotule. Finalement, j’ai réellement apprécié cette nouvelle possibilité ! Dans toutes les situations, cet écran offre une vraie flexibilité et permet de jouer sur de nombreux angles. Et surtout, vous pouvez voir ce que vous filmez en vidéo. Selon moi, c’est le meilleur type d’écran qu’on peut avoir en 2020. 

Un viseur et un capteur identique 

Le viseur du X-T4 reste inchangé, c’est exactement le même que celui du X-T3 : un écran OLED très lumineux, avec un taux de rafraîchissement de 100 i/s. Petite nouveauté tout de même avec l’apparition de trois modes qui permettent d’améliorer encore plus le viseur : 

  • Un boost faible luminosité pour faire disparaître la neige dans le viseur 
  • Une priorité à la résolution 
  • Une priorité au rafraîchissement 

Il dispose également d’un capteur et d’un processeur identique au X-T3, à savoir le capteur rétro éclairé X-Trans de 26 Mpx associé au X-Processor 4. 

Test du Fujifilm X-T4 : ses points forts 

Un système autofocus amélioré 

Le X-T4 hérite de l’AF de premier plan du X-T3, avec un AF de phase sur l’entièreté du capteur. C’est vraiment difficile de faire mieux, et pourtant, Fujifilm continue de le faire évoluer. Grâce au mode boost en basse luminosité, l’autofocus reste fonctionnel dans le quasi noir. Là où le X-T3 est complètement perdu, le X-T4 est capable de faire la mise au point facilement dans ces conditions. C’est un appareil pleinement utilisable en basse lumière, au même titre qu’un réflex. Pour moi, c’est la première génération d’hybride qui est capable de faire ça. 

Le suivi a lui aussi été amélioré, puisque le X-T4 peut maintenant reconnaître des motifs et les suivre correctement s’ils ne sont pas trop petits. On sent bien qu’on n’est pas encore sur un AF arrivé à maturité. Pour l’instant il demande à être affiné via les prochaines mises à jour, notamment pour suivre des sujets plus petits et pouvoir activer le suivi en vidéo. 

Le X-T4 propose malgré tout une excellente prestation, avec un AF performant aussi bien en photo qu’en vidéo. Il n’est pas non plus infaillible sur les actions les plus vives, puisque Sony semble encore garder une longueur d’avance sur ce point-là.  

Une détection des yeux et des visages plus performante

Ce système de détection continue d’évoluer avec le X-T4 : les visages sont bien mieux reconnus qu’avant. Même si l’affichage n’est pas toujours très rassurant à cause d’un léger lag toujours présent, les résultats sont vraiment au rendez-vous une fois que vous regardez vos photos. 

Une cadence de rafale beaucoup plus rapide 

Le X-T4 vous propose 15 i/s en obturateur mécanique. C’est quand même une première d’avoir une rafale aussi rapide avec ce type d’obturateur. En obturateur électronique, on est toujours à 30 i/s, mais qui a besoin d’autant ? 

Avec de telles capacités, le X-T4 est taillé pour l’action ! Ses prestations d’autofocus et de rafales vont contenter un public de photographes exigeants. Aujourd’hui, il y a peu d’appareils sur le marché qui sont capables de faire mieux, surtout sur cette gamme de prix. 

La mise au point a encore été améliorée par rapport au X-T3, et les rafales comportent moins de photos floues. En bref, vous n’aurez aucun problème avec la rafale ! Le seul inconvénient, c’est le buffer qui conditionne la rafale à 2 ou 3 secondes en RAW. En JPEG, vous êtes beaucoup moins limité : vous pouvez faire 164 photos, contre seulement 36 en RAW. 

Toutefois, petite déception concernant le format RAW compressé avec perte dont j’attendais beaucoup. Finalement, cette option ne sert à rien puisque les fichiers sont de taille similaire en RAW avec ou sans perte. 

Une des meilleures qualités d’image disponible sur un capteur APS-C 

La qualité est identique à celle du X-T3 et il sera impossible de distinguer une photo prise par le X-T3 ou le X-T4. C’est difficile d’être plus exigeant, puisqu’on est vraiment sur ce qui se fait de mieux en APS-C, aussi bien en termes de dynamique que de montée en ISO. 

Un nouveau mode de simulation de film 

Les appareils Fujifilm sont célèbres pour le rendu des couleurs, la qualité des JPEG, et surtout leurs simulations de films. Elles servent à donner un look très travaillé et un aspect plus artistique à chaque photo. Le X-T4 vient enrichir sa collection de simulation de film avec Eterna Blitch By Pass, qui propose des images avec une saturation réduite et un contraste élevé. 

Nouvelle simulation de film Eterna Blitch By Pass

C’est une simulation de film qui ne va pas convenir à tous les sujets, mais elle offre un look très particulier qui devrait convaincre certains photographes. 

Quand vous commencez à goûter aux simulations de films, vous allez vous rendre compte que c’est très difficile de s’en passer ! En plus, elles ne sont pas utilisables seulement à la prise de vues en JPEG. Si vous faites du RAW, vous pouvez également les utiliser sur les logiciels de développement photo. 

D’excellentes performances en vidéo 

Si le X-T4 est très doué en photo, il l’est tout autant en vidéo. D’ailleurs il pourrait devenir une référence dans ce domaine. Sa stabilisation est étonnante, c’est même l’une des meilleures sur le marché. Quant aux caractéristiques, elles sont ultras complètes. En voici un petit aperçu : 

  • 4K 60 FPS 
  • Prise micro, prise casque avec adaptateur 
  • Format H.265
  • 4:2:0 bits en interne, et 4:2:2 10 bits en externe avec la sortie HDMI 
  • LONG GOP, ALL INTRA,
  • Un BitRate jusqu’à 400Mbps 
  • Choix entre du MP4 ou du .MOUV 

À toutes ces options se rajoutent les ralentis en 240 FPS, soit un ralenti 10x de 240 i/s (contre 120 i/s pour le X-T3). La différence est vraiment notable entre les deux. Si vous aimez les plans cinématographiques, vous allez vous régaler ! 

La liste des possibilités est très longue, et elle vous permet d’avoir une qualité vidéo bluffante si vous jouez avec tous ces paramètres. De plus, les menus photo et vidéo sont séparés : désormais, tout se paramètre indépendamment, et c’est beaucoup plus clair ! 

Si vous souhaitez aller plus loin en vidéo, Mr Caméra a mis à l’épreuve les compétences vidéo du X-T4.

Un capteur enfin stabilisé 

Parlons maintenant de la stabilisation tant attendue sur ce X-T4. En photo, elle vous permet de gagner jusqu’à 6 stops et elle s’associe à la stabilisation des objectifs.

En vidéo, c’est surtout la stabilisation des plans qui est intéressante. Si elle est complétée par un mode boost, les plans ne bougent quasiment plus. Et en plus de tout ça, vous avez également une option de stabilisation numérique qui ajoute un crop de 10 % pour un rendu encore plus stable. N’hésitez pas à regarder la vidéo dédiée à la stabilisation du X-T4, rien ne vaut des exemples pratiques pour mieux se rendre compte. 

Pas de surchauffe en 4K 25 FPS

Avec de telles caractéristiques, une question se pose : est-ce que le X-T4 gère bien la surchauffe ? Sur des petits boîtiers comme celui-ci, c’est souvent assez difficile. Mais d’après mes tests, le X-T4 se comporte de manière incroyable en 4K 25 FPS. Dans ces conditions, c’est quasiment impossible de le faire surchauffer ! On se demande même pourquoi Fujifilm a mis une limite de temps, puisqu’il est capable de filmer jusqu’à épuisement de la batterie. 

En revanche, ce n’est pas le cas en 4K 50 FPS. Il surchauffe après environ 40 minutes d’enregistrement. Pour plus de détails sur l’autonomie du X-T4, je vous laisse visionner la vidéo dédiée. 

Une nouvelle batterie pour une meilleure autonomie 

Fujifilm a introduit un nouveau modèle de batterie qui apporte enfin de très bons résultats. J’ai même été bluffé par l’autonomie en photo, qui me semble similaire à ce que propose Sony. Malgré tout, il ne faut pas oublier que l’autonomie se juge plutôt sur le long terme : à voir dans les semaines qui vont suivre ! 

En vidéo, son autonomie est inépuisable : 

  • 2 h 45 en 4k 25 FPS rien qu’avec une seule batterie
  • 1 h 16 en 4k 50 FPS, mais en le ventilant pour éviter qu’il surchauffe 

Le X-T4 s’aligne donc sur les meilleures autonomies du marché. D’autant plus que le grip permet d’ajouter deux batteries supplémentaires pour tripler son autonomie. Sinon, son port USB-C permet de l’alimenter ou de le recharger pour ne plus se soucier du tout de l’autonomie. 

Un obturateur mécanique très silencieux 

Un détail à mentionner tout de même, qui peut avoir de l’importance pour certains photographes : le bruit du déclenchement est particulièrement discret ! Il est bien plus silencieux que celui du X-T3, et c’est un vrai plaisir de réussir à faire si peu de bruit avec un obturateur mécanique. 

Une multitude de nouvelles fonctions 

Sans revenir en détail sur toutes les nouveautés introduites par le X-T4, voici les 3 principales que je retiens : 

  • La balance des blancs avec priorité au blanc qui tue l’ambiance lumineuse pour avoir des blancs bien blancs ;
  • La nouvelle fonction de focus bracketing beaucoup plus simple à utiliser que l’ancienne ;
  • La possibilité de faire du HDR en JPEG directement sur le boîtier, sans avoir à passer par l’ordinateur. 

Test du Fujifilm X-T4 : ses points faibles

Comme l’appareil photo parfait n’existe pas, j’ai quand même eu quelques petits regrets avec ce X-T4 :

  • Un buffer pas assez gros 
  • Un suivi qui n’est pour le moment pas capable de suivre des petits objets, et qui ne fonctionne pas en vidéo 
  • Un EYE AF pas assez collé à l’œil 
  • Un écran tactile à améliorer, notamment au niveau de sa précision et de sa réactivité 
  • Des menus qui ne sont pas encore tactiles 
  • Une séparation photo et vidéo pas assez importante 
  • Un grip qui aurait pu être plus prononcé 
  • La limite de temps d’enregistrement en vidéo 
  • Pas de chargeur de batterie externe inclus dans la boîte 

Voilà ma liste de points à améliorer pour le prochain X-T5, si jamais Fujifilm manque d’idées ! 

Ce qui risque le plus de faire grincer des dents, c’est l’augmentation du prix. En effet, le X-T4 est proposé à 1 799 € (un prix qui se justifie probablement par la stabilisation, la nouvelle batterie et l’écran sur rotule). Heureusement, Fujifilm sait quand même jouer sur les prix grâce à une politique de réduction permanente, qui ramène les boîtiers à un prix plus juste. 

Et voilà, ce test du Fujifilm X-T4 touche maintenant à sa fin ! Vous l’avez compris, c’est un appareil polyvalent qui propose d’excellentes performances, aussi bien en photo qu’en vidéo. Les mises à jour laissent en plus présager une amélioration, et il faut bien en être conscient au moment du choix de votre appareil. 

Alors, que pensez-vous du X-T4 ? Quels sont ses avantages et ses défauts selon vous ? 

Si vous décidez de l’acquérir, la masterclass du X-T4 de plusieurs heures peut vous permettre de le prendre en main plus facilement. Rendez-vous sur classe-fuji.com pour en savoir plus !