Allez, test final du Fujifilm X-E3 accompagné du XF23 F2 ou du XF18-55. Capteur X-Trans III 24,3 Mpx, rafale etc.

On parle des qualités de ce boitier et de ses petits défauts.

Je le redis parce que ça reste assez étonnant sur le marché mais vous avez sur ce X-E3 les mêmes technologies qu’ont les beaucoup plus cher et gros que sont les X-T2 et X-Pro2 ! Fuji ne joue pas du tout les radins.

Le choix entre le X-T20 assez compact et ce X-E3 se fera selon que vous préfériez avoir un écran inclinable ou un joystick ! La position du viseur n’est pas non plus la même.

Impossible de ne pas terminer ce test en parlant de la qualité d’images produite par les appareils Fuji, connu pour produire les meilleurs JPG du marché en sortie de boitier. Evidemment, les simulations de films qui font la renommé de la marque sont intégrés dans ce boitier.

Je le redis mais pour moi, alors que le X-T20 est vraiment prévu pour déplacer le collimateur grace a son écran tactile, ce X-E3 est plutot prévu pour être utilisé avec son joystick.

Fuji découpe sa gamme en deux, d’un coté les X-T2 et sa version mini X-T20 puis de l’autre X-Pro2 et sa version mini le X-E3. Viseur centré ou décentré, à vous de choisir ! Si vous avez l’intention d’utiliser des zoom, le X-T20 me semble plus adapter.

Bref, un excellent boitier, il sera impossible de regretter votre investissement.

 

Bonjour et bienvenue sur les guides Fujifilm. Aujourd’hui, c’est un grand jour, c’est le test du tout nouveau X-E3. Fujifilm dispose à ce jour, je pense et c’est mon avis de la meilleure gamme d’hybrides sur le marché. Ce X-E3, il vient compléter et peut-être même je pense, terminer la gamme de cette génération-là des X-Trans III.

Si vous ne souhaitez pas un modèle haut de gamme de chez Fujifilm, tel que par exemple le X-Pro2 ou le X-T2 qui sont beaucoup plus chers, qui sont beaucoup plus gros, mais que quand même vous voulez tout le charme, tout le charisme et les performances de cette série X, je pense que cette version allégée que représente ce X-E3 est vraiment parfaite.

Avec le X-E3, Fujifilm a mis à jour son dernier modèle avec de nouvelles fonctionnalités et un très grand nombre d’améliorations par rapport à son prédécesseur qui était le X-E2S. Le boîtier a la taille d’un gros compact. C’est-à-dire vraiment quand même une taille réduite qui n’impressionnera pas grand monde la rue qui semble je pense être plutôt son terrain de prédilection.

Petit, mais vraiment costaud puisque Fujifilm a réussi à mettre les meilleures technologies des gros Reflex dans ce petit boîtier. On va donc y trouver un capteur X-Trans APS-C de 24,3 Mpx et le puissant processeur X qui est vraiment rapide pour traiter toutes les images volumineuses que va produire ce Fujifilm. Ce sont exactement les mêmes technologies que celles incluses dans le X-T2 ou le X-Pro2.

En termes de performance, je pense que ce boîtier va en étonner plus d’un. Si vous n’êtes pas accoutumé des Fujifilm, vous serez très vite conquit. Les performances affichées à tous les niveaux sont parmi les meilleures du marché. On a donc une rafale par exemple de 8 images/seconde en obturateur mécanique ou de 14 images/seconde en obturateur électronique. Et grâce à son important défaut, vous pouvez même enchainer jusqu’à 62 images d’affilée et 35 RAW compressé.

Évidemment, vous avez des ISO natifs qui vont de 200 à 12 800, mais vous avez la possibilité si vous voulez être en plus d’utiliser un ISO bas à ISO 100, ou un ISO haut à 51 200. Bref ! Ce sont des ISO qui me semblent peu utilisables. La plage de 200 à 12 800 est par contre parfaitement utilisable et même des photos prises à 12 800 affichent un niveau de bruit parfaitement exploitable. Vous pouvez évidemment shooter en RAW avec cet appareil photo.

L’autofocus de ce X-E3, il est très complet avec des modes de suivi qui sont extrêmement performants. Vous pouvez adapter le suivi de manière très poussée contrairement à beaucoup d’autres appareils photo. Fujifilm dit même avoir amélioré grandement l’autofocus par rapport à tous ces prédécesseurs, y compris le X-T2. Donc après test, tout ce que je peux vous dire c’est que c’est du très bon. C’est un autofocus à détection de phase donc ultra rapide et surtout ultra configurable.

J’arrête là avec les caractéristiques, je vais vous le montrer un peu cet appareil. Alors ce X-E3, comme vous pouvez le voir, il a son viseur qui est décentré, ici. En termes d’ergonomie, on voit surtout ici une zone qui est vraiment faite pour pouvoir mettre le pouce de manière confortable. On a évidemment une touche ici VIEW MODE qui permet de basculer et de choisir un mode d’articulation entre le viseur et l’écran.

On n’a pas de molette ici pour choisir le mode sur cet appareil photo-là, mais quand on appuie tout simplement sur le bouton de révision, on est capable de venir choisir sa rafale, ses photos, ses bracketings et des filtres ou de faire des vidéos. On a vraiment beaucoup de possibilités grâce à ce bouton-là. Pas besoin de molette des modes. Ce n’est pas très gênant.

On retrouve donc pour les plus expérimentés d’entre vous une touche AE-L et AF-L donc si vous voulez faire de la photographie vraiment comme de type professionnel, c’est parfaitement possibilité avec ce boîtier. On a toujours comme tous les Fujifilm un bouton Q qui vous permet d’avoir un menu rapide composé de 16 éléments. C’est donc très pratique et très facile de configurer ce boîtier.

On retrouve évidemment deux molettes. Il y a la molette arrière qui est en général est faite pour affiner les vitesses puisque comme vous le voyez, le boîtier n’est évidemment pas réduit à ces vitesses-là. Donc ces vitesses-là, ce ne sont que des paliers et vous pouvez les affiner avec le bouton arrière. La molette avant peut être utilisée pour configurer les ISO. Vous n’avez donc pas de molette pour les ISO, mais vous pouvez rapidement venir configurer vos ISO grâce à cette molette-là.

Comme tous les objectifs Fujifilm, la plupart auront une molette. Il y aura une bague ici pour régler l’ouverture facilement. C’est vraiment ce qui fait la marque de fabrique de chez Fujifilm. Du coup, vous avez un boîtier très pratique, très bien conçu qui vous permet rapidement de venir aussi bien modifier la vitesse que l’ouverture que les ISO. Donc les paramètres de l’exposition sont vraiment très facilement accessibles.

Vous avez ici cette molette de correction d’exposition qui vous permet de modifier la mesure de la lumière qui a été faite par l’appareil photo, et évidemment ici le bouton de l’obturateur. C’est un boîtier qui est très bien conçu comme vous voyez, il est minimaliste, mais malgré tout, il a tous les boutons qu’on attend d’un boîtier qui permet de prendre des photos ici, de manière experte.

Donc on a l’autofocus qui est configurable ici avec ce bouton-là. Alors pas beaucoup de boutons personnalisables sur ce boîtier, mais c’est normal. On ne peut pas tout avoir. On ne peut avoir un boîtier qui est extrêmement compact d’un côté et énormément de boutons configurables comme pourrait l’avoir un énorme Reflex.

C’est donc sûr que les boutons configurables se résument ici à la touche AE-L et AF-L. Si vous l’utilisez, vous perdez deux boutons. Si vous ne l’utilisez pas, vous pouvez reprogramme ces touches-là. Et sinon ici un bouton FN. Vous avez évidemment l’écran tactile qui peut être personnalisé grâce à de la reconnaissance de geste. Donc cela marche plus ou moins bien. On en parle un peu plus tard dans le test.

Les menus Fujifilm sont toujours organisés de la même façon. C’est très clair. Vous arriverez rapidement à modifier le comportement de cet appareil qui est vraiment extrêmement personnalisable pour pouvoir correspondre à absolument tout le monde. Ici présenté avec le XF23 mm, c’est à mon sens le kit qui fait le plus sens dans la gamme Fujifilm.

Il est aussi vendu, associé avec le XF18-55. Mais celui-ci est quand même largement plus gros que le petit XF23 mm. Je vous montre un peu la différence. Et malheureusement, on est à la limite, je trouve en termes d’ergonomie, quand on lui met ce XF18-55. Donc là, on a déjà quelque chose de beaucoup moins compact.

Pour moi, ce petit compact est plutôt fait pour s’allier avec la gamme des focales fixes dont dispose Fujifilm aujourd’hui. Vous avez à la fois des focales fixes à F2 ou des focales fixes à 1.4. Donc évidemment la taille n’est pas la même, mais je pense que ce boîtier-là doit s’allier plutôt avec des focales fixes qu’avec des zooms.

Ne pas oublier la présence dans la gamme Fujifilm d’un petit pancake qui est 27 mm F2.8. Il est donc malgré tout assez lumineux et il permet de composer avec ce X-E3 un ensemble vraiment ridicule qui n’impressionne absolument personne dans la rue. On a l’impression d’avoir un jouet dans les mains. D’ailleurs, le jouet est à peu près le mot qui revient le plus quand je montre ce X-E3 à mes proches, tant qu’on n’a pas du tout l’impression que ce X-E3 a des performances dignes des meilleurs Reflex et pourtant c’est le cas. Ce X-E3 est une petite bombe de technologie.

Ce boîtier, il conviendra aussi bien à des débutants grâce à son mode automatique à détection de scène qu’à des utilisateurs qui vont être du type GPG expert, qui ne souhaitent pas utiliser le RAW, mais qui souhaitent pouvoir personnaliser le look des images.  Et cela tombe bien, c’est la marque de fabrique de Fujifilm. Évidemment, vous pouvez parfaitement utiliser cet appareil pour produire des RAW que vous allez développer dans Lightroom ou dans tout autre logiciel de votre ordinateur.

Alors, un des petits défauts de ce boîtier est le nombre assez limité de boutons qui sont personnalisables. Fujifilm a supprimé ici son d-pad. C’est-à-dire les quatre touches : haut – bas – gauche – droite qui permettaient d’appeler des fonctions. Et ces quatre touches, ils sont remplacés tout simplement par des reconnaissances tactiles de geste.

Malheureusement, cette implémentation n’est peut-être pas aussi efficace que sur des boutons physiques. On a un écran tactile qui va servir aussi bien à déplacer le collimateur qu’à appeler des fonctions. Et ces deux comportements y rentrent quelquefois en collision et c’est quand même source de problème.

Mais quand même, ce X-E3 a une botte. C’est-à-dire qu’il est doté d’un joystick et donc évidemment je vous conseillerais plutôt de déplacer le collimateur avec le joystick et d’utiliser l’écran tactile pour appeler les menus. Et dans cette configuration-là, cela marche plutôt bien. Malgré tout, ce ne sera jamais aussi pratique que si vous aviez eu des boutons physiques.

Alors une fois que vous avez fait le deuil de ces quatre boutons personnalisables, on va apprécier la qualité évidemment de son écran LCD et de son viseur. Contrairement à tout ce qu’on peut lire ici et là sur le viseur, je peux vous dire qu’il n’y a absolument aucun problème et il est parfaitement exploitable.

Pour autant, cela reste un viseur de compact avec une taille réduite et forcément vous n’aurez jamais dans ce petit viseur le confort d’un Reflex. Mais on ne peut pas tout avoir. Si vous faites le choix d’un compact, vous avez un viseur compact. C’est normal. L’écran  est malheureusement entièrement fixe donc vous ne pouvez pas du tout l’incliner.

Alors ce X-E3, il est doté du Bluetooth. C’est pour l’instant une implémentation qui me semble un peu incomplète et assez inutile, mais cela va changer rapidement à priori puisque Fujifilm, c’est la marque de fabrique va sortir une mise à jour. Sachez que Fujifilm sort beaucoup de mises à jour et va donc se servir du Bluetooth pour géolocaliser vos photos grâce à votre Smartphone. Staytune, mais cela va arriver.

Le WiFi est évidemment toujours de la partie et c’est avec lui qui est fait le transfert. Le X-E3 est extrêmement léger. Il affiche seulement 240 g batterie et carte SD inclus. Mais évidemment, on ne peut pas tout avoir et la prise en main de ce petit boîtier est un peu juste. Il va s’accorder parfaitement avec des focales fixes, mais ce sera quand même plus difficile avec des zooms. De base, il est vendu avec le XF23 mm ou le XF18-55. Je pense donc que vous devriez plutôt le prendre avec le XF23 mm.

Avec le XF18-55, cela passe, mais sachez que la prise en main n’est quand même pas géniale. C’est un peu limite puisqu’on n’a pas vraiment beaucoup de prises ici pour soutenir le poids de l’objectif. C’est donc un boîtier que je vois personnellement s’allier plutôt comme cela avec des focales fixes donc de la gamme F2 idéale de chez Fujifilm ou 1.5 ou encore mieux avec ce formidable pancake que vend Fujifilm qui est vraiment tout petit.

Bref, la qualité de construction de ce Fujifilm c’est du magnésium. C’est très solide. Je le redis parce que c’est vraiment étonnant sur le marché des appareils photo, mais ce petit X-E3 est un commencé technologique et vraiment vous avez les mêmes technologies que le X-E2, X-Pro2 dans ce petit boîtier. Fujifilm n’est pas du tout rade.

Alors si vous devez faire un choix entre le X-T20 qui est assez compact et ce X-E3, ce choix-là en général, il va se faire selon que vous préfériez ici avoir un écran inclinable, comme cela, ou selon que vous préfériez avoir un joystick sur votre X-E3. Évidemment, la position du viseur n’est pas du tout la même et peut être un élément de choix supplémentaire.

Il est impossible pour moi de terminer ce test sans vous parler de la qualité de l’image produite par ces boîtiers qui est tout simplement exceptionnelle. Évidemment, vous avez aussi les simulations de film qui feront partie de ce boîtier-là comme tous les Fujifilm. Je le redis, mais pour moi alors que le X-T20, il est vraiment prévu au niveau de l’écran tactile pour déplacer le collimateur, je pense que ce X-E3 est plutôt prévu pour être utilisé avec son joystick.

Fujifilm découpe sa gamme en deux. D’un côté vous avez le X-T2 et sa version miniature, le X-T20. De l’autre, vous avez le X-Pro2 et sa version miniature, le X-E3. Viseur centré ou viseur décentré, c’est évidemment à vous de choisir.

Si vous avez l’intention d’utiliser les zooms, je pense que le X-T20 est plus adapté. En tout cas, c’est un excellent boîtier et il va vous être absolument impossible de regretter votre investissement. Le plus dur pour vous, cela va être de réussir à choisir lequel du X-T20 ou du X-E3 vous convient le plus ? Mais sachez que c’est en tout cas deux excellents boîtiers. Et ce X-E3 n’a absolument pas à rougir de la comparaison avec son petit frère.

Il a même beaucoup d’arguments puisqu’il a le Bluetooth. Il dispose d’une alerte haute lumière dont ne disposent pas tous les autres appareils de la gamme. Et il a surtout un autofocus qui est absolument ahurissant. Encore une fois, on parle d’un appareil compact. Donc des performances comme cela dans un appareil compact, ce n’est pas tous les jours qu’on en voit.

J’en ai fini avec ce test et cet excellent boîtier. Si vous avez aimé la vidéo, lâchez-moi un pouce levé vers le haut. Si vous avez des questions concernant ce X-E3  vous n’avez donc pas trouvé la réponse dans ce test, n’hésitez pas à me les poser juste en dessous de cette vidéo et je vous répondrais. Si vous découvrez la chaîne avec cette vidéo, cliquez sur mon visage qui doit apparaître sur la vidéo. Vous avez le bouton s’abonner qui va apparaître, appuyez dessus pour être abonné à la chaîne. Et juste en dessous de la vidéo, vous avez une cloche pour être prévenu quand une vidéo sort.

Je vous retrouve dans de nouvelles aventures sur les guides Fujifilm et je vous souhaite une excellente journée.