Il est temps de tester l’ultra grand angle de Samyang 12mm F2 proposé en monture Fuji X pour nos chers Fujifilm X-T2, X-T20, X-T10, X-E3, X-Pro2…

Cet objectif qu’on prend trouver au alentour de 320€ est disponible en argent et en noir. En contrepartie d’un prix doux, le samyang ne dispose pas d’un autofocus et la mise au point ne peut se faire qu’en manuel.

L’objectif souffre certes d’un vignettage qui va jusqu’a 2IL, certe il y aussi un peu de distortion mais rien de bien génant, Lightroom corrigera sans problème si ça vous gène.

En contre partie, la qualité d’image est vraiment symap dès F2 pour devoir franchement bonne à 5.6.

En sommes une excellent alternative pour avoir un ultra grand angle sur nos Fujifilm X.

Liens vers l’objectif :

Version noir : http://amzn.to/2xK5ogM
Version Argent : http://amzn.to/2eyxi72

 

La vidéo « Test Samyang 12mm F2 »

→ Cliquez ci-dessous pour démarrer la lecture de la vidéo :

Le script de la vidéo « Test Samyang 12mm F2 »

→ Attention, je vous aide en vidéo et le texte ci-dessous n’a pas vocation a être lu car il a été généré automatiquement. Intéressez-vous plutôt à la vidéo ci-dessus donc 🙂

 

Aujourd’hui, je vous présente le samyang 12 mm, l’ultra grand angle de chez Fujifilm. Vous êtes un aficionado de FUJI et vous cherchez un super grand-angle ? Il est vrai qu’au premier abord l’offre est restreinte. Vous aurez le choix entre : le XF 10/24mm F4 qui fait un peu plus de 1 000€, qui ouvre à F4, ainsi que le  XF 14 2.8, objectif de 2013, qui ne mérite pas de s’y attarder.

Rappel technique : Qu’est-ce-que l’ultra grand-angle ?

 

Cela concerne tout ce qui est en dessous du grand-angle.

Le zoom grand-angle chez FUJI, c’est du 16 millimètres, c’est-à-dire un équivalent de 24 millimètres.

 

Quelle offre en grand-angle pur ?

 

Vous avez le XF 16 millimètres 1.4 qui est certes très lumineux, mais on n’est pas tout à fait sur de l’ultra grand-angle.

Pour remédier à ce manque, FUJI est en train de développer un 8 millimètres qui sera probablement F2.8, tropicalisé. Sa sortie est prévue dans un an avec un prix assez élevé.

Samyang 12mm : présentation

Samyang 12mm F2 le compromis idéal grand angle ?

Si vous cherchez un objectif grand-angle avec des moyens financiers restreints, samyang 12mm peut être l’alternative que vous attendez. En termes de prix, c’est assez variable, oscillant de jour en jour entre 480 € et 320 €. Le prix constant et le plus compétitif sur lequel vous pouvez vous baser, se situe à 326 €.

A l’achat, le 12mm f2 est composé d’une boîte, d’un objectif, un cache de bonne qualité, une housse, et un pare-soleil.

Rentrons dans le vif du sujet !  

la qualité de la construction est au rendez-vous et inspire confiance, partiellement fabriqué avec du métal avec l’ajout du plastique par endroit, tout en restant mineur. Fidèle à l’adn de Fuji, il affiche les points rouges (ou collimateurs AF) qui mentionnent les zones de l’image, sur lesquelles l’appareil photo effectue la mise au point.

Présence d’une bague pour l’ouverture, elle tourne exactement comme sur n’importe quel FUJI, elle est complétée par une grosse bague de mise au point. Cette dernière possède une butée, ce qui n’est pas systématique chez FUJI, elle est également bien graduée.

Regardons de plus près :

Autant l’annoncer dès le départ, la première concession sur le 12mm Samyang, c’est l’absence d’autofocus. C’est un objectif 100% manuel.

Samyang 12 f2  et absence d’autofocus :

Quelle incidence ?

Clairement, ce n’est pas du tout un obstacle ! Pourquoi ? Tout simplement, parce qu’à cette focale-là, vous atteignez l’hyper focale. Par exemple, vous pouvez prendre n’importe quelle photo à F8, tout est net. Vous n’avez même pas besoin de faire de l’autofocus.

  • A retenir : à F2 si vous prenez un objet en photo, sur lequel vous faites la mise au point. S’il est à 2 mètres, il sera parfaitement net.
  • AF 2.8, c’est à partir d’1,50 mètre que tout est net.
  • A F4, vous êtes net à partir de 98 cm.

Avec le samyang 12 mm, la mise au point devient un vrai jeu d’enfant. C’est vrai, qu’il n’y a pas beaucoup de jeux, il faut se mettre exactement sur la position infinie. Sur mon exemplaire, je suis à l’infini et c’est nickel. Pour le reste, c’est vrai que je n’ai pas tenté. J’ai fait le focus en gros puisque c’est un super ultra grand-angle. Il est certain que je fais rarement, une photo d’un objet qui est à 50 cm, avec mon ultra grand-angle.

Par conséquent faire le focus sur un objet à 2 m ou à 3 m, ça ne me pose vraiment aucun problème.

La qualité optique

En termes de qualité optique, le 12mm f2 est très bon. À F2, vous avez un vignettage qui est assez fort. Un à deux STOPS à peu près. Résultat, les bords de votre photo vont être légèrement plus sombres que le reste mais ce n’est pas flagrant. De plus, lightroom n’aura aucun problème à l’améliorer, en appliquant le profil de correction.

La qualité de l’image est globalement assez bonne à F2. En contrepartie, il est évident que si vous vous mettez à 100% et que vous scrutez les coins, les points seront peut-être un peu inférieurs. Mais rassurez-vous, j’ai vu largement plus médiocre sur les optiques bas de gamme. On reste quand même sur un rendu détaillé.

  • A 2.8, ça commence à s’améliorer.
  • À partir de F4, l’image est homogène entre le centre et les bords.
  • F4 à 5.6, je considère que le piqué est vraiment largement au niveau du XF 10/24mm, que j’avais par ailleurs adoré.

 

En photo de jour, en vous positionnant à 5.6, vous allez obtenir un piqué génial, une homogénéité entre le centre et les coins.

 

En photos de nuit : si nous prenons l’exemple d’une prise de voie lactée, en vous plaçant à F2, vous aurez un peu de vignettage. Mais pas d’inquiétude non plus, vous pourrez le compenser en post- production. Autre atout, il est très peu sensible au flare.

 

Petit rappel lexical : qu’est-ce que le Flare ?

 

C’est un phénomène photographique qui se crée, lorsque votre appareil est dirigé vers la lumière. Il agit comme un parasite sur la photo en altérant la qualité de l’image. Pour avoir tenté l’expérience, j’ai eu beau être face au soleil, quel que soit l’angle, aucun flare ne s’est produit !

Il est à noter que le nombre de lamelles est assez réduit sur le samyang 12 mm. Par conséquent, quand on veut faire l’effet avec la diffraction, on a du mal à avoir de jolies formes d’étoiles, sur les sources de lumière. A ce niveau-là ce sera un peu limité, cependant n’oublions pas que cette utilisation est un peu particulière.

Samyang 12mm f2.0 test : quelques photos à l’appui

Samyang 12 mm

Photo de nuit : on voit le moulin largement surexposé.

C’est une image que je n’aurais pas pu faire sauf à avoir un ultra grand-angle.

Malgré tout, on voit ici que la lumière a réussi à faire une forme d’étoile.

Cela amène au constat suivant, avec un objectif manuel, on n’a pas trop d’exif.

Exif : c’est une spécificité de format de fichier pour les images, utilisée par les appareils photo numériques. Précisément, lorsque vous prenez une photo, votre apn enregistre dans le fichier image une multitude de données et d’informations, nous appelons cela les données Exif.

Sans Exif, je ne dispose pas du temps de pause, je ne connais pas l’ouverture, ni les ISO. Typiquement, on ne peut pas savoir de quel objectif il s’agissait, si on n’a pas jeté un oeil sur le boîtier en mode manuel.

Samyang 12 mmU

ne photo de Paris non post-traitée :

Par rapport au piqué, la photo a été prise à F4 ou à F5.6.

Scrutons un  peu mieux le bord de l’image, tout est net, c’est piqué, c’est détaillé. On peut presque lire les panneaux  

En zoom 100% : ce n’est pas du tout flou.

Le piqué est vraiment très bon.

Par contre, effectivement, on a un peu de vignettage.

Samyang 12 mmPhoto de Notre Dame :

 

 

En zoomant à 100% sur mon image, Notre-Dame de Paris est parfaitement détaillée.

Donc, là, c’est une photo voilà, qui est corrigée avec le profil ! Donc, voilà, la photo de base sans la correction Lightroom. Donc, on ne s’en rend pas forcément énormément compte, mais on a les coins, qui sont vignettés.

Et dès que j’applique la correction lightroom, on a les coins, regardez qui s’éclaircissent.

Photo de grottes :

Ici, on a ISO 4000, donc, je vais avoir probablement du bruit, vous vous en doutez 🙂

C’est une photo à F2, puisqu’il n’y a quasiment pas de lumière.

Je vous laisse juger de la qualité en F2, mais c’est très bon.

Samyang 12 mm

Voie lactée :

Ici j’ai fait le test de la voie lactée. Malheureusement, j’ai été parasité par la pollution lumineuse.

Voilà, le vignettage : on perçoit beaucoup de bleus.

En activant le profil de correction, il gomme le vignettage en surexposant un peu plus les coins.

Et le tout s’homogénéise !

Vous savez l’essentiel de cet excellent samyang 12 mm ! Je vous le recommande, pour son très bon rapport qualité-prix. L’absence de l’autofocus n’est pas un obstacle insurmontable, puisqu’il existe suffisamment d’outils, pour s’en passer. Pour le prix  en moyenne 326 €, on a un super objectif.

  • Si vous avez apprécié cette vidéo, dites-le-moi en commentaire, cela me permet de savoir que cette vidéo est utile. Donc, je vous mets les liens de l’objectif, juste en dessous, décliquez ! Vous avez une petite flèche pour déplier la description. Le lien est dedans.
  • Si vous découvrez la chaîne, vous avez mon visage qui ne va pas tarder à apparaître. Mettez votre souris sur mon visage pour cliquer sur le bouton s’abonner. Si vous voulez être mis au courant des prochaines vidéos, cliquez aussi sur la cloche juste en bas de cette vidéo, afin que Youtube vous en informe.

Il ne me reste plus qu’à vous souhaiter une excellente journée, à très bientôt !