Je vous invite à visualiser mon avis et test sur l’ultra grand-angle de Samyang 12 mm F2 NCS CS. Il est proposé pour monture Fuji X pour nos chers Fujifilm X-T2, X-T20, X-T10, X-E3, X-Pro2, etc.

Liens d’achat pour cet l’objectif :
Version noir : http://amzn.to/2xK5ogM
Version argent : http://amzn.to/2eyxi72

 

La vidéo « Test Samyang 12mm F2 »

→ Cliquez ci-dessous pour démarrer la lecture de la vidéo :

 

Caractéristiques du Samyang 12 mm F2 NCS CS

Voici la fiche technique et les spécificités de cet objectif :

  • Type de monture : Fujifilm X
  • Dimensions : 7.3 x 7.3 x 5.9 cm
  • Poids : 245 g
  • Ouverture maximale : f/2
  • Ouverture minimale : f/22
  • Rapport de reproduction : x 0
  • Distance de mise au point minimale : 0.2 m
  • Diamètre du filtre : 67 mm
  • Stabilisation : non
  • Pare-soleil : oui, inclus
  • Prix : variable, entre 320 € et 480 €

Ultra grand-angle : définition et offre Fujifilm

L’ultra grand-angle, c’est tout ce qui se trouve techniquement sous le grand-angle. Chez Fujifilm, le zoom grand-angle, c’est du 16 mm, soit l’équivalent d’un 24 mm.

L’offre Fujifilm à ce niveau-là est plutôt restreinte. Votre choix se résume entre quelques modèles :

  • Le XF 10-24mm F4 R OIS WR, qui coûte un peu plus de 1 000 € et ouvre à f4 ;
  • Le XF 14 mm F2.8 R, datant de 2013, qui ne vaut pas le détour ;
  • Le XF-16 mm F1.4 R WR, qui est certes très lumineux mais n’est pas tout à fait un ultra grand-angle ;
  • Une nouvelle optique 8 mm en cours de développement, qui sera probablement F2.8 et tropicalisée. Sa sortie est prévue dans un an avec un prix plutôt élevé ;

Et c’est tout ! En attendant de trouver votre bonheur chez Fujifilm, attardons-nous ici sur le Samyang 12 mm qui se présente comme une super alternative. Je vous le teste en détail.

Présentation du Samyang 12 mm F2

Le compromis qualité-prix idéal pour un grand-angle

Si votre budget est restreint, mais que vous souhaitez tout de même investir dans un grand-angle de qualité : le Samyang 12 mm F2 NCS CS est probablement la solution idéale pour répondre à vos envies.

Son prix alterne entre 320 € et 480 €. Le prix le plus compétitif sur lequel vous pouvez vous baser actuellement se situe à 326 €.

Le paquet comprend : une boite, l’objectif (Samyang 12 mm F2), un cache de bonne qualité, une housse et un pare-soleil.

Côté qualité, le constructeur ne déçoit pas : partiellement fabriqué avec du métal et quelques parties en plastique (mais cela reste mineur), l’aspect général inspire confiance. Fidèles à l’ADN de Fujifilm, on remarque bien qu’ils ont inclus les points rouges pour aider au positionnement de l’objectif. Il n’y a aucun jeu, l’objectif s’emboîte parfaitement.

On retrouve une bague d’ouverture typique comme sur n’importe quel objectif Fujifilm. Celle-ci est complétée par une plus grosse bague de mise au point. La bague de mise au point possède une butée, un bon point que l’on ne retrouve pas systématiquement chez Fujifilm. On remarque également que cette bague est graduée, un deuxième point positif pour le Samyang.

Absence d’autofocus : quelle incidence ?

Première chose qu’on remarque : l’absence d’autofocus. Eh oui, l’objectif Samyang 12 mm F2 est 100 % manuel.

Cela pourrait sembler être un obstacle, mais en fait, pas du tout ! Tout simplement parce qu’avec une focale comme celle-ci, vous êtes au stade technique de l’hyper focale.

Ainsi, vous pouvez par exemple prendre n’importe quelle photo à ouverture F8, vous constaterez que le résultat est parfaitement net. Vous n’avez donc pas besoin de l’autofocus.

Petite explication plus précise :

  • A F2, si vous vous positionnez à 2 m d’un objet sur lequel vous faites la mise au point, il sera parfaitement net ;
  • A F2.8, l’objet sera net à partir de 1,50 m de distance ;
  • A F4, l’objet sera net à partir de 98 cm de distance.


La mise au point est donc un véritable jeu d’enfant avec ce Samyang 12 mm
. Il suffit de se positionner sur l’infini. Faire le focus sur un objet positionné à 2 m ou 3 m ne pose aucun problème.

J’ai lu plusieurs commentaires en ligne selon lesquels la bague graduée est assez farfelue. De mon côté, je n’ai rien noté de tel. La position “infini” sur mon exemplaire fonctionne parfaitement.

Je n’ai pas encore essayé les autres positions pour l’instant, je suis restée sur un focus en gros puisque c’est un objectif à visée ultra grand-angle. Je fais donc rarement des photos d’un objet qui se trouve à 50 cm avec cet objectif-là.

La qualité optique : un piqué très satisfaisant

En termes de qualité optique, le Samyang 12 mm F2 propose un très bon rendu.

Quelques légers points faibles à F2 :

  • Vignettage : à F2, avec un à deux stops, vous pouvez remarquer un vignettage assez fort. Les bords de votre photo sont légèrement plus sombres que le reste de l’image, mais ce n’est pas flagrant et c’est facilement réparable avec Lightroom (en appliquant le profil de correction).
  • Qualité des points sur les bords : si vous scrutez les coins en détail avec un zoom à 100 %, vous remarquerez peut-être des points de qualité inférieure. Mais rassurez-vous, j’ai déjà vu une qualité bien pire sur des optiques bas de gamme !

 

Globalement, la qualité de l’image à F2 est tout de même plutôt correcte. Lorsque vous changez d’ouverture, le piqué s’améliore progressivement avec un rendu de plus en plus détaillé.

  • A F2.8, le résultat commence à s’améliorer ;
  • À partir de F4, l’image est homogène entre le centre et les bords ;
  • De F4 à F5.6, je considère que le piqué est vraiment largement au niveau du XF 10-24mm F4 R OIS WR, que j’avais par ailleurs déjà testé et adoré.

En photo de jour à f/5.6, le piqué obtenu est génial, avec une homogénéité parfaite entre le centre de l’image et les bords.

En photo de nuit à F2, vous aurez un peu de vignettage (exemple ci-après avec une photo de voie lactée). Pas d’inquiétude pour autant, vous pourrez compenser cela en post-production. Autre atout que je constate : l’optique est très peu sensible au flare.

Une optique peu sensible au flare

Avant tout, sachez que le flare est un phénomène photographique qui se crée lorsque votre appareil est orienté vers la lumière. Il agit comme un parasite sur la photo en altérant la qualité de l’image.

J’ai fait plusieurs tentatives de photos face au soleil et quel que soit l’angle, je peux vous confirmer que le flare ne s’est pas produit avec le Samyang 12 mm.

Notons tout de même que le nombre de lamelles est assez réduit avec cet objectif. Par conséquent, l’effet de diffraction n’est pas facile a obtenir. On a des difficultés à avoir de jolies formes d’étoiles sur les sources de lumière. Cette utilisation, bien que plutôt particulière, se trouve donc limitée.

Quelques photos pour illustrer l’utilisation du Samyang 12 mm F2

Photo d’un moulin de nuit, prise avec le Samyang 12 mm F2

Photo d’un moulin de nuit, prise avec le Samyang 12 mm F2

On constate que la lumière est parvenue à faire une petite forme d’étoile (à gauche du moulin). Cependant, on remarque tout de suite que le moulin est largement surexposé.

Ce résultat nous amène au constat suivant : on n’a pas vraiment d’exif. En quoi cela pose-t-il problème ? Qu’est-ce que l’exif ?

L’exif est une spécificité de format de fichier pour les images, utilisée par les appareils photo numériques. Plus précisément, lorsque vous prenez une photo, votre appareil photo enregistre dans le fichier image une multitude de données et d’informations. Ces informations sont appelées les données exif. Sans ces données exif, on ne dispose par exemple pas du temps de pause, de l’ouverture ou des ISO.

Par conséquent, avec un objectif manuel, le boîtier ignore qu’il a un objectif puisqu’il n’existe aucun lien électronique entre le boîtier et l’objectif. C’est un manque d’informations un peu dérangeant.

Photo de Paris sans post-traitement, prise avec le Samyang 12 mm F2

Photo de Paris sans post-traitement, prise avec le Samyang 12 mm F2

Même photo de Paris zoom 100 %

Même photo de Paris zoom 100 %

La photo a été prise à F4 ou F5.6 (on n’a pas les données, comme expliqué précédemment). Lorsque l’on regarde de près le bord de l’image, on constate que le piqué est net et très détaillé. On voit la fissure sur le pont, les visages des passants, on peut presque lire les panneaux. En zoomant à 100 % le résultat reste très correct. Seul défaut : on remarque un léger vignettage.

Photo de Notre Dame de Paris prise avec le Samyang 12 mm F2

Photo de Notre Dame de Paris prise avec le Samyang 12 mm F2

On remarque bien la différence de vignettage avant/après la correction avec Lightroom. Sur la photo corrigée, les coins sont éclaircis. Le vignettage est donc bien présent mais facile à corriger.

Même photo de Notre Dame de Paris zoom 100 %

Même photo de Notre Dame de Paris zoom 100 %

Sur cette même photo zoomée, le piqué est très beau, on voit même les détails des briques sur la façade.

Photo de grotte prise avec le Samyang 12 mm F2

Photo de grotte prise avec le Samyang 12 mm F2

Sur cette photo prise à F2 (car manque de lumière), on est à ISO 4 000, il faut donc s’attendre à avoir du bruit. Je vous invite à regarder de près la qualité qui est très satisfaisante.

Même photo de grotte zoomée

Même photo de grotte zoomée

J’ai tenté une photo de la voie lactée, mais malheureusement, j’ai été fortement parasité par la pollution lumineuse. On perçoit beaucoup de bleus. 

Photo de voie lactée prise avec le Samyang 12 mm F2 : mise en avant du vignettage

Photo de voie lactée prise avec le Samyang 12 mm F2 : mise en avant du vignettage

En activant le profil de correction, on gomme le vignettage en surexposant un peu plus les coins. Ainsi, l’image s’homogénéise un peu mieux.

Bilan pour le Samyang 12 mm F2 NCS CS

Clairement, je vous le recommande !

  • Il a un excellent rapport qualité-prix ;
  • L’absence d’autofocus et la mise au point manuelle ne sont pas insurmontables, puisqu’il existe suffisamment d’outils pour s’en passer ;
  • Le vignettage est facile à corriger sur Lightroom ;
  • La qualité d’image est bonne dès l’ouverture à F2 et devient vraiment exceptionnelle à F5.6 ;
  • C’est une super alternative pour avoir un ultra grand-angle avec un Fujifilm X.

Alors, envie de sauter le pas ?

N’hésitez pas à partager votre expérience dans les commentaires !