Le tout nouveau Fujifilm X100v suscite beaucoup de questions : prononciation, éventuels problèmes de surchauffe, friction, mise au point, vidéo 4K, comparaison avec le X-T3 et le X-Pro 3… Je vous donne mon avis et j’émets quelques réserves sur l’enthousiasme que cet appareil génère.

Les problèmes du X100v en vidéo

Comment prononcer X100v ? 

Chez Fujifilm, les exécutifs le prononce plutôt avec la lettre « v ». Pour ma part, je dis « X100 5 », et non pas « X105 ». Je suis persuadé qu’il ne s’agit pas de la lettre « v », mais tout simplement du chiffre romain 5. 

Les précédents boîtiers de la gamme étaient d’ailleurs nommés comme ceci : 

  • X100S pour second 
  • X100T pour third 
  • X100F pour four 

En toute logique, Fujifilm a donc cherché un autre moyen de dire 5 pour ne pas utiliser une deuxième fois la lettre « f ». Voilà pourquoi j’utilise cette dénomination ! 

Les 3 problèmes rencontrés sur le X100v 

1 – Est-ce qu’il surchauffe vraiment ? 

Certains auraient eu des soucis de surchauffe avec ce nouveau boîtier, mais ce n’est pas mon cas. Et pourtant, le X100V est un appareil que j’ai utilisé dans toutes les conditions possibles : street photo, autofocus, le laisser allumé en permanence pour être réactif… Même en faisant tout ça, je n’ai jamais eu le thermomètre jaune. Chez Fujifilm, votre appareil vous prévient s’il surchauffe. D’abord avec le thermomètre jaune, puis le rouge. Ensuite, il s’éteint pour laisser refroidir le processeur. Donc rassurez-vous, je n’ai eu aucun problème de surchauffe avec le X100V ! 

2 – Le bruit de friction avec la bague de mise au point 

Problèmes du Fujifilm X100V

Ces derniers temps, une vidéo circule dans laquelle quelqu’un explique que la bague de mise au point du X100V est mal ajustée. Mais en regardant attentivement cette vidéo, on se rend compte que la personne ne tourne pas uniquement la bague de mise au point, mais aussi celle de devant qui comprend un filetage. Résultat, il y a forcément un bruit puisqu’il prend les deux en même temps, au lieu d’utiliser seulement la bague de mise au point. Vous l’avez compris, ce n’est donc pas vraiment un problème pour moi ! 

3 – Une mise au point bruyante 

Cette fois-ci, je suis d’accord. Je ne l’ai pas évoqué dans le test du Fujifilm X100V, tout simplement parce que ça ne m’a pas dérangé. Avec la mise au point manuelle, on entend effectivement un bruit puisque l’objectif sort un peu. C’est surtout gênant si vous voulez faire de la vidéo, mais en photo, ce n’est vraiment pas un souci. 

Faire de la vidéo avec le Fujifilm X100V

Vous pouvez bien évidemment faire de la vidéo avec cet appareil, mais il est plutôt destiné aux petites séquences. Pour des souvenirs en famille, il sera parfait. Par contre, ce n’est pas l’idéal pour des productions vidéos. Il est tout de même capable de faire de la 4K, mais sachez que ses temps d’enregistrement sont limités : 10 minutes en 4K, et 15 minutes en 1080p. 

Si vous essayez de faire une vidéo 4K de 30 minutes, votre appareil va effectivement surchauffer (on en revient au premier problème). Et oui, comme il est très compact, son petit corps va l’empêcher de refroidir correctement. 

L’utilisation du viseur hybride 

Le viseur hybride fait partie intégrante de la ligne des XC. Il comprend à la fois le viseur numérique et le viseur optique Range Finder. Comme je n’utilise pas du tout cette technologie, je peux difficilement vous faire un retour. Avec le viseur hybride, je perds tous les avantages proposés par Fujifilm : le rendu des simulations de films, la prévisualisation de l’exposition, la balance des blancs, etc. Depuis que j’ai pris l’habitude du viseur numérique, le viseur optique ne me manque pas du tout ! Mais si c’est une fonction que vous appréciez, elle pourra vous être très utile. 

Comment départager le x100v et les autres boîtiers de la gamme ? 

Vous hésitez entre un X-T3 associé au pancake XF 27mm f2.8 ? Selon moi, si vous vous posez cette question, le X100V n’est probablement pas fait pour vous. Un boîtier polyvalent que vous allez pouvoir adapter à votre pratique vous conviendra peut-être plus. Le X100V reste un boîtier de niche : ceux qui l’achètent savent exactement pourquoi ils en ont besoin, tout en connaissant déjà les contraintes liées à une focale fixe. Même si c’est l’appareil parfait pour le quotidien, il s’adresse surtout à certains photographes qui veulent faire des travaux particuliers. Comme il n’a qu’une seule focale, ce n’est pas non plus un boîtier grand public qui peut convenir à tout le monde ! Si vous n’avez pas l’habitude, il va vous obliger à être plus créatif et à travailler sur de nombreux paramètres. 

Qui choisir entre le X100v et le X-Pro 3 ? 

Le X-Pro 3 et le X100V se ressemblent beaucoup, mais ils n’ont pas la même utilisation. Si vous comptez associer le X-Pro 3 avec le XF 23mm f2 (avec lequel il se marie très bien), mais que vous le laissez sur votre boîtier la plupart du temps, je vous conseille plutôt de partir sur le X100V. 

Par contre, le X-Pro 3 vous conviendra mieux pour un usage plus professionnel :   

  • Il possède 2 slots de carte SD en USH-II ; 
  • Sa rafale tient plus longtemps ; 
  • Il est plus polyvalent en vidéo ; 
  • Ses temps d’enregistrement sont deux fois plus longs que le X100V ; 
  • Il ne souffre pas du tout de surchauffe. 

Si vous voulez plus de polyvalence, c’est certainement le X-Pro 3 qu’il vous faut. En fait, le X-Pro 3 c’est un X100V plus polyvalent, qui permet d’aller plus loin. Il s’adapte à tous les objectifs, et s’adresse plutôt aux professionnels. 

Ce X100V séduit énormément d’utilisateurs, mais n’oubliez pas qu’il ne s’agit pas d’un boîtier grand public. Et surtout, essayez-le avant de l’acheter ! 

Vous avez d’autres questions sur ce X100V ? N’hésitez pas à me les poser en commentaire. Si vous débutez chez Fujifilm, je vous laisse découvrir mes 12 conseils pour progresser rapidement en photo.