Avec l’arrivée de la nouvelle génération inaugurée par le X-T4, il est temps pour moi de vous faire un bilan. Au bout de 3 ans passés sur des hybrides Fujifilm, je connais maintenant leurs points forts et leurs petites faiblesses. S’il y a de nombreuses choses que j’aime chez Fujifilm, je voulais revenir sur ce qui me plaît un peu moins et qui mériterait d’évoluer sur les prochaines années. Voici tout ce qu’il faudrait améliorer sur les hybrides Fujifilm ! 

La vidéo sur ce que j’aime moins avec Fujifilm

Les 3 inconvénients majeurs chez Fujifilm 

Même s’il y a d’autres défauts qu’on peut reprocher à Fujifilm, ces trois-là sont les plus importants. S’ils étaient corrigés, la marque ferait un énorme bond en avant !  

1 – Un capteur X-Trans pas assez avantageux 

Certains seront peut-être étonnés puisqu’il s’agit d’une des marques de fabrique de Fujifilm, mais selon moi, ce capteur X-Trans est devenu obsolète. À sa sortie, c’était une excellente innovation de la part de Fuji. Le but était surtout d’augmenter le piqué et la résolution des photos, tout en gérant les problèmes optiques. Quel est le problème me direz-vous ? Depuis, les choses ont beaucoup évolué. Les principaux constructeurs arrivent maintenant à avoir une très bonne résolution, sans ce capteur X-Trans. En plus, il a bien plus d’inconvénients que d’avantages : 

  • Un fichier RAW qui en demande trop au processeur ; 
  • N’apporte pas une meilleure résolution que les capteurs Bayer ; 
  • Les logiciels de développement (Lightroom, Capture One) ont du mal à interpréter la matrice X-Trans spécifique à Fujifilm ; 

2 – Une gamme d’objectifs f/1.4 vieillissante 

Défauts objectifs Fujifilm

La gamme d’objectifs f/1.4 a été créée en 2012, lorsque Fujifilm a lancé les hybrides. Elle n’était donc pas prévue pour affronter les systèmes d’AF qu’on rencontre aujourd’hui. Résultat : ces objectifs ont forcément du mal à suivre sur des boîtiers récents. Et c’est bien dommage, parce que c’est cette gamme qui donne la meilleure qualité optique chez Fujifilm. Les objectifs f/1.4 sont ceux qui offrent la plus petite profondeur de champ, ce qui permet de se rapprocher de ce qu’on peut avoir sur un plein format. Pourtant, ce sont aussi ces objectifs qui ont le moins bon AF chez Fujifilm, donc c’est un vrai inconvénient ! 

J’espère simplement que la marque s’apprête à travailler sur une deuxième version de la gamme f/1.4. L’idéal serait de commencer par le XF 35 mm 1.4, un objectif vendu à un excellent rapport qualité/prix. Il mériterait bien un bon système AF en plus ! Pour l’instant, on doit choisir entre un bon autofocus (avec les objectifs f/2), ou une bonne ouverture (la gamme f1.4). Finalement, on est toujours obligés de faire un compromis… Fujifilm a tout de même annoncé la sortie du XF 50mm f1.0, le premier objectif haut de gamme qui va allier piqué, AF, et ouverture. 

3 – Une autonomie trop faible 

Dernier point assez urgent à améliorer : la batterie. Fujifilm est arrivé en bout de course, surtout face à des constructeurs qui proposent maintenant des boîtiers avec une excellente autonomie. 

Ce problème de batterie, on pouvait le tolérer un peu plus il y a quelques années, mais en 2020, c’est beaucoup plus compliqué ! En photo, c’est correct, mais dès que vous passez en mode vidéo, c’est catastrophique. Au bout de 2 h de vidéo, vous n’avez déjà plus de batterie. Et quand vous êtes sur un trépied en pleine composition, et qu’il faut tout changer, croyez-moi, ce n’est pas de tout repos ! Depuis que j’utilise des boîtiers Sony, la différence est encore plus flagrante. Je ne pense même plus à la batterie, et c’est vraiment appréciable. En bref, j’espère que Fujifilm va bientôt travailler sur un nouveau modèle de batterie. 

Les autres petits reproches que je peux faire à Fujifilm 

L’absence de mode automatique sur le X-T3 et le X-T30

Fujifilm ne trouve pas normal de mettre un mode auto sur le X-T3 et le X-Pro 3. Pour moi, c’est quand même embêtant. Je ne compte plus le nombre de personnes qui refusent d’acheter ces deux boîtiers parce qu’ils n’ont pas de mode auto. Sur n’importe quel appareil photo, même du très haut de gamme à plus de 6 000 €, on retrouve un mode auto ! 

J’ai vraiment du mal à comprendre pourquoi ce n’est pas le cas sur le X-Pro 3 ou le X-T3. Un mode auto, ça permet de rassurer le grand public qui veut apprendre la photo, tout en ayant quand même la possibilité de passer en automatique pour être sûr de réussir une photo. Sur le X-T4 qui arrive prochainement, je pense que Fujifilm a tout intérêt à mettre le mode auto. 

Des ISO qui ne sont pas standards  

Chez Fujifilm, les ISO commencent à 160 ou 200 selon les appareils. En comparant les ISO d’un appareil à l’autre, on se rend compte qu’un ISO 160 chez Fuji, c’est l’équivalent d’un ISO 100 chez les autres constructeurs. C’est dommage parce que Fujifilm ne représente pas les ISO réels, donc on a l’impression qu’ils trichent un peu. Selon moi, la marque pourrait largement s’en passer en restant dans les standards et en étant honnête avec la valeur ISO. 

Les ISO, un défaut de Fujifilm

Ce qui permettrait d’améliorer encore plus le confort des hybrides Fujifilm 

Une meilleure gestion du flash 

Le flash est assez mal géré par les appareils Fujifilm. L’exposition en mode semi-auto ou auto ne communique pas très bien avec le TTL. Pour avoir de bons résultats, il faut passer de l’un à l’autre en manuel, donc ce n’est pas l’idéal ! Jusqu’à présent, tous les appareils que j’ai utilisés géraient mieux le flash que mes boîtiers Fujifilm. 

Un tracking plus performant 

J’aimerais vraiment que Fujifilm fasse enfin un système AF plus fiable, avec un tracking qui ne perd pas sa cible. D’autant plus que certains fabricants font maintenant des suivis AF d’une excellente qualité. On a un peu l’impression que Fuji n’a pas encore évolué sur le tracking d’objets. 

Une optimisation des menus 

C’est un détail, mais les menus Fuji ne restent pas en place. Par exemple, si vous rentrez dans un sous-menu, puis vous allez vérifier quel effet a eu votre réglage, votre appareil n’aura pas sauvegardé votre position dans le menu. Il faudra tout reprendre depuis le début pour revenir sur le réglage que vous venez d’effectuer. Même si ce n’est pas un défaut de la plus haute importance, c’est quand même assez fastidieux. 

L’amélioration de l’application Fuji Camera Remote 

À l’avenir, ça serait un vrai plus d’optimiser cette application, qui n’est pas encore assez fiable. Fujifilm l’avait pourtant revue, mais ils avaient surtout modifié l’interface. 

Une distinction entre la configuration photo et vidéo 

Pour faciliter l’utilisation et le passage d’un mode à l’autre, ça serait beaucoup plus simple d’avoir deux configurations distinctes. En faisant un réglage photo, j’aimerais qu’il soit conservé uniquement pour le mode photo, et non pas pour la vidéo. Cela permettrait de passer plus rapidement en mode vidéo, sans avoir à modifier la configuration à chaque fois. 

Voilà, on a fait le tour de tout ce qui me plaît moins chez Fuji ! Finalement, avec n’importe quel constructeur (que ce soit Canon, Nikon, Sony ou les autres), on aurait une liste d’inconvénients aussi longue. 

Et vous, qu’est-ce qui vous déplait chez Fuji ? Êtes-vous d’accord avec les points cités ? N’hésitez pas à enrichir les commentaires avec toutes vos suggestions ! Pour tous ceux qui arrivent tout juste chez Fujifilm, je vous laisse découvrir mes 12 conseils pour mieux maîtriser votre appareil photo.