Je vous donne ci-dessous mon avis en vidéo sur le XF 100 – 400 mm de Fujifilm. Tout est récapitulé dans l’article qui suit, vous pourrez également voir des photos faites avec cet objectif.

La vidéo « Test Fujinon XF 100-400mm f/4.5-5.6 R LM OIS WR »

→ Cliquez ci-dessous pour démarrer la lecture de la vidéo :

 

Caractéristiques du Fujifilm Fujinon XF 100-400 mm f4.5-5.6

Voici la fiche technique et les spécificités de cet objectif :

  • Type de monture : Fujifilm X
  • Dimensions : 94,8 x 210,5 mm (270 mm déployé)
  • Poids : 1,38 Kg
  • Ouverture maximale : f/4.5 à 100 mm – f/5.6 à 400 mm
  • Ouverture minimale : f/22
  • Rapport de reproduction : x 0.19
  • Distance de mise au point minimale : 1,75 m
  • Diamètre du filtre : 77 mm
  • Tropicalisation : oui
  • Stabilisation : oui
  • Pare-soleil : oui, inclus dans la boîte
  • Prix : 1 800 €

Dans quelle catégorie se place l’optique XF 100-400 mm f4.5-5.6 ?

Rappelons rapidement le jargon technique. Cette optique, comme l’indique son nom, est dans la catégorie R LM OIS WR.

  • R : indique le niveau de la bague d’ouverture, ici en l’occurrence f/4.5-5.6 ;
  • LM : indique qu’elle possède un moteur autofocus performant ;
  • OIS : indique la stabilisation, cinq stops d’après les tests effectués ;
  • WR : indique que l’objectif est tropicalisé.

À partir de ces simples données, on comprend déjà que c’est du haut de gamme Fujifilm, parmi ce que la marque propose de meilleur.

Présentation rapide de l’objectif et de ses modalités

L’optique Fujinon XF 100-400 mm est une récente addition à la gamme professionnelle des objectifs Fujifilm. Elle est introduite comme LA nouvelle référence pour faire de la photo animalière. Personnellement, j’en fais également d’autres usages : je l’ai utilisée en salle lors de spectacles (gym, sport), en animalier sur sa fonction d’origine, mais aussi en portrait.

Dans un premier temps, on peut noter que c’est une optique qui permet d’avoir un bokeh absolument magnifique. Les flous en arrière-plan donnent un résultat très doux, cela permet de bien détacher le sujet. Le rendu est génial, je vous présente cela par la suite en quelques photos d’exemples.

Étant donné son ouverture glissante 4.5-5.6, on notera que cette optique nécessite une importante luminosité. Elle monte très haut dans les ISO et nécessite d’ailleurs des vitesses d’obturation longues. On évitera donc son usage dans le noir, au risque d’obtenir des photos catastrophiques.

À prendre en compte également : elle est très grosse ! Quelques comparaisons en photo pour vous aider à visualiser la taille de l’optique.

L’optique XF 100-400 mm f4.5-5.6 comparée à l’optique XF 50 mm f2

L’optique XF 100-400 mm f4.5-5.6 comparée à l’optique XF 50 mm f2

L’optique XF 100-400 mm f4.5-5.6 comparée à l’optique XF 50-140 mm f2.8

L’optique XF 100-400 mm f4.5-5.6 comparée à l’optique XF 50-140 mm f2.8

Fonctionnement et prise en main

C’est une optique qui zoome, dans le sens où le zoom se fait à l’extérieur (augmentation du volume de l’objectif).

Voici les boutons que l’on retrouve :

  • un bouton OIS (stabilisation) ;
  • un bouton pour régler l’ouverture (manuelle avec la bague ou automatique) ;
  • un bouton de gestion d’autofocus.

Ce dernier bouton permet de rendre l’autofocus plus rapide : soit il cherche sur la plage entière, soit il cherche sur une distance minimum de 5 mètres à l’infini.

On remarque aussi la marque rouge “XF” des optiques haute précision de Fujifilm à monture X et objectifs interchangeables. Il y a également un loquet qui permet de bloquer la bague si vous transportez l’objectif.

Les boutons de l’optique XF 100-400 mm

Les boutons de l’optique XF 100-400 mm

La première bague permet de gérer l’ouverture. Je note qu’elle n’est pas graduée, ce qui nous oblige à vérifier le cran d’ouverture sur l’écran. C’est un détail qui a tendance à m’énerver sur un modèle si récent et si cher (environ 1 800 €). Il ne s’agit pourtant que d’ajouter une petite bande indicative pour rendre le maniement plus intuitif. C’est vraiment dommage que ce point ait été négligé…

Première bague sur le XF 100-400 mm : on remarque qu’elle n’est pas graduée

Première bague sur le XF 100-400 mm : on remarque qu’elle n’est pas graduée

Exemple de bague graduée sur l'objectif XF 50-140 mm

Exemple de bague graduée sur l’objectif XF 50-140 mm

La deuxième bague (qui est d’ailleurs assez grosse), permet simplement de faire le zoom.

Une troisième petite bague additionnelle permet de faire la mise au point. Elle est très douce et agréable. Seul soucis : elle n’a pas de butée. C’est encore un détail qui m’agace parce que cela aurait fait une grande différence.

Premier retour d’expérience : mon avis sur le XF 100-400 mm f4.5-5.6

J’utilise cette optique depuis environ deux semaines, montée sur le Fujifilm X-T2. Au total, j’ai fait environ 600 photos avec, dans différentes situations. Voici un premier retour d’expérience.

Un bon autofocus

L’autofocus est de très bonne qualité. À noter qu’avant 5 mètres, il se patine parfois. J’ai été surpris d’avoir des difficultés à le faire correctement sur de petites distances. On comprend vite que cette focale est faite pour de la longue distance, d’où l’utilité du bouton de focus entre 5 mètres et l’infini qui permet de gagner du temps.

Un très bon moteur de stabilisation

D’après mes tests, la stabilisation permet de gagner environ cinq stops. C’est donc un moteur très efficace.

Un encombrement pas si dérangeant

Évidemment, cet objectif pèse assez lourd. Cependant, je n’ai pas trouvé cela si dérangeant. Le pied en haut permet de bien le tenir et d’apaiser légèrement son poids. Par le passé, j’ai utilisé des optiques équivalentes sur du Nikon (pour mon D750 de chez Tamron en G2), et je constate qu’à l’époque cela me semblait beaucoup plus gros et plus lourd, alors que c’était approximativement la même chose.

Un prix acceptable

Cette optique est effectivement chère (1 800 €), mais c’est un prix acceptable sur ce type de produit très performant. Elle se positionne correctement par rapport à la concurrence.

Une optique très satisfaisante

L’optique s’utilise beaucoup en 400 mm, plutôt à bout de champ, sur des sujets éloignés. Or, son résultat est exceptionnel, le piqué est assez fort et la qualité des photos est très élevée. Il ne faut évidemment pas comparer ce résultat à du 50 mm sur des sujets très proches, ce n’est pas son intention.

De plus, rappelons que plus on cherche à voir un sujet lointain, plus l’atmosphère s’appauvrit, l’image est un peu moins contrastée et moins détaillée. Si le sujet est donc très loin, la lentille ne peut pas faire grand chose, vous n’aurez donc forcément pas le même résultat que si vous étiez positionné à un mètre seulement.

Une fois ces conditions acceptées, on réalise que cette optique présente d’excellentes qualités à toute ouverture. Il n’est pas obligatoire de se mettre à un ou deux stops d’ouverture pour obtenir la meilleure qualité de piqué. Dès le début, l’ouverture est très bonne et propose un bokeh prononcé et crémeux. En somme, on profite d’un beau piqué et d’une qualité de bokeh particulièrement intéressante.

Analyse plus détaillée avec exemples en photo

En intérieur

Avec une lumière moyenne, à ISO 1 250, on a de bons résultats : les détails apparaissent bien même en 1:1. Forcément, il y a un peu de grain, mais rappelons que ce type de photo n’est pas l’objectif de cette optique.

Photo de mon fils en intérieur avec le XF 100-400 mm, ISO 1 250, au 100 mm

Photo de mon fils en intérieur avec le XF 100-400 mm, ISO 1 250, au 100 mm

En extérieur

  • Photos de mon fils plus ou moins proche
Photo de mon fils en extérieur avec le XF 100-400 mm, au 280 mm

Photo de mon fils en extérieur avec le XF 100-400 mm, au 280 mm

Au 280 mm, là où aucun autre objectif de chez Fujifilm ne peut aller, on a un arrière-plan de très belle qualité avec un bokeh très crémeux. En équivalent full frame on serait à 400-420 mm à peu près. On remarque bien les petites particules de lumière qui se reflètent sur l’arrière-plan. Quant au sujet à l’avant, il est particulièrement net (les yeux, l’écharpe, les vêtements). C’est donc une très belle image avec une balance parfaite entre l’arrière-plan et le sujet qui ressort bien devant.

Photo de mon fils en extérieur avec le XF 100-400 mm, au 334 mm

Photo de mon fils en extérieur avec le XF 100-400 mm, au 334 mm

Autre exemple, au 334 mm (x 1.5), on se trouve très loin du sujet, à presque 500 mm full frame et on remarque que l’image est sublime. L’arrière-plan ne peut que se deviner (en l’occurrence, c’est la mer), de superbes particules de lumière apparaissent et le sujet au premier plan est magnifiquement piqué (une qualité de détail impeccable).

  • Photo de mouette

Exemple de photographie de mouette au 400 mm, en butée (650 mm en équivalent full frame) et sans post-traitement. Le focus est fait sur l’œil. On voit que la zone de netteté est assez faible, les plumes sont déjà dans une zone moins nette et le poteau 50 cm derrière est flou. Il faut donc faire particulièrement attention à la profondeur de champ. Le piqué est tout de même assez fort sur la zone de focus et la tête de la mouette est particulièrement impeccable.

Photo de mouette en extérieur avec le XF 100-400 mm, au 400 mm

Photo de mouette en extérieur avec le XF 100-400 mm, au 400 mm

  • Photo d’oiseau

Ici au 360 mm, le sujet est très loin, pourtant la qualité de l’image est incroyable. Ouverture en 6.4, donc pas tout à fait à la première ouverture, mais cela permet à l’image de présenter de magnifiques détails. Le focus est fait sur l’œil, on voit bien que le bokeh à l’arrière-plan est magnifique. Il apporte une grande douceur et permet au sujet de se détacher parfaitement du fond.

Photo d’oiseau en extérieur avec le XF 100-400 mm, au 360 mm

Photo d’oiseau en extérieur avec le XF 100-400 mm, au 360 mm

Même photo en 1:1, c’est si net qu’on peut carrément compter les poils au niveau du bec

Même photo en 1:1, c’est si net qu’on peut carrément compter les poils au niveau du bec

  • Photo de cigogne

On est ici au 400 mm avec une image recadrée. Le sujet est vraiment très grand et je suis placé très loin. Le piqué n’est pas incroyable, d’autant plus que ma vitesse était un peu basse (1/125ème alors que je devrais être à 1/600ème au minimum). Le sujet n’est pas d’une exceptionnelle netteté, cependant la photo est très correcte si on prend en compte la distance et la taille de la cigogne.

Photo de cigogne avec le XF 100-400 mm, au 400 mm

Photo de cigogne avec le XF 100-400 mm, au 400 mm

  • Autres exemples : chouette, aigle et perroquet
Photo de chouette avec le XF 100-400 mm, au 290 mm

Photo de chouette avec le XF 100-400 mm, au 290 mm

Photo d’aigle avec le XF 100-400 mm, au 400 mm

Photo d’aigle avec le XF 100-400 mm, au 400 mm

Photo de perroquet avec le XF 100-400 mm, au 100 mm

Photo de perroquet avec le XF 100-400 mm, au 100 mm

La photo du perroquet est très fortement recadrée. On est à ISO 1 600 donc on voit du grain et il y a du bruit ajouté par l’appareil, mais la qualité de l’optique est vraiment belle. On voit nettement le détail des plumes et de la tête du perroquet.

Ajout d’un téléconvertisseur

Votre sujet est encore trop loin, est-ce que cela vaut le coup de coupler l’objectif avec un téléconvertisseur ?

Il semblerait que les résultats soient plutôt moyens avec le téléconvertisseur en 2 x. En effet, si mes calculs sont bons, deux stops ajoutés sur une ouverture glissante de 5.6 au 400 mm, vous ouvrez donc à 11 au minimum. Les ISO risquent d’être ingérables, avec des sujets qui bougent et des flous de bouger. De plus, l’autofocus est apparemment moins bon avec un 2 x.

Cependant, il paraît que les résultats sont très bons avec le téléconvertisseur en 1,4 x. Je vous invite d’ailleurs à regarder cette vidéo dans laquelle je teste et compare ces deux téléconvertisseurs.

Bilan du test Fujinon XF 100-400 mm f4.5-5.6 R LM OIS WR

Ce test est très concluant. Si vous avez le budget et êtes un amateur de photos prises à bonne distance, je vous conseille cet objectif sans aucune hésitation.