Je vous donne mon avis sur le XF100-400 de Fujifilm et je vous montre quelques photos que j’ai faites avec !

Valable pour x-t2, x-t20, x-pro2, x100f, x-t1, x-t10, xt2, xt20, xpro2

 

 

Transcript

Bonjour !

C’est Damien BERNAL. Aujourd’hui, je vous retrouve toujours pour vous parler photo. Aujourd’hui, je vous parle du XF-100-400, c’est cette bête-là. Vous la voyez, c’est vraiment une belle bête donc, le XF-100-400 f/4.5-5.6 R LM OIS WR. C’est une optique qui est sortie il n’y a pas très longtemps. C’est donc une optique qui manquait à la gamme Fujifilm, c’est l’optique de référence pour faire de la photo animalière.

Moi, je l’utilise donc pour un peu tout, pas que pour la photo animalière. Je l’ai utilisé en salle. Je l’ai testé un peu dans des salles de spectacle et des salles de gym et des salles de sport. Je l’ai utilisé en animalier, je l’ai utilisé en portrait, puisque c’est une optique qui permet d’avoir des bokehs et des flous d’arrière-plan qui sont magnifiques, qui sont ultra-doux, vraiment en nouveau, absolument plus rien donc, pour détacher son sujet, c’est quand même génial.

Après, c’est une optique qui de par son ouverture glissante 4.5-5.6 a besoin de beaucoup de lumière. C’est une bonne optique, c’est sûr. Si vous êtes dans le noir, c’est la catastrophe. Vous allez monter tout de suite très haut dans les iso, d’autant plus que c’est une optique qui nécessite des vitesses d’obturation assez longue. Ce n’est pas vraiment un test, puisqu’un test c’est plus laboratoire, etc. Je voulais juste vous en parler sans vraiment faire un test, en vous listant les caractéristiques et puis en faisant des tests et compagnie.

Cette optique, comme on l’a vu dans son nom R LM OIS WR. Donc R, elle a la bague d’ouverture ; LM, elle a un moteur d’autofocus qui est performant ; OIS, elle a la stabilisation de chez Fujifilm, cinq stops d’après les tests ; WR, elle est tropicalisée et c’est aussi un signe qu’elle appartient vraiment à ce que sait faire de mieux Fujifilm. Ce sont donc les optiques les plus haut de gamme que sait faire Fujifilm.

Cette optique, là-voilà, elle est quand même très grosse. Pour vous donner donc une échelle, voici le XF-50/f2 que vient de sortir Fujifilm. Voilà un peu le ratio. Si je vous montre le 50-140/f2.8 qui est déjà un beau bébé, c’est beaucoup plus gros sachant que le diamètre n’est pas le même du tout. C’est donc une optique qui zoome sous-entendu, ce n’est pas à l’intérieur.

Vous allez retrouver quelques boutons, donc vous avez un bouton OIS pour la stabilisation, vous avez un bouton pour l’ouverture selon que vous vouliez choisir avec la bague ou vous mettre en automatique. Et enfin, un bouton pour rendre l’autofocus plus rapide, savoir s’il cherche sur la plage entière ou s’il cherche d’une distance de 5 m minimum à l’infini. Et c’est une optique XF, on voit la marque rouge.

On a un Lock qui permet d’éviter de bouger la bague en situation de transport ou de chose comme cela. On a la première bague ici qui est une bague pour gérer l’ouverture. Comme vous voyez, elle n’est pas graduée. Moi, cela me fait vraiment pester que sur une optique à 1 800 € que Fujifilm sort en 2017 ou fin 2016, on ait une optique comme cela qui ne soit pas graduée. Cela signifie qu’on est obligé de regarder sur l’écran pour savoir à quelle ouverture on est.

Là par exemple, je vous montre le 50-140, on voit que la bague d’ouverture est graduée ici. Franchement, cela ne coûte rien, c’est une toute petite bande sur laquelle ils ont inscrit l’ouverture, et on sait tout de suite quelle ouverture on choisit. C’est intuitif. Avoir une bague sans les indications, c’est vraiment idiot. Franchement, cela me fait vraiment pester sur une optique à 1 800 € haut de gamme qu’un détail comme cela ait été négligé.

Ensuite, on a évidemment la grosse bague ici, qui est là, pour faire le zoom tout simplement. Une bague ici pour faire la mise au point, elle est très douce et très agréable. Mais elle n’a pas de butée. Cela aussi, c’est le genre de chose qui m’agace. J’aime les bagues qui ont des butées, parce que sinon on ne sait jamais où on en est. Donc, vous le voyez un comme cela, un gros bébé.

Cette optique, je l’ai depuis à peu près deux semaines, montée sur mon X-T2, j’ai fait quand même beaucoup de photos avec. J’ai fait à peu près 600 photos avec dans différentes situations. Qu’est-ce que je peux en dire donc ? Déjà l’autofocus est très bon, l’autofocus avant 5 m se patine par moment. J’ai été surpris par moment d’avoir des difficultés à faire l’autofocus, où cela pompe un tout petit peu sur des sujets qui étaient assez proches.

On voit que c’est une focale qui est faite pour quand même aller assez loin et on comprend mieux l’utilité ici du bouton qui dit de faire le focus entre 5 m et l’infini pour gagner du temps, parce qu’effectivement sur la plage un peu avant, au début vers 2 m, c’est un peu difficile des fois de faire le focus.

Au niveau du poids, évidemment, cela pèse assez lourd, mais je n’ai pas trouvé. On a ici le pied qui permet vraiment de soutenir. Cela apaise son poids, mais ce n’est pas non plus dingue. Moi, j’avais eu des optiques équivalentes à celle-là sur du Nikon, j’en avais une pour mon D750 de chez Tamron en G2, et effectivement, cela me semblait beaucoup plus gros que cela et beaucoup plus lourd que cela, alors que pour autant, cela faisait à peu près la même chose.

C’est plutôt un bon compromis, il est vendu 1 800 €, c’est assez cher, mais il faut mettre cela en rapport avec les concurrents. Ce sont des prix, pour ce niveau de performance-là, qui sont grosso modo acceptables. La stabilisation permet de gagner environ 5 stops d’après mes tests. C’est donc un très bon moteur de stabilisation.

En termes d’optique pure et dure, on va aller regarder des photos sur l’ordinateur. Mais moi, j’en étais vraiment très satisfait, c’est une optique qui pique assez fort. Moi, j’ai été surpris, des fois, j’ai des photos vraiment au 400 mm. C’est une optique qui est souvent utilisée à bout de champs. On utilise beaucoup en 400, puisque c’est fait vraiment pour des sujets qui sont éloignés. Et je trouve la qualité des photos très bonnes. Alors évidemment, il ne faut pas comparer cela au 50 mm sur des sujets qui sont très proches.

Il ne faut pas oublier qu’en plus de la difficulté à aller voir si loin, donc avoir beaucoup de lentilles et compagnie, on a l’atmosphère qui appauvrit, qui rend l’image un peu moins contrastée et un peu moins forte. On voit moins de détails et compagnie, plus le sujet est loin. Donc cela, la lentille n’y peut rien. Le sujet est par défaut très loin. Il est donc difficile d’avoir un sujet aussi détaillé que ce que vous auriez si vous étiez à 1 m du sujet.

Mais une fois cela dit, on se rend compte que cette optique a d’excellentes qualités, une optique à toute ouverture. On n’a pas du tout besoin de se mettre à 1 ou 2 stops d’ouverture pour avoir le meilleur piquet. Dès le début, je trouve que l’ouverture est très bonne et on profite tout de suite d’un bokeh très prononcé, très crémeux. Je trouve vraiment la qualité du bokeh très intéressante sur cette optique-là.

Je vous montre quelques-unes des photos que j’ai faites avec ce bijou. Allez quelques photos exemples pour vous illustrer ce XF-100/400. C’est une photo faite en intérieur avec des lumières vraiment moyennes. En gros, on est déjà à ISO1250. Pour autant, on a une belle photo, je trouve. Si on l’a mis en 1-1, on a gardé quand même des détails, etc. Évidemment, il y a un peu de grains, etc., mais on est à ISO1200, ce n’est pas l’objectif cela. Mais l’image reste quand même grosso modo assez belle, je trouve.

ISO1600, donc je suis au 100 mm ; et à l’autre, j’étais au 100 mm aussi. Cette fois-ci donc au 280 mm, là où aucun autre objectif de chez Fujifilm ne pourrait aller. En équivalent Full frame, on est 400, 420 je pense à peu près, 420 mm. On voit qu’on a un bokeh derrière, un arrière-plan qui est vraiment joli. C’est crémeux. On voit les parcelles des petites particules de lumière là qui se reflètent. Et mon fils Nathan est absolument net. Il n’y a pas vraiment grand-chose à reprocher. On voit des jeux, ils sont nets, l’écharpe est nette, tout le pantalon, le blouson, son visage, vraiment une belle image avec un arrière-plan qui fait bien ressortir le sujet qui est devant.

Pareil sur cette image-là, l’arrière-plan et on ne sait pas du tout ce que c’est. En l’occurrence, c’est la mer. C’est grâce à cela qu’on a ces petites particules de lumières qu’on voit un peu partout, et le sable. Et lui au 334 mm, c’est fois 1,5. Donc, on est très loin, on est presque à 500 mm Full frame, on voit que l’image est… Je ne sais pas ce que vous en pensez. Moi, je trouve que cela pique très fort.

Un exemple avec une mouette, on voit que la tête est bien définie, c’est impeccable. Je pense que je n’ai pas fait de post-traitement sur celle-là. Cela aurait mieux mérité de baisser les hautes lumières. On voit aussi que la zone de netteté est assez faible puisque, regardez le poteau qui est juste derrière, il est à 50 cm derrière, et il est déjà très flou. Mais j’avais fait le focus sur l’œil et on voit que les plumes qui sont ici sont déjà dans une zone de netteté qui est beaucoup moins prononcée que là où je fais le focus. Il faut faire donc attention à la profondeur de champ, d’autant que là je n’étais pas si loin que de la mouette. Je suis à 400 mm, donc je suis en butée, 650 en équivalent Full frame, et cela pique assez fort.

Autre photo, 360 mm, là aussi, ce sont des sujets qui sont très loin. Et regardez la qualité de l’image là ! J’ai ouvert un tout petit peu. Je suis à 6-4 en ouverture. Donc, je ne suis pas tout à fait à la première ouverture, mais cela permet à l’image d’avoir, écoutez, regardez, je vous la mets en 1-1 et je vous laisse regarder les détails. Évidemment, le focus est fait sur l’œil. Regardez la qualité de la bête, la qualité des poils, on peut compter ces poils-là au niveau des yeux. Les plumes, etc. Et le bokeh derrière, encore une fois, qui est magnifique. On voit vraiment que cela permet de détacher notre sujet. C’est très joli cela, cela rajoute une douceur.

Une cigogne qui, elle aussi, 400 mm, c’est donc une image qui est recadrée. C’était le sujet qui est vraiment très grand. Si je vous le montre en 1-1, on voit que le piquet n’est pas flou, d’autant plus que ma vitesse était un peu basse 1/125ème alors que je suis au 400 mm. Donc, je devrais être à 1/600ème au minimum. Cela fait un peu limite. On voit que le sujet n’est pas d’une netteté éblouissante. Pour autant, on a quand même une jolie photo sur un sujet qui était vraiment très grand.

Une autre photo, toujours sur l’animalier avec une chouette, un aigle et un perroquet, donc c’est très fortement recadré. On est à 1 600, donc on voit du grain. Mais je l’ai pris parce que je l’ai laissé là dans les extraits, parce qu’on voit quand même la qualité des images. Regardez toutes les plumes de la tête du perroquet, c’est vraiment très bien pris. Ce n’est pas si flou que cela. Il y a le bruit qui est évidemment ajouté par l’appareil à ISO1600, mais la qualité de l’optique est super bonne.

Voilà, j’espère que mes photos vous ont plu. C’étaient des photos personnelles, donc c’est moi qui ai fait ces photos-là avec ce petit bijou. C’est évidemment un objectif que je vous conseille au plus haut point. Si vous avez 1 800 € à mettre que vous êtes amateurs de photos comme cela, où on a besoin de voir loin, avec une focale ici qui va jusqu’à 600 mm.

Évidemment, vous pouvez coupler en plus un télé-convertisseur ici. Donc 1,4, si vous rajoutez 1 stop, ou deux fois si vous rajoutez 2 stops. Donc, les tests disent que le télé-convertisseur 2x avec cette optique-là ne fait pas très bon ménage. Deux stops ajoutés sur une ouverture glissante qui va être à 5-6 si vous êtes au 400 mm, a priori, si vous ajoutez un télé-convertisseur 2x, c’est pour voir loin donc, vous allez aller à fond, 5-6. Autant dire que vous ouvrez, si mes calculs sont bons, à 11 au minimum. Donc à 11, vous allez être tout de suite à des ISO pas possibles, d’autant plus qu’en général, sur des 400 comme cela, vous allez avoir des sujets qui bougent un peu et compagnie. Avec les flous de bouger. Vous allez devoir avoir des vitesses qui sont suffisamment importantes. Donc, cela ne vaut pas le coup. En plus, apparemment l’autofocus, c’est un peu moins bon avec le télé-convertisseur en 2x.

Par contre, il paraît que les résultats sont très bons avec le télé-convertisseur en 1x, en 1,4x, télé-convertisseur que j’ai que je vais tester. Je comparerai la qualité des images un peu sans et avec télé-convertisseur. Je vais me le mettre et je vais faire quelques photos, et on en reparlera dans nos prochaines vidéos.

Voilà, cette vidéo est terminée. Si vous l’avez aimée, lâchez-moi un pouce levé pour me motiver. Abonnez-vous à la chaîne si vous venez de débarquer. Moi, je vous fais des vidéos sur la photo et sur le monde de Fujifilm de temps en temps. En ce moment, c’est souvent. Je vous dis à demain dans une prochaine vidéo.

Salut !