Test complet du Fujifilm X-H1 : c’est parti ! Il complète les Fujifilm X-T2 et X-Pro2 dans le haut de gamme ! Pour le tester,  on fait un tour complet du Fuji X-H1 et je vous donne mon opinion sur ce modèle qui vient un peu cassé les codes établis par la gamme en place. Je vous illustre toutes les fonctions avec des images du Fujifilm X-H1 !

– Est-il bon en vidéo ?
– Que vaut ce capteur stabilisé IBIS du X-H1 ?
– Quelle qualité d’image avec IBIS ?
– On discute de sa taille et de son poids
– Quelle est l’utilité de l’écran sur le dessus ?
– Est-ce que la batterie tient le coup ?
– Est-ce que la mise au point Autofocus est plus rapide ?
– Et la montée en ISO ?
– Comment comparer le Fujifilm X-H1 et le Fujifilm X-T2 ?

Vidéos complémentaires :

Test de la stabilisation du Fujifilm X-H1 
Comparatif X-H1 vs X-T2 vs Sony

On fait un point global sur tout !

 

 

Test Fujifilm X-H1 : Mon avis

Bonjour à tous !

Je suis Damien Bernal pour ceux qui ne me connaissent pas. J’anime les-guides-fujifilm.com avec des vidéos dédiées à la communauté FUJIFILM chaque semaine. Je vous retrouve aujourd’hui pour le test du FUJIFILM X-H1. Le X-H1 est un tout nouveau modèle qui vient inaugurer une toute nouvelle gamme d’hybrides chez FUJIFILM qui est probablement plus à vocation professionnelle.

Un nouvel appareil et pas un X-T3 !

Il n’a pas du tout vocation à remplacer les X-T2 et futur X-T3. Ce n’est pas du tout le X-T3 le X-H1. C’est la première des choses qu’il faut comprendre. Il vient donc compléter la gamme et la famille des appareils photo FUJIFILM. C’est un appareil photo, je viens de le dire, qui se destine à une population assez large. Je pense qu’il va du photographe professionnel à l’amateur averti.

Une des erreurs à ne pas faire, c’est de penser que les hybrides ne vont se destiner qu’à des amateurs et qu’au grand public qu’il faut à tout prix que cela soit compact, etc.Je pense que les hybrides aussi c’est aussi la capacité comme ce 100-400 ici de prendre des photos avec un équivalent 600 mm. Donc, d’avoir des appareils photo qui sont capables de résister à n’importe quelles conditions climatiques, qui sont capables d’avoir des performances dignes aussi de ce que les professionnels sont en droit d’attendre.

En termes de caractéristiques, c’est vraiment du très sérieux ce X-H1. C’est un capteur stabilisé APS-C X-Trans III de 24 millions de pixels. C’est un viseur qui est ultra-défini. FUJI a abandonné le viseur du X-T2 qui était avec 2 millions de pixels. Donc, on passe à un nouveau viseur avec 3 millions de pixels. On a un écran tactile. On a un joystick. On a un écran de rappel ici. Sur le dessus, une large poignée pour une prise en main style réflexe. On a des rafales à 8 images sans le grip, 11 images avec le grip et 14 images si vous prenez l’obturateur électronique. On dispose du WiFi et on dispose du Bluetooth. Donc, on a vraiment quelque chose d’extrêmement complet dans ce X-H1.

L’appareil photo, il est construit avec du magnésium, 25 % plus épais qu’un X-T2. Il dispose de la meilleure tropicalisation à ce jour. FUJIFILM le dit capable de résister à toutes les conditions climatiques sans exception jusqu’à -10° officiellement. Bien qu’ils disent l’avoir testé à bien moins. Clairement, on voit qu’ici, je l’ai redit en introduction, mais FUJIFILM se destine à un marché de gens extrêmement exigeant qui vont faire subir des conditions extrêmement difficiles à leur appareil photo et on voit que vraiment l’accent a été mis sur ce genre de choses.

Le X-H1 va hériter des qualités photo qui sont, je pense, plus à démontrer du X-T2. Donc, il est capable de produire d’excellentes photos de 24 millions de pixels qui sont extrêmement détaillées. Il conserve une montée en iso toujours aussi impressionnante. Personnellement, je n’hésite pas du tout à faire des images jusqu’à 12800 iso, vraiment sans y penser. Les images d’iso 200 à iso 3200, elles sont quasiment exemptes de bruit. Donc, cela commence à être présent à partir de 6400, mais personnellement cela reste vraiment tolérable jusqu’à 12800.

L’appareil peut encore monter beaucoup plus haut puisqu’il atteint 51200, mais cela semble vraiment moins utilisable à mon sens. Parce qu’on a vraiment une désaturation importante des couleurs et on commence vraiment à avoir beaucoup de bruit de chrominance.

Qualité des images

La qualité d’image, elle a toujours été un point fort des FUJIFILM. Alors, est-ce que le fait que FUJI vient mettre un stabilisateur sur son capteur vient diminuer la qualité des images ? Sincèrement, j’ai vraiment testé beaucoup de choses et je ne vois aucune différence entre la qualité des images par exemple prises avec un X-T2 ou avec un X-T20 et la qualité des images produit avec les X-H1. Vraiment, aucune différence. Pour moi, la qualité de l’image, elle est vraiment strictement identique.

FUJI a tardé quand même à sortir un capteur stabilisé. FUJI avait dit : on ne sort pas de capteur stabilisé parce que cela réduit la qualité de l’image. Donc, je pense que si ce capteur stabilisé a mis autant de temps à venir, c’est aussi parce que FUJI a travaillé beaucoup sur ce sujet-là. En plus d’excellente qualité photo, il va y compléter la qualité des vidéos qu’ils placent maintenant comme une alternative crédible pour un cinéaste.

Un mode Vidéo complet

On va y retrouver de la 4k 30 FPS avec une mitraillette jusqu’à 200 MBPS. Pour un format cinéma 17/9, le 1080 p 120 FPS pour pouvoir faire des ralentis. En fait, toute la partie vidéo, elle est maintenant complètement séparée de la partie photo et vous avez des possibilités de configuration qui sont ultra-précises. Par exemple, vous avez la possibilité pendant que vous filmez de changer tous les paramètres avec l’écran tactile pour ne pas avoir besoin d’utiliser les molettes qui pourraient faire du bruit.

Un des problèmes des molettes aussi, c’est que par exemple pour aller d’un point A à un point B, vous êtes obligé de passer par des valeurs intermédiaires. Ici en passant uniquement et en pouvant tout piloter avec l’écran tactile, clairement pour les vidéastes, cela vient donner beaucoup plus de douceur. Pour la douceur, vous pouvez aussi contrôler l’autofocus parce que le X-H1 vous permet de contrôler finement l’autofocus de façon à déterminer si vous voulez que la transition entre les plans soit douce ou pas. Et vous avez même la détection des visages lorsque vous filmez.

Donc évidemment, les vidéos, elles sont compatibles avec les simulations de films, dont la nouvelle Eterna qui est 100 %, dédiée à la vidéo. Vous avez le format Flog, y compris en interne avec lequel vous pouvez utiliser des luttes. Donc, c’est compatible. Enregistreur externe, évidemment. Et à mon sens, le seul manque finalement, cela serait une prise casque qui n’est que sur le grip du X-H1. Donc, ce n’est pas un défaut rédhibitoire puisque vous l’avez sur le grip, mais cela n’y est pas non plus de base sur le boîtier.

FUJI propose un nouveau mode de reconnaissance du scintillement qui marche vraiment pas mal. C’est CANON qui faisait très bien cela. Et cela y est, les FUJI l’ont aussi. Donc là aussi, cela va venir vraiment vous aider en vidéo. En tout cas, j’ai l’impression que FUJI avec cet appareil photo a travaillé les détails. Toujours pas d’écran sur rotule qui permettrait de retourner complètement l’écran pour voir ce qu’on filme. Mais vous avez un système de configuration des lumières pour que l’appareil photo vienne vous signaler simplement tout problème.

Je peux vous dire que ce petit détail-là, il fait une grande différence et il m’aurait fait vraiment gagner des heures et des heures sur mon X-T2. Ce n’est rien en fait, mais c’est une espèce de système de morse qui va vous envoyer des signaux à travers la diode ici pour vous expliquer qu’il y a un problème si vous êtes en train de filmer par exemple. C’est vrai que cela fait gagner du temps.

Le X-H1, il utilise toujours un crop de 1/17. Cela n’a pas changé. Par contre maintenant, vous avez la possibilité de filmer en DR 400. Ce qui va vous garantir une dynamique de 12 stops en plus de la possibilité de color grading. Donc, vraiment beaucoup de possibilités et ce n’est pas fini. Donc, cela filme en 8 bits 4.2.0 en termes de compression et de 8 bits 4.2.2 si vous utilisez le port HDMI.

En terme de durée d’enregistrement, le H1, il peut filmer de la 4k 50 % plus longtemps que le X-T2, soit 15 minutes et 30 minutes avec le grip. L’appareil photo est aussi compatible avec les times code. Donc vraiment, c’est quand même un appareil photo qui en termes de fonctionnalités vidéo est extrêmement complet. Finalement, il manque la 4k à 60 FPS qui malheureusement pour l’instant n’est pas dans cet appareil photo. Il manquerait par exemple quelque chose comme les alertes hautes lumières, donc les zébras qui permettraient de faire clignoter les zones qui serait surexposé. Mais j’imagine que cela va venir avec les prochaines mises à jour que FUJI va nous appliquer puisqu’il ne faut pas oublier la politique de mise à jour extrêmement agressive qu’a FUJI.

Ce n’est pas du tout comme chez SONY. On sort un appareil et on l’oublie. Chez FUJI, on a des mises à jour pendant un an et demi, deux ans et pas des mises à jour mineures. En tout cas, c’est un appareil photo qui va placer FUJIFILM dans la course des appareils photo et vidéos. Tout marche extrêmement bien. On sent que FUJI a appliqué tout ce qu’ils maîtrisaient parfaitement pour la photo et pour la vidéo.

Il serait bon que FUJI arrive à intégrer, je viens de le dire l’alerte haute lumière. C’est mon seul petit bémol et du 4k 60 FPS pourquoi pas. On n’a qu’à attendre, cela va peut-être arriver. L’autre grande nouveauté du H1, c’est le capteur stabilisé cinq axes. FUJI avait dit que c’était impossible, bien pourtant quelques années plus tard visiblement^, c’est fait. Et les performances sincèrement sont excellentes. Je l’ai comparé avec le PANASONIC GX80, je l’ai comparé avec un SONY A7RIII et je peux vous dire que le FUJI a placé la barre plutôt haute.

Capteur stabilisé comme Panasonic & Sony

La stabilisation, elle m’a semblé bien meilleure que celle employée par SONY et presque au même niveau que celle de PANASONIC. On en bénéficie grandement aussi bien en photo qu’en vidéo. Alors quel gain pouvez-vous en attendre ? Mes tests, ils m’ont montré qu’avec des objectifs déjà stabilisés, le gain est assez faible de l’ordre d’un stop maximum. Et avec des objectifs qui sont non stabilisés, vous pouvez par contre atteindre un gain de 3 stops, 3,5 stops.

J’ai ainsi pu réussir de nombreuses photos à 0,5 seconde, une demi-seconde à 55 mm. C’est-à-dire un équivalent 85 mm. Ce n’est pas rien. Ce n’est vraiment pas rien. Toutes les petites focales fixes de chez FUJI, elles peuvent maintenant être stabilisées grâce au H1 et cela va marcher évidemment aussi avec toutes les optiques des autres marques et les optiques anciennes. Donc, ce n’est vraiment pas rien parce que FUJI à une gamme d’optiques fixe, toute petite à la qualité du piqué excellente qui n’est pas ??? de toute la gamme notamment des f2, elle n’est pas très chère. Elles ont toutes un autofocus exceptionnel, mais elles n’ont jamais la stabilisation.

Si vous venez les mettre sur ce X-H1, vous allez avoir un ensemble qui n’est pas si gros que cela. Parce que l’optique est très compacte et vous allez malgré tout bénéficier de la stabilisation. La stabilisation, elle ne va pas du tout, mais alors pas du tout vous aider si vous faites des photos d’action ou si vous faites des photos de sport. La stabilisation, elle est là vraiment pour venir compenser vos propres tremblements à vous. Donc, c’est valable surtout si vous utilisez cela sur un sujet, si vous prenez des photos sur un sujet qui est fixe ou qui bougent très peu. Mais sincèrement, même en photo, c’est un atout incroyable.

En fait, cela vous donne la possibilité de shooter par exemple à un quart de seconde dans des endroits qui sont très sombres et sortir des photos qui vont être plutôt vers les iso 1200. Alors que vous auriez fait la photo à iso 12800 à la base. Vous allez voir la différence que cela fait quand même. Même si on dit que la montée en iso est excellente, prendre une photo dans les iso 1000 ou une photo à iso 12800, ce n’est pas du tout la même chose.

Cela vous ouvre aussi la voie à des photos créatives, type mini pause longue à main levée. Et franchement, c’est un vrai atout. Il faut savoir que la stabilisation n’est pas exactement la même en fonction des objectifs. Donc, il y a une combinaison qui se crée entre l’objectif et le boîtier qui varie un peu d’objectif en objectif. Si vous prenez par exemple XF-35 1.4, c’est celui qui est le plus au top. C’est celui avec lequel les résultats sont les meilleurs. Par contre, vous avez d’autres objectifs comme le XF10-24, le XF18-55 et le XF55-200 qui n’en profitent quasiment pas.

Je vous affiche un tableau de compatibilité fourni par FUJI. Mettez en pause la vidéo si vous souhaitez l’étudier. Alors si vous connaissez l’ergonomie FUJI, vous n’allez vraiment pas être dépaysé. Cet appareil photo, il reprend les menus, il reprend l’organisation bien connue. Malgré tout, on note pas mal de petits changements qui font que c’est un appareil photo qui est vraiment à part dans la gamme. Clairement, vous allez voir, le déclencheur par exemple, il a été complètement redessiné. Donc, il est plus large, il est beaucoup plus sensible. On sent moins la position à mi-course, mais avec un peu d’entraînement, on s’y fait assez bien.

Un nouveau bouton déclencheur

Sincèrement après 10 jours d’utilisation du X-H1, je pense que je préférais le modèle du X-T2. Mais apparemment FUJI n’a pas repris celui-ci parce que les autres appareils photo, cela leur paraissait trop brutal et cela obligeait plus ou moins à faire trembler l’appareil en appuyant dessus. Et c’est vrai que sur le T2, on sent bien la position à mi-course et on est obligé de faire un mouvement un peu franc. Donc clairement de faire subir un petit choc à l’appareil photo pour déclencher la photo.

En fait ici, il souhaitait quelque chose qui était beaucoup plus doux et complètement silencieux. C’est le sens du détail. Je pense que c’est vraiment ce qui a guidé cet appareil. Et on va en parler du silence parce que cet appareil photo sincèrement est purement étonnant. Pour obtenir les meilleures performances, FUJI a fait un ensemble de choix qui prit un par un finalement qui peut paraître anecdotique. Mais une fois qu’on les combine, on se rend compte que sa forme quand même un ensemble qui est extrêmement efficace pour venir réduire les vibrations et optimiser la stabilisation.

Le premier, c’est évidemment le choix de ce capteur stabilisé dont on vient de parler. Le second est un nouveau déclencheur beaucoup plus doux. Le troisième, c’est un viseur légèrement décalé de l’écran qui permet à votre nez de beaucoup moins frotter sur l’écran. Donc clairement, comme vous n’écrasez plus votre nez sur l’écran, vous transmettez moins de tremblements au boîtier. Donc, cela lui permet de beaucoup moins de bouger. Pour vous sincèrement, même pour moi, c’est beaucoup plus agréable d’avoir ce viseur ici qui est un tout petit peu décalé, on le voit bien, de l’écran et qui vous permet vraiment d’avoir une meilleure visée je trouve.

La quatrième sincèrement, c’est vraiment la cerise sur le gâteau et c’est ma préférée. En fait FUJI a redessiné complètement son obturateur mécanique. Et celui-ci, il est maintenant sur ressorts pour qu’il produise un minimum de choc et donc de vibrations. Et cela a un deuxième effet kiss cool. C’est que le bruit produit lorsqu’on prend une photo franchement est purement étonnant. Je n’ai jamais vu un appareil photo aussi discret.

Je vais vous montrer parce que quand même, je ne sais pas si vous allez bien l’entendre, mais je prends des photos avec mon X-T20. Donc cela, c’est le bruit classique qu’on connaît. Maintenant, on prend des photos avec l’obturateur mécanique, le même. Je ne sais pas si vous entendez la différence. J’espère que cela passe bien au niveau du micro parce que sincèrement, il y a une différence qui est gigantesque.

Au final cet appareil photo, on a l’impression que c’est le même que les autres, mais il a un nouveau déclencheur, un nouveau viseur, un nouveau capteur stabilisé et un nouvel obturateur. Vous avez un ensemble finalement qui est vraiment efficace au niveau des vibrations et même au niveau du confort. Toujours pour réduire les vibrations, on a maintenant un obturateur mécanique à déclenchement électronique. Alors, c’est un terme un peu complexe qui cache simplement le fait d’être capable de prendre une photo en n’utilisant qu’un seul rideau au lieu de deux classiquement. Donc, vous allez réduire les vibrations.

Vous savez pour prendre une photo, vous avez besoin qu’il y ait un premier rideau qui vient se lever, un deuxième rideau qui vient se couper. C’est comme cela que l’obturateur mécanique fonctionne. Vous avez deux rideaux. Le problème, c’est qu’un des effets kiss cool du rideau, c’est qu’en bougeant, il va transmettre des chocs, il va transmettre des vibrations. Donc, il va dégrader un tout petit peu la qualité d’image.

Ici, FUJI a implémenté un algorithme qui est déjà présent chez d’autres constructeurs, qui permet simplement de commencer l’exposition du capteur électroniquement. C’est-à-dire que l’exposition, elle ne commence pas quand le rideau se lève, elle attend que le rideau ait terminé de transmettre son choc, ensuite, elle commence vraiment à exposer le capteur. Donc cela, c’est une fonction qui est vraiment intéressante.

En tout cas, je pense que l’essence d’un hybride, c’est aussi la capacité d’être discret, notamment sur le volume sonore qu’il produit lors des prises de vue. Et clairement, cet appareil photo, il est monstrueux à ce niveau-là. Moi aujourd’hui, si je n’utilise pas par exemple un D 850, je l’ai eu le D 850, j’ai fait un mariage avec, franchement à l’église, j’ai été vraiment très gêné par le bruit qu’il pouvait produire. Clairement pour moi, c’était une mitraillette. J’en ai déjà parlé dans des vidéos. Pour moi, si j’utilise un hybride, j’ai envie qu’il soit discret. Et c’est vrai que l’obturateur électronique a aussi quelques défauts et avoir un obturateur mécanique qui est aussi discret que cela, c’est fabuleux.

Ergonomie

On va poursuivre un peu sur l’ergonomie. Les boutons, ils sont un peu différents finalement. Ils sont plus proches de ce qu’on connaissait sur le X-T1, je pense, que ce qu’on a maintenant sur le X-T2. Donc, ils sont maintenant beaucoup plus gros. Ils sont aussi beaucoup plus ronds. La position du joystick, elle a été relevée grâce à la suppression du bouton Q qui est maintenant placé complètement sur la droite.

Cette réorganisation au niveau des boutons a permet une meilleure prise en main, je pense. Vous avez plus de place pour votre pouce sans vraiment ne jamais appuyer mal intentionnellement sur les boutons. Le joystick aussi, il est un bouton idéal. C’est la position qu’il a aussi sur le X-Pro2. Et enfin, on a le bouton AF. Elle qui a complètement disparu qui a été remplacé par un bouton AF-ON.

L’autre changement, c’est la disparition de la molette de correction d’exposition qui a laissé sa place ici à un écran sur le dessus de l’appareil. Alors somme toute, c’est un choix que je trouve un peu étrange. Je pense que l’ADN FUJI, ce sont les molettes. C’est une espèce de marque de fabrique. Voir un écran remplacer une molette, moi personnellement, cela me fait un peu mal au cœur.

Malgré tout, je pense que cela a aussi des avantages, notamment le fait que l’écran soit rétro éclairé. Il est entièrement configurable cet écran, vous pouvez afficher huit informations dessus que vous pouvez choisir. J’ai quand même du mal à comprendre exactement à quoi il sert. Parce que peut-être que je suis habitué à l’ergonomie FUJI depuis trop longtemps. FUJI a eu la bonne idée de faire un écran qui ne s’éteint jamais, un peu comme une mollette. Vous pouvez toujours regarder votre triangle d’exposition avant même d’avoir allumé votre écran. Donc cela, cela reste une fonction qui est plutôt pratique.

L’écran rappelle à tout moment quelle est la valeur de correction d’exposition que vous soyez éteinte ou que vous soyez allumé. Plutôt bien pensé. Malgré tout, je ne sais pas exactement à quoi il sert. Je pense qu’il y a beaucoup aujourd’hui de gens qui ont des réflexes, qui n’ont pas switché sur des hybrides et que FUJI leur fait une proposition. Si l’écran que vous avez sur l’épaule de votre CANON ou de votre NIKON vous manque, maintenant vous avez un FUJIFILM qui a aussi cet écran-là.

J’ai vu quelques commentaires ici et là sur des blogs de gens qui disaient que cela leur manque cet écran et qu’ils sont habitués à cette ergonomie-là, qu’ils ne veulent pas les mollettes. Donc, ils veulent un écran. Donc voilà, je pense que FUJI leur fait cette proposition-là.

Joystick et Ecran tactile !

Le X-H1 donc je l’ai dit, ils disposent à la fois d’un joystick et d’un écran tactile. C’est vraiment idéal finalement dans toutes les situations. C’est-à-dire que le joystick, il est vraiment plus pratique lorsque vous allez utiliser le viseur. Tandis que je pense que l’écran tactile est idéal surtout quand vous utilisez l’écran pour faire des photos et encore mieux quand vous faites de la vidéo.

On aurait aimé que FUJI rende ces menus tactiles, mais ce n’est pas du tout encore le cas. L’appareil photo est extrêmement configurable avec 13 fonctions que vous pouvez attribuer aussi bien à des boutons qu’à des actions. Quand je dis action en fait, j’entends qu’il reprend les fonctions tactiles du X-E3. Donc vous pouvez attribuer quatre fonctions à des gestes tactiles : glisser vers le haut, glisser vers le bas, glisser vers la gauche, glisser vers la droite. Bref, vous avez quatre fonctions sur l’écran tactile qui déclenche une fonction que vous aurez décidée.

C’est sur l’une d’elles d’ailleurs que vient se nicher le nouveau niveau électronique qui inaugure cet appareil photo. Il est maintenant extrêmement précis et il concerne tous les axes contrairement aux anciens niveaux. On va maintenant parler de la taille du X-H1. Clairement, il vient se positionner plus haut de gamme que le X-T2 avec toutes les nouveautés qu’on vient d’évoquer. Clairement, il est plus gros et plus lourd. La principale différence, c’est cette poignée extrêmement prononcée qu’il est impossible de louper. C’est une poignée style réflexe qui permet une meilleure prise en main avec n’importe quel objectif, y compris les plus lourds.

C’est à mon sens un vrai atout. Aujourd’hui, si vous venez du monde des reflex et que par exemple vous utilisez un X-T2 avec un grip parce que vous pensez que c’est une meilleure solution, je vois beaucoup de photographes aujourd’hui qui utilisent un X-T2 avec un grip supplémentaire. Mais là, je pense que vous pouvez vous passer complètement aussi bien d’un grip ici de poignet que d’un grip batterie et utiliser le X-H1 tout seul. Il est capable de subvenir, je pense, bien aux plus gros des objectifs grâce à sa poignée. Vous avez donc une meilleure prise en main. Et ici, le fait de vous débarrasser d’un autre grip, vous venez gagner en compacité en optant pour le X-H1.

Parlons de son poids / taille

Malgré tout, il faut avouer que la compacité et le poids, cela va le rapprocher plus d’un mini reflex, j’ai envie de dire que d’un hybride. Il constituera un avantage pour certains qui préfèrent bien sentir l’appareil photo et qui trouvaient les hybrides jusqu’à maintenant trop petit pour venir supporter tous ces gros objectifs. J’entends ici et là dire qu’il est beaucoup trop gros, mais en fait il faut s’intéresser à qu’est-ce que la concurrence fait de mieux. Sincèrement, le genre de technologie qui est incorporé dans cet appareil photo, cela prend de la place, je pense. D’autant plus qu’il y a un vrai travail pour éviter tout problème de dissipation thermique que connaissent régulièrement les SONY.

Si vous prenez aujourd’hui un GH5, un PANASONIC ou un PANASONIC G9, ils sont plus gros et plus lourds qu’un H1. Oui, un capteur micro 4/3 d’un GH5, c’est plus gros qu’un H1. On a les SONY A7 qui eux sont un peu plus compacts tant qu’on ne leur met pas leur gros objectif, mais ils font le même poids. Et si on met l’objectif, ils font un poids beaucoup plus lourd. En plus, je pense que les capteurs plein format stabilisé sont moins bons que les capteurs APS-C.

Alors, ne roulez pas tout de suite dessus. Je sais que chacun à ses propres avantages qui sont complètement autres. Tout cela, c’est pour noter que l’appareil photo FUJI reste quand même cohérent dans le genre de fonction haut de gamme qu’il propose. On voit que PANASONIC et SONY ont tout des appareils photo qui font ce poids-là. Donc en termes de poids clairement, vous n’allez pas trouver mieux ailleurs.

Batterie / Autonomie

J’aurais vraiment aimé une nouvelle batterie par contre. Je jalouse furieusement l’autonomie dont disposent maintenant les hybrides SONY qui sont capables du double de celle de FUJI. J’espère que FUJI travaille activement sur ce sujet-là. La batterie, elle est globalement identique à celle du X-T2. Sincèrement après des tests, je n’ai pas noté personnellement une différence majeure en termes de consommation de batterie. Je pense que c’est sensiblement grosso modo la même chose entre le H1 et le T2. On a l’impression que le H1 consomme un peu plus, mais on est de l’ordre, je pense, de 7,8%.Sincèrement, cela ne se voit pas trop quand on a l’appareil photo en main.

En tout cas les batteries, cela n’a jamais constitué un problème pour moi. Lorsque j’ai eu mes hybrides, j’ai toujours une ou deux, voire trois batteries dans le sac. C’est très rare qu’une batterie ne tienne pas la journée. Il faut vraiment qu’il y a un énorme événement pour que j’aie besoin de deux batteries dans une journée. À noter que le H1, il n’aime pas les batteries de la génération précédente, contrairement à ses petits frères. Donc ici, toutes les batteries qui ne sont pas de la génération S sont détectées et il va le signaler très clairement par un message et une icône qui vous dit qu’il lui faut des batteries nouvelle génération.

Autofocus amélioré

Officiellement en tout cas, FUJI annonce une autonomie de 310 photos. Donc, c’est une baisse à peu près de 8 % par rapport au T2. On a aussi la mise au point qui a subi des améliorations. En fait, elle est devenue plus véloce dans les conditions où c’était difficile. Dans les conditions normales, elle est toujours aussi bonne qu’avant, elle n’est pas meilleure.

Dans les conditions par contre où c’était difficile, c’est-à-dire les conditions de basse luminosité, des conditions où il n’y avait pas beaucoup de contrastes, des conditions où c’était très surexposé ou très sous-exposés. On va retrouver l’autofocus le plus performant de chez FUJI qui a une meilleure maintenant couverture et donc, on va obtenir une plus grande réactivité parce qu’en fait on va être en autofocus à corrélation de phase là où avant on était en détection de contraste. Clairement, cela fait une grande différence.

On a toujours l’autofocus qui est configurable aussi bien en photo qu’en vidéo pour adapter le comportement selon ce qu’on veut photographier. Donc, on peut déterminer si on veut qu’il soit très réactif, si au contraire on veut que si par exemple on passe l’appareil photo sur un poteau, on laisse quelques secondes pour récupérer le sujet qui passe derrière le poteau. Donc tout cela existe encore.

Les conséquences de tout cela, c’est que maintenant, vous pouvez venir utiliser l’autofocus le plus rapide jusqu’à f11, là où avant il s’arrêtait à f8. Donc, cela va clairement plaire à tous les gens qui font de l’animalier et même à tous ceux qui font de la macro. Les propriétaires des X100-400, les propriétaires des XF60, des XF80 et surtout des téléconvertisseurs 1.4 et 2.0. Donc, tous ces appareils-là, je pense qu’il y a un gain vraiment significatif dans ces conditions difficiles.

Voilà on arrive à l’issue de ce test. Je pense que quand même FUJI a fait un excellent appareil photo/vidéo qui a vraiment de nombreux atouts et qui va vraiment trouver sa place dans la gamme proposée par FUJI. Je pense qu’il y en a certains qui vont dire qu’on s’éloigne de la philosophie des hybrides de par sa taille. Et d’autres qui au contraire vont dire que c’est le parfait compromis entre un reflex et un hybride avec le meilleur des deux mondes.

Visiblement quand même, il n’y a aucun concurrent qui est arrivé à faire vraiment moins lourd avec ce genre de spécifications. Je pense sincèrement que c’est une proposition très forte de la part de FUJI qui propose une poignée style reflex, qui propose un écran pareil pour plaire à tous les gens qui ont l’habitude d’avoir cet écran sur l’épaule de leur CANON et de leur NIKON. Et FUJI a fait beaucoup de petites modifications à cet obturateur aussi silencieux. Moi, je l’adore sincèrement. Et même le viseur décalé, finalement, c’est quelque chose qui est plutôt confortable.

Un super hybride !

Et prendre du plaisir avec son appareil photo, ce n’est pas juste avoir un appareil photo qui est microscopique. Je ne pense pas qu’il faille résumer les hybrides à : c’est un petit appareil photo compact. Je pense que les hybrides, c’est aussi une technologie qui fait que l’on n’a pas de viseur optique qui fait que l’on voit exactement, on peut prévisualiser la photo qu’on va prendre directement dans le viseur et sur l’écran. Qui fait qu’on a un obturateur électronique qui nous permet de prendre des photos avec des vitesses folles et qui nous permet d’avoir beaucoup de silence.

Donc, je pense que quand même l’électronique, c’est beaucoup d’atouts par rapport aux… Les hybrides c’est beaucoup d’atouts aussi par rapport aux reflex. Et ce n’est pas juste résumer par il faut que cela soit petit. En termes de petits quand même, si aujourd’hui vous comparez cet appareil avec un gros reflex, je peux vous dire qu’il y a quand même une belle différence toujours même avec cet appareil photo là. Sans compter que cet appareil photo là, elle est faite à la fois pour de gros objectifs pour vous permettre d’avoir plus de grips, mais elle est aussi faite pour les toutes petites focales fixes de chez FUJI. Et quand vous lui associez une petite focale fixe, cela reste un ensemble qui est plutôt petit. Une petite focale fixe à f2, qui a un excellent piqué, un excellent autofocus et qui est maintenant stabilisée avec cet appareil. Franchement, c’est une bonne proposition, je trouve.

Conclusion

Alors, il est disponible à partir de 1899 euros en nu. Il est aussi disponible avec le grip qui permet d’augmenter ses performances aussi bien en rafale qu’en autofocus. Et enfin, il est vendu en kit avec l’objectif XF16-55. C’est l’objectif pro en ouverture constante 2.8. Moi, je l’ai acheté en nu de base et finalement, je vais le rendre. Je les ai achetés en grip et c’est le pack que je vais garder parce qu’avec le pack grip, vous avez trois batteries incluses dans l’ensemble. Donc cela, je trouve que financièrement, c’est intéressant. Parce que le grip, il est vendu nu à déjà 25 ou 30 euros supplémentaires que le prix en pack et en plus, vous avez les batteries qui sont offertes. Donc franchement, je trouvais cela intéressant.

Donc, j’ai pris le pack avec le grip et je vais renvoyer le deuxième d’ici là ; juste après le tournage de cette vidéo. Voilà, vous savez tout. En complément de cette vidéo, vous pouvez aller voir la vidéo test que j’ai faite de la stabilisation du X-H1. C’est une vidéo de 20 minutes où j’essaye de vous montrer beaucoup de photos. On a aussi une vidéo comparative que j’ai faite du X-T2 vs le X-H1 vs le SONY. Je veux peut-être en faire une vs PANASONIC pour regarder si elle existe ou pas.

En tout cas, ce sont deux vidéos dont je vous mets les liens dans la description. Et si vous souhaitez, vous pouvez aussi recevoir le kit de démarrage du fujiste débutant en cliquant les douze conseils qui sont juste là. Pour vous abonner à la chaîne, cliquez sur mon visage. Cliquez sur la cloche pour être prévenu des prochaines vidéos sinon YouTube ne vous préviendra pas. Dites-moi en commentaire, et vous, qu’est-ce que vous en pensez de ce X-H1 ? Et n’oubliez pas avant de partir les pouces levés vers le haut.

À bientôt sur la chaîne !