Le X100F se présente comme l’appareil photo ultra compact à emmener partout avec soi. Quelles sont ses caractéristiques techniques ? Est-il ergonomique ? Que vaut sa focale pancake ? Après deux semaines de test, je vous livre mon avis sur cet appareil photo ! 

La vidéo « Test Fujifilm X100F »

→ Cliquez ci-dessous pour démarrer la lecture de la vidéo :

 

Caractéristiques du Fujifilm X100F

Voici la fiche technique et les spécificités de cet objectif :

  • Type : X-Trans III
  • Viseur : hybride à objectif fixe
  • Taille : APS-C 
  • Résolution maximale : 24,3 Mpx
  • Processeur : X-Processor Pro
  • Rafale : 8 i/s
  • Objectif : 23 mm f/2 (équivalent plein format de 35 mm f/2)
  • Dimensions : 74.8 x 126.5 x 52.4 mm
  • Poids : 469 g
  • Flash : intégré
  • Wi-Fi : oui
  • Prix : environ 1 200 €

Présentation du Fujifilm X100F

Le X100F (F pour “force”) représente la quatrième génération de cet appareil photo de la gamme X100. Cette gamme chez Fujifilm propose une série d’appareils photo à focale fixe

Retour sur sa fiche technique

Le X100F est un hybride qui intègre la meilleure des technologies des boîtiers Fujifilm. À sa sortie, il était à 1 400 €, ce qui en faisait la focale fixe la plus chère de la gamme. 

C’est un objectif qui hérite de toutes les technologies du X-Pro 2 et du X-T2. Il possède le système X-Trans III, 24 mégapixels comme le X-T2 et le même module autofocus accompagné de son processeur X-Pro, ce qui permet une rafale à 8 i/s. Son autofocus 325 POINTS fonctionne plutôt bien (encore une fois, le même module que le X-T2), avec une détection de face pour augmenter sa rapidité. 

À cela, on peut ajouter le Wi-Fi, un slot SD en UHS-I et un viseur hybride. Pour rappel, le viseur hybride est à la fois un viseur optique (comme sur les reflex), et un viseur électronique, comme sur les hybrides.

En terme d’objectif, c’est un équivalent 35 mm f/2. Fujifilm s’est basé sur ce qu’ils ont sorti en 2016, c’est-à-dire une nouvelle version du XF 23 mm f/2 R WR. Celle-ci coûte environ 500 €. C’est un objectif qui est très gros, donc Fujifilm a été obligé de créer une version pancake pour l’adapter au X100F.

Tour à 360° du X100F

Livré dans la classique boîte noire Fujifilm, on remarque dès le déballage la qualité des finitions et le joli design. C’est un appareil photo relativement petit, avec un joli style rétro. Le bouchon d’objectif est très travaillé, bien plus beau que les classiques bouchons noirs.

Le boîtier du X100F vu de face et fermé

Le boîtier du X100F vu de face et fermé

Face avant du X100F

Face avant du X100F

Sur la face avant, on voit bien le viseur hybride, le flash intégré, le module autofocus, et une molette qui permet de passer du viseur optique au viseur électronique.

Bagues du X100F vues de près

Bagues du X100F vues de près

Une encoche au niveau de la première bague permet de choisir l’ouverture (bague graduée), et une deuxième bague permet de faire la mise au point, ou le cas échéant, d’utiliser le téléconvertisseur numérique. Le téléconvertisseur numérique fonctionne comme un zoom numérique. Il va permettre de croper l’image et de simuler un 50 mm ou un 85 mm. À prendre en compte : les photos ne peuvent être qu’au format JPEG.

X100F vu du dessus

X100F vu du dessus

Sur le dessus, on trouve :

  • Une molette de correction d’exposition ;
  • Un bouton Fn pour mettre une fonction ;
  • Le bouton ON/OFF classique ;
  • Le déclencheur ;
  • Une double molette : une partie montre les vitesses d’obturation, et l’autre permet de changer les ISO en la soulevant légèrement ;
  • La griffe du flash (si vous souhaitez en mettre un autre).
X100F vu de dos

X100F vu de dos

A l’arrière, on trouve :

  • Le viseur ;
  • Le bouton pour changer de vue ;
  • La touche de verrouillage de la mise au point et de l’exposition (AEL/AFL) ;
  • La molette arrière pour affiner l’ouverture et l’exposition ;
  • Le menu et les boutons d’utilisation classique. On remarque que sur ce X100F, l’écran n’est pas tactile.
X100F vu du dessous

X100F vu du dessous

X100F vu d’un côté

X100F vu d’un côté

X100F vu de l’autre côté

X100F vu de l’autre côté

En dessous, on trouve la batterie et la carte SD. D’un côté, on a une prise micro, une prise USB et une prise pour les télécommandes. Et de l’autre côté, un commutateur pour l’autofocus permet de se mettre en mode Manuel, Continu ou Single.

Présentation de ses fonctions

Le capteur X-Trans III

Le capteur X-Trans III est actuellement ce qui se fait de mieux chez Fujifilm. La montée en ISO est extrêmement bonne, avec des images qui restent exploitables même à 12 800 ISO (ce qui se fait de mieux, tout hybride confondu).

L’optique pancake

L’optique 23 mm f/2 est une bonne optique. Il faut prendre en compte qu’elle est de type “pancake”, donc extrêmement plate. Elle ne donne pas de mauvais résultats, mais les images à f/2 et f/2.8 ne sont pas exceptionnelles (elles manquent de détails). Cependant, cette optique donne de belles images entre f/4 et f/8.

Elle présente tout de même quelques défauts. Elle est sujette à la diffraction à partir de f/11. Et vous ne pourrez malheureusement pas obtenir d’images homogènes avec cette optique. Il y a vraiment toujours un décalage de qualité entre le centre de la photo et les bords.

L’autofocus

L’autofocus est excellent ! Il est de la dernière génération Fujifilm, soit 50 % plus rapide que la troisième génération du X100 (le X100T). Par contre, il est un peu difficile de faire la mise au point en basse lumière. En même temps, on ne peut pas attendre des merveilles d’un objectif pancake.

Le mode vidéo

En mode vidéo, le X100F ne fait pas de 4K. Comme ses dimensions sont réduites, l’ultra haute définition ferait surchauffer l’appareil. Fujifilm s’est donc limité à du 1 080p et jusqu’à 60 i/s.

Un viseur hybride assez malin

Contrairement au viseur qui fonctionne par miroir intermittent sur les reflex, cet appareil photo nous propose un système de viseur hybride plutôt ingénieux. Le viseur ressort tout simplement de l’autre côté, la visée est donc directe

Forcément, ce n’est pas le même angle que l’objectif, qui lui est au milieu. Le viseur voit un peu plus large que l’objectif, il est ensuite capable de croper l’image, pour que l’on voit directement dans le viseur ce que voit l’objectif. Un processus numérique permet ensuite de mettre l’image au bon endroit. 

La visée optique est donc exactement comme sur les reflex, mais elle fait appel à un système très malin. 

On peut aussi changer de vue pour passer en vue électronique, comme sur n’importe quel appareil photo de la gamme Fujifilm X.

Des boutons pour changer de mode et accéder au menu

Aucune molette ne permet de choisir le mode (type rafale, etc.), mais le bouton “Drive” fait apparaître un menu qui permet de choisir sa rafale, son bracketing, des modes avancés, des filtres, ou de passer en vidéo.

Sur le X100F, le bouton Drive permet de sélectionner son mode

Sur le X100F, le bouton Drive permet de sélectionner son mode

Le menu de l’appareil photo est classique, similaire aux autres appareils de la gamme Fujifilm. Il est organisé avec plusieurs options comme la qualité des images, l’autofocus, le flash, la vidéo et d’autres paramètres généraux. Il n’est pas particulièrement ergonomique, mais il fait l’affaire.

Menu du X100F

Menu du X100F

Mon avis sur le X100F

Je n’avais jamais eu d’appareil photo de la série X100 et j’ai eu envie d’essayer ce modèle compact. Je me suis obligé à n’utiliser que celui-ci pendant deux semaines, et je me suis aperçu d’un détail assez étonnant.Je dis souvent que “la pire des photos est celle que vous n’avez pas prise”. Or, avec cet appareil photo, vous n’aurez plus d’excuses pour ne pas prendre les bonnes photos !

Effectivement, quand on sort son gros hybride avec son objectif volumineux, on est toujours un peu gêné de prendre des photos des gens dans la rue. Mais avec cet objectif compact, on se sent vraiment plus à l’aise et détendu. Les gens ne semblent pas trop se préoccuper de nous, et cela permet de faire les photos que l’on veut sans gêne.

Le gros point fort de cet appareil photo X100F, c’est donc sa discrétion. Comme un jouet, on peut l’emmener partout. Et comme vous l’avez toujours avec vous, sa focale fixe rend son usage encore plus agréable.

Cependant, la qualité de la focale aurait pu être un peu plus haut de gamme (l’appareil coûte tout de même 1 400 € !). 

C’est pourquoi j’ai décidé de le rendre et de partir sur une autre configuration ! L’idée est d’avoir un appareil photo compact avec un petit objectif, mais à un prix légèrement inférieur pour une qualité pourtant supérieure. Cette alternative consiste à allier le X-T20 à l’objectif XF 27 mm f/2.8, et je vous en dis plus dans cette vidéo !