Viltrox a enfin lancé un objectif en monture native Fujifilm, conçu pour les hybrides APS-C : le 33 mm f1.4 AF STM. En venant concurrencer pour la première fois les objectifs Fujifilm, cet objectif représente une petite révolution. Mais que vaut ce Viltrox 33 f1.4 ? Est-il vraiment différent des XF 35 f1.4 et XF 35 f2 ? La réponse dans ce test : qualité du piqué, bokeh, performances de l’autofocus, aberrations chromatiques, vidéo… Je vous dis tout !

Test Viltrox 33mm F1.4 AF pour Fuji : mon avis en vidéo

 

Présentation du Viltrox 33mm f1.4  

Cet objectif Viltrox est vendu dans une boite classique avec un emballage de qualité. Il ne s’agit vraiment pas d’un objectif bas de gamme, et on s’en rend compte rien qu’en le sortant de sa boite. D’autant plus lorsqu’on s’aperçoit qu’il possède un pare-soleil métallique, ce qui est très rare ! 

 

 

 

 

 

 

On est sur un objectif en monture native Fujifilm, avec tous les connecteurs nécessaires. Viltrox a également pris soin d’adapter une bague d’ouverture, ce qui est plutôt appréciable. Malheureusement, cette bague n’est pas cliquable, donc on ne sent pas le crantage à chaque ouverture. En photo, ce n’est pas l’idéal puisqu’on ne peut pas changer l’ouverture sans regarder. Mais en vidéo, le rendu sera plus doux et silencieux. Seule la position auto est crantée.
Comme vous le voyez, ce Viltrox 33mm possède une distance de mise au point minimale de 40 cm, ce qui est assez important à côté de ses concurrents. Son nom complet indique également qu’il est traité contre les aberrations chromatiques. De plus, il est compatible avec des filtres de 52 cm. Une fois qu’il est monté sur un X-T4, l’ensemble est cohérent et équilibré. Il n’y a vraiment rien à signaler concernant la qualité de fabrication de cet objectif !

 

Test Viltrox 33mm f1.4 Fuji : que vaut le piqué ? 

F1.4 à gauche, F2 à droite

Avec une ouverture de f1.4, on voit bien que le piqué n’est pas excellent, surtout sur les côtés. Au centre, c’est correct ! Mais comme toujours, on a une faible profondeur de champ à f1.4, donc on n’attend pas forcément une homogénéité. En revanche, le piqué s’améliore nettement en fermant d’un stop. 

Il va ensuite augmenter graduellement jusqu’à f5.6, sa meilleure ouverture. À cette ouverture, on est vraiment sur un piqué d’une excellente qualité, quel que soit l’endroit où vous regardez dans l’image. On a gagné en homogénéité, les bords ont repris du piqué et se comportent de manière admirable. En bref, c’est le même niveau qu’avec un objectif Fujifilm. 

F5.6 à gauche, F8 à droite

À partir de f5.6, le piqué commence à se réduire : le contraste diminue, la désaturation est moins forte et il y a moins de précisions. À f16, l’objectif devient quasiment inutilisable. 

Pour changer des photos de mires, voici quelques photos que j’ai pu prendre juste pour le plaisir, sans chercher à faire de test. En regardant mes photos, j’étais plutôt satisfait du résultat ! 

La qualité du Viltrox 33mm f1.4

Le piqué est correct, même dans la salle de bain alors que je suis à ISO 1250. Sur ces quelques images, on voit que la balance des blancs est un peu froide, avec un rendu des couleurs qui tire sur le bleu. Malgré tout, c’est un objectif qui fait très bien son boulot ! À f5.6, vous obtiendrez un niveau de détail important. À f1.4, le rendu est satisfaisant même s’il n’est pas optimal. 

Un système autofocus réactif 

L’un des points forts de ce Viltrox 33mm, c’est bien son autofocus. Il était d’ailleurs attendu au tournant, puisque le XF 35mm de chez Fujifilm était connu pour son AF insuffisant qui avait du mal à suivre des sujets en mouvement. 

Le Viltrox en est bien capable : il ne perd quasiment jamais son sujet, et il n’y a que 15 % de déchets sur une longue rafale. Évidemment, c’est plus compliqué si votre sujet vous fonce dessus à toute vitesse (comme mon chien par exemple !). Mais quand le sujet est légèrement de côté, avec une vitesse raisonnable, l’AF fonctionne très bien. Pour autant, il ne s’agit pas d’un AF infaillible que vous n’arriverez jamais à piéger ! Mais il fera très bien l’affaire sur la plupart des scènes du quotidien. 

En vidéo, je n’ai pas grand-chose à lui reprocher. Sur une dizaine de tests, il a toujours très bien réagit, même avec la détection des yeux et des visages.  

Des défauts d’ouverture selon les copies 

De nombreux défauts sont attribués à cet objectif, mais je ne les ai pas eus sur ma copie. Certains ont remarqué des défauts d’ouverture, notamment l’ouverture qui change en étant sur le menu lecture. Je n’ai pas eu ce problème, mais j’ai tout de même eu un défaut majeur sur ma copie : des sautes de lumières qui apparaissent en vidéo, à chaque changement d’ouverture. Comme c’est un objectif qui peut être mis à jour via USB, ces problèmes pourront certainement être vite corrigés. En revanche, vous n’aurez aucun souci de focus briefing avec ce Viltrox 33mm ! 

Un bokeh lumineux mais qualitatif 

Le Viltrox 33mm offre un bokeh un peu nerveux, qui n’est pas spécialement discret, mais avec des billes bien rondes. À f1.4, vous aurez des billes de bokeh plus diffuses qu’à f2. Malheureusement, vous n’aurez pas un bokeh d’excellente qualité à cause des aberrations chromatiques nettement visibles. 

Bokeh et aberrations chromatiques sur le Viltrox 33mm

Les défauts optiques du Viltrox 33mm f1.4 

Trop d’aberrations chromatiques 

Les aberrations chromatiques sont vraiment l’un des points faibles de cet objectif. Même si la photo n’est pas zoomée, on peut déjà les voir. Mais rassurez-vous, ces aberrations s’enlèvent en un clic sur Lightroom ! À f2, c’est beaucoup plus contrôlé. Le problème n’est pas entièrement résolu, mais elles ne sont pas aussi visibles qu’à f1.4. Ce n’est qu’à partir de f2.8 qu’elles seront totalement absentes. 

Du vignettage et un flare bien contrôlés 

Le Viltrox 33mm a un peu de vignettage à f2, mais c’est très peu prononcé. Pour le flare, c’est la même chose : il s’est très bien comporté alors que je l’ai mis dans des situations un peu difficiles. Finalement, il n’y a rien d’inhabituel en comparaison avec tous les objectifs que j’ai pu tester. 

Une distance de mise au point un peu longue 

Sachez que le Viltrox 33mm dispose d’une mise au point assez importante de 40 cm. Voici le rapport de grossissement que vous pouvez obtenir.

À gauche le XF 35mm f1.4, à droite le Viltrox 33mm f1.4

Face au XF 35mm f2 qui propose une distance de 28 cm, la différence n’est pas négligeable ! Si vous aimez faire de gros plans, il ne faudra pas oublier que cet objectif ne se débrouille pas très bien par rapport à la concurrence. 

Comparatif Viltrox 33mm F1.4 vs XF 35mm F2 et XF 35mm F1.4

Durant ce test du Viltrox 33mm f1.4, j’ai voulu voir comment il se comportait face à ces concurrents Fujifilm : les XF 35 F1.4 et XF 35 F2. S’ils proposent une distance focale assez proche, leur taille n’est pas tout à fait similaire. Le Viltrox est le plus gros, tandis que le XF 35mm f2 est le plus compact des trois (un détail qui peut faire la différence au moment du choix de votre appareil). 

Le Viltrox 33mm face au XF 35mm F1.4

Comme nous l’avons vu plus haut, le bokeh du Viltrox est un peu trop lumineux. Pour un bokeh plus diffus qui n’attire pas le regard, les objectifs Fujifilm conviennent beaucoup plus ! 

À f1.4, il n’y a pas autant d’aberrations chromatiques sur le XF 35mm f1.4 (excepté quelques franges vertes). En revanche, ils ont un comportement similaire à f2. 

Concernant la qualité et le piqué, le Viltrox réagit plutôt bien. À f1.4 au centre, on obtient la même netteté que sur le XF 35mm f1.4. Par contre, l’objectif Fuji est plus homogène sur les côtés. À partir de f2, le piqué est assez comparable entre les deux objectifs. 

Quelles différences avec le XF 35mm f2 ? 

Le Viltrox et le XF 35 mm f2 ont un prix très proche, mais ont-ils vraiment une qualité identique ? 

Eh bien non, on voit bien ici que le Viltrox est meilleur à f2. Au centre, on voit nettement la différence ! L’image du Viltrox est plus nette et plus contrastée. À f2.8, j’ai obtenu les mêmes résultats. 

Ce qu’il faut retenir du test du Viltrox 33 mm f1.4 

Finalement, aucun des objectifs ne remporte le comparatif puisqu’ils ont tous leurs points forts et leurs faiblesses : 

  • Le Viltrox est le plus imposant, il a la distance de mise au point la plus grande, mais c’est le moins cher (349 €) ; 
  • Le XF 35mm f2 est le plus compact ; 
  • Le XF 35mm f1.4 offre un bon piqué et une belle distance de mise au point, mais il possède un système autofocus d’ancienne génération  

Si vous acceptez les défauts du Viltrox (ses aberrations chromatiques et sa distance de mise au point), c’est un objectif qui devrait largement vous convenir. Viltrox nous livre une très bonne copie, avec un beau piqué, un bon autofocus et une grande ouverture. Il risque de devenir le choix de prédilection de beaucoup d’entre vous. Encore une fois, c’est à vous de choisir en fonction des critères que vous recherchez, mais aucun des trois objectifs n’est à éviter ! 

Vous débarquez tout juste chez Fujifilm ? Découvrez mes 12 conseils pour bien prendre en main votre boîtier et progresser en photo !