Le Fujifilm Fujinon XF 35 mm f/2 R WR est un équivalent 50 mm en full frame. Il ira sur tous vos hybrides Fujifilm : X-T20, X-T2, X-T10, X-T1, X-H1, X-E3, etc. C’est en général la focale préférée des photographes amateurs : très polyvalente, elle est capable de faire aussi bien du portrait que du reportage (photos de famille ou photos de rue). Cette version f/2 semble présenter plusieurs atouts : elle est tropicalisée (résistante à tous les temps) et résiste bien au flare. C’est aussi un objectif relativement compact avec une construction moderne. Mais que vaut réellement le Fujinon XF 35 mm f/2 ?

Dans ce test, je vous propose une analyse :

  • Du piqué : les photos sont-elles de qualité ?
  • De l’autofocus : la mise au point semble être l’atout de cet objectif.
  • Des défauts optiques : distorsion, aberrations chromatiques, vignettage.
  • Du rapport qualité/prix.
  • Des alternatives qui s’offrent à vous.

 

La vidéo « Test Fujinon XF 35mm F2 »

→ Cliquez ci-dessous pour démarrer la lecture de la vidéo :

Caractéristiques du Fujinon XF 35 mm f/2 R WR

Voici la fiche technique et les spécificités de cet objectif :

  • Type de monture : Fujifilm X
  • Dimensions : 60 x 45,9 mm
  • Poids : 170 g
  • Ouverture maximale : f/2
  • Ouverture minimale : f/16
  • Rapport de reproduction : 0.135 x
  • Distance de mise au point minimale : 35 cm
  • Diamètre du filtre : 43 mm
  • Tropicalisation : oui
  • Stabilisation : non
  • Pare-soleil : oui
  • Prix : environ 400 €

Présentation du Fujifilm Fujinon XF 35 mm f/2

L’objectif Fujinon XF 35 mm f/2 R WR fait partie de la gamme récente de l’offre Fujifilm. Voyons tout de suite de quoi il est capable.

Analyse des caractéristiques du XF 35 mm f/2

Pour commencer, c’est un objectif qui possède le traitement des lentilles super EBC : il est résistant au flare et aux autres lumières parasites.

Les acronymes R et WR, que l’on retrouve dans son nom, signifient respectivement “Ring” et “Weather Resistant”. Plus simplement, cela veut dire qu’une bague permet de changer l’ouverture, et que la focale résiste aux intempéries. La tropicalisation se voit dans les joints qui recouvrent l’objectif : ils empêchent l’eau et l’humidité d’entrer dans l’appareil photo.

Son prix d’environ 400 € (plutôt autour de 450 € à sa sortie), en fait l’un des moins chers de la gamme Fujifilm.

Ergonomie : un petit objectif agréable à utiliser

Côté prise en main, c’est un objectif relativement petit. Il fait un peu moins de 5 cm, ce qui est plus petit que d’autres modèles f/2 comme le XF 23 mm f/2 ou le XF 50 mm f/2.

Fujinon XF 35 mm f/2 : un objectif relativement petit pour un f/2

Fujinon XF 35 mm f/2 : un objectif relativement petit pour un f/2

Sa forme est assez particulière : il décroît un peu comme un triangle.

L’objectif vu de près, on voit qu’il décroît comme un triangle

L’objectif vu de près, on voit qu’il décroît comme un triangle.

Une première petite bague en haut permet de changer l’ouverture. Elle est assez ferme, ce qui change des anciens modèles Fujifilm. On voit que la marque fait des efforts pour améliorer ce point. Les bagues étant souvent trop souples, elles ont tendance à bouger sans qu’on le fasse exprès. Cette bague possède aussi une position automatique (mode A).

Une deuxième petite bague permet de faire la mise au point. Elle est aussi très ferme, il faut vraiment mettre de la pression sur les doigts pour la faire tourner. 

Cette rigidité des bagues est vraiment un bon signe, parce que cela faisait réellement partie des défauts majeurs au niveau de l’ergonomie de certains objectifs.

Pourquoi est-ce un équivalent de 50 mm en full frame ?

Parce que c’est une focale très polyvalente !

Pour rappel, le 50 mm est l’objectif parfait pour les amateurs de photographie, parce que c’est celui qui se rapproche le plus de la vision humaine. C’est un objectif qui se veut généralement très polyvalent, avec lequel on peut faire de beaux portraits, mais aussi de la photo de reportage. 

Et c’est exactement ce que propose le XF 35 mm f/2 !

Analyse des capacités du XF 35 mm f/2

Comme toujours, c’est après avoir pris de nombreuses photos que je vous propose mon analyse du piqué, du bokeh, de l’autofocus et des défauts.

Un bokeh satisfaisant

Le bokeh est moins prononcé qu’avec le XF 35 mm f/1.4, on devine légèrement ce qui se trouve à l’arrière-plan (en l’occurrence, des plantes), mais c’est tout de même satisfaisant. L’avant-plan et l’arrière-plan se distinguent bien l’un de l’autre.

Le bokeh est satisfaisant, on distingue bien l’avant-plan et l’arrière-plan

Le bokeh est satisfaisant, on distingue bien l’avant-plan et l’arrière-plan.

Un piqué très correct, surtout à la meilleure ouverture

J’ai comparé le piqué à f/2 et le piqué à f/5.6, qui est sa meilleure ouverture. 

On remarque que le piqué au centre est toujours très correct, avec un léger mieux à f/5.6. 

Cependant, sur les bords, la différence est beaucoup plus notable. À f/2, le rendu est un peu flou, alors qu’à f/5.6, il est bien meilleur.

Analyse du piqué au centre à f/2 (à gauche) et à f/5.6 (à droite). Le piqué au centre est toujours très correct, même s’il est légèrement meilleur à f/5.6.

Analyse du piqué au centre à f/2 (à gauche) et à f/5.6 (à droite). Le piqué au centre est toujours très correct, même s’il est légèrement meilleur à f/5.6.

Analyse du piqué sur les bords à f/2 (à gauche) et à f/5.6 (à droite). À f/2 c’est beaucoup plus flou qu’à f/5.6.

Analyse du piqué sur les bords à f/2 (à gauche) et à f/5.6 (à droite). À f/2 c’est beaucoup plus flou qu’à f/5.6.

Il est également intéressant de noter qu’à f/16, la qualité de piqué est nettement diminuée par rapport à f/5.6. Les détails du visage de mon fils sont tous un peu flous, c’est probablement pour cela que cet objectif s’arrête à f/16.

Analyse du piqué à f/16 (à gauche) et à f/5.6 (à droite). À f/16, on voit bien que tous les détails sont un peu flous.

Analyse du piqué à f/16 (à gauche) et à f/5.6 (à droite). À f/16, on voit bien que tous les détails sont un peu flous.

Des défauts optiques présents mais bien maîtrisés 

Le réel défaut de cet objectif, c’est la distorsion. Cela ne se remarque pas forcément comme Fujifilm le corrige automatiquement, mais cela affecte le piqué.

Cet objectif souffre aussi d’un léger vignettage, notamment à la plus grande ouverture. Encore une fois, cela peut se corriger avec un logiciel, mais cela abîme à nouveau le piqué. On le voit sur ma photo précédente qui compare le piqué à f/2 et à f/5.6 sur les bords. À f/2, on a corrigé automatiquement de la distorsion et du vignettage, ce qui a fortement diminué la qualité du piqué.

En raison de ces deux défauts majeurs (distorsion et vignettage), le piqué se trouve donc affecté par un manque d’homogénéité entre le centre et les côtés.

Je n’ai pas constaté d’aberrations chromatiques particulières. D’ailleurs, l’objectif est livré avec un pare-soleil rond assez discret et compact (contrairement au XF 35 mm f/1.4 et son drôle de pare-soleil carré).

La focale n’est pas non plus forcément sujette au flare, comme aucun objectif Fujifilm d’ailleurs.

Globalement, je pense que certains objectifs 50 mm f/2 disposent d’un piqué bien meilleur, mais on reste tout de même dans le haut du panier avec ce Fujinon XF 50 mm f/2.

Cet objectif n’est donc pas exempt de défauts, mais il présente heureusement une très belle qualité : son autofocus !

Un excellent autofocus

Si vous avez déjà vu ma vidéo sur le XF 35 mm f/1.4, vous avez remarqué que l’autofocus n’est clairement pas le point fort de cet objectif. Or, pour le XF 35 mm f/2, c’est tout le contraire ! 

J’ai effectué la même série de photos en rafale sur mon fils à vélo. D’abord lentement, puis en lui disant bien d’y aller “à fond la caisse”, et le résultat est superbe ! La mise au point se fait toujours sur lui, et le bokeh est magnifique. L’autofocus suit donc la cible en mouvement sans aucun problème (je n’ai aucune photo ratée !).

Fujinon XF 35 mm f/2 : l’autofocus est excellent, il ne perd jamais mon fils qui roule rapidement sur son vélo.

Fujinon XF 35 mm f/2 : l’autofocus est excellent, il ne perd jamais mon fils qui roule rapidement sur son vélo.

Une distance minimale de mise au point un peu large

La distance de mise au point minimale est de 35 cm. Ça peut ne pas paraître énorme, mais ça devient vite bloquant pour les amateurs de bokeh. La plupart des objectifs à f/2 ont plutôt des distances de mise au point minimales autour des 20 cm, alors qu’ici, c’est presque le double. 

Qu’est-ce que cela signifie ?

En général, avec un 50 mm, pour avoir un joli bokeh bien prononcé, je vous conseille de vous rapprocher de votre sujet. Certes, cela change le style de votre photo, mais cela vous permet de jouer facilement avec le bokeh. Ici, se rapprocher de votre sujet n’est tout simplement pas possible. Vous allez donc devoir vous satisfaire du bokeh qui est proposé à 35 cm.

Bilan du Fujinon XF 35 mm f/2 R WR

Cet objectif est très intéressant, je vous résume pourquoi.

Ses qualités :

  • Un objectif tropicalisé ;
  • Un excellent autofocus, idéal pour de la photo en mouvement : enfant, reportage, etc.
  • Un piqué très correct pour faire du portrait ;
  • Un bon prix ;
  • Une focale polyvalente pour une utilisation variée.

 

Ses axes d’amélioration :

  • Des défauts optiques corrigés automatiquement, mais tout de même décevants : la distorsion et le vignettage affectent le piqué sur les bords extrêmes.
  • Une distance minimale de mise au point qui peut frustrer les amateurs de bokeh.

 

Déjà présent sur l’offre Fujifilm, le XF 35 mm f/1.4 a également de nombreux atouts, alors comment choisir entre les deux ? 

Je vous invite à regarder le comparatif XF 35 mm f/1.4 et XF 35 mm f/2, pour vous aider à faire le meilleur choix !