Le Fuji XF35mm F2 est un objectif équivalent 50mm full frame pour hybride Fujifilm X-T20, X-T2, X-T10, X-T1, X-H1, X-E3, etc. C’est en général la focale préféré des photographes amateurs car capable aussi bien de faire du portrait que du reportage (famille, enfant, rue). Cette version F2 est tropicalisée (résistante tout temps), résiste bien au flare, c’est un objectif relativement compact avec une construction moderne. On fait donc le Test du Fujifilm XF 35 F2 :

– Piqué : les photos sont-elles de qualité ?
– Autofocus : La mise au point est l’atout de cet objectif
– Défauts optiques : Distorsion, Aberration chromatiques, Vignettage
– Rapport qualité / prix
– Alternatives

La vidéo « Test Fujinon XF 35mm F2 »

→ Cliquez ci-dessous pour démarrer la lecture de la vidéo :

 

Le script de la vidéo « Test Fujifilm XF35 F2 »

→ Attention, je vous aide en vidéo et le texte ci-dessous n’a pas vocation a être lu car il a été généré automatiquement. Intéressez-vous plutôt à la vidéo ci-dessus donc 🙂

 

Bonjour à tous !

Aujourd’hui, on fait le test du XF35 mm f2 vendu par fuji. Donc, c’est un objectif qui est assez récent malgré tout, qui fait partie de la gamme des objectifs f2. On va commencer par lire le nom de l’objectif. Cet objectif-là donc, c’est le super EBC, résistant à un bien traité, résistant au flair et compagnie.

Présentation du XF 35mm F2

35 mm f2 R pour ring, comme quoi il y a la bague ici qui permet de changer l’ouverture. On a un diamètre de filtre de 43 mm et surtout, on a le WR qui indique que cet objectif-là, il est tropicalisé. Donc, il va être résistant et tropicalisé. C’est ces joints par exemple ici qu’on voit tout autour et que tout simplement qui va empêcher l’eau et l’humidité de rentrer dans l’appareil photo.

Donc voilà, un bon objectif déjà avec des bonnes caractéristiques pour commencer. Cet objectif-là, comme vous pouvez voir, il est relativement petit. Donc comme vous pouvez le voir, il fait à peu près 5 cm seulement. Donc, si vous avez déjà vu un 23 mm ou un 50 mm f2, il est bien plus petit. On est sur quelque chose qui est plus tenu. Vendu dans les 470 euros, cet objectif fait partie des objectifs « les moins chers » de la gamme fujifilm.

Alors, si on regarde un peu l’objectif déjà à quoi il ressemble, on va s’apercevoir que c’est un objectif en forme, ici, qui décroît. Donc, on voit que cela fait comme un triangle. En haut, on a une petite bague qui va vous permettre de changer l’ouverture. Donc, c’est une bague qui est assez ferme. On sent que contrairement aux objectifs d’avant qu’a fait fujifilm, ici on est sur une bague qui va bouger moins facilement sans qu’on le fasse exprès.

On a une position A évidemment pour automatique. Et ici, on a ensuite une petite bague de mise au point qui elle aussi est extrêmement ferme. Il faut vraiment mettre de la pression sur les doigts pour que cette bague tourne. Donc, c’est quand même plutôt bon signe parce que c’était deux défauts qu’on pouvait parfois reprocher à certains objectifs fujifilm.

Test de l’objectif

Pour le reste, cet objectif qu’est-ce qu’il vaut ? Écoutez, c’est plutôt un bon objectif. On va aller sur le PC, mais à f2 sur un 50 mm. Pour rappel 50 mm, c’est une focale qui est assez parfaite, qui à la fois mixte entre : vous commencez à avoir la possibilité à faire des bons portraits avec du 50 mm et vous êtes aussi capable de faire « du reportage ». 50 mm, c’est l’angle de vue de vos yeux. Donc, cela correspond à peu près à la vision humaine. C’est ce qui s’en rapproche le plus en tout cas.

J’ai fait des photos comme d’habitude. Donc ici, je voulais vous montrer le bokeh à f2 sur un exemple en plan poitrine, enfin en plan taille ici en l’occurrence. Donc, comme vous pouvez le voir, on arrive à faire ressortir l’avant-plan par le bokeh de l’arrière-plan. Donc ici le bokeh, il est certes moins prononcé par exemple qu’avec un 1.4, mais on a quand même quelque chose. Ou certes on distingue quand même que c’est des plantes, etc., mais malgré tout ils se font quand même assez bien et on arrive vraiment à distinguer les deux plans.

En termes de piqué, on va regarder cela, mais on a plutôt un bon piqué. On n’a vraiment pas de problème de piqué même à la grande ouverture. Ce n’est pas spécialement mou. Donc ici, j’avais fait un petit bench et on s’aperçoit que par exemple si on prend 5.6 qui est sa meilleure ouverture et qu’on compare le piqué à f2 et le piqué à 5.6, on va s’apercevoir que grosso modo, on a quand même un gain. Le fait de fermer un peu le diaphragme, on a le centre qui gagne en piqué.

Donc, on voit que la qualité est meilleure à 5.6 et c’est le cas aussi pour les côtés pour les bords qui étaient quand même assez flous. Finalement les bords, regardez ici, qui sont nettement en retrait donc à f2 et qui sont nettement moyens à 5.6.

Des défauts maitrisés

C’est un objectif qui en terme de défauts chromatiques, enfin de défauts optiques, donc au niveau de la distorsion particulièrement n’est pas exempt de défauts. C’est-à-dire que c’est objectif qui souffre quand même de la distorsion. Alors, vous n’allez pas forcément le voir de prime abord. C’est-à-dire que fuji va le corriger automatiquement sans que vous vous en rendiez compte, mais cela vient un peu abîmer le piqué.

Donc, il faut quand même savoir que c’est un objectif qui naturellement a tendance à être sujet à la distorsion, que fuji essaye de masquer cela comme il peut pour ne pas trop vous le montrer, mais le piqué s’en ressent un tout petit peu. Donc à mon sens, un piqué qui est plutôt très bon, attention je n’ai pas dit qu’il était mauvais, il est plutôt très bon, mais quelques petits défauts qui font que cela aurait potentiellement être un peu mieux.

C’est un objectif aussi qui souffre un tout petit peu de vignetage, notamment à la plus grande ouverture. Certes, encore une fois, c’est corriger de manière par un logiciel, mais quand même là aussi on vient un peu abîmer le piqué. Quand vous regardez ici le piqué que vous avez dans le coin à f2, il est extrêmement flou. Et clairement le fait qu’on a corrigé à la fois de la distorsion, on a corrigé du vignettage, tout cela vient encore plus je pense abîmer le piqué.

Pour le reste, il n’est pas spécialement sujet aux aberrations chromatiques. On a un pare-soleil qui contrairement au 1.4 est classique. Donc, vous allez pouvoir ensuite pouvoir mettre le bouchon comme n’importe quel objectif. Je vais vous montrer le pare-soleil. On a une boîte, c’est pareil qui est assez classique donc en carton et on a un pare-soleil qui est vraiment minimaliste. Je vais vous le mettre. Voilà on a un pare-soleil, vous voyez qui est extrêmement compact. Ce sont deux objectifs qui sont faits de toute façon pour être discret et vous voyez même le pare-soleil est assez discret.

Il n’est pas spécialement sujet au flare comme aucun objectif fujifilm. On a une bonne résistance au flair. Cela marche plutôt bien. Voilà « un bon piqué » qui n’est pas exceptionnel. Je pense qu’il y a des objectifs par exemple 50 mm f2 qui dispose à mon sens d’un bien meilleur piqué, mais quand même on est plutôt dans le haut du panier avec un manque d’homogénéité entre le centre et les côtés qui est quand même assez notables et un peu de défauts avec la distorsion et le vignetage.

Alors, attendez, je sais bien qu’ici cela fait peut-être beaucoup de défauts, quand même garder en tête qu’on est sur un très bon objectif et qu’il ne faut surtout pas s’en désintéresser, notamment parce qu’en termes d’autofocus, c’est excellent. Donc l’autofocus de cet objectif-là va bien fonctionner. Si vous avez vu ma vidéo sur le 1.4, j’avais fait exactement les mêmes tests avant avec le f2. Ici par exemple donc où il pédalait, mais vraiment très lentement, on s’aperçoit par exemple qu’on a aucun loupé.

Autofocus

Donc ici vous voyez, on est en train d’avancer. Si je m’arrête, vous voyez, on est à f2. C’est bien piqué. On a des détails sur tout le champ. On a un joli bokeh. Regardez le bokeh derrière, cela se détache très bien. Cela marche bien. Du coup, je lui ai demandé de faire un peu plus violent. Donc, je lui ai demandé de s’éloigner, de foncer vers moi à fond la caisse. Donc, on voit son visage qui est allé fort et regarder l’objectif ne le loupe jamais.

Donc au fur et à mesure qu’il s’approche, c’est entièrement net. Ce qui m’a permis au passage de capter cette photo-là avec la bouche ouverte que j’aime bien parce qu’on voit qu’il est à fond. Et regardez, toutes les photos sont nettes. Donc ici, j’étais en rafale AFC. Vous voyez, ici c’est absolument net. Je n’ai pas une seule photo qui a loupé sa cible.

Donc, c’est très différent de si vous avez regardé le test du XF35mm 1.4 qui lui, franchement, n’arrivait pas du tout à suivre. Ici, je lui ai fait un test avec un mouvement qui était assez lent. Il l’a suivi sans aucun problème. Je lui ai fait un test avec un mouvement beaucoup plus rapide, il a suivi sans aucun problème. Donc cela, c’est quand même plutôt bien et ce n’est pas rien d’avoir un autofocus qui est capable de suivre même quand on est un peu dans l’action.

En termes de piqué donc, je me souviens, on ne l’a pas fait finalement. Je voulais juste vous montrer qu’à f16 on a un piquet qui est nettement réduit. Bon là, lightroom bug un peu. Voilà. On ne m’affiche pas les infos. Allez lightroom. Donc là, on a f16 à gauche. On voit que tout est un peu flou. Le piqué est vraiment nettement réduit. Je pense que c’est pour cela que cet objectif-là, il s’arrête à f16.

Distance minimale de mise au point

Autre chose à signaler sur cet objectif-là, c’est que sa distance minimale de focus est de 35 cm. 35 cm, c’est plutôt beaucoup. La plupart des f2 sont plutôt dans les 20 cm. Ici, on est presque au double, 35 cm cela commence à faire. Ce qui veut dire que contrairement à d’autres objectifs par exemple aux 50 mm dont je parle souvent où je vous dis, vous pouvez peut-être vous rapprocher de votre sujet si vous voulez augmenter le bokeh. Alors certes, vous allez changer votre photo, mais si c’est à tout prix le bokeh que vous cherchez, vous allez pouvoir l’avoir.

Ici à partir du moment où vous ne pouvez pas vous rapprocher, vous n’allez pas pouvoir augmenter le bokeh. Donc 35 mm, c’est une distance de travail qui est assez confortable, mais cela reste quand même assez long par rapport à d’autres objectifs. Donc, c’est quelque chose qui est à prendre en compte.

Conclusion

En conclusion pour moi, on a un super objectif qui est vendu à un très bon prix, qui vous offre une possibilité avec un objectif qui est tropicalisé, qui a un autofocus qui va vraiment suivre si vous avez envie de faire quelque chose qui bouge beaucoup, qui est idéal pour faire du reportage, pour faire de la photo d’enfant, pour faire du portrait.

Pour autant à mon sens, fuji aurait peut-être pu faire un tout petit peu mieux sur cet objectif-là en n’étant pas autant sujet à la distorsion, en étant autant sujet au vignetage. Alors certes, c’est corrigé, vous ne le verrez même pas en définitive, mais cela va vous abîmer le piqué, notamment dans les bords extrêmes. Alors franchement, les gens qui regardent le piqué des bords, il n’y en a peut-être pas beaucoup, mais en tout cas je tenais à vous le signaler.

De même que la distance de mise au point de 35 cm, c’est quelque chose qu’il va falloir prendre en compte, si notamment vous vous intéressez particulièrement au bokeh. C’est-à-dire que vous allez cumuler une ouverture de f2, donc qui n’est pas à 1.4 et en plus une distance qui est plus longue.

Donc, c’est un peu l’inverse encore une fois, je reparle de 50 mm et du 56 mm, mais ici, c’est l’inverse. C’est-à-dire que le 50 mm f2, il avait la possibilité de se rapprocher par rapport au 56 mm 1.2. Donc là, on est dans une situation où on va le voir, je vais faire le comparatif du 1.4 et du f2 où le choix sera quand même un peu plus difficile à mon sens. En tout cas, c’est encore une fois une super proposition de fuji : bien compact, bien construit, tout en métal et un objectif que je ne peux pas vous déconseiller. Voilà.

Le comparatif XF 35mm F1.4 et XF 35mm F2 est a lire aussi.