Aujourd’hui, on fait le test du zoom lumineux pro de chez Fujifilm, le XF 16-55 mm 2.8 ! Focale très polyvalente qui a vocation a remplacer de multiples focales fixes. Il forme avec le XF 50-140 mm f2.8 et le XF 8-16 f2.8 le trio d’objectif haut de gamme chez Fuji. Est-ce que le challenge est tenu ?

On voit ça en vidéo !

  • Présentation physique
  • Analyse du Piqué
  • Autofocus
  • Aberration chromatique
  • Vignettage
  • Distorsion
  • Bokeh
  • … et on parle évidemment de l’absence de la stabilisation

Je partage avec vous quelques exemples de photos que j’ai pu faire au fil du temps avec cet objectif.

 

Vidéo-Test Fujifilm XF 16-55 2.8

→ Cliquez ci-dessous pour démarrer la lecture de la vidéo :

 

XF 16-55 2.8 : Le zoom standard

Vous êtes à la recherche d’un zoom polyvalent qui n’a rien à envier aux focales fixes ? Le Fujinon XF 16-55 2.8 risque de vous plaire ! Ce zoom de la gamme professionnelle de chez Fujifilm est un équivalent des objectifs 24-70 mm sur un plein format, à quelques différences près. Voici mon test et mon avis sur le Fujinon 16-55 mm.

 

Caractéristiques techniques

Ne vous étonnez pas de la taille de cet objectif : c’est un beau bébé, assez gros, et relativement lourd (environ 650 g). Comme vous pouvez le voir, il est d’ailleurs plus gros qu’un XF 18-55 mm. 

Comparatif taille XF 16-55 vs XF 18-55

Comparatif taille XF 16-55 vs XF 18-55

Au niveau de la construction, rien à redire, elle est de qualité. Pour une meilleure finition et une bonne adhérence, la bague de zoom et de mise au point sont en métal. La bague pour régler l’ouverture est graduée depuis f/2.8 jusqu’à f/22, avec une position auto pour faciliter la prise de vues. Relativement bien construites de la part chez Fuji, ces bagues sont extrêmement confortables. 

Si vous observez la lentille frontale, vous verrez qu’elle est légèrement bombée sur le devant. Elle est d’ailleurs compatible avec des filtres de 77 mm (la taille standard). Pour minimiser la lumière parasite, elle est également traitée flare avec du Nano-GI. 

L’abréviation LM (Linear Motor) prouve la grande qualité de cet objectif puisque c’est ce qui se fait de mieux en terme d’autofocus (0,06 secondes d’après les tests de Fujifilm). Il est également estampillé WR (Weather Resistance) : il s’agit d’un objectif tropicalisé qui est donc résistant à l’humidité et à la poussière. 

Un objectif très polyvalent avec une grande plage focale 

Grâce à sa plage de 16-55 mm, cet objectif est particulièrement intéressant, même s’il reste relativement gros par rapport à ses concurrents. J’ai donc voulu comparer avec des zooms équivalents pour APS-C par Canon, Nikon, Sigma, Sony, etc. Je me suis rapidement rendu compte que c’est le zoom qui a la plus grande plage focale parmi tout ce qui se fait dans le monde de l’APS-C.
Par exemple, la plupart des zooms commencent à 16 mm, mais ils finissent à 50 mm. Sinon, certains commencent à 17 mm ou 18 mm, et terminent à seulement 55 mm. 

Cet objectif est donc le seul qui offre un vrai grand angle en commençant à 16 mm et en finissant à 55 mm. C’est pour cela que je le comparais au début à un zoom lumineux de 24-70 mm sur plein format. Mais ici, c’est plutôt un équivalent d’un 24-84 mm.
Cette différence change la donne par rapport au bokeh. Si vous comparez le bokeh que vous auriez eu sur un plein format à 70 mm f/2.8, et ici à 83 mm f/2.8, vous verrez que l’écart entre les deux est réduit. En résumé, c’est plutôt pas mal pour avoir une belle séparation des plans et un joli bokeh ! 

Un beau bokeh et un bon piqué avec le XF 16-55 f2.8

Analyse du piqué 

On voit que Fujifilm accorde une grande importance au 16 mm, avec une réelle optimisation sur cette focale. Sur les autres, on s’aperçoit que la qualité des bords diminue très légèrement. 

La meilleure des focales sur ce zoom est bel et bien le 16 mm : dès une ouverture à 2.8, l’homogénéité est impressionnante, avec un joli piqué dans les coins et au centre. Une telle qualité est d’ailleurs comparable aux résultats obtenus avec une focale fixe. 

Pour un petit aperçu des autres focales : 

  • À 23 mm, le rendu reste excellent ;
  • À 35 mm, le piqué est toujours très bon, sans être impressionnant pour autant ;
  • À 55 mm, le résultat est très bon, mais il ne faut pas s’attendre à avoir un piqué exceptionnel sur les bords. 

 

Cette optique est donc très homogène, avec un piqué toujours bon au centre. Notez tout de même qu’il est légèrement moins bon à 55 mm, mais c’est rarement le bord qui est intéressant quand on utilise cette focale.
Dans tous les cas, la qualité est toujours au rendez-vous, sans jamais descendre au-dessous d’un niveau de décence qui serait inacceptable, même à 55 mm. 

Un objectif parfait pour du paysage 

Particulièrement optimisé pour la photo de paysage, le XF 16-55 mm f2.8 possède toutes les qualités nécessaires pour faire du grand angle. En plus, vous n’aurez pas forcément besoin de compléter avec une focale fixe pour avoir plus de netteté sur les bords : le piqué est excellent. 

Je l’utilise d’ailleurs beaucoup en paysage et j’en suis très satisfait. 

Test qualité photo XF-16-55

Paysage avec le XF 16-55 2.8

 

Par exemple, cette photo prise à Rocamadour au 16 mm en f/5.6 fourmille de détails. Même sur les coins, le piqué reste relativement bon et il n’y a vraiment pas grand-chose à reprocher à cet objectif. 

Paysage avec le XF 16-55 2.8

Paysage avec le XF 16-55 2.8

Cette photo a été prise au 55 mm. Le détail sur les bords est peut-être légèrement plus faible qu’au centre, mais il est tout à fait possible de faire de la photo de paysage avec un 55 mm.

Des portraits avec un joli bokeh

Portrait avec le XF 16-55 2.8

Portrait avec le XF 16-55 2.8 

 

Sur cette photo, prise avec une focale de 55 mm en f/2.8, on observe déjà un bokeh très prononcé et d’une grande qualité. 

Le piqué délivré dès f/2.8 est donc vraiment excellent sur cette focale. 

Peu de défauts optiques avec le XF 16-55 mm f2.8

Les aberrations chromatiques 

Cet objectif n’est pas sensible aux aberrations. Le niveau est excellent, il n’y a vraiment pas besoin de surveiller ce point-là. 

La distorsion 

Par rapport à ses concurrents, on observe un peu plus de distorsion. Néanmoins, vous ne la verrez pas puisqu’elle est automatiquement corrigée. 

Le vignettage 

Vous n’aurez pas trop de vignettage avec cet objectif. Si vous êtes face au soleil, vous risquez d’avoir un peu de flare, mais rien de spécialement notable par rapport à la concurrence. Par rapport à ce qui peut se faire avec ce type de zoom, on reste tout de même dans l’excellent. 

L’autofocus 

Au niveau de l’autofocus, aucun problème en particulier : il est très bon ! Vous pouvez faire tout ce que voulez, sans être limité.
Si vous en avez envie, vous pouvez même faire de l’astrophotographie et vous faire plaisir à 16 mm, f/2.8. Cet objectif donne notamment de bons résultats par rapport à l’astigmatisme.

L’absence de stabilisation 

L’un des plus gros défauts de cet objectif, c’est bien son absence de stabilisation. Mais à ce niveau de focale, la stabilisation est tout de même moins importante que sur les longues focales. Malgré tout, elle aurait été un avantage à 55 mm, surtout pour des prises de vues en basse luminosité.  

Évidemment, Fujifilm vend cet objectif comme un objectif du kit du Fujifilm X-H1, qui est stabilisé. Il est donc beaucoup plus facile d’avoir un objectif stabilisé et très polyvalent avec le X-H1, qui peut répondre à beaucoup de besoins. 

Ce XF 16-55 mm f2.8 s’allie tout de même très bien avec la gamme X-T2 et X-T3 en formant un ensemble cohérent. Il sera également parfait avec la gamme X-Pro.

Par contre, il convient un peu moins bien au Fujifilm X-T30 ou au X-E3, qui paraissent un peu petit pour supporter un objectif aussi gros. C’est tout de même faisable si vous acceptez de mettre une main sous l’objectif pour le stabiliser. 

Fujinon XF 16-55 mm f.2.8 R LM WR : ce qu’il faut retenir 

Pour faire simple, c’est un objectif que j’apprécie beaucoup. Très polyvalent et qualitatif, il a néanmoins le défaut d’être un peu gros par rapport à la concurrence. Comme il est dépourvu de stabilisation, on aurait pu imaginer quelque chose de plus petit.
Fujifilm a certainement voulu optimiser le piqué et le résultat est bien là !
J’ai notamment été étonné par le résultat obtenu à 16 mm. Pour des portraits à 55 mm avec un super bokeh, rien à redire non plus.
Même si j’aurais préféré quelque chose de plus léger, de moins gros et de stabilisé, je suis conscient qu’on ne peut pas tout avoir. Finalement, il est parfait aussi bien pour du paysage que pour du portrait et c’est tout ce qui compte après tout !

 

N’hésitez pas à me dire ce que vous pensez de cet objectif, même si vous n’en êtes pas content !
Si vous débutez chez Fuji, je vous laisse aussi découvrir mon guide du démarrage pour les débutants.