Le nouveau modèle de chez Fujifilm, le X-A7, est enfin arrivé ! Annoncé comme une smart caméra dotée d’un écran innovant, cet hybride entrée de gamme était très attendu. Va-t-il tenir toutes ses promesses ? La qualité d’image est-elle au rendez-vous ? Pour répondre à toutes vos questions et en apprendre un peu plus sur cet appareil photo, voici le test du Fujifilm X-A7. 

Le test du Fujifilm X-A7 en vidéo

Présentation et caractéristiques du Fujifilm X-A7 

Le X-A7, vendu en kit avec le XC 16-45mm f/3.5-5.6, au prix de 749 € est le nouvel entrée de gamme de chez Fujifilm. À l’exact opposé du X-Pro 3, cet hybride s’adresse avant tout aux débutants. Découvrons ensemble toutes ses particularités ! 

Une nouvelle technologie d’écran 

Dès la présentation de cet appareil photo, j’étais emballé par l’écran. Pour moi, c’est vraiment le meilleur écran de toute la gamme Fujifilm. Pourquoi ? Tout simplement pour sa taille et sa belle luminosité. Mais surtout, c’est un écran sur rotule ! 

Différences taille écran du Fujifilm X-A7

Ici, on voit bien qu’il est immense. Par rapport à l’écran du X-T30 à droite, la différence est frappante. On est quasiment sur la même taille d’écran que le D850 chez Nikon. En plus d’être très lumineux, il est aussi beaucoup plus réactif que les autres écrans Fujifilm. Comme c’est un écran sur rotule, il peut pivoter dans tous les sens : vous pouvez voir ce que vous filmez, prendre des photos au ras du sol, d’une foule, ou même le fermer complètement. Vous pouvez vraiment faire tout ce que vous voulez. C’est la première fois que Fujifilm utilise cette conception d’écran, qui est pour moi la meilleure et la plus polyvalente. Maintenant, il n’y a plus qu’à espérer que cet écran arrive sur le futur X-T4 ou X-H2. 

Une ergonomie bien conçue 

Le Fujifilm X-A7 est un appareil très léger, conçu entièrement en plastique. Malgré tout, il s’agit d’une belle conception, relativement résistante. Vous avez également plusieurs boutons : menu, disp back, et le joystick. Habituellement, les appareils entrée de gamme n’ont pas forcément de joystick, donc c’est vraiment une bonne surprise ! 

Au niveau des molettes, il n’y a pas la molette des modes que l’on retrouve chez les hybrides Fujifilm. À la place, c’est le bouton drive qui vous permet de choisir tout ce que vous voulez : exposition, ISO, simulation de films, rafale, balance des blancs, mode HDR directement incorporé, mode vidéo…
Pour choisir entre les modes P,A,S,M, vous avez la molette du dessus. Pour débuter, c’est vraiment l’idéal ! Si vous avez envie de passer progressivement du mode semi-automatique au mode automatique, cet appareil vous permet de le faire. 

Molette de réglages sur le X-A7

Même s’il s’agit d’un appareil entrée de gamme, il dispose d’une molette avant et d’une molette arrière, ainsi que d’un bouton programmable. L’obturateur fonctionne lui aussi très bien. Par contre, sur la face avant du boîtier, vous n’aurez pas le bouton habituel qui permet de changer l’autofocus, mais seulement celui qui permet d’enlever l’objectif. 

Et le capteur ? Cette fois-ci, cet hybride n’est pas doté du capteur X-Trans de chez Fuji : on est sur un capteur APS-C standard. Comme il s’agit de la même monture que sur tous les autres boîtiers de la gamme, tous les objectifs Fujifilm vont s’adapter.
En bref, c’est un appareil photo léger qui peut s’emmener partout. Il ne possède pas beaucoup de boutons configurables, mais toutes les molettes sont présentes et c’est vraiment appréciable. On est donc sur un appareil photo qui conviendra très bien en appareil secondaire. Par exemple, si vous avez déjà un X-T3 ou un X-T30, c’est un bon complément. 

Une interface originale et intuitive 

Fujifilm a voulu mettre en place une nouvelle interface type smartphone. Grâce à cette interface, vous pouvez directement configurer votre photo, même si vous débutez. Par exemple, la simulation de film peut se changer en direct, pour vous permettre de prévisualiser l’impact qu’elle aura. C’est assez ludique, mais pour des utilisateurs plus avancés, je pense que cette fonctionnalité est plutôt gadget.
Pour accéder au menu Quick, il faudra passer par cette interface. 

Nouvelle interface sur le Fujifilm X-A7

Amélioration de la détection des yeux et des visages 

En introduisant ce X-A7, Fujifilm avait annoncé un meilleur algorithme pour la détection des yeux et des visages, plus efficace que sur le X-T30 ou le X-T3. J’ai pu le vérifier pendant ce test du Fujifilm X-A7, et c’est une vraie réussite ! Le résultat est même comparable avec les appareils Sony, ça fonctionne très bien.
Le seul bémol : cette fonctionnalité est disponible uniquement en mode photo, pas en rafale. Donc si vous êtes comme moi, presque toujours en mode rafale, ça risque de vous gêner. 

Une bonne qualité vidéo 

Pour de la vidéo, le Fujifilm X-A7 est idéal, surtout pour des VLOG. Il est capable de faire de la 4K 30 FPS, ainsi qu’un ralenti de 100 images par seconde. En plus, son écran sur rotule qui vous permet de vous voir pendant que vous filmez est un vrai avantage. Quant à la qualité, elle est vraiment très bonne. Par contre, pour une vidéo d’un sujet en mouvement, l’autofocus va avoir du mal à suivre. 

La connectique sur le X-A7 

Cet hybride dispose de 2 ports sur le côté, l’un pour le charger en USB-C, et une sortie HDMI. Vous avez également une prise micro, qui montre bien la volonté de Fujifilm d’en faire un appareil pour la vidéo et le VLOG. Pour utiliser le flash, il faudra se servir du petit bouton qui vous permet de le faire sortir.
Au niveau de l’autonomie, c’est relativement correct. On est sur l’autonomie moyenne de chez Fujifilm, entre 350 et 400 photos. Pour moi, c’est largement suffisant. 

Test du Fujifilm X-A7 : une bonne qualité d’image 

La qualité n’est vraiment pas un problème sur cet appareil, vous ne serez pas déçu. Elle est même assez comparable avec ce qui se fait sur le X-T30 ou le X-T3. Les différences ne sont pas flagrantes, sauf en termes de dynamique. 

Test de la qualité d'image sur le Fujifilm X-A7

X-A7 à droite

Sur le X-A7 à droite, on voit que les blancs vont être cramés un peu plus vite qu’avec le X-T30. Et encore, ça reste vraiment raisonnable pour un boîtier entrée de gamme. 

La montée en ISO sur le Fuji X-A7

Pour la qualité d’image, j’étais plutôt satisfait. Que ce soit en ISO natifs ou à 12 800 ISO, la qualité est très bonne. 

Si vous voulez faire du portrait avec le Fujifilm X-A7, sachez que tous les objectifs fonctionnent très bien. En l’associant avec le XF 50 mm f/2, voici le résultat que vous pourrez avoir : 

Test du Fuji X-A7 avec objectif XF 50mm

Le XF 16-80mm f4 fonctionne également très bien, et vous permettra de faire des portraits avec une belle profondeur de champ. 

Portrait avec le Fujifilm X-A7 et le XF 16-80

Les points faibles du Fujifilm X-A7 

Un autofocus trop lent 

Pour en venir au sujet qui fâche, j’ai été vraiment déçu par l’autofocus. Pendant le test du Fujifilm X-A7, je me suis rendu compte que l’AF ne suivait pas du tout. En basse lumière, il met un temps monstrueux avant de faire la mise au point, et quand il y a suffisamment de lumière, il ne fait la mise au point qu’une fois. Par exemple, si vous essayez de faire une rafale, toutes les photos seront floues, sauf la première !
J’avais peu de choses à reprocher à l’ergonomie, à la qualité d’image ou à la dynamique, mais malheureusement, l’autofocus vient un peu gâcher l’ensemble. En plus, c’est un appareil qui est proposé uniquement en kit, et c’est étonnant de la part de Fujifilm. Il conviendra donc plutôt aux débutants, ou aux personnes qui feront beaucoup de vidéos. 

Des capacités de rafales limitées 

En théorie, la rafale était annoncée à 6 i/s. Mais comme le buffer est très faible, vous risquez d’avoir vraiment du mal à les atteindre : dès que vous commencez la rafale, elle est déjà terminée. Pour moi, c’est vraiment un inconvénient ! En photo, on aura toujours besoin d’une rafale pour capter le bon moment, et surtout, d’un autofocus qui arrive à suivre son sujet. 

Un mode AF-C qui n’est pas suffisant 

Le mode AF-C, c’est celui qui vous permet de faire la mise au point continue et de la rafraîchir au fur et à mesure que la distance avec votre sujet évolue. Le problème avec le X-A7, c’est qu’on a presque l’impression que ça ne fonctionne pas, tant la mise au point est lente. En rafale, toutes vos photos seront floues, sauf la première où la mise au point a été réussie. Malgré tout, quand il arrive à faire la mise au point, le résultat est vraiment au rendez-vous avec une très bonne photo. 

Test de l'autofocus en mode AF-C

Malheureusement, les photos suivantes seront floues puisque l’autofocus ne va pas réussir à récupérer sa cible en mouvement. En plus, comme le buffer est limité, vous allez pouvoir faire une rafale de 5 photos uniquement, sinon l’appareil suffoque. 

Manque de réactivité de l'AF sur le Fujifilm X-A7 

Une smart caméra qui manque de réactivité 

Fujifilm avait introduit le X-A7 comme la première smart caméra du marché. Qu’est-ce que c’est ? C’est simplement un appareil photo qui aurait l’ergonomie et la réactivité d’un smartphone. Encore une fois, j’ai été un peu déçu. Rien qu’au niveau de la réactivité, il faut au moins 5 secondes pour que l’appareil s’allume. Pour le tactile, même s’il est réactif, il faut attendre presque 2 secondes avant que le joystick change de position. Pour moi, c’est beaucoup trop lent et c’est dommage ! La promesse marketing du smartphone, c’était une excellente idée, mais malheureusement, la réalisation n’est pas tout à fait au niveau. 

L’essentiel à retenir sur le test du Fujifilm X-A7

Pour résumer ce test en quelques mots : le X-A7 est doté de la meilleure technologie d’écran, d’une bonne qualité d’image et de vidéo, de fonctionnalités intéressantes, mais l’autofocus n’est vraiment pas assez réactif. Finalement, tout est là pour en faire un appareil réussi, mais l’autofocus est vraiment rédhibitoire. Le X-A7 pourra éventuellement vous convenir si vous faites de la vidéo, et surtout des VLOG.

En bref, je ne pourrais pas vous le conseiller. Je préfère vous diriger vers l’ancienne génération, avec le X-T20 par exemple. Il sera meilleur à tous les niveaux (capteur, rafale, dynamique, AF et ergonomie). La seule chose qu’il lui manque par rapport au X-A7, c’est cet écran ultra lumineux sur rotule. Pour le reste, autant aller sur l’ancienne génération, qui vous coûtera en plus bien moins cher. 

Si vous l’avez testé, n’hésitez pas à me donner votre avis !
Et pour les débutants chez Fujifilm, vous l’aurez compris, je ne vais pas vous conseiller le X-A7, mais vous pouvez toujours découvrir mes 12 conseils pour progresser en photo.