Bonjour à tous ! C’est Damien ! Comme vous le savez, la gamme déjà très complète des objectifs Fuji, vient d’accueillir un petit nouveau, le XF 80 F2.8 R LM OIS WR Macro. Oui, le nom est un peu long n’est-ce pas ? 😉.

Dans cette vidéo, je teste et donne mon avis sur le XF 80 2.8 Macro :

 

 

Objectif Fujifilm macro : Test Fujinon XF 80 F2.8 R LM OIS WR MACRO

C’est le premier objectif au rapport de grossissement 1:1 pour les Fuji X. Vous brûlez d’envie de savoir ce que Fuji vous réserve avec la sortie de ce nouvel objectif ? Ses qualités et défauts ? Je décrypte tout dans l’article qui suit, en passant au crible toutes ses fonctionnalités : l’autofocus, piqué, mode macro.

Bonus, je vous parlerai également du télé-convertisseur TC1.4x associé au XF 80 !

! ! Petit rappel à tous les Fujistes qui me suivent :

Je ne prétends pas être un professionnel, en revanche je suis passionné par la photo, mon objectif est de partager avec vous mes tests et expériences, vous prodiguer des conseils, de manière simple et pédagogique, en m’adressant aux amateurs débutants comme aux plus chevronnés.

Faisons maintenant connaissance avec le XF 80 !

Présentation Fujinon XF80mm

Le XF 80 est un modèle assez imposant, long, large et un peu lourd. Comme d’habitude chez Fuji, c’est un produit qui respire la solidité, ses finitions sont en métal, le design est irréprochable. Si vous connaissez déjà les produits de la marque, vous ne serez pas du tout dépaysé par cet appareil. On est vraiment dans les standards de chez Fuji : un produit qualitatif.

Caractéristiques objectif fujinon :

  • Un bouton de stabilisateur pour l’activer ou le désactiver
  • Un autofocus avec 3 modes :

Un mode avec lequel vous activez l’autofocus de loin

Un mode full qui vous donne aussi bien l’autofocus de loin que l’autofocus en macro

Un mode destiné à l’autofocus de près.

  • Ouverture maximale

La bague d’ouverture permet d’osciller de 2.8 à F22 avec la position automatique en plus. De plus, il dispose d’une très large bague pour faire la mise au point. Comme vous le savez, la mise au point en macro est difficile, Fuji nous gâte avec cette bague très large, souple et précise.

  • Dans la partie supérieure plusieurs mentions figurent :

“Super EBC” : une option qui permet un traitement sans reflet en toutes situations.

“LM ou linear motor”: pour un autofocus linéaire.

“OIS” : pour la stabilisation.

“WR” :  tropicalisé

 * Qu’est-ce qu’un appareil tropicalisé ?

Il présente une forte étanchéité à différents éléments : eau, sable, poussière.

  • Dimension du diamètre : 62mm, avec le symbole macro, signe qu’il a un grossissement 1/1.

La lentille frontale quant à elle est un peu petite.

Comparatifs des objectifs Fujifilm

En termes de comparaison, Le XF 80 est plus gros que le 16-55mm, que certains trouvent déjà imposant. Il est également beaucoup plus large que le XF 90. A titre d’exemple, j’ai placé le XF 80 à côté d’un 50-140mm, et comme vous le distinguez, il n’arrive pas à sa taille.

1/ Montage objectif sur appareil Hand Grip Fuji : MH GT X10

Au départ, on a un ensemble sur un XT 20.

Bon à savoir : combiné à un XT 20, sans le ”Hand Grip”, on obtient un ensemble long et déséquilibré.

En présence du “Hand Grip” de chez Fuji, soit le MH GT X10 : l’ensemble s’accorde parfaitement et harmonieusement.

2/ Bruit Objectif XF 80 :

Après quelques recherches sur ce sujet, les bruits entendus proviendraient des groupes autofocus. En effet sous alimentation, ces derniers sont tenus par des moteurs. Dès lors que ces moteurs s’arrêtent, les groupes autofocus se promènent à l’intérieur, c’est ce bruit que vous entendez, mais à priori parfaitement normal. A l’allumage, on entend un bruit électronique, globalement l’objectif n’est pas très silencieux.

3/ Le poids :

L’optique pèse 750 grammes, un poids non négligeable, mais pour de bonnes raisons, car à l’intérieur c’est un petit bijou de technologie.

4/ Les nouvelles technologies proposées par Fuji

Alors, c’est le premier objectif macro de la gamme Fuji avec un vrai rapport de grossissement 1/1.

Fuji nous promet un piqué et un bokeh idéal pour des photos de fleurs ou de nature. Doté d’un nouveau moteur de stabilisation, il autorise ainsi des prises de vue à main levée par réduction de vibration linéaire.

C’est l’unique focale fixe Fujifilm à avoir la stabilisation.

On est sur un objectif qui est tropicalisé, vendu pour fonctionner jusqu’à -10°, même la lentille frontale est traitée pour favoriser l’écoulement de l’eau et des saletés. Autre nouveauté pour ce XF 80, il utilise un système de mise au point flottant.

Le bruit entendu traduit la division des groupes de lentilles, entre un groupe d’un côté pour la mise au point avant et un autre groupe qui concerne la mise au point arrière.

Il va diriger ces groupes en fonction de la distance de prise de vue avec une précision élevée. C’est la promesse de Fuji. Avec cet objectif la marque fait un vrai pari en proposant de nouvelles technologies et en faisant table rase des anciens procédés.

Test complet du XF 80 Fuji

Premier test en mode normal de l’objectif, à savoir à distance de travail normal, qui ne soit pas macro.

1/ Un piqué exceptionnel

Le piqué de cet objectif est purement excellent et ce dès la plus grande ouverture. C’est sûrement ce qui m’a le plus épaté avec cet objectif.

  • Dès 2.8, c’est topissime, on obtient une acutance extraordinaire.
  • Le meilleur piqué est atteint vers les 5.6 et les côtés sont aussi excellents dès le départ.

Est-ce que c’est un niveau de piqué jamais vu ?

Non, ce n’est pas forcément du jamais vu. Cela ne marque pas spécialement une révolution. Fujifilm annonçait avec ces nouvelles technologies, avoir franchi encore un cran supérieur. Personnellement, je n’en ai pas eu l’impression.

2/ La stabilisation de l’image, qu’en est-il ?

Elle est bonne sans être novatrice. On va atteindre trois stops comme à peu près tous les objectifs déjà depuis plusieurs années.

Voici en image un graphique avec les résultats des tests de stabilisation :

Résultat : on est à un peu plus de 50 % de réussite, quand on est à  1/15ème de seconde et réussir une photo 1/8 ème de seconde, cela demande vraiment beaucoup d’essais et un peu de chance.

3/ Le bokeh

Le flou d’arrière-plan est agréable et doux. Il est déjà bien prononcé à 2.8 et cela tombe bien parce que l’acutance est au rendez-vous à 2.8.

  • Rendu du bokeh avec Fujifilm XF80

Pour indication, le sac pris en exemple mesure la taille d’une tête. Malgré son ouverture en 2.8, on obtient un bel effet flouté derrière. La meilleure ouverture se situe aux environs de 5.6. Entre une ouverture à 2.8 et 5.6, la différence est subtile, c’est d’ailleurs son plus grand atout. A partir du F11, on perd un peu plus en acutance.

  • Rendu Bokeh portrait visage enfant sur Fuji XF80

La photo est prise à 2.8, on y perçoit la faible profondeur de champ. Tous les détails possibles et imaginables sont perceptibles, tellement subtils qu’on pourrait même compter les cheveux et les cils, une netteté et précision de l’image impressionnantes. En mode portrait le résultat est plus que satisfaisant.

 

4/ Particularités de l’autofocus XF 80

Pour l’autofocus, mon avis est plus nuancé. Généralement irréprochable et rapide, cependant quelques manifestations à mentionner :

Par moment l’autofocus est hésitant et patine, sans en connaître la raison. Il peut pendant 5 à 6 secondes chercher à faire la mise au point. En proposant un autre endroit, il regagne ses esprits.

! ! Rappelons un critère essentiel : Le XF 80 dispose de 2 mécanismes séparés pour faire la mise au point macro ou éloignée.

Démo de l’autofocus

Pour vous rendre compte, rien de mieux qu’une démonstration : visionnez à nouveau la séquence vidéo, à partir de 11 minutes et 46 secondes.

Un rendu autofocus mitigé, parfois opérationnel et par moment plus en difficulté dans sa mise au point.

Démo autofocus en basse lumière

Autre démonstration, une démo en basse lumière, les images étant plus parlantes qu’un discours, je vous invite à visionner la séquence correspondante à partir de 13 minutes 51 secondes.

En basse lumière, on a un objectif qui est poussif et en difficulté.

Concernant les autres paramètres, les promesses sont tenues : pas de vignetage ni de distorsion.

Atout principal XF 80 Fuji : mode macro

Mais évidemment, son atout principal, c’est son mode macro, il lui permet de faire la mise au point jusqu’au rapport 1/1.

  • Quelques notions sur le rapport 1/1 :  il faut savoir que le rapport 1/1 est atteint quand on est à peu près à 10 cm du sujet. A ce moment-là, on est en rapport à ce qu’on appelle : 100 %.

C’est-à-dire que le sujet fait la même taille en réel que sur le capteur.

  • L’autofocus reste bon en mode macro avec parfois des phénomènes de pompage. On utilisera probablement plus souvent, la mise au point manuelle avec ce genre d’objectif en mode macro, puisqu’on a une profondeur de champ extrêmement réduite.
  • La bague étant très confortable, c’est assez agréable de venir faire la mise au point en manuel, c’est très souple, elle est vraiment très précise. Le passage du mode macro au mode normal, se fait généralement assez correctement et rapidement au niveau de l’autofocus. L’objectif est réactif et il arrive à switcher entre AF normal à AF macro très rapidement. 
  • L’acutance, en mode macro elle est optimale plutôt aux alentours de F8. Le piqué aux grandes ouvertures en mode macro m’a semblé de moins bonne qualité que ce qu’il l’était en mode normal. On a l’impression qu’en mode normal, on obtient un piqué génial dès 2.8. En mode macro, en 2.8, cela reste très bon, sans être exceptionnel. Il faut attendre d’ouvrir un petit peu plus et même d’atteindre F8 pour vraiment obtenir le meilleur piqué.
  • Le bokeh en macro : dans ce cas de figure, Fuji nous cajole  puisqu’on a un flou d’arrière-plan soyeux. A mon sens, il est vraiment irréprochable.

 

  • Atouts du Bokeh : parfait pour mettre en valeur les sujets qu’on photographie.

On observe un superbe effet bokeh, très prononcé, doux et fluide, idéal pour mettre en valeur les éléments naturels et objets photographiés.

Comparatif image pièce de monnaie entre 2.8 et 8 :

2.8 étant à gauche et F8 étant à droite

Une photo à droite à F8, plus précise avec un rendu plus piqué, on note un écart plus marqué entre le mode normal et macro. Malgré tout, dès  2.8 nous sommes à un résultat qui reste parfaitement acceptable.

Ce qui fait l’intérêt et la particularité du XF 80, c’est une ouverture à un champ des possibles plus qu’intéressante, cet objectif est créatif et permet de réaliser des photos variées.

Gardez tout de même à l’esprit qu’il s’agit ici d’un 122mm équivalent à un plein format, situé à quelques centimètres seulement de sa cible : 10 cm.  Si vous voulez être au rapport 1/1, vous obtiendrez une profondeur de champ qui n’atteint même pas le millimètre !

Après ces différents essais, on comprend plus aisément qu’en mode macro, l’autofocus est oscillant pour faire la mise au point, puisqu’encore une fois, elle est inférieure à 1 mm. En effet, le moindre tremblement ou micro mouvement, rend difficile la mise au point.

Compatible avec des multiplicateurs de focale

⇒ Avec l’objectif XF 80, vous pouvez agréger un multiplicateur de focale soit le 1.4X ou le 2.0X.

Test XF 80 avec multiplicateur de focale 1.4X

Couplé avec le 1.4 : vous êtes donc en présence d’un 112 mm F4 dans les mains, soit un 171 mm équivalent plein format, c’est à dire un téléobjectif avec une longue focale.

Avantages : il va vous permettre d’atteindre un rapport de grossissement encore supérieur au 1/1, à peu près 40 % supplémentaire. Le meilleur piqué est atteint vers F11.

Avec le multiplicateur, le piqué reste très bon. Lorsque l’on met ce téléconvertisseur, il demeure un peu mou et progresse doucement. Par contre, quand on est à F11, on commence à demander clairement de la lumière pour venir exploiter ce multiplicateur.

Avec une longue focale comme celle-ci, vous avez une profondeur de champ qui est encore plus petite, il donc important de savoir le maîtriser.

Les points essentiels à retenir

  • Un super objectif qui ne manque clairement pas d’atouts.
  • Des richesses d’utilisation nombreuses avec un champ des possibles niveau photo qui en fait un objectif très créatif et innovant.
  • La stabilisation est unique pour une focale fixe chez Fujifilm.
  • Un piqué excellent dès la pleine ouverture
  • Une stabilisation
  • Un autofocus d’un bon niveau, mais pas exempt de défauts
  • Un mode macro qui est vraiment sympa et  compatible avec les téléconvertisseurs.

 

Le prix : il reste assez élevé, mais c’est clairement un téléobjectif offrant un panel de possibilités. Il est d’un excellent niveau, mais probablement pas le meilleur si vous cherchez à tout prix la photo de portrait. La faute à une ouverture 2.8 qui vient pénaliser un tout petit peu au niveau du bokeh.

Choisir le XF 80 pour quels usages ?

Idéal pour photographier les fleurs et la nature et son excellent rendu en macro.

Monté sur un X-T20 et un XE3, il crée un ensemble un peu déséquilibré, d’où ma vive recommandation d’un “Hand grip”.

XF 80 et X-T2 : la monture gagnante

Sur un X-T2, c’est par contre une bonne combinaison et son poids, il serait immédiatement oublié dès que vous l’avez en main. L’ensemble est parfaitement équilibré, très agréable d’utilisation.

En conclusion : ici, je me suis attaché à faire le test du XF 80, sans le comparer à tel ou tel autre objectif. Mais restez connecté car cela viendra bientôt dans une autre vidéo…