Bienvenue sur Les Guides Fujifilm ! Comme ce n'est pas la 1ère fois que vous venez ici, vous voudrez sans doute regarder les 12 conseils 100% FUJI pour débuter sans stress 🙂 Cliquez ici (gratuit) !

Allez aussi voir du coté des Masterclass Fuji X : ICI


Test du Fujinon XF16 F1.4 WR pour Fujifilm X ! C’est la focale fixe grand angle équivalente 24 mm de la gamme Fuji. Idéale pour les photos de paysage mais aussi pour du portrait environnemental ou de la photo de rue/documentaire ! Finalement assez polyvalent grace à une ouverture à 1.4 qui en fait un objectif lumineux.

je vous la présente ce XF 16 1.4 et on étudie le piqué, le vignetage, les aberrations chromatiques, l’autofocus, les couleurs …

Faut-il craquer pour ce caillou ?

 

 

Test/Critique Fujifilm XF 16 1.4 WR

Allez, bonjour à tous ! Bienvenue dans ce test du XF 16 mm 1.4. Donc, c’est un focal fixe grand-angle de chez Fuji. C’est un équivalent 24 mm au format plein format. Du coup, c’est la focale idéale pour les paysages. Donc, cette focale-là, comme vous voyez, elle se présente de cette manière-là. Donc cela, elle est présentée avec un X-T20, vous voyez. Donc, c’est quand même une belle focale fixe déjà. Elle ouvre à 1.4, ce qui explique sa taille. Mais, on n’est pas dans la focale fixe très compacte malgré tout.

Ergonomie

Je vais l’enlever. Donc dessus, vous allez trouver une bague d’ouverture. Comme vous voyez, elle va jusqu’à f16 donc il n’y a pas f22 sur cette focale-là. Elle va jusqu’à 1.4. On a ensuite une bague d’activation et de désactivation ici du zoom en fait, selon comment vous voyez, vous pouvez tirer cette bague-là. Donc, si vous êtes ici, si vous voyez la profondeur de champ ici et  vous êtes en manuel. Donc du coup, vous avez la possibilité de faire les réglages par rapport aux indicateurs ici, de profondeur de champ. Et ensuite, si je suis comme cela, c’est que je suis en autofocus et donc-là la bague ne bouge plus du tout.

Je suis complètement fixe. La bague ne bouge que quand elle est dans cette position ici. Pour le reste, comme vous voyez, on est quand même sur un beau bébé. Alors, si on étudie le nom, on a ici NANO GL. Donc, cela veut dire que cet objectif-là, en fait il est vraiment traité encore plus que les autres pour ne pas avoir de flair, pour être vraiment résistant aux reflets, etc.

Donc, on est dans la vraie focal pour paysage et on a en plus le WR ici qui dit que cette bague, elle est tropicalisée. Donc vraiment que du bon, diamètre 67. Voilà, comme d’habitude construction  tout métal, tout respire la qualité. C’est si vous connaissez Fuji, c’est toujours pareil. La bague ici est très souple. Ici pour faire la mise au point, c’est quasiment un poil trop souple. Pour le coup, c’est vraiment l’est. Elle bouge vraiment, on pourrait la bouger avec le petit doigt.

Voilà pour le reste. On va écouter, il suffit de l’enclencher comme ça et on est parti. Alors qu’est-ce que j’ai pensé de cet objectif ? On va commencer  par regarder sur l’ordinateur les  différentes ouvertures depuis. Alors ce XF16 1.4, je l’ai amène vraiment partout. Bon là, je vous montre des photos de ce que moi j’utilise comme mire parce que je trouve que c’est ce qui est le plus parlant. Mais j’en ai fait quand même vraiment beaucoup de photos avec.

Etude de la qualité du piqué

Ce qu’on peut  voir c’est qu’à 1.4, le piqué n’est pas fou. Au centre, ce n’est pas très piqué.  Après en 1.4, il n’y a pas beaucoup d’optique qui pique très fort. Je ne sais pas exactement cette optique-là, quand est-ce qu’on utilise en 1.4 et en deux puisque bon, faire des portraits  avec ses sujets à des très forts déformations et on est un peu juste  pour faire de l’astronomique en termes de focales.

Et après, la qualité va augmenter très vite. On va sauter direct du 1.4 au 2.8. Et tout de suite à 2.8, déjà vous voyez là, toutes les feuilles ici qui sont sur la droite, elles sont vraiment mieux. Ici sur les bords extrêmes, ça reste toujours assez  flou donc « pas très piqué ». Et le piqué va augmenter très progressivement. On va avoir  le meilleur piqué plutôt vers f8 sur cette optique-là. On se rend compte qu’à f8 on est au top. Et à partir de f11, déjà cela commence à baisser si on regarde sur les côtés. Alors le centre, il va être bon à partir de f4. On a déjà un très bon centre, mais c’est surtout par rapport aux côtés qu’on va progressivement gagner en homogénéité.

Là, on voit le 5.6. Là, on est vraiment piqué. Même sur les bords, on est parfaitement piqué. C’est très bon, vraiment très bon. Là sur le bord droit, c’est plutôt à partir de f8. C’est vraiment  le bord droit à chaque fois qui m’interroge. On est plutôt piqué à partir de f8 sur le bord droit.  En tout cas, comme vous voyez, c’est quand  même très net. Il n’y a vraiment aucun problème sur cela. On a un piqué très satisfaisant qui est au niveau des meilleurs, de ce qui se fait de  meilleur, je pense.

Après évidemment, à partir de f16, on commence déjà à bien perdre en qualité. Que moi je  m’attendais à avoir peut-être un poil de meilleur piqué à f4. Je pensais que le f4 serait un peu plus piqué que cela, mais on est vraiment au top à partir de 5.6. En général 5.6, c’est  plutôt des zooms qui sont au top. À 5.6, j’aime bien quand les  focales fixes délivrent déjà leur  maximum à f4. C’est très agréable. Mais ici, il faut attendre 5.6.

On voit ici à l’image de droite est un tout petit peu plus piqué et c’est très net. Sur la plante qui est ici en bas à gauche, on voit qu’à 5.6, on a vraiment gagné en homogénéité. Donc, si on fait du paysage en général c’est ce qu’on veut une image homogène, là on voit la plante qui est ici que je suis en train d’entourer, on voit qu’à droite à 5.6, elle est largement plus définie que ce  qu’elle ne l’est à f4. Et ici aussi, c’est vraiment le cas.

Donc, il y a vraiment un gap qui est passé au niveau de 5.6, au niveau de l’homogénéité. Donc, si on fait du paysage, c’est plutôt à cette focale-là qu’on va se. Alors, cette optique évidemment, je n’ai pas fait que les tests de mire, j’en ai fait d’autres dans les vignes, etc. Je m’étais amusé avec. Mais je trouve que là où c’est le plus parlant, c’est sur les murs. On ne va pas passer deux heures à regarder des photos. Ce n’est pas l’objet de cette vidéo. Donc du coup, je ne vous montre que les photos des mires. C’est ce que j’ai décidé.

Les problèmes optiques

Au niveau de la distorsion et des aberrations chromatiques, sachez que  cet objectif est d’un très bon niveau. Donc, il n’y a pas spécialement de distorsion, il n’y a pas spécialement d’aberrations  chromatiques. Donc, on est plutôt dans ce qui se fait de mieux. Moi, j’ai vraiment testé aussi l’antireflet. Vous savez, j’ai l’habitude dans les douze conseils de dire que moi personnellement, je prends l’habitude de ne plus mettre mon pare-soleil parce que je trouve que c’est quelque chose qui me freine. Dans ma pratique, c’est quelque chose qui m’agace et je trouve que le gain, on ne va pas reparler du pare-soleil.

Mais à chaque fois, donc du coup, je m’amuse à regarder si ce que je dis c’est vraiment de la merde ou si ce que je dis cela a quand même un intérêt. Et c’est vrai que cet objectif-là, encore  une fois Fuji l’a rendu très résistant pour avoir du flair. Pour être vraiment gêné par une  lumière parasite, il faut vraiment y aller. À l’inverse, ce n’est pas le sujet de cette vidéo, mais le Samyang 12 mm f2 par exemple, je l’utilisais soit le pare-soleil une fois ou deux, j’ai compris pourquoi il faut mettre le pare-soleil. Ce n’est pas du tout même le traitement, ce n’est pas cher, mais sur ce genre de choses-là, ce n’est pas du tout la même qualité. Ici, on a vraiment du top du top.

Ce que j’ai aimé avec cette optique aussi, c’est la couleur. Je ne sais pas pourquoi. Je trouve qu’elle a un rendu des couleurs, un espèce de contraste de saturation des couleurs qui est vraiment très intéressant, qui est très fidèle à la réalité. Et pour l’avoir comparé avec d’autre optique, je ferai d’autres vidéos, je trouve que c’est celle qui restitue au mieux les couleurs. Allez, l’autofocus n’est tellement pas un problème que j’ai failli oublier d’en  parler. Donc, il n’y a vraiment aucun souci d’autofocus. C’est très silencieux et cela répond au quart de tour.

Pas de stabilisation

Et tout avec cette optique, j’ai aimé shooter à 5.6 pour être le plus homogène possible. Et donc à 5.6, je manque un peu de lumière et c’est là qu’un  stabilisateur aurait été la bienvenue sur cette focale pour pouvoir descendre en vitesse d’obturation tout en gardant un piqué intéressant. Mais, ce n’est pas le cas. De même, le fait d’avoir un activateur on/off d’autofocus directement sur la bague en fait, cela va  nous empêcher d’utiliser l’assistance autofocus. Moi, j’aime beaucoup utiliser le mode AF plus M.

Donc du coup, je laisse l’autofocus me proposer une mise au point et ensuite, je viens la corriger. Ici, ce n’est pas possible. C’est soit vous êtes entièrement en autofocus, soit vous êtes entièrement en manuel. Et donc, vous êtes obligé de choisir. Et cela, c’est pareil, par  moment cela m’a un peu frustré.

Voilà  ce que j’avais à vous dire par rapport  à cette focale fixe. Donc, comme vous l’avez compris, moi, elle m’a plu. Je ne peux que vous la conseiller. Après, la question que je vais traiter dans une autre vidéo c’est est-ce que par exemple, comment elle se positionne par rapport  au fait d’avoir le XF16-55. Donc cela, ce sera l’objet d’une autre vidéo. Allez, c’est fini pour ce test.